AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Turle (Traducteur)
ISBN : 2264028963
Éditeur : 10-18 (17/05/2000)

Note moyenne : 2.82/5 (sur 72 notes)
Résumé :
" Ne vous inquiétez pas, messieurs les policiers, je peux tout expliquer... " Votre vie peut basculer très vite, même en vacances ! Motivé par une crise existentielle, Eric a décidé de goûter aux délices du camping-caravaning en famille. Malgré une tenace bonne volonté et un goût modéré pour l'imprévu, les événements déroutants et effrayants s'enchaînent. Sa femme est prise de pulsions sexuelles irrépressibles, sa fille traverse une crise de mysticisme et son fils r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
  01 février 2012
Crise de la quarantaine oblige, je voulais simplement passer une dernière fois des vacances conviviales autour d'une caravane, comme une famille dite normale, une famille qui s'aime, s'entraide et prend plaisir à se retrouver ensemble pour des jeux de société style Scrabble, des discussions futiles sur qui va faire la vaisselle ou qui a utilisé le dernier rouleau de papier toilette. Au lieu de ça, je ne perçois que haine et incompréhension de la part de mon entourage. Tous semble s'être liguer contre moi et ne parait pas apprécier à leurs justes valeurs, cette semaine de vacances en camping. Si je vous dit qu'en plus, je me suis fait agressé par une brute de flic, me suis fait violer par deux vieilles et grosses jeannettes, ai vu ma femme se faire prendre par deux nains, me suis fait virer à cause d'un collègue qui n'est pas ce qu'on appellerait communément un collègue, me suis fait cambrioler et ai vu ma maison partir en fumée à cause d'un voisin trop zélé… Je ne suis pas près d'oublier de telles vacances et ce roman de Geoff Nicholson Comment j'ai raté mes vacances -, totalement futile et déjanté représente une bouffée d'oxygène et de fou-rire (d'un rire souvent caustique et sarcastique). Alors, oui, par moment, le délire va un peu trop loin, et le livre pèche par ces excès, mais après tout, c'est aussi le roman idéal pour quelques jours de vacances, sans se prendre la tête, juste pour déconner, s'amuser et simplement rire de ses (més)aventures. Surtout, qui ne rêverait pas d'avoir comme épouse cette parfaite nymphomane de Kathleen…
Lien : http://leranchsansnom.free.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
kristian
  05 septembre 2015
Les premières pages sont prometteuses, avec de l'humour, disons le premier chapitre.
Ensuite l'auteur réussit un tour de force qu'il faut saluer, chaque chapitre qui suit est plus mauvais que le précédent, plus grand-guignolesque (dans le mauvais sens du terme).
Heureusement le livre est court et se lit vite, le nombre d'heures perdues n'est pas trop conséquent.
Commenter  J’apprécie          40
DoloresH
  27 mars 2014
Lorsque l'on cherche une lecture divertissante, drôle, pleine de second degré et de situations absurdes, il n'y a pas besoin de chercher bien loin. Geoff Nicholson manie tout cela vraiment très bien. Sous forme de journal intime, on suit le quotidien d'Eric pendant ses quinze jours de vacances ainsi que l'acharnement du destin sur son pauvre sort. Un style enjoué et naïf pour ce Candide de la perfide Albion, des protagonistes tous plus méchants, cruels, fourbes et sans pitié les uns que les autres, des phénomènes atmosphériques inquiétants. C'est le début d'une Apocalypse personnelle pour Eric.
Chaque jour apporte son lot de désillusion, d'accidents, de vols, de situations humiliantes... le tableau pourrait être très noir, mais c'est sans compter sur l'humour de l'auteur, sur cette légèreté qu'il sait donner à son récit, comme si les événements les plus dramatiques pouvaient être réduits à la même importance que la perte d'un panier de pique-nique. Ici, les petites anecdotes des vacances ne sont pas l'achat d'un chapeau de paille ou d'une nouvelle crème solaire, mais plutôt la maison cambriolée, la prise d'otage par l'employé du supermarché ou bien encore la tentative de sacrifice humain par son propre fils.
Mais attention, même si Eric est du genre naïf, il comprend vite, mais il faut lui expliquer longtemps. La fin de ce récit marque un changement radical dans sa vie, dans sa manière d'appréhender le monde, fini de tendre l'autre joue, il est temps de donner une petite leçon de correction à ceux qui nous entourent et reprendre prise sur la vie, tout aussi moche qu'elle puisse être. On sourit de tant de situations improbables et trop énormes pour être crédibles, c'est le but, mettre une emphase, grossir le trait, c'est l'essence même de l'humour british, et ça marche.
Lien : http://et-en-plus-elle-lit.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bermondsey
  06 avril 2013
Un livre loufoque, qui m'a parfois fait penser à « Vacances anglaises » de Joseph Connolly, en tout cas au début. Parce qu'ensuite, ça se gâte. On assiste en direct au « pétage de plomb » de cet anti-héros d'abord avec le sourire aux lèvres mais dans la deuxième partie du livre, c'est du grand n'importe quoi, limite vulgaire ! Ce n'est pas du tout le genre d'humour noir que j'apprécie… Mais il se lit facilement, alors pour les amateurs, pourquoi pas ?
Commenter  J’apprécie          20
florette44
  26 septembre 2012
J'aime les histoires déjantées, loufoques, mais là, non. Je ne sais pas à quel degré il faut le prendre mais ça en devient plat. Je me suis forcée à aller jusqu'au bout pour connaître la fin... Très déçue, je m'attendais à mieux sur ce roman qui était dans ma liste d'attente depuis un moment.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
AmbagesAmbages   11 août 2019
J'ai enfilé mes chaussettes et mes sandales, je me suis drapé dans ma robe de chambre, et je suis sorti leur donner un bon conseil.
La matinée était frisquette. Les pots d'échappement vomissaient de grosses nuées bleutées et virevoltantes. J'ai adressé un ample signe amical aux nouveaux venus [Hell's Angel] mais ils ne m'ont pas répondu. Ils étaient accaparés par leurs activités : ils buvaient de la bière, emballaient leurs moteurs et criaient (la seule façon de se faire entendre au-dessus de la pétarade) .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
le_Bisonle_Bison   01 février 2012
Quand je suis rentré au camping caravaning Centre de loisirs Tralee, je suis tombé sur Kathleen plongée dans un livre. Pensant que c’était l’occasion de lancer une petite conversation littéraire, je lui ai demandé ce qu’elle lisait. Elle a tendu le volume. Il s’intitulait Orgasme canin et je n’ai eu qu’à le feuilleter pour m’ôter toute illusion sur son contenu lubrique.

« C’est de la pornographie !

- Non, c’est de l’érotisme.

- Toutes mes excuses. Voudrais-tu m’éclairer sur la différence subtile entre l’un et l’autre ?

- Sans problème. La pornographie et l’érotisme visent tous deux à exciter le lecteur mais la pornographie est masturbation alors que l’érotisme est célébration.

- Tu as la bouche pleine de grands mots.

- Oui, et j’ai envie de célébrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AmbagesAmbages   11 août 2019
Je dis un mot et tu dis la première chose qui te passe par la tête. Femme.
- Mère.
- Sexe.
- Fatigue.
- Argent.
- Pas le bonheur.
- Voisins.
- Bruit.
- Étrangers. »
J'ai hésité. Une volée d'associations à pris d'assaut mon crâne. « Différents.
- Ton hésitation est très révélatrice. Raconte moi ce que tu sais sur les Garcia.
Commenter  J’apprécie          50
AmbagesAmbages   12 août 2019
« Nous vivons dans un siècle dépourvu de rituels, a-t-il crié. Nous devons en réinventer.
- Je t'achèterai une voiture de sport. Mais laisse moi partir !
- C'est trop tard. Les dés sont jetés. Le roi doit mourir !
- Le roi ? Moi ? »
Il a levé la lame et a entonné une psalmodie. Les événements prenaient une tournure désagréable.
Commenter  J’apprécie          30
le_Bisonle_Bison   01 février 2012
- Je veux retourner à l’état sauvage et primitif, entrer en contact direct avec mon anima.
- Je crois que j’ai du mal à te suivre, Max mon fils.
- L’atavisme, la mémoire du sang et des ossements, la connaissance du mal, le caractère inéluctable de la mort…
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : humour noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15319 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre