AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2218067714
Éditeur : Hatier (01/01/1993)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Ce livre nous raconte l'aventure d'un jeune professeur africain, poète et essayiste, dans un Institut d'enseignement supérieur, désireux d'asseoir sa réputation d'écrivain par la rédaction d'un roman sur le modèle des récits africains. Cette tentative est jugée par les sages africains, gardiens du patrimoine culturel, comme une désacralisation de l'oralité et il est amené à s'expliquer devant un tribunal coutumier avec son ami Niaiseux. La condamnation qui s'ensuit ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Charybde2
  17 mars 2013
Un moment-clé de la littérature africaine contemporaine, en 1975.
Premier roman du polygraphe congolais Georges Ngal, publié en 1975, ce court "roman", associé à sa suite parue la même année, "L'errance", marque un moment-clé de la littérature africaine contemporaine.
Utilisant avec brio un style éminemment parodique, suracadémisant, pompeux et rationalisateur, introduisant massivement en contrepoint d'imposants fragments d'oralité débridée, l'auteur nous associe, sous forme de brèves pensées, bribes de monologues ou de conversations téléphoniques à la domination puis à la chute, en quelques mois, d'un intellectuel et romancier africain fictif des années 60, tout arc-bouté à la culture littéraire européenne classique, rejetant avec ferveur tout élément issu d'une tradition orale africaine ou d'une quelconque négritude, ne reculant devant aucune bassesse, aucune intrigue, voire aucune falsification pour imposer ses vues et assurer son statut, avant d'être ignominieusement démasqué, puis condamné, en fin de récit, à un parcours expiatoire au sein des traditions, des contes et des constructions littéraires hybrides alors en pleine gestation sur le continent (parcours qui sera le sujet de "L'errance").
Un texte qui a un peu vieilli, mais dont l'explosion certes brute permit la libération des consciences et des énergies qui permit ensuite à un Kourouma, tout particulièrement, de s'exprimer et de révolutionner, avec d'autres, la littérature africaine moderne...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PiertyM
  16 octobre 2013
Conflit de génération,conflit entre traditions et modernisme, conflit entre l'écriture et l'oralité. Voici autant de thèmes autour desquels Georges nous plonge dans une Afrique des Années 60-70 où le antagonisme culturel africain est déclaré.
Un beau récit où les deux formes de transmissions de connaissances se battent farouchement : l'écriture et l'oralité
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   09 avril 2013
Ma réputation de soleil noir vogue à travers la planète, mais celle de l'écrivain tarde à prendre des assises. Seul le discours intérieur à l'Afrique pourra libérer le mien, enchaîné par un des sophismes dont seuls les Occidentaux ont l'art. Il existe une vie souterraine en nous. Le freudisme l'a apprise aux Occidentaux ; les primitifs, eux, ne l'ont jamais ignorée. Depuis des temps immémoriaux, la vie intérieure des individus est réglée par cette instance inférieure que l'Europe commence à peine à redécouvrir.
- Maître, j'ai toujours dit, que vous étiez né trop tôt, avec un siècle d'avance sur notre temps. Apprivoiser le discours africain pour libérer le discours occidental paralysé, refoulé, me paraît vraiment génial !
- Mais attention ! Pas d'ambigüité ! Je suis de la race qu'on ne peut assimiler aux écrivains africains ordinaires. Nous n'avons de commun que le biologique. Ma place se trouverait à Paris, à Genève. C'est un accident de l'histoire qui m'a fait naître en Afrique. Recours n'est pas assimilation. Picasso, Juan Gris, Litchiz se sont entourés de masques nègres uniquement dans le but de définir leurs intentions esthétiques ; un Apollinaire proclame sa volonté d'aller vers les fétiches de Guinée et d'Afrique. S'y méprendra qui voudra. Un moyen est un moyen. Ne pas perdre cela de vue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
wellibus2wellibus2   20 mars 2016
La raison fondamentale qui m'interdit de vous interpeller directement est que nos univers ne se rencontre pas ; la parole et l'écriture.Vous avez irrévérencieusement mis entre vous et nous un abîme.
Vous avez choisi l'univers du livre...........
Commenter  J’apprécie          00
wellibus2wellibus2   20 mars 2016
Le langage écrit n'est donc pas une variante du langage oral. Deux univers ayant chacun une histoire qui se perd au fond des âges.
Trajectoires opposées.
Deux types d'humanité, cependant... non inconciliable !
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : littérature africaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Georges Ngal (1) Voir plus