AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264063483
Éditeur : 10-18 (05/06/2014)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 77 notes)
Résumé :
Londres, 2000. Réfléchissez bien… Mais si, ce visage, cette allure vous disent forcément quelque chose. Souvenez-vous, cet acteur au fond de l'écran, cet homme qui jouait le mort dans cette série hyperconnue, le fantôme qui passe sur la scène du théâtre ! C'est lui, Stephen McQueen ! Attention, toute ressemblance avec LE grand McQueen serait purement fortuite. Aujourd'hui, la vie de Stephen pourrait bien changer.
Car ce père divorcé, abonné aux rôles mineurs ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
popie21
  26 octobre 2018
"Pour une fois" je tente la comédie romantique avec une pincée d'humour...
Stephen est un comédien malheureux qui attend le rôle de sa vie en jouant les figurants et la vedette d'un DVD pour enfant, et qui cache sa honte de lui-même en collectionnant mensonges et boulettes. Dans son monde, il ne reçoit que condescendance et mépris et pour couronner le tout, il tombe amoureux de la femme de l'acteur beau gosse "adulé et riche".
Ça promet du croustillant tout ça...
Oui bon ok, le paquet de gaufrettes est resté trop longtemps ouvert dans le placard, c'est encore bon mais ça croque plus du tout c'est tout mou et le vieux bouquin de blagues de Toto qui calait la commode du salon ne me fait plus vraiment rire.
Ceci expliquant cela c'est peut-être pour ça que j'ai trouvé ce livre mi/mi mais pas comme mimi tout plein, comme mi-drôle/mi-lourd, mi-divertissant/mi-ennuyeux, mi-dénonçant/mi-caricatural, mi-romantique/mi-tue_l'amour, mi-ça_vide_bien_la_tête/mi-mais_j'ai_pas_mieux_à_faire ?
Au final un roman, à mon avis, mi-bon/mi-mauvais donc note moyenne et à réserver aux amateurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          383
Bazart
  29 juillet 2013
Dans la foulée de mon élogieux article de mardi dernier sur une des dernières nouveautés publiées chez Belfond, "Un visage d'ange", voici une autre chronique d'un livre sorti quelques semaines avant, toujours chez Belfond, mais que j'ai lu juste après.
Il s'agit de "Pour une fois", le deuxième roman écrit par David Nicholls. Après le succès critique et commercial international d'Un jour, que je n'avais pas lu, mais dont j'avais beaucoup aimé l'adaptation cinéma, les éditions Belfond surfent sur la vague du succès (pourquoi se priver?) et ont récemment publié , un an après avoir publié son tout premier roman, "Pourquoi Pas", son deuxième roman inédit en français, Pour une fois.
Certes, la lecture de "Pour une fois" m'a pris un peu moins de temps que pour lire"un Visage d'ange", car le roman est plus léger et demande certainement moins de concentration,, mais en même temps, cette lecture fut des plus agréables.
Il faut dire que j'apprécie particulièrement suivre les aventures des anti héros, et que là, avec ce Stephen Mac Queen (à ne pas confondre avec Steve Mac Queen, car si les deux sont comédiens, ce sont à peu près leurs seuls points communs), j'ai été servi.
La scène du début, dans lequel il joue un cadavre pour une série, pose les jalons de sa pathétique carrière: même jouer un mort semble être au dessus de ses capacités!! Si lui est persuadé qu'il ne lui manque pas grand-chose pour enfin mettre son nom en haut de l'affiche, il semble être le seul à le penser, tant sa carrière semble toucher le fond.
Mais un jour, le destin semble lui offrir une chance de révéler son talent. Promu doublure-remplaçant du célébrissime et so sexy Josh Harper dans une pièce londonienne, Stephen attend chaque soir l'occasion de jouer les premiers rôles. Sauf que la star le prend de haut et l'humilie.... Stephen rumine sa colère juste au moment où dans une soirée il tombe amoureux d'une certaine Nora..qui n'est autre que la femme du premier rôle en question!
Vous voyez un peu le tableau de cette comédie anglaise qui va prendre un malin plaisir à emmener son anti héros dans des situations parfois limites, parfois vaudevilesques, et dans lequel il fera preuve d'un sens de l'humour sans faille et surtout d'une autodérision à toute épreuves.
Car ce livre vaut avant tout pour son personnage principal, terriblement attachant : raté incompris ( sa fille lui voue une haine tenace), instable, hypocondriaque et cinéphile avéré ( euh il me semble que ce type a quelques points communs avec un type que je connais bien) pour qui on ne peut que ressentir tendresse et empathie. Nicholls adore mettre son héros dans des situations les plus extravagantes et hilarantes, comme cette scène très drôle, dans laquelle il est déguisé en peluche géante pour un dessin animé.
Le livre est une belle illustration de cet humour anglais que j'affectionne tant, entre burlesque et auto dérision permanente, histoire de cacher les félures et névroses intimes.
Dommage que le reste des personnages soient pas aussi bien dessinés, et virent même souvent dans les stéréotypes (comme celui de la star américaine, un peu trop chargée)...
Dommage aussi que l'intrigue soit quand même bien prévisible et que la fin, non résolue et un peu fade, nous laisse sur notre faim!!!
Malgré ces deux petites réserves, ce "Pour une fois" reste une très agréable lecture, absolument idéale pour ces vacances d'été!!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Albertine22
  11 décembre 2014
Stephen McQueen pourrait en vouloir au monde entier et plus spécialement à ses parents de l'avoir affligé de ce prénom alors qu'il galère depuis des années pour se faire connaître au théâtre et au cinéma. Pour l'instant, ce Londonien trentenaire n'a eu le rôle principal que dans un DVD éducatif où il incarne avec brio Sammy, un écureuil rigolo qui apprend aux enfants de maternelle à compter. Ce haut fait de gloire n'incite pas les gens à se retourner dans la rue sur son passage... probablement parce qu'ils ne le reconnaissent pas sans son costume et ses ravissantes quenottes artificielles !
La lose lui colle à la peau, sa femme l'a quitté, lasse d'attendre un succès toujours remis au lendemain, sa fille de sept ans le juge immature et le comédien Josh Harper dont il est la doublure ne tombe jamais malade. Si seulement celui-ci attrapait une petite gastro, le public le verrait triompher dans le rôle d'un Lord Byron décadent mais sexy !
Mick Nicholls signe ici une excellente comédie qui fait la part belle aux anti-héros, ceux que les projecteurs ne mettent pas dans la lumière, ceux qui rêvent de la gloire mais que la gloire ignore...
Le milieu branché du showbiz: les folles soirées, les clubs privés, les vêtements à la pointe de la mode apparaît dans ce roman comme un miroir aux alouettes dont notre héros doit se préserver pour trouver, qui sait, le véritable amour.
Une lecture très plaisante même si Mike Nicholls réutilise les ficelles bien connues de la comédie romantique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Chrysostome
  27 août 2015
Stephen McQueen porte mal son nom, c'est un acteur raté ! Mais bien que les seuls rôles qu'on lui propose se résument à faire de la figuration ou à se déguiser en écureuil pour une émission pour enfants, il y croit encore, un jour le monde découvrira son immense talent (ou du moins celui qu'il croit avoir) !
Dans son deuxième roman, David Nicholls fait preuve de son habituel humour désopilant en choisissant un personnage principal looser pour qui rien ne se passe comme il le voudrait et qui enchaîne les gaffes et les faux pas. En choisissant comme contexte le milieu des acteurs il en profite pour tourner en dérision les travers de la profession, notamment au travers de la star Josh Harper.
Le roman est très accrocheur et m'a fait passer un bon moment. Je m'attendais cependant à un peu plus de rebondissements et la fin m'a un peu laissé sur ma faim. Je le recommande malgré tout !
Commenter  J’apprécie          30
A-petits-pas-de-pages
  06 décembre 2015
On retrouve la plume moderne et efficace, empreinte d'humour, de Nicholls. Ce dernier point est très présent tout au long du roman : les clins d'oeil, les situations cocasses, très second degré, ponctuent l'intrigue, la rendant ainsi très agréable à lire, fluide et rythmée. Les chapitres n'étant pas très longs, cela rend l'ensemble vraiment plaisant. le titre des chapitres font aussi partie de ce décor. Cette ironie présente tout au long de la "mésaventure" que connaît le personnage principal, prend des allures de parodie du milieu : parodie du show-biz, critique de la vanité de ses intégrants (à l'instar de Josh Harper, mais nous y reviendrons plus tard), pastiche des scénarios de cinéma (entre références et phrases-toutes-faites) etc... Tout le monde, toujours dans un second degré, en prend pour son grade.
Le personnage principal, Stephen, est une sorte d'anti-héros qui n'a rien réussi mais se persuade du contraire en reniant la vérité. Même s'il tombe un peu parfois dans la niaiserie et le trop plein de bon sentiment, il s'avère très "humain" dans ses choix : obstination, jalousie, aveuglement. Il se retrouve coincé entre deux personnes. Josh d'un côté, qu'il doit accepter comme "ami" pour un jour espérer la gloire, et Nora de l'autre, qu'il aime un peu plus qu'il ne devrait. Stephen est obligé de mentir à l'un comme à l'autre pour protéger autant sa personne que les deux moitié du couple Harper. En quête d'identité et de sens (un peu tardif, certes), Stephen déchire peu à peu ce masque et ces certitudes qui ont grandi dans l'ombre. Josh est le personnage détestable par excellence : arrogant, prétentieux, stupide, infidèle, égocentrique, beau et célèbre. Il se sert de Stephen et essaye de paraître plus humain à ses côtés. En vain. Enfin, Nora : vu uniquement par le biais de Stephen, elle semble dès le départ ne pas aimer la vie que lui offre son mari. Mais elle semble également inaccessible pour Stephen, un peu trop lambda par rapport à Josh. Finalement son inclination à son égard se fait légèrement sentir, même si elle reste distante : au moins elle ne tombe pas dans le cliché.
Pour conclure, c'est donc un roman vraiment drôle et sympathique, à la mécanique bien huilée, entre le superficiel et la réalité. Idéal pour l'été !
Lien : http://a-petits-pas-de-pages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (3)
Lexpress   24 juillet 2013
Après Un jour et Pourquoi pas? (réédités en 10/18), le romancier continue de décrire les petites désillusions existentielles et les surprises du destin. Il évite les écueils du mélodrame en pratiquant l'ironie avec fougue.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   01 juillet 2013
David Nicholls croque avec une gourmandise féroce le star-système britannique. Un monde qu'il connaît parfaitement pour avoir passablement galéré dans le show-biz, avant de troquer le masque contre la plume.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Culturebox   02 mai 2013
Après ses magnifiques "Un jour" et "Pourquoi pas ?", le romancier anglais David Nicholls est de retour. "Pour une fois" (Belfond) est, comme ses livres précédents, marqué par l'humour et un sens aigu de la dérision. Un bon moment de lecture.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
popie21popie21   23 octobre 2018
Une fois de plus, un vague soupçon le tenaille - cette idée qu'être la doublure d'un acteur de la trempe de Josh Harper présente des similitudes avec la fonction du gilet de sauvetage dans un avion. Tout le monde est content que vous soyez là, en souhaitant n'avoir jamais besoin de vous.
Commenter  J’apprécie          241
LowraLowra   02 janvier 2014
- Ca ne m'ennuie pas que tu m'interroges, Sophie, dit-il en retirant sa main.Tu peux me demander tout ce que tu veux. Mais il s'agit d'un sujet très personnel. C'est vrai, quoi. Tu as un petit ami, toi ?
- Noooon ! Mais ce n'est pas pareil.
- Pourquoi ?
- Eh bien, déclare-t-elle lentement de sa voix d'adulte, je n'ai que sept ans, moi.
Et Stephen doit bien reconnaître que là, elle marque un point.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LowraLowra   02 janvier 2014
Lorsque, après l'échec de son mariage, il s'est assez ressaisi pour s'aventurer hors de son appartement, Stephen s'est découvert une capacité nouvelle et déstabilisante à déclencher chez les femmes une envie irrépressible d'aller aux toilettes. Il lui suffit de se rendre à une soirée et, à un moment donné, en général celui où il mentionne son récent divorce, elles lui effleurent le bras en disant :
- Vous voulez bien m'excusez ? Il faut que j'aille au petit coin.
Chaque fois, il se fait l'effet d'être en réalité une espèce de Diurétique Man, un super-héros aux pouvoirs extrêmement rares.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
A-petits-pas-de-pagesA-petits-pas-de-pages   06 décembre 2015
Mouais. Être vénérée, c'est très sympa, seulement nous autres divinités, on apprécie aussi de pouvoir discuter un peu de temps en temps. Et de sujets autres que : "Tu crois que je devrais me faire refaire les dents ?"
Commenter  J’apprécie          30
prunelle337prunelle337   29 mars 2015
Fumer est une sale habitude, bien sûr, ce n'est en aucun cas glamour ou sexy, comme tous les films semblent le suggérer.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de David Nicholls (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Nicholls
Retour sur les moments forts du dernier salon Saint-Maur en Poche 2016 qui s'est déroulé les 18 & 19 juin 2016 sur la Place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés?
Nous de David Nicholls et Valérie Bourgeois aux éditions 10-18
Paris, Amsterdam, Munich, Vérone, Venise, Florence, Rome, Naples. le Louvre, le musée Van-Gogh, la place Saint-Marc. Terrasses ensoleillées, trattorias bondées : l'été s'annonce chargé pour les Petersen. Douglas, le père, est extatique. Connie, la mère, est plus mesurée. Pour Albie, leur fils de dix-sept ans, c'est carrément l'enfer. Et pour tous, c'est peut-être l'occasion d'un nouveau départ. Douglas le sait, c'est sa dernière chance de prouver que derrière le biochimiste coincé se cache un mari attentionné et un père superfun. Connie, elle, va devoir affronter le souvenir de celle qu'elle était, cette étudiante en art qui sillonnait l'Europe en quête de folles expériences. Et celle qu'elle est devenue, une épouse rangée qui voudrait bien passer à autre chose. Quant à Albie, grand photographe en herbe, entre fugues et passion amoureuse, arrivera-t-il à renouer avec son père et à voler enfin de ses propres ailes ?
http://www.lagriffenoire.com/3271-divers-litterature-nous.html
Un jour de David Nicholls et Karine Reignier aux éditions 10-18
15 juillet 1988. Emma et Dexter se rencontrent pour la première fois. Tout les oppose, pourtant ce jour marque le début d'une relation hors du commun. Pendant vingt ans, chaque année, ils vont se croiser, se séparer et s'attendre, dans les remous étourdissants de leur existence. Un conte des temps modernes où la splendeur d'aimer a fait chavirer le monde entier.
http://www.lagriffenoire.com/11907-poche-un-jour.html
Pourquoi pas ? de David Nicholls et Michèle Lévy-Bram aux éditions 10-18
Bristol, 1985. L?université ! Brian Jackson s?y voyait déjà : une vie d?étudiant sans contrainte, une sexualité débridée, des amis par centaines, un diplôme en or, qui serait suivi d?une entrée fracassante dans la vie active. Oui, mais voilà, la réalité est loin d?être aussi idyllique. Une acné récalcitrante, des fringues informes chinées aux puces, une spécialisation dans la très moyenne et très populaire section de littérature anglaise, pas un sou en poche et une passion farouche pour Kate Bush. Un seul véritable talent : une culture générale qui ferait de lui le candidat idéal pour participer au « Questions pour un champion » local, le quiz télévisé « University Challenge ». Recruté dans l?équipe in extremis, Brian est bien décidé à remporter le trophée et le c?ur de la belle et riche Alice, aspirante actrice. Pour l?aider dans sa mission, Rebecca, punkette grande gueule, juive marxiste, improvisée conseillère en relations sociales et sentimentales. Enfin la chance semble lui sourire? Mais lorsque vous vous appelez Brian Jackson, la malchance finit toujours par se rappeler cruellement à vous.
http://www.lagriffenoire.com/41168-romans-pourquoi-pas-.html
Vous pouvez commander Nous, Un jour et Pourquoi pas ? sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : star systemVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Un jour de David Nicholls

Dans quelle ville a lieu la première rencontre entre Emma et Dexter?

Londres
Edimbourg
Bristol
Oxford

10 questions
247 lecteurs ont répondu
Thème : Un jour de David NichollsCréer un quiz sur ce livre
.. ..