AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur L'été infini (21)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
cardabelle
05 août 2017
Un petit livre , léger, au graphisme dépouillé qui se démarque par une présentation raffinée avec sa page de garde cramoisie qui s'ouvre sur des feuillets vanille , une belle invitation à la lecture , une note de délicatesse.

Puis, dès les premières lignes, on est surpris par le style atypique : le texte apparaît en longues phrases amples tantôt coulantes tantôt bouillonnantes ,un flux sans chapitres . Ondoyant .
C'est parfois une sorte de parenthèse onirique, suspendue dans le temps, parfois une narration douce-amère parfois encore l'expression du désarroi .
La trame du récit se construit sur le thème du destin, celui d'adolescents réunis un été dans la campagne danoise .
La période estivale et le lieu engendrent une atmosphère romantique mais bien vite les côtés sombres du tableau apparaissent en toile de fond n'épargnant pas la complexité des relations : un récit qui fait figure de psychothérapie semble-t-il .

J'avoue avoir été gênée par la neutralité voulue par l'auteur quand il parle de "la fille" "le jeune garçon " "la mère"" le beau-père" etc...un détachement, une distance qui place l'autre en observateur, l'autre, le narrateur bien sûr mais aussi le lecteur .
Curieux ce récit : riche et tout empreint d'ambiguïté. Beauté et noirceur mêlées, espoirs et désarroi.

La quatrième de couverture compare ce roman à ceux de Karen Blixen ? Pour ma part, j'ai plutôt pensé à Proust ou parfois à Hervé Bazin.
Je dirais que c'est un roman dense, touffu, court mais d'une lecture parfois complexe. A mon humble avis, il devrait intéresser les lecteurs férus de psychologie :les personnages semblent tous choisis pour servir de belles études de cas.

Un livre qui provoque aussi chez moi un sentiment d'ambivalence : disons que je l'ai apprécié pour l'originalité de sa syntaxe ,pour la poésie et l'hypersensibilité sous-jacente mais moins pour le fond car je n'ai pas vraiment ressenti d'empathie pour les personnages ,un récit qui s'écoute , qui se regarde plus qu'il ne se vit .
Une lecture qui réclame de l'attention , à l'aura certaine. Elle me restera en mémoire. Et, j'ai donc été sensible aux attraits de cette nouveauté .
Je remercie "Masse critique "et les Editions Notab/lia de m'avoir permis cette découverte littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3911
jeunejane
01 août 2017
Le livre traite de la quête d'identité sexuelle à partir d'un groupe d'adolescents dans les années 1980 au Danemark.
Tous ces jeunes gens désirent devenir artistes et l'été qu'ils passent ensemble a des airs d'éternité.
Les barrières entre les personnages n'existent pas.
La personnalité de l'auteure habite le livre.
Avant de devenir Madame Nielsen, celle ci s'appelait Claus Beck-Nielsen.
Il lui aura fallu 48 ans avant de prendre sa propre identité sexuelle. Cela a dû constituer un grand tourment!
Le style d'écriture est tout à fait particulier. La troisième personne employée pour la narration donne une grande distance au récit et le place comme sur un nuage.
Les répétitions de paragraphes et de phrases ajoutent comme un refrain insistant au texte.
Je pense que ce travail peut plaire aux personnes qui arrivent à rentrer dans un style d'expression moins conventionnel que le style narratif habituel.

Merci à Babelio et aux éditions NOTAB/LIA pour m'avoir permis d'approcher une auteure que je ne connaissais pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          385
nadejda
05 août 2017
« … une fille descend les marches tel un tourbillon, non pas élégante et confiante mais plutôt folâtre et haletante, dans un papillonnement de manteau et foulard et de doigts écartés…… en rougissant non pas de honte mais de vie… »
« folâtre et haletant » , papillonnant, des adjectifs qui me semblent coller à ce texte jalonné de beaux passages, qui par moments séduit et à d'autres peut être agaçant. Séduisant parce que tourbillonnant et plein de vie. Oui, il ressemble à cette fille qui descend les marches subjuguant le jeune garçon gracile qui ne s'est pas encore découvert.

Madame Nielsen ne cherche pas à délimiter, cerner et donc dénaturer en voulant comprendre, elle souhaite que seule irrigue ce texte la vie, sa fluidité, ses ombres et sa lumière, la vie qui va et vient, qui vous subjugue et vous broie…

… il éprouve encore une fois ce soulagement indicible quand quelque chose, ce qu'il y a de plus grand, ce qu'il y a de plus beau, a été possible l'espace d'un instant… p 62

J'ai eu envie parfois d'arrêter cette lecture mais les éclats de beauté fugaces surgissant au détour de ces réminiscences parfois difficiles à suivre l'ont relancée et j'ai poursuivi à la suite du jeune garçon gracile qui, lui-aussi cherche et se perd, tentant de se découvrir, traversé par de soudaines et comme évidentes fulgurances dont il doute l'instant d'après.
Un texte composé, comme l'est la vie, d'éclats de lumière et d'ombre, de violence, où l'on peut croiser le Caravage et Rembrandt aussi bien qu'Egon Schiele ou Strinberg



…. il traverse l'entrée pour pénétrer dans la pièce la plus petite, déjà transformée dans son souvenir en sa chambre à elle, la fille —et « la ferme blanche » de n'être plus un lieu inscrit dans le temps mais une pièce du récit qui succède à une multitude d'autres pièces, où toutes les choses et chaque mouvement peuvent advenir quand bon leur semble ;….. p 64

Madame Nielsen laisse monter à la surface les choses, les souvenirs, elle les laisse aussi s'évanouir sans tenter de les retenir et comme elle le dit si bien :
« le récit n'est pas « larger than life », plus vaste que la vie, il est l'unique sauvetage du temps. » p 147
Ce sauvetage m'a laissée déroutée et perplexe et pourtant j'en ai aimé bien des passages. J'ai aimé aussi le regard acéré que porte l'auteur sur son entourage et sur tout ce qui vient entraver la circulation de la vie, la vie qui se fraye un chemin coûte que coûte, la vie belle et dévastatrice qui veut être.


Merci aux éditions Noir sur Blanc et à Babelio qui m'ont offert cette lecture déconcertante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
sabine59
11 août 2017

Tout d'abord, une impression d'asphyxie: des phrases très longues dans un déroulement continu, et très peu de paragraphes. C'est déconcertant, de même que les répétitions d'expressions, mais on s'habitue finalement assez vite.

Ensuite, autre aspect curieux, la neutralité voulue, les personnages n'ayant pas de noms, ou très peu, c'est "La fille" ou " le jeune homme dégingandé " par exemple.Mais le narrateur extérieur intervient dans son récit, nous annonce que " l'été infini" va commencer ou se terminer, un peu à la manière d'un choeur antique.

Cet été infini, on l'attend longtemps, car les acteurs de cette histoire se mettent en place doucement, on évoque leur passé , et ils sont même projetés dans leur avenir . L'été infini au coeur du Danemark des années 80 sera celui de la passion amoureuse, artistique, des adolescents en quête d'identité. Celle notamment du jeune homme sensible pour lequel on utilise " il" ou "elle", ce qui laisse entrevoir dans ce roman au lecteur une part autobiographique . En effet, l'auteure a été en premier lieu un homme ...

J'ai été intéressée par le style atypique, les différents récits de vie si particuliers de chacun des protagonistes, cependant, je n'ai pas adhéré complètement à cette histoire, confuse et trop décousue, ni aux personnages peu attachants, peut-être justement parce qu'ils restent assez indéfinis.

En tout cas, merci à Babelio et aux éditions Noir sur Blanc, pour l'envoi de ce livre , c'est toujours enrichissant de découvrir de nouveaux horizons littėraires!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234
krzysvanco
24 août 2017
Merci aux éditions NOTA/LIA et à l'opération Masse critique pour l'envoi de ce livre.

169 pages seulement mais ma première lecture fut déroutante et ardue...

Des phrases interminables, s'étalant sur plusieurs pages parfois, de nombreuses digressions, une mise en page peu aérée et très peu de signes de ponctuation, des protagonistes que l'auteure désigné rarement par leur prénom ("le jeune garçon, qui est peut-être une fille mais ne le sait pas encore", "la fille", "la mère", "les deux petits frères", "l'artiste portugais", "le garçon bien bâti", etc), ajoutez-y la quasi absence de trame, tout cela m'a demandé de la persévérance pour finir ce livre...

Mais m'étant engagé à rédiger une critique, je me suis forcé à le relire, parfois à voix haute, pour éviter de me perdre dans ces longues phrases. Cette nouvelle lecture m'a mieux armé pour ce compte-rendu, et m'a permis d'atténuer ma première impression négative sans toutefois la transformer en une appréciation élogieuse.
Dans le sous-sol d'une ferme blanche dans la campagne danoise dans les années 1960, vit une famille : la fille, sa mère, son beau-père, ses deux petits frères ainsi que son petit ami, le jeune garçon cité plus haut.
Ce dernier, des années plus tard, devenu une vieille dame, est le narrateur.
Le beau-père quitte le domicile, et son absence permet l'installation de nouveaux personnages dont un jeune artiste portugais qui deviendra l'amant de la mère.
Dans cette ambiance bohème, tous ces jeunes artistes ont des rêves, des attentes, aiment, croient en une destinée fulgurante. C'est le début de l'été infini où tout est possible.
Ce sera hélas aussi la saison des espoirs perdus, la saison où rien ne se passe.
C'est l'apparition de la maladie et de la mort.
Roman de la passion, du destin, de la mort, de la mémoire, la mélancolie est toujours perceptible.
Il y règne dans ce roman une indéniable atmosphère, je reconnais au style une musicalité certaine, mais hélas je n'y ai pas adhéré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
mosaique92
12 août 2017
Si vous voulez apprécier un livre, suivez ces règles :
1 - Ne pas (toujours) suivre les conseils de son entourage en matière de lecture
1bis - Ne pas accepter sans vraiment réfléchir une invitation dans le cadre d'une opération Masse critique spéciale
1ter - (corollaire de l'ignorance de la règle précédente) Devoir rédiger une critique sur le livre
2 - Ne pas présumer de la qualité du contenu à partir de la couverture et/ou du résumé éditeur
3 - Ne pas (toujours) se fier à ce que dit l'auteur dans une émission littéraire et/ou un journal et/ou un salon
3bis - Ne pas regarder la vidéo de présentation par l'auteur avant d'ouvrir le livre
4 - Ne pas lire des critiques de babéliotes avant de lire le livre

Après avoir allègrement ignoré les règles 1bis, 2, 3bis et 4 je dois me plier à la règle 1ter

J'ai lu quelque part une chronique qui parlait de prose digressive, tout en méandres. Eh bien mes clignotants ne marchaient plus et j'ai été incapable de négocier les virages.

Pour résumer, et sans jouer sur les mots/maux, je dirais : ce livre c'est du mot à maux (et je pèse mes mots/maux)…

PS - Nonobstant ce qui précède, merci à Babélio et aux éditions Noir sur Blanc : la présentation de ce livre est magnifique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          167
Aela
11 août 2017
L'été infini est un roman très original sur la destinée d'un groupe d'adolescents dans le Danemark des années 80.
Pour eux le temps va être comme suspendu. Tous sont en recherche de leur identité.
Le thème est intéressant mais la syntaxe très originale et non conventionnelle peut dérouter beaucoup de lecteurs.
La forme très compacte de l'écriture ne rend pas la lecture toujours aisée.
A conseiller pour les lecteurs en recherche de nouvelles formes d'écriture.
Commenter  J’apprécie          150
babel95
28 août 2017
Je remercie Masse Critique de Babelio, ainsi que les éditions Notabilia de m'avoir permis de lire et rédiger l'Eté Infini, de Madame Nielsen.

Découvrir la couverture d'un livre, l'ouvrir, lire ses premières pages, partir à la découverte de mots, de rythmes, d'images… pour moi, c'est le plaisir de lire, une émotion forte. Chaque livre que j'aime me transporte.

Lire l'été infini a été, pour ce qui me concerne, une tout autre expérience ; Je comprends le texte que je lis, mais pour moi, il s'agit d'un texte déroutant. Je ne parviens pas à m'habituer à sa forme, à ses phrases sans fin. Ce rythme est difficile. J'ai trouvé certaines images très belles, mais je n'ai pas pu ou su m'intéresser aux personnages – trop lointains, abstraits. Je n'ai pas compris le titre « un requiem».

Le fait de changer d'identité – de naître homme et de devenir femme (ou l'inverse) est une expérience qui doit être déroutante, très intense, très difficile. Pour autant, l'écrit d'une personne transgenre reflètera-t-il obligatoirement cette difficulté et cette quête d'identité ? Je ne le sais pas.

Je pense que l'Eté infini a eu un grand mérite : il m'a permis de réfléchir à mes choix en matière de livres, à ma façon de lire, à tout ce que j'attendais d'un livre. Par ailleurs, j'ai lu plusieurs critiques de l'Eté infini dans Babelio, et j'ai trouvé que les ressentis, les échanges autour de cet ouvrage avaient été riches et m'avaient permis d'aller plus loin dans la réflexion. Il me semble que cet ouvrage n'a laissé personne indifférent, et c'est pourquoi je donnerai une deuxième chance à l'été infini – mais pas dans l'immédiat.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Chrystaalle
28 août 2017
Il y a des rencontres par le biais des livres qui se font et d'autres qui ne se font pas.

Ce livre est très bien écrit, l'écriture est belle, travaillée, ciselée, polie. Comme les pierres peuvent l'être par la mer quand elles deviennent galets ou joyaux.

Mais, et il y a un mais à la hauteur de cette envolée lyrique, il m'a manqué de la consistance, des personnages incarnés, un fil conducteur , une histoire, un brin d'aventure ou d'action.

Certes l'été est infini, mais un livre ne l'est pas ( et j'ose dire "ouf " ).
Commenter  J’apprécie          61
SophieLesBasBleus
05 août 2017
Merci à l'opération Masse critique de Babelio et aux éditions Notabilia qui m'ont permis de découvrir ce livre !
Le titre double, "L'été infini, Un Requiem", marque déjà les deux pôles entre lesquels se situe le roman. L'été infini, c'est celui des jeunes années au moment où l'avenir s'ouvre sur tous les horizons du possible. Un été qui commence au début des années 1980 au Danemark dans la ferme blanche où vit un groupe d'adolescents avec la mère de l'un d'eux. Tous ont l'âme artiste et sont convaincus d'avoir à vivre des existences d'exception. Mais ils ont beau prolonger, étirer cet été de tous les infinis, le temps et la réalité se chargent d'en prononcer le requiem. Requiem de la jeunesse inexorablement passée, des espérances mortes, des amours avortées et des amis disparus. La trame du roman de Madame Nielsen, probablement nourrie d'autobiographie, est superbe et certaines fulgurances m'ont bouleversée.
Je n'ai cependant pas adhéré aux choix narratifs de l'auteur. le mélange des temporalités, le refus d'identifier les personnages autrement que par leurs caractéristiques physiques, l'imbrication des histoires de chaque membre du groupe, la discordance entre l'enchaînement des évènements et l'ordre dans lequel ils sont racontés, m'ont souvent conduite à l'incompréhension. Si j'aime les structures narratives complexes et originales, j'apprécie aussi qu'elles n'oublient pas le lecteur en cours de route ! Ma lecture de ce roman s'est apparentée à la remontée d'un fleuve aux courants indomptables. Certes, l'aventure pourrait être belle... à condition de ne pas faire naufrage ! C'est un peu ce qui s'est passé pour moi : j'ai été engloutie par une forme de narration qui m'a empêchée d'en apprécier les qualités. Je le regrette d'autant plus que les très belles dernières pages, comme apaisées, comme libérées d'une sorte d'impétuosité, témoignent de la puissance qu'aurait pu avoir ce roman avec un tout petit peu plus de simplicité et avec une véritable prise en compte du lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
84 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre