AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Cornélius Heim (Autre)Mazzino Montinari (Éditeur scientifique)Giorgio Colli (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070324303
Éditeur : Gallimard (13/10/1987)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 398 notes)
Résumé :
C'est d'abord à une radicale remise en question de la vérité que procède Nietzsche (1844-1900) dans Par-delà le bien et le mal (1886). Ce texte d'une écriture étincelante, férocement critique, met en effet au jour, comme un problème majeur jusque-là occulté, inaperçu, celui de la valeur. Il y destitue les positions philosophiques passées et présentes (autant de croyances), et stigmatise, en les analysant un à un, l'ensemble des préjugés moraux qui sous-entendent not... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
colimasson
  28 juin 2013
Si le Zarathoustra de Nietzsche vous parut être un homme admirable, vous découvrirez Par-delà le bien et le mal comme la source théorique de l'application de sa ligne de conduite.

Zarathoustra, on s'en souvient, vivait loin des hommes, retiré dans la montagne, au milieu d'une nature indocile et souvent peu confortable mais qui savait par ailleurs procurer l'extase de la puissance et qui permettait à la force vitale du presque-surhomme de se délier avec panache. Cette vie solitaire (qui n'est pas solitude) aura permis à Zarathoustra de prendre du recul sur les jugements émis par les hommes depuis des millénaires, et qui continuent encore à circuler aujourd'hui alors que la réflexion devrait conduire à cette évidence absolue : ils ne contribuent pas à élever l'homme et lui font perdre l'équilibre lorsqu'il s'essaie à avancer sur la « corde tendue entre l'animal et le Surhomme », la « corde tendue au-dessus d'un abîme ». Encore un bouquin de misanthrope ? Pas vraiment puisque Nietzsche mena une vie très mondaine, au moins jusqu'à ses quarante ans, fréquentant les meilleurs salons de Bâle. La philosophie de Nietzsche n'est donc pas une pure oeuvre spéculative. Elle résulte d'une expérience réelle de la vie sociale, dans ce qu'elle a de pire et de meilleur, nourrie ensuite d'une solitude brusque et forcée qui, dans le contraste, permit certainement à Nietzsche d'élaborer les réflexions qu'on lui connaît.

L'affrontement des forces majeures du Bien et du Mal n'existe pas de manière absolue, et c'est peut-être bien leur avantage. Elles se dispersent sournoisement et il s'agit de les traquer avec attention, ce que fait Nietzsche en s'aventurant dans les domaines des valeurs, des vérités et du pouvoir. Ici, on les appelle péché ou vertu, honte ou pudeur, crime ou charité ; ailleurs on les appelle ignorance ou savoir ; là on les appelle obéissance ou autorité. Mais qui a défini ces normes ? Quelles ont été les motivations de ceux qui les ont choisies ? Avant de cheminer Par-delà le bien et le mal, Nietzsche remonte à leurs sources et voit la dualité émerger avant même la naissance du christianisme, lorsque la morale des esclaves exigeait des conditions de vie plus douces, ralentissant ainsi le développement des hommes puissants –ce qu'on appellerait aujourd'hui « nivellement par le bas » ? Plus de pitié, plus de compassion ; Nietzsche avait pourtant essayé d'en faire preuve après avoir lu les exhortations encourageantes du Monde comme volonté et comme représentation de Schopenhauer, et il avait misé sur l'aptitude de l' « art total » pour y parvenir –mais cette volonté se solda par un échec retentissant lors du Festival de Bayreuth. Nietzsche y perdit toute sa confiance, beaucoup de force, et le goût de vivre lui vint presque à disparaître. Est-il vraiment audacieux de détruire la force vitale des derniers hommes puissants (mais toutefois pas assez pour résister à la contagion néfaste des autres), de les sacrifier dans la tentative de sauver des hommes faibles que rien ne semble pouvoir élever ?

« Plus un homme représente un type d'espèce supérieur, plus ses chances de réussite deviennent minimes : le hasard, la loi du non-sens dans l'économie humaine, apparaît le plus terrible dans les ravages qu'il exerce sur les hommes supérieurs, dont les conditions vitales subtiles et multiples sont difficiles à évaluer. »

Peut-être, en réalité, Nietzsche n'est-il pas si puissant qu'il veut bien le faire croire, et sans doute porte-t-il à bout des réflexions pour tenter malgré tout de s'en convaincre. Pour ma part, peu m'importe que Nietzche soit ou non le prototype le plus avancé du Surhomme. Il s'est peut-être laissé abattre par sa déception, mais il a su la surmonter seul, il a su la magnifier par ses réflexions, sans ne jamais perdre la sensibilité qui fut pourtant cause de son malheur. Et c'est parce que son oeuvre reste toujours sensible, profondément personnelle et authentique, qu'elle charme d'emblée. Pourtant, Nietzsche ne veut embobiner aucun lecteur, qui précise, avec son humour caractéristique : « Mais il ne faut pas avoir trop raison, si l'on veut avoir les rieurs de son côté ; un petit soupçon de tort peut être un indice de bon goût ». Ainsi, à mi-chemin entre le système et l'aphorisme, Nietzsche sépare son livre en chapitres distincts, composé de réflexions plus ou moins longues qui pourront former dans un cas des chapitres, dans l'autre des maximes, passant par le spectre de toutes les formes intermédiaires et s'essayant même à la poésie.

Par-delà le bien et le mal est un livre gai et chantant qui ressemble à un hymne pour la liberté. L'immoralisme de Nietzsche n'est pas une absence de règles ni de lois, comme ce serait le cas dans un système anarchique –c'est un moralisme personnel, fondé sur la certitude que, les cieux étant désormais vides de tout Dieu, il faut les repeupler par soi-même. Nietzsche dépasse son inspirateur Schopenhauer, ce pessimiste qui ne proposait aucune solution, en exhortant l'homme à rechercher en lui ses propres valeurs et ses sincères aspirations. Il rejoint parfois Spinoza en faisant de la recherche un moteur essentiel du développement de l'humanité et un réconfort contre les bassesses de l'existence, mais il se montre moins extrême et plus sceptique lorsqu'il prévient déjà l'orgueil de ceux qui croiront avoir trouvé LA vérité alors qu'il ne s'agirait en fait que de LEUR vérité, ajoutant à l'Ethique spinoziste la souplesse qui lui manquait peut-être. Enfin, Nietzsche se fait précurseur de l'existentialisme sartrien lorsqu'il dénonce et moque l'hypocrisie des bonnes manières qui, non contentes de berner les autres, aliènent également celui qui en fait preuve par pure convention :

« Sa complaisance habituelle envers toute chose, tout évènement, l'hospitalité sereine et impartiale qu'il met à accueillir tout ce qui l'attaque, sa bienveillante indifférence, sa dangereuse insouciance du oui et du non, hélas ! toutes ces vertus, il a souvent à s'en repentir et, comme homme surtout, il devient trop aisément le caput mortuum de ces vertus. Réclame-t-on de lui de l'amour et de la haine –j'entends de l'amour et de la haine comme les comprennent Dieu, la femme et la bête-, il fera ce qui est dans son pouvoir et donnera ce qu'il peut. Mais on ne s'étonnera pas si ce n'est pas grand-chose, -s'il se montre justement ici faux, fragile, mou et incertain. »

Parce que la philosophie de Nietzsche semble plus légère, sensible et émotive que celle de la plupart des autres « philosophes », on lui a souvent reproché de n'avoir qu'un charme captieux. Ce serait là n'avoir pas réussi à surmonter cette certaine forme de moralité qui oppose la raison à l'émotion car –à bien y réfléchir- quel mal (ou quel bien) y a-t-il à se laisser persuader plutôt qu'à se laisser convaincre ?

Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4517
denis76
  24 janvier 2019
Par-delà le bien et le mal, qu'y a t-il ?
Par-delà le bien et le mal, c'est-à-dire la morale...
par-delà le bien et le mal, il y a le cerveau, comme une voûte céleste multicolore ;
par-delà le bien et le mal, il y a l'humain, trop humain ;
par-delà le bien et le mal, se trouvent l'esprit, le masque des pensées, la corruption, le jugement moral, l'immoralisme ;
par-delà le bien et le mal, se trouvent l'arrogance, la provocation ;
par-delà le bien et le mal, se cache la fameuse volonté de puissance, la vie ;
par-delà le bien et le mal, il y a les devineurs d'âme, et la psychologie.
.
Friedrich Nietzsche, au style toujours compliqué ;
Friedrich Nietzsche, manquant toujours d'explicitations, devant être deviné à demi-mots ;
Friedrich Nietzsche, au risque d'être mal interprété ;
Friedrich Nietzsche, cachant, lui aussi, ses vérités dans des délires, des logorrhées, des trucs-bidons, des phrases énigmatiques ;
.
mais Friedrich Nietzsche fonçant tel le taureau, bousculant Aristote, Socrate, l'ironie De Voltaire, les Anglais, la mathématique de Spinoza, Leibniz, l'impératif du vieux Kant, le romantisme de Schumann, et même Jésus et l'invention de Dieu ;
.
mais Friedrich Nietzsche fasciné par le génie de Platon, Empédocle, Héraclite, Shakespeare, le combat de Pascal, Delacroix, les psychologues français, l'Europe, Schopenhauer, Hegel, et surtout Wagner ;
.
Friedrich Nietzsche analyse, au-delà de la morale, quelques concepts en 9 chapitres.
.
Ce que je retiens de cet essai, après avoir lu Humain, trop humain, c'est la fragilité de l'homme, mais ça, on le savait..
.
Je pense comme lui, quand il déclare que chaque philosophe détient SA vérité ;
je loue son effort pour tenter, avant Freud, de découvrir les secrets de l'âme ;
je compatis quand il se défoule sur l'Eglise, sa bête noire ;
j'aime bien quand il se définit ainsi :
nous autres, savants ;
nous autres, ermites ;
nous autres, Allemands ;
nous autres, mandarins...
J'aime aussi quand il apostrophe les lecteurs : "Mes amis..."
Je trouve bizarre, mais c'est la mode en 1885, sa classification des matières, plaçant la philosophie au-dessus des autres disciplines ;
Je trouve culottée sa façon de se positionner au-delà du bien et du mal : "nous, les immoralistes", comme avec une sorte de vertu, mais le bien et le mal, c'est issu de l'Eglise, qu'il ne peut pas saquer...
Enfin, au chapitre VIII, il analyse l'Europe, analyse que j'ai retrouvée dans Mein Kampf, sauf pour les Juifs.
Le dernier chapitre est consacré à l'âme, celle de l'homme de proie, avec la volonté de puissance, et, à l'opposé, l'âme d'esclave. Dans cette partie, pour comprendre, on peut remplacer plusieurs termes de Nietzsche par les trois instances que Freud conceptualisera 38 ans plus tard.
.
Que m'apporte ce livre ?
J'ai d'abord la joie d'avoir été au bout.
Ensuite, je n'ai pas lu la biographie de l'auteur, mais je me pose la question : pourquoi avance-t-il masqué, ce qui nuit considérablement à la lecture et à l'interprétation ? L'Eglise est beaucoup moins redoutable qu'au XVIIè siècle.
Enfin, je me dis qu'il y a plein de bonnes idées, comme la morale en tant qu'illusion de vérité, la pluralité des morales, la naïveté de suivre la morale ecclésiastique, la peur des étoffes rouges, les cardinaux, l'analyse de la naissance d'une civilisation par sa barbarie "noble" et dure, sa décadence par sa démocratie amorphe et son socialisme, l'opposition : esprits libres vs troupeaux, la hiérarchie de Nietzsche : théologie < science < philosophie, etc...
.
... et que c'est dommage qu'une fois de plus, les philosophes ne soient pas plus clairs et mieux diffusés :)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
Hugo
  31 mars 2017
Le temps passe et je trainasse dans l'incertitude existentielle d'une douce vie qui se mourrait dans la clandestinité d'une morale ennuyeuse, acquise aux années qui me rident le front et me blanchisse la barbe, c'est la moue boudeuse que je me vois contraint et forcé d'admettre que finalement et comme le disait maman :
« Profite mon enfant, profite… car quand l'adulte te corrompt, l'enfant se morfond… »
Trop tard, t'as vécu toute ta naïveté sur une ligne bien droite, avec le blanc, le noir, LE BIEN ET LE MAL, sans les nuances d'un arc en ciel qui te faisait bien rêver quand tu chaussais du 38, maintenant que t'es passé au 42, l'arc en ciel tu t'en branles, le nez collé dans tes emmerdes, tu as fini par oublier quel emmerdeur tu étais :
« C'est quoi ça papa ? Et ça c'est quoi ? Et lui c'est qui ? »
Cette soif de comprendre sans comprendre, l'apprentissage d'une vie qui débute, le pourquoi du comment…
Alors il faut essayer d'expliquer les nuances, ces multitudes de possibilités, ne pas établir de règles absolues…
J'ai lu quelques part : « la morale n'est que l'occasion manquée » enfin un truc dans ce genre là, il me semblait que c'était de Nietzche mais impossible de savoir, mais la citation me plait bien, je trouve qu'elle a du sens, mais au-delà de tout ça, nous sommes formatés à rester l'exception, à tracer notre route suivant un schéma érigé par le bon sens, qui n'a que le sens que l'on lui donne, établie pour une cohésion d'ensemble, sortie du schéma classique d'une pensée binaire, on devient soi dans son égoïsme le plus naturel qui soit et on part à la recherche de cet arc en ciel pour y dessiner un mouton…
Foutaises ils diront, le créateur avait un plan… Mais le créateur du créateur lui aussi devait avoir son plan transmis au créateur suivant, c'est la « conception arabe », au fur à mesure de l'évolution, le fil est perdu et ça part en couilles, chacun son sursis…
Le mieux j'imagine c'est de ne pas trop se poser de questions, parce que ça passe vite, tu perds déjà presque un tiers de ta vie sans tripoter le plaisir di vin de gouter au cul qui se flasque lamentablement parce que tu as cru que tu pouvais te réflexioner la tronche éternellement sur des sujets intellectuels qui échappent malencontreusement à tes gênes de branleur mal aboutie…

Pffff je suis deg, t'es là devant la télé abrutie de fatigue d'une môme qui veut absolument voir la tondeuse qui raisonne dans tout l'appartement mais dont tu ne vois pas la belle mécanique pour enfin soulager les supplications d'une petite fille curieuse, qui et tu ne sais pas pourquoi, adore les tondeuses, mais pas les épinards….
- Mais bouffe tes carottes putain de merde…
- Non je veux un chocolat surprise
- Tu vois quand papa fait cette gueule, c'est qu'il n'est pas heureux heureux
- Putain de merde, c'est cool….

Ah les enfant apprennent vite les mauvaises herbes, les doigts dans la terre, la crotte de nez aux lèvres, ils se nourrissent de ta fatigue pour que tu leur apprennes les limites, le sourire d'une naïveté immature, agaçante, parce que bon hein on ne dit pas « putain de merde » devant sa môme…
Bah-moi si, et ça ne me choque pas, j'ai fait ma première communion, j'ai bouffé le corps de Dieu, donc je fais ce que je veux, libre à moi d'expliquer que putain de merde c'est vulgaire, et pas super bandant en communauté… te reléguant au rang de parent indigne et immature, petit gens du bas des marches, les bonnes manières reflètent l'ordre du monde, anarchiste de mes deux, vous crèverez sur le bucher du bafouage de la MORALE ET DE LA RAISON…
Vous avez un avis sur « fils de pute » sinon ? Non parce que j'hésitais en fait…
A plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          386
frconstant
  01 juillet 2017
Face à Nietzsche, qui suis-je pour me prononcer, pour juger, pour comprendre seulement l'essence même de la philosophie qu'il défend ? Si rien n'est Bien et, tout en même temps, rien n'est Mal, comment dois-je me sentir au terme de cette lecture? Par-delà le Bien et le Mal, puis-je m'autoriser à être envieux de ce pouvoir qui appartient à la caste des êtres avides de puissances que Nietzche décrit comme moteur du monde ou dois-je plutôt accepter de me reconnaître oppressé par ces derniers, ces aristocratiques, et me ranger du côté des esclaves ?
‘Libre penseur', je peux aussi refuser de suivre Nietzche dans sa définition d'une philosophie qui refuse toute morale classant et structurant la vie en un affrontement permanent de ces forces du Bien qu'on appellerait vertus et celles du Mal qui ne seraient que défauts. Néanmoins, je découvre un Nietzche qui m'invite à poursuivre inlassablement ma quête de vérité en posant la question de l'origine de la réalité et celle des fondements du pouvoir, le tout sans a priori. Entrer dans le monde des esprits libres, c'est refuser la catégorisation dichotomique proposée par les morales teintées de religiosité ou d'enseignements civiques qui portent à croire que le Bien est du côté de la vertu, non du péché, que la force s'oppose à la faiblesse, que la solitude est le déni de l'altruisme ou que l'ignorance est de l'anti savoir. En toute chose, le philosophe, digne de ce nom, le nouveau philosophe veillera toujours à se poser la question de savoir qui définit les valeurs comme positives ou non, et pourquoi.
Fort de cette idée, il remet en cause le principe de démocratie qui semble vouloir mettre tout le monde sur un même pied et donc empêcher les puissants de se réaliser au bénéfice des plus faibles qui freinent le développement du Monde. Il égratigne aussi la notion même de vérité scientifique, rien n'étant définitif, tout étant lié à l'instant, il ne peut y avoir de vérité établie !
Si cette philosophie joyeuse du doute permanent est séduisante, Nietzche n'en est pas moins parfois imbuvable dans sa critique des autres philosophes dont aucun ne trouve grâce à ses yeux et qu'il traite de vieux Kant, de crétin de Schopenhauer ou encore de Spinoza menteur. Sa propension à dénigrer ce qui n'est pas lui, au plus profond de sa recherche, le porte aussi à se montrer très dur pour une série de peuple, dont le sien, dont il dresse un tableau critique à coups – le mot est faible – de caricatures réductrices et peu flatteuses. Mais la cible de prédilection de Nietzche m'apparaît, dans ce livre, être la femme à qui il ne reconnaît pas le droit de se revendiquer à l'égal de l'homme.
Quelques positions prises par l'auteur dans ce livre écrit en 1885 :
« La femme veut s'émanciper … c'est là un des progrès les plus déplorables de l'enlaidissement général de l'Europe. Car que peuvent produire ces gauches essais d'érudition féminine et de dépouillement de soi ! La femme a tant de motifs d'être pudique. Elle cache tant de choses pédantes, superficielles, scolastiques, tant de présomption mesquine, de petitesse immodeste et effrénée… Malheur à nous si jamais les qualités ‘éternellement ennuyeuses de la femme' – dont elle est si riche – osent se donner carrière ! »
« N'est-ce pas une preuve de suprême mauvais goût que cette furie de la femme à vouloir devenir scientifique ! Jusqu'à présent, Dieu merci, l'explication était l'affaire des hommes, un don masculin… »
« Mais elle (la femme) ne veut pas la vérité. Qu'importe la vérité à la femme ? Rien n'est dès l'origine plus étranger, plus antipathique, plus odieux à la femme que la vérité. Son grand art est le mensonge, sa plus haute préoccupation est l'apparence et la beauté. »
« Il (l'Homme) devra considérer la femme comme propriété, comme objet qu'on peut enfermer, comme quelque chose de prédestiné à la domesticité et qui y accomplit sa mission. »
« … la femme dégénère. C'est ce qui arrive aujourd'hui, ne nous y trompons pas ! »
« En comparant, dans leur ensemble, l'homme et la femme, on peut dire : la femme n'aurait pas le génie de la parure, si elle ne savait pas par instinct qu'elle joue le second rôle. »
Et je pourrais encore en citer maintes fois. Même si l'auteur, dès l'entame de son jugement de la femme, prend la précaution de demander la permission au lecteur et de fixer la limite de ses propos : « … on me permettra peut-être ici de formuler ici quelques vérités sur ‘la femme en soi' : en admettant que l'on sache au préalable jusqu'à quel point ce ne sont là que mes propres vérités. », ses propos restent, pour moi inacceptables et réducteurs tant pour la femme que pour l'homme capable de penser ainsi.
C'est certain, il écrit en 1885 et même si, à plus d'un point de vue, il se montre en avance sur son temps, sa perception de la femme me heurte, me révolte, me crispe et m'empêche probablement, de tirer toute la substantifique moelle de se enseignements.
Il me restera l'invitation à quitter le confort d'une classification Bien/Mal trop souvent issue du ‘politiquement correct' inculqué au nom d'une éducation partisane et à m'aventurer dans une recherche de vérité qui me convienne après moult réflexions, analyses, expérimentations et lecture de la vie… Tout un programme pour lequel je ne dispose sans doute pas de toutes les compétences nécessaires. Capter et m'approprier le Monde avec ma vision filtrante, prudente et réinitialisée à tout moment pour tenter de capter la vérité in situ … et en vivre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Moosbrugger
  08 mai 2013
(Traduction de Patrick Wotling). Lu pour la première fois il y a 2 ans.
Ce livre est avant tout infiniment riche et exigeant.
Le dernier ouvrage de la série le gai savoir - Ainsi parlait Zarathoustra - Par-delà le bien et le mal, est, de l'avis même de son auteur, un commentaire de Zarathoustra, qui choisi de dire ici le « non » là ou le précédent livre disait le « oui », et qui dresse un premier bilan de la recherche à laquelle il s'était jusqu' alors appliqué dans ses premières oeuvres.
Aph. 185 « Il ne m'est pas sympathique. » – Pourquoi ? –« Je ne suis pas à sa hauteur. » Un homme a-t-il jamais fait cette réponse ?
Nietzsche adopte ici un ton radical et explicite sa philosophie sous une forme extrêmement claire, qui contraste avec la prose fantaisiste de Zarathoustra. Les grands thèmes de sa philosophie y sont exposés : le refus d'une hiérarchie simpliste entre bien et mal, de la vérité philosophique vide de sens, auxquelles il tentera de substituer des valeurs nouvelles, adoptant comme présupposé que toute chose doit être considérée en fonction de la « volonté », c'est à dire en fonction de l'intention dissimulée de celui qui agit, qu'il ne désire pas s'avouer à lui-même en toute mauvaise foi.
On insistera donc ici plutôt sur la valeur de l'erreur (pour autant que celle-ci procède du moi profond) que sur la recherche de la vérité, sur l'étude de l'histoire naturelle de la morale plutôt que sur la recherche de ses fondements. La philosophie, la religion, la compassion et la pitié, l'égalité (et par là, la démocratie et le socialisme), l'utilitarisme, le nationalisme, une certaine catégorie d'art…autant de cibles pour Nietzsche qui ne manquera pas de rappeler pour chacune d'elles le manque de probité de ceux qui en sont les partisans, la mauvaise foi et la superficialité caractéristiques qui hantent les idéaux de tous bords. Face à cela, il appellera de ses voeux l'émergence de « sur-hommes », une aristocratie refusant l'hypocrisie de la morale, cultivant la probité et la distance avec les autres hommes dans des conflits permanents.
On trouvera également les indissociables rengaines sur les « castes » humaines, l' « élevage » de différents grands types d'esprits humains, le désir d'esclavage, les femmes considérées comme des bêtes sauvages et dissimulatrices… points de vue que l'on ne pourra pas séparer de sa philosophie, et qui encourent toujours le risque d'être soumis soit à de mauvaises interprétations, soit à des utilisations douteuses.
Aph. 40 « […] Tout esprit profond a besoin d'un masque : plus encore, un masque pousse continuellement autour de tout esprit profond, du fait de l'interprétation constamment fausse, à savoir plate de toute parole, de tout pas, de tout signe de vie émanant de lui.»
Dans la profondeur de sa pensée, nous retrouverons, ravis, le « masque », indispensable à tout esprit noble, les puits profonds, l'opposition de la règle et de l'exception, toute une théorie de la dissimulation dans le commerce des hommes qui fait le charme particulier de cette philosophie.
Il faut une fois de plus souligner la qualité de l'écriture, qui est très agréable comme dans le Gai Savoir, et la clarté des aphorismes. N'hésitez pas à vous lancer dans la lecture de ce philosophe, Il n'y a pas de difficulté majeure à entrer dans sa pensée, et vous pourrez constater qu'il ne fait pas vraiment partie de ceux qui usent de gants et manient la langue de bois pour fustiger l'hypocrisie des intellectuels, les institutions vides de sens, le laisser-aller et les démagogies de tous horizons… ! Attention toutefois : il ne faudra pas entamer sa découverte par cet ouvrage, mais débuter bien plutôt par le Gai savoir ou une de ses premières oeuvres, plus introductives. de plus, il faudra être patient, c'est évidement toujours le cas lorsque l'on aborde un auteur nouveau, mais cela est encore plus vrai pour Nietzsche, pour se glisser dans cette étrange philosophie, d'autant plus que nous avons affaire à un auteur facétieux qui aime parfois à se faire comprendre à demi-mot, et il sera de plus véritablement nécessaire d'effectuer un lent travail sur soi pour véritablement comprendre cette pensée. C'est peut être finalement dans cet effort nécessaire que réside l'intérêt profond de cette lecture, qui permet de faire un pas sur le chemin de la probité intellectuelle.
Par ailleurs, cette obligation pour le lecteur de devoir s'impliquer personnellement dans cette philosophie pour pouvoir la comprendre fait de Zarathoustra un socle indispensable à la lecture de ce livre, alors que celui-ci apparaît dans le même temps comme un commentaire du premier dans le sens où il explique pleinement à quoi s'oppose la philosophie du prophète.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Citations et extraits (248) Voir plus Ajouter une citation
denis76denis76   16 décembre 2018
Dès qu'un philosophe commence à croire en lui-même, il crée toujours le monde à son image, il ne peut pas faire autrement, car la philosophie est cet instinct tyrannique, cette volonté de puissance la plus intellectuelle de toutes, la volonté de "créer le monde", la volonté de la causa prima.

NDL : il y a là plein de choses : la volonté de puissance, chère à Friedrich a enfin une "impulsion" ;
La causa prima : en métaphysique, depuis les philosophes présocratiques et en particulier à partir d'Aristote, la Cause première ou le Premier Principe, aussi appelé Arkhè (ce qui signifie principe), est la première de toutes les causes, c'est-à-dire la plus ancienne ou la plus profonde, celle responsable de l'ordre de l'univers. En philosophie scolastique, selon le raisonnement dit de causalité ou cosmologique, ce concept peut-être également assimilé à Dieu.
Il y a énormément d'Orgueil dans tout ça, c'est pas bien pour un philosophe qui se respecte : )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
denis76denis76   20 décembre 2018
Mais si vous vous trouvez avec votre bateau dans les parages [ de la psychologie ], eh bien ! serrez les dents ! ouvrez les yeux ! la main ferme au gouvernail ! nous naviguons tout droit par-dessus la morale. Il nous faudra peut être écraser et broyer ce qui nous reste de morale en nous-mêmes, en tentant le passage, mais qu'importe de nous ! Jamais encore un monde plus profond ne s'est révélé au regard des voyageurs intrépides et aventureux.

NDL : pour ma part, je trouve ça superbe, on est en 1886, et Freud n'a encore fait qu'un seul écrit mineur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
denis76denis76   14 janvier 2019
... un excédent d'individus ratés.. ( P.147 )
La détérioration de la race supérieure... (P.148 )
Quel bien-être, quelle délivrance constitue pour ces Européens, bêtes du troupeau, la venue d'un maître absolu. L'effet que fit l'apparition de Napoléon en est le dernier grand témoignage. (P.196 )
L'homme d'une période de dissolution, chez qui se mêle le sang de plusieurs races...cet homme sera un homme faible. ( P.197 )
Nous considérons le mouvement démocratique comme une forme de décadence de l'organisation politique.
( P.205 )
Celui, pareil à nous, dont l’œil rare sait discerner le danger général de la dégénérescence de l'homme... ( P.207 )

NDL : je comprends que la sœur de Nietzsche ait voulu rapprocher les textes de son frère des idées de Hitler, que je viens de lire, et qui pestait contre la dégénérescence de la race, et de la bêtise des socialistes.
Cependant....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
denis76denis76   16 janvier 2019
Celui-là sera le plus grand qui saura être le plus solitaire, le plus caché, le plus écarté, l'homme qui vivra par-delà le bien et le mal, le maître de ses vertus, qui sera doué d'une volonté abondante ; voilà ce qui doit être appelé de la "grandeur" : c'est à la fois la diversité et le tout, l'étendue et la plénitude.
Et nous le demandons encore une fois aujourd'hui : la "grandeur" est-elle possible ?

NDL : ce que je comprends de Nietzsche, c'est que la barrière du bien et du mal est la morale de l'Eglise, et que lui veut passer au-delà, par-delà, afin, sans se soucier du "qu'en dira-t-on", découvrir dans quelle direction doit aller le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
colimassoncolimasson   08 mars 2014
Un homme qui aspire à de grandes choses considère tous ceux qu’il rencontre sur sa route soit comme moyen, soit comme cause de retard et comme obstacle –soit encore comme des haltes momentanées. La bonté de haute marque envers les autres hommes, qui est le propre de cet homme, ne devient possible que quand il est arrivé à sa propre hauteur et qu’il commence à dominer. Une certaine impatience et la conscience d’avoir été toujours condamné à la comédie –car la guerre même n’est qu’une comédie et une cachette, car tous les moyens ne servent qu’à cacher le but- lui gâchent toutes ses relations : ce genre d’homme connaît la solitude et ce qu’elle a de plus empoisonné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Friedrich Nietzsche (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Friedrich Nietzsche
"Nietzsche au Paraguay" - Nathalie Prince et Christophe Prince
Paraguay, 1886. Virginion Miramontes, aventurier solitaire, est recueilli en pleine jungle dans une étrange colonie peuplée d?une poignée de familles allemandes. C?est le projet fou d?Elisabeth Nietzsche, s?ur du célèbre philosophe, et de son mari, le lugubre docteur Förster. Tous deux rêvent de créer dans ces terres vierges une nouvelle Allemagne digne de l?utopie aryenne balbutiante. Antisémitisme délirant, plans démesurés? Rien ne marche comme prévu dans cette Nueva Germania. La maladie rôde, la faim guette, la violence s?installe.Un roman haletant qui révèle une face cachée de l?Histoire, celle d?une illusion folle.
En librairie le 13 février 2019
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Allemagne et AutricheVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie occidentale moderne>Allemagne et Autriche (278)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
270 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre
.. ..