AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Viviane Forrester (Traducteur)
ISBN : 2234024560
Éditeur : Stock (30/11/-1)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Résumé de "Portrait d'un mariage"

Voici l'histoire vraie d'un homme et d'une femme qui se sont mariés par amour et dont l'affection n'a cessé de croître en profondeur et en compréhension réciproque à travers les années, "bien que chacun d'eux ait été infidèle à l'autre". "Tous deux aimèrent des personnes de leur sexe".

Elle était la célèbre romancière Vita Sackville-West et lui Harold Nicolson, un homme politique connu. Leur mariage fu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
majolo
  26 septembre 2014
Nigel Nicolson, fils de Vita Sackville-West et Harry Nicolson, fait exactement ce qui est annoncé dans le titre, le portrait du mariage de ses parents, en publiant une partie de la correspondance de sa mère et en la commentant.
On découvre que ce mariage atypique fut l'union réelle de deux âmes, avec tout le respect, la confiance, l'attachement et l'amour que cela suppose, chacun ayant besoin de l'autre et confiance en l'autre, chacun respectant donc les amours extraconjugales ou errements de l'autre. Ce qui peut être vécu comme des trahisons ne l'étaient pas pour eux car leur amour profond est indéfectible.
Les lettres ainsi que le récit de leur fils en rendent compte parfaitement et ce de manière émouvante. on n'échappe pas à quelques redondances entre les récits et la partie épistolaire mais j'ai malgré cela pris beaucoup de plaisir à lire ces belles lettres, qui racontent aussi une époque, celle des années trente. On y croise des artistes, et surtout Virginia Woolf, un temps amante de Vita.
J'ai donc aimé ce récit, plus que je ne l'imaginais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jack56
  07 juillet 2014
Je lis ce livre pour la deuxième fois car en lisant la correspondance de Virginia Woolf et Vita Sackvill-West je me suis rendu compte qu'il ne restait rien de la première lecture.
En tout cas, cette fois ci sera la bonne car je l'ai pleinement apprécié. Ce livre permet de mieux comprendre cette relation particulière dans ce couple athypique qui n'a pas eu peur du regards des autres.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
jack56jack56   08 juillet 2014
...parce que j'ai la conviction qu'avec le temps, au cours des siécles, comme les sexes se confondront plus ou moins en raison de leur ressemblance croissante, de telles liaisons cesseront dans une très large mesure d'être considérées comme simplement anormales ; et qu'elles seront bien mieux comprises, sinon dans leur aspect physique, du moins dans leur aspect intellectuel (c'est déjà le cas en Russie). Je crois que la psycologie de gens tels que moi sera dès lors d'un grand intérêt : on reconnaitra, je crois, qu'il existe bien plus de gens dans mon cas qu'on le veut admettre aujourd'hui, avec notre système hypocrite. Je ne prétends pas que de telles personnalités, et les liaisons qu'elles entraînent, ne seront pas déplorées comme à présent, mais, plus fréquentes, grâce à l'esprit de franchise qui se propagera, espérons-le, dans un monde en progrès, elles seront reconnues - ne serait-ce que comme un mal inévitable. Il faudra d'abord, et ce sera un premier pas, admettre les relations normales mais illicites, et la libéralisation du divorce, ou même, peut-être faudra-t-il modifier le système du mariage... (page 146/147)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
flambotteflambotte   13 janvier 2017
Elle luttait pour le droit d'aimer, des hommes et des femmes, rejetant ces conventions du mariage, qui réclament un amour exclusif, qui exigent que les femmes aiment seulement des hommes, et les hommes des femmes seulement. Pour cela, elle était prête à renoncer à tout. Oui, elle était peut-être folle, comme elle l'a dit plus tard, mais c'était d'une folie magnifique. Elle a pu être cruelle, mais d'une cruauté portée à un degré héroïque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
jack56jack56   08 juillet 2014
Même les Sackville ne pouvaient tenir les Nicolson pour bedints, car, s'ils descendaient d'une longue lignée d'avocats d'Edimbourg et de quelques contre-amiraux, il y avait dans leur plus lointaine ascendance quelques barons voleurs de grands chemins, ce qui était un peu mieux, et Sir Arthur était le détenteur d'une baronnie qui remontait à Charles Ier. (page 118)
Commenter  J’apprécie          00
flambotteflambotte   13 janvier 2017
L'essentiel était pour chacun de faire confiance à l'autre et absolument. La "confiance" dans la plupart des mariages, signifie la fidélité. Dans le leur, cela signifiait qu'ils se diraient tout de leurs infidélités mutuelles, se préviendraient l'un l'autre de toute crise émotionnelle, et qu'ils retourneraient quoi qu'il arrive, à leur noyau commun.
Commenter  J’apprécie          00
jack56jack56   08 juillet 2014
Elle eût aimé qu'il l'a traînât par les cheveux comme l'eût fait un Espagnol, mais elle l'aimait parce qu'il ne le faisait pas. (page 195)
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : mariageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Nigel Nicolson (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
551 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre