AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Marc de Gouvenain (Traducteur)Lena Grumbach (Traducteur)
EAN : 9782742746422
304 pages
Actes Sud (04/02/2004)
3.5/5   13 notes
Résumé :
4° de couverture :
(Edition source : Actes Sud, Lettres scandinaves - 02/2004)


Cela se passe là-haut, tout au nord de la Suède, à la frontière finlandaise où, dans les années soixante, tels des météorites, parviennent successivement une route goudronnée, les électrophones à piles, le mascara et les premiers disques des Beatles. Excellents ingrédients pour une adolescence dans une sorte de bout du monde qui sent l'ours, la forêt et l'alc... >Voir plus
Que lire après Le goût du baiser d'un garçonVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Fin des années soixante et début soixante-dix, Matti et son ami Niila vivent à Pajala, une petite ville tranquille du nord de la Suède. À mesure qu'ils grandissent la magie de l'enfance, peuplée de sorcières et de revenants, est remplacée par celle de la musique rock, l'alcool et le sexe. Petit à petit, ils intègrent le monde adulte. En évoquant ces souvenirs de jeunesse, Mikael Niemi capture les subtilités de la vie sociale d'une communauté rurale un peu particulière, celle des Tornédaliens, "un tantinet incultes, un tantinet pauvres d'esprit ", pas tout à fait Suédois, pas vraiment Finlandais non plus. Cette communauté, l'auteur la connait bien puisque, tout comme Matti, il est né et a vécu à Palaja.
Une lecture bien sympathique pour découvrir le mode de vie particulier, un peu brutal et éloigné de la modernité, de la minorité linguistique dont est issu l'auteur. J'en ai apprécié le langage plutôt fleuri qui m'a fait sourire à de nombreuses reprises.
Le titre original est Populärmusik från Vittula. Dommage que l'éditeur français ait choisi la dernière phrase comme titre du roman. On ne peut de prime abord en goûter la saveur particulière. Avec ce titre aux relents de guimauve, j'ai eu presque honte en l'achetant ! L'illustration de couverture, à mon avis, ne reflète pas non plus l'esprit du texte de Niemi.
Ces (mauvais) choix éditoriaux n'ont pas dû aider la promo de ce roman qui mériterait d'être découvert par un plus grand nombre de lecteurs car, croyez moi on n'y trouve pas de mélasse sentimentale. Rien que du rude, du touffu, du viril ! Du tornédalien, en somme.
Commenter  J’apprécie          172
A première lecture, le titre de ce livre n'est pas très inspirant. Mais quelques critiques positives ainsi que le résumé de la couverture, me persuadent du contraire. Bien m'en a pris, sous des chapitres décrivant des petites anecdotes d'un jeune garçon puis adolescent, on découvre l'enfance du narrateur en Suède, dans les années 60, près de la frontière finlandaise ; la religion, l'alcool, les filles... Quelques uns de ces épisodes (malgré des descriptions assez longues) sont assez insolites, bizarres, surréalistes alors que d'autres carrément tordants et amusants ... ou touchants comme celui où il embrasse son ami. A lire, déguster, savourer.
Commenter  J’apprécie          40
Le narrateur, Matti, nous raconte son enfance dans un village suédois très au nord, proche de la frontière finlandaise, situé sur le cercle vodkaique et ce jusqu'à la fin de l'adolescence.
 
C'est une succession de découvertes (les filles, le rock 'n' roll, l'alcool), de situations les plus délirantes les unes que les autres : l'exorcisme de la grand-mère de son ami qui vient le hanter dans son sommeil, la chasse aux rats qui finit en une hécatombe monstrueuse, les beuveries familiales, le concours de sauna.
 
Ça été un peu dur de se mettre dedans mais une fois que j'ai réussi à m'y mettre j'ai vraiment eu du plaisir à le lire. Ça faisait même longtemps que je n'avais pas ri en lisant un livre.

Le goût du baiser d'un garçon est sûrement l'un des meilleurs romans que j'ai pu lire cette année.
Commenter  J’apprécie          20
Les avatars d'un bon premier livre ! L'auteur nous fait pénétrer dans une région peu documentée, la frontière suédo-finlandaise. Livre de formation vécu de l'intérieur qui prend tout son intérêt, car les coutumes locales sont aussi fortes qu'actives et formidablement documentées. Il y a des passages à vide qui freinent la lecture, mais pas assez denses pour l'arrêter et c'est tant mieux, car l'évolution du héros permet de renouveler l'intérêt.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Le langage populaire appelait notre quartier Vittulajänkkä, ce qui, traduit, donne le Marais de la Foufoune. L'origine du nom n'était pas claire, mais il devait y avoir une allusion au nombre d'enfants qui naissaient par ici. Dans de nombreuses bicoques, on comptait cinq enfants, parfois davantage, et ce nom célébrait ainsi quelque peu crûment la fertilité féminine.
Commenter  J’apprécie          10
Le langage populaire appelait notre quartier Vittulajankka, ce qui traduit, donne  le marais de la Foufounne. L'origine du nom n'était pas claire, mais il devait y avoir une allusion au nombre d'enfants qui naissaient par ici. Dans de nombreuses bicoques, on comptait cinq enfants, parfois davantage, et ce nom célébrait ainsi quelque peu crûment la fertilité féminine.
Commenter  J’apprécie          00

Dans la catégorie : Littérature suédoiseVoir plus
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature suédoise (182)
autres livres classés : suèdeVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (37) Voir plus



Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
147 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre

{* *}