AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2747046001
Éditeur : Bayard Jeunesse (24/10/2013)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Au royaume de Carthya, le roi Eckbert, son épouse et leur fils aîné Darius, héritier légitime du trône, viennent d’être assassinés, mais la nouvelle est encore tenue secrète. Le fils cadet, le prince Jaron, a été banni du palais quatre ans plus tôt et a disparu en mer. De peur que le royaume ne sombre dans une guerre civile, Conner, un membre de la cour, fomente un plan pour tirer avantage de la situation. Il compte faire croire à la cour que le prince Jaron n’est p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Elna160
  03 octobre 2015
Le faux prince nous plonge dans un univers de tromperie, d'intelligence et de ruse mais aussi d'amitié et de loyauté. On se retrouve en plein cœur d'un monde médiéval, dans le Royaume de Carthya où le malheur a violemment frappé : toute la famille royale, soit le roi Eckbert - tout un nom, vous ne trouvez pas ? -, son épouse et le prince héritier Darius, ont été empoisonnés. Si la vérité est découverte, une guerre civile éclatera, partagée entre plusieurs potentiels remplaçants au trône. Afin d'éviter cela, Conner, un membre de la cour, fomente un plan pour sauver le royale : faire passer un orphelin pour le prince Jaron, le fils cadet du roi disparu en mer quatre ans plus tôt. Il décide alors de recueillir chez lui quatre garçons de 14 ans, tous blonds aux yeux verts : Saige le rebelle au caractère aussi espiègle que Jaron, Lattamer le chétif, Roden le combattant au courage identique à celui du prince, et enfin Tobias dont l'intelligence et la culture générale se rapprochent de celles de Jaron. Les adolescents ont deux semaines pour apprendre tout ce qu'il y a à savoir pour se comporter en prince et au bout desquelles Conner ne choisira que l'un d'entre eux. Et si les garçons ne l'énoncent pas tout haut, ils se doutent tous de ce qu'il arrivera aux perdants : la mort. Une compétition s'engage alors entre eux.
Une compétition, un seul élu, la couronne à la clé... Ce scénario n'est pas sans rappeler celui de La Sélection de Kiera Cass. Si au début j'avais peur que leur contenu se ressemble trop - il faut dire que La Sélection met la barre très haute - c'est avec joie que j'ai découvert que non. Le faux prince arrive à s'imposer avec brio en toute originalité dans ce domaine.
L'histoire nous est racontée du point de vue de Saige, un jeune orphelin Avénien (royaume voisin de Carthya) immigré en Carthya. Indiscipliné, il n'a pas la langue dans sa poche et, voleur émérite, dérobe tout ce qu'il lui passe sous la main. Cela lui vaut d'ailleurs de nombreuses corrections de la part de Conner qui, avouons-le, n'est guère un tendre. Ni aussi intelligent que Tobias ni aussi fort que Roden, il arrive à se faire une place grâce à son ingéniosité et ses provocations qui lui apportent bien souvent plus d’ennuis que d'aide. Pas plus intéressé par la place de prince que par sa première dent, il voue une haine plutôt farouche envers Conner. Un personnage attachant et au sens de l'humour imbattable qui arrive à nous plonger dans son monde avec une étonnante facilité. Il est celui dont l'évolution au fil des jours est la plus appréciable.
Que dire de Lattamer excepté le fait que ce personnage m'a fait de la peine ? Pas grand chose à vrai dire. Malade et faible, c'est un garçon calme, voire même plutôt résigné, mais qui reste quand même assez lucide sur sa condition et sa situation. J'aurais aimé le voir peut-être un peu plus détaillé, histoire que je puisse en dire un peu plus sur lui que ces quelques mots.
Roden... Un personnage que je pensais décrire au départ comme "Tout dans les muscles, rien dans la tête". Or, il m'a démontré le contraire. Analphabète, il est désireux d'apprendre, de se cultiver, afin d'avoir le niveau requis pour devenir prince. Car pour lui, c'est une nécessité. Il ne désire pas forcément la mort de ses compagnons d'infortune, mais si c'est le prix à payer pour qu'il s'en sorte, il vivra avec. Son identité n'a pas vraiment d'importance à ses yeux, n'étant que Roden l'orphelin après tout, et n'hésiterait pas une seconde à jeter son nom pour vivre comme "Jaron" pour le restant de ses jours. Il n'est pas "l'imitation du prince Jaron", il EST Jaron. Voilà sa philosophie. Mais c'est tout de même son courage, sa fierté et sa force au combat qui le persuadent d'être le meilleur prince Jaron des quatre candidats.
Quant à Tobias... C'est un lâche. Il est l'exemple même du bureaucrate, qui parle beaucoup, se vante, donne des ordres insensés mais reste bien loin derrière les premières lignes, à l'abri derrière ses murs. Car il est chiant. Souvent, j'ai eu envie de lui donner des baffes, de le secouer afin de lui remettre les idées en place. Sa phrase favorite ? "Vous êtes des idiots, et moi je suis le plus intelligent.". On voit de suite à qui on a à faire. Pourtant, il reste quand même attachant, au même titre que les autres. On a un favori pour le titre de prince, mais on aimerait quand même que chacun d'eux gagne, car aucun ne mérite la sentence du perdant.
Je vais terminer cette partie personnages, bien plus longue qu'à l'accoutumée, par les personnages de Conner, de Cregan et de Mott. Conner, dès que je l'ai découvert j'ai immédiatement pensé "C'est une ordure". Et comme souvent, je ne me suis pas trompée. Autoritaire et se présentant comme antihéros qui joue le mauvais rôle pour protéger le royaume, il est le plus grand mythomane que j'ai pu voir dans un roman jusqu'à présent. À un point qu'on attend le prochain mensonge qu'il sortira pour se dépêtrer d'autres mensonges. Cregan est la vraie brute épaisse insupportable qui aime blesser pour le plaisir et dont le cerveau n'est pas plus gros qu'un petit-pois. Et puis il y a Mott, un homme au service de Conner mais dont le sens du devoir et la droiture sont bien plus développés que ce dernier. Un personnage qui passe d'ennemi à ami puis de nouveau à ennemi bien à contre-cœur avant de redevenir un ami. Un personnage somme tout aussi intéressant que Saige, à sa façon.
Jennifer A. Nielsen met les hommes à l'honneur à travers ce livre. Chose bien rare quand la majorité des romans de ce genre sont présentés d'un point de vue féminin. Cela change, et ce n'en est que plus rafraîchissant. Pas de quoi s'inquiéter, il y a bien évidemment des protagonistes féminins à l'intérieur de ces pages - sinon ce serait moins drôle - mais je n'en parlerai pas pour ne pas trop vous en dévoiler. L'histoire est très bien écrite et l'écriture fluide. La découpe des chapitres, bien plus courts que la moyenne, permet une lecture plus douce. Si les dialogues entre les candidats peuvent parfois paraître un peu niais, ce n'est en rien un défaut. L'auteur écrit si bien qu'on en oublie souvent que les protagonistes n'ont en réalité que 14 ans, leur donnant souvent trois à quatre ans de plus. Quand au scénario en lui-même, j'ai eu beau réfléchir et réfléchir encore, l'auteur m'a juste bluffée du début à la fin avec des révélations étonnantes. Et ça, je vous le dit, c'est un exploit. La couverture est également magnifique, attirante mais également bien mystérieuse, aux teintes à la fois sombres et douces.
Vous l'aurez sans doute compris, j'ai plus qu'adoré ce roman. Un point négatif, peut-être ? Lorsque j'ai découvert que Saige et les autres garçons étaient blonds, j'ai pensé "Pourquoi blonds ? Je préfère les bruns !". Vous voyez à quel point trouver un aspect négatif est difficile.
En résumé, Le faux prince, est une histoire menée de main de maitre, captivante du début à la fin, et aux nombreuses révélations qui saura ravir les petits comme les grands. Saurez-vous relever les indices disséminés avec la plus grande subtilité par l'auteur ?

Chronique rédigée par Elodie
Lien : http://leslecturesdelna.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Goupilpm
  07 avril 2016
Saige, un jeune orphelin, ainsi que trois autres orphelins, sont recueillis chez Conner, un membre du conseil royal pour remplacer, suite à l'assassinat de la famille royale, le Prince Jarod qui aurait disparu quatre ans plus tôt victime du naufrage de son navire suite à l'attaque de pirates. Conner informe de son plan, non sans avoir fait tué l'un deux à titre d'exemple, que les trois adolescents ont deux semaines pour tout apprendre ce qu'il y a savoir pour se comporter de la manière que l'aurait fait le jeune prince. Au bout de ce délai, il choisira l'un deux pour le présenter comme l'héritier du trône.
Si l'intrigue s'avère simple avec un complot visant a prendre indirectement le pouvoir par le biais d'un des trois jeunes, le synopsis l'est également puisque la majeure partie se veut initiatique avec la formation des trois jeunes gens.
Bien qu'il y ait en début de livre une carte présentant le royaume de Carthya et ses voisins, le monde dans lequel évoluent les protagonistes est peu développé car hormis le tout début de l'histoire où Conner recrute les jeunes gens, l'on n'a plus d'informations car tout se déroule intra-muros dans le manoir campagnard du conseiller. Malgré la formation des trois jeunes, l'auteur nous en apprend peu sur le royaume, certes si son historique est évoqué le lecteur n'en a pas la moindre bribe et la géopolitique ne fait également pas l'objet d'un développement, l'on n'apprend juste qu'un conflit pourrait voir le jour. le déroulement de l'intrique ne s'effectue par l'intermédiaire des personnages ce qui a pour effet de produire un récit linéaire.
Les personnages sont dans l'ensemble plutôt bien esquissés, notamment en ce qui concerne les trois orphelins, l'auteur a su donner un chacun une personnalité qui lui est propre. Saige, le narrateur, est un personnage attachant personnage attachant et au sens de l'humour imbattable qui arrive à nous plonger dans son monde avec une étonnante facilité. Il est celui dont l'évolution au fil des jours est la plus appréciable. On a moins de facilité à s'attacher aux deux autres orphelins, Tobias nous apparaît un peu trop sur de lui et Roden un peu trop volontaire, ce qui détonne quelque peu par rapport à leurs âges et leurs vécus. On regrettera que l'auteur sur ce dernier point ne nous en apprenne davantage. Quand au personnage de Conner, le méchant, l'auteur lui a donné des traits parfois un peu caricaturaux. Quand personnages secondaires, ils ne sont malheureusement secondaires... pas assez développés pour s'en faire une véritable opinion.
L'écriture est fluide, le style simple, les chapitres sont courts ce qui favorise la dynamique de lecteurs, ce qui est essentiel lorsque l'on s'adresse à un lectorat jeune. La conduite du scénario est bien menée avec des révélations qui parviennent à nous surprendre. On regrettera toutefois que les dialogues paraissent, pour un adulte, parfois un peu niais, mais on peut s'absoudre de ce petit travers car ils apportent un petit air de fraîcheur.
Un début de cycle plutôt bien réussi, si l'on tient compte que l'auteur s'adresse à un lectorat à partie de dix ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AlphonseA
  28 novembre 2016
Un jeune orphelin de 15 ans, Saige, est choisi avec trois autres orphelins pour se faire passer pour le prince Jaron, car une terrible tragédie s'est produite et risque de faire sombrer le royaume de Carthia dans une énorme guerre civile.
Le faux prince est un roman fantastique de Jenifer A.NIESLEN.
« orphelins », « prince », « malice », « secrets », « révélations » … décrivent ce roman.
On peut classer ce livre parmi les romans d'enquête et de résolution de problème. Malheureusement, je trouve que l'on peut vite deviner la solution aux deux mystères qui s'imposent dans ce roman.
Saige est très malin, il tient ses promesses, il est arrogant, quelquefois insolent, mais il est mystérieux, drôle, gentil,…
Il est de taille moyenne, a des cheveux blonds, très est habile, …
Saige est ami avec Tobias, qu'il trouve au début de l'histoire trop arrogant, mais leurs relations s'améliorent à la fin du livre. Avec Roden c'est l'inverse : ils sont amis au début du livre et leurs relations se détériorent à la fin du livre. Saige déteste tout au long du livre Conner, il déteste aussi Cregan, mais il apprécie Mott. Je crois qu'il aime la servante, Imogen.
Le narrateur a utilisé des phrases plutôt longues, mais pas trop pour ne pas entraver la compréhension du récit. Il donne beaucoup de détails et de vocabulaire. Les personnages s'expriment comme dans la vie courante, sauf lorsque qu'ils parlent à Conner. Il y a de l'humour.
Le récit est presque chronologique : certains chapitres sont des flash-back.
C'est Saige le narrateur du récit : c'est un narrateur intérieur. Cela nous permet de voir son ressenti sur les épreuves qu'il surmonte.
L'histoire est captivante et intrigante. Ce livre m'a fait sourire lors des passages drôles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
enerys4
  14 janvier 2017
C'est vraiment dommage que des livres tels que "Le faux prince" ne soit pas plus connus que ça. L'histoire reste drôle et est vraiment pleine de rebondissements.
Des orphelins doivent apprendre en peu de temps à se comporter comme des princes pour qu'un de ses quatre garçons puissent accéder au trône. Bien évidemment, ce n'est pas très légal, vous l'imaginez bien! Mais la famille royale est morte et le peuple n'est pas au courant...
Les orphelins se mettent en compétition pour savoir lequel est le meilleur pour devenir roi. Chacun a sa petite caractéristique: le savoir, la force ou la ressemblance au plus jeune prince.
Nous suivons Saige, un orphelin au fort caractère! Et on peut dire qu'il a l'air de se foutre pas mal de l'enjeu de son apprentissage... (désolé pour le mot mais j'en ai pas vraiment d'autre). Reste plus qu'à deviner pourquoi!
Commenter  J’apprécie          40
cats26
  25 juin 2014
Saige est un orphelin choisi avec trois autres orphelins pour apprendre et rivaliser entre eux afin de prendre le rôle d'un prince héritier qu'on croyait mort. Leur récompense : une vie princière sous le contrôle de Conner, le noble qui a tout manigancé. Leur punition : la mort comme va très vite le découvrir l'un des garçons. Et bien sûr, le jeune héros ne va pas jouer le jeu; il va tout tenter pour s'échapper, pour fuir la domination de Conner.
C'est le premier tome de la série et je l'ai lu d'une traite. le personnage principal est extrêmement intéressant et si le récit est à la première personne, on découvre très vite que Saige ne raconte que ce qu'il veut bien raconter et que sans mentir, il peut projeter une réalité autre que la vérité. En effet, pour survivre, il est un menteur, un acteur, un voleur né. Ses mains sont lestes, son corps agile, ses pieds sûrs et il n'a pas peur de rien; bref, un casse-coup débrouillard qui chérit sa liberté et ne veut certainement pas entrer dans un complot politique. Pour s'en sortir, il lui faudra néanmoins entrer dans le jeu de Conner et devenir prince.
Un premier volume prometteur!
A partir de 14 ans
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LatameurLatameur   11 juillet 2016
-[...]tu es un crétin
-Je ne l'ai jamais nié, c'est là la différence entre nous
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : imposturesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1253 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre