AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de mimo26


mimo26
  11 septembre 2019
J'ai eu le plaisir de découvrir ce nouveau roman par le biais de ma participation à la masse critique Babélio, que je tiens à remercier d'ailleurs ainsi que la maison d'édition Hatier.

Ce roman historique destiné à la base pour les adolescents est un ouvrage sur les militantes de la Women's Social and Political Union, une organisation créée en 1903 pour revendiquer le droit de vote pour les femmes au Royaume-Uni. Leur façon d'agir est fondés sur la provocation, rompirent avec la bienséance qui dominait jusqu'alors le mouvement suffragiste britannique.

Ce roman va nous apprendre comment trois jeunes adolescentes , qui mènent des vies très différentes , vont se démener pour que les femmes soient reconnues dans cette société anglaise du début du XXe siècle alors que la guerre approche.
Il leur faudra beaucoup batailler mais aussi apprendre à se démarquer de leur famille.

Evelyn, dix-sept ans qui considère son âge plus comme un handicap que comme une chance, elle deuxième d'une fratrie de quatre enfants.

Elle a un frère de dix neuf ans qui fait ses études à oxford. Elle l'envie car il peut faire tout se dont on lui interdit à elle.

Alors qu'Elle est dans une école de Belsize Park, où l'on considère que l'étude du piano et du français constitue l'essentiel de l'éducation d'une jeune fille.
C'est Mlle Dempsey (professeure d'Evelyn) qui lui donnera l'envie de poursuivre ses études à Oxford. Mais à cette époque, les jeunes filles ne pouvaient pas obtenir de diplômes.

À Noël, elle se décida à aborder le sujet avec sa mère, mais la seule réaction de celle-ci fut de lui dire :
« Mais ma chérie pour quoi donc faire ? », « Christopher (frère d'Evelyn) va y rencontrer toutes sortes de gens qui lui seront utiles dans ses affaires. Il faut qu'il gagne sa vie, lui, ma chérie – ce que tu n'auras certainement jamais à faire. Ces femmes universitaires ont des vies très tristes… »

Pour ses parents, son avenir est tout tracé, elle épousera Teddy son ami d'enfance, elle aura des enfants et tiendra sa maison comme toute femme de cette époque.

Mais pour elle, son rêve est de pouvoir faire des études et elle finira par décider de se lancer dans le combat des suffragettes. Leur devise est : « Deeds not words. », des actes plutôt que des mots.

La deuxième jeune fille se prénomme May Thornton,

May, fille d'une mère engagée et anticonformiste qui de plus est Quaker (suffragiste) et donc pacifiste.
Ce mouvement désapprouve les méthodes violentes des suffragettes qui elles lançaient des pierres dans les fenêtres, lacéraient des tableaux et faisaient exploser des cocktails Molotov dans des maisons inoccupées.
Les suffragistes refusent de se mettre en danger tout l'opposé des suffragettes, Deux clans agissant pour la même cause (le droit de vote pour les femmes) sans pour autant agir de la même manière.

Le père de May est mort alors qu'elle n'avait qu'un an, il était le directeur d'une école libre consacrée à l'éducation des pauvres. Depuis May vit avec sa mère et Mme Barber leur gouvernante.

C'est lors d'une manifestation où la présence de Sylvia Pankhurst (qui est à la tête du mouvement des suffragettes, celle-ci fut arrêté et jeté en prison, puis ressortie) que May va faire la connaissance de Nell Swancott « jeune fille trapue, qui portait des culottes, veston et casquette comme un garçon »

Nell, vivait dans un deux pièces avec ses parents et ses frères ( dont un était atteint de la diphtérie) et soeur à l'East End de Londres qui était le quartier des docks, le plus pauvre de la capitale.
Là-bas vivaient des juifs d'Europe de l'Est, des Lascars venus d'Inde, des immigrants Irlandais et des Antillais et Africains.

Nell a toujours été un garçon manqué, elle ne voulait pas se marier ni avoir d'enfants. Elle aime jouer au cricket.
A quatorze ans, elle a quitté l'école. Elle aurait souhaité trouver un emploi de livreur, mais personne à cette époque embauchée des filles. Alors elle s'est retrouvé comme « chargée d'emballage » dans une fabrique à confitures. Ce fut pour elle une période sombre, solitaire, jusqu'au jour où elle vit une annonce dans le journal (ancien N° de la suffragette) où il était inscrit :

« VOUS ETES EXPLOITÉES ?
NOUS POUVONS VOUS AIDER !
A TOUT TRAVAIL, SALAIRE DÉCENT »


Très rapidement elle décidera de suivre ce mouvement.

À cette époque les femmes, qu'elles soient riches ou pauvres, paysannes ou bourgeoises, ouvrières ou nobles, elles n'ont pas davantage de droits qu'un criminel, qu'un enfant ou même qu'un malade mental. A métier équivalent, elles gagnent le tiers de ce que gagne un homme et n'ont pas accès à l'éducation. La femme mariée ? Elle ne s'appartient plus, « son identité est subordonnée à celle de son mari ».

Je ne vous en dirais pas plus, je vous laisse le soin de découvrir comment ses trois jeunes filles vont mener leur combat pour « le doit de vote des femmes »,l'égalité des salaires, les études supérieures qui ne sont pas pour les femmes, l'amour entre May et Nell et aussi leur vie et leur combat pendant la première guerre mondiale.

C'est un roman historique très intéressant pour lecteurs de tout âge. Il est rigoureux et riche d'informations. Il nous fait repenser à quatre femmes qui ne sont sans doute pas connu de tous :

• Millicent Garrett Fawcett commence à militer dès les années 1870. Un jour, on lui vola son sac ; lorsqu'elle voulut porter plainte, la police lui expliqua que son sac appartenait à son mari et que seul ce dernier pouvait porter plainte. en 1897 elle devient la présidente des Suffragists, la National Union of Women's Suffrage Societies (NUWSS).

• Selina Cooper est une autre suffragiste. Elle a commencé à travailler à l'âge de 12 ans. En 1901, elle devient la première femme à représenter le parti travailliste. Dans les années 30, elle lutta contre le fascisme.
Le 7 évrier 1907, fut organisé la Mud March march, leur première manifestation de grande ampleur.

• En 1903, Emmeline Pankhurst fonde l'Union sociale et politique féminine (Women's Social and Political Union, WSPU) avec ses deux filles Christabel et Sylvia et d'autres militantes qu'on appela les "Suffragettes" par opposition aux "Suffragistes". Les actions du WSPU sont spectaculaires et parfois violentes ; on s'enchaîne aux lampadaires, on détruit des vitrines, on incendie des bâtiments. Les membres du parti sont souvent arrêtés et Christabel dut même s'exiler deux ans à Paris après la promulgation du "Cat and mouse act".

• En 1913, la suffragette Emily Davison se jeta sous le cheval du roi George V qui participait à un derby en 1913 ; elle mourut quelques jours après.
• La première guerre mondiale fut importante dans la prise de conscience de l'injustice envers les femmes ; elles avaient participé à l'effort de guerre mais on leur niait toujours le droit de voter.
Le droit de vote fut accordé aux femmes de plus de 30 ans en 1918. le droit de vote pour les femmes de plus de 21 ans - comme les hommes - fut accordé en 1928 (un mois après la mort d'Emmeline Pankhurst).

Désolée pour ceux qui ont trouvé cette critique trop longue…
Commenter  J’apprécie          70



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (7)voir plus