AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264064102
Éditeur : 10-18 (20/11/2014)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 15 notes)
Résumé :
odie travaille pour Kwik Kleen. Elle fait le ménage dans de somptueuses villas d'Atlanta. Alors qu'elle termine le nettoyage d'une chambre, une liasse de 5 000 dollars s'échappe d'un coffret... la tentation est brûlante pour Jodie : tout plaquer pour rejoindre son fils, un adolescent en pleine tourmente, abandonné à la naissance. Au bout de la longue route sur laquelle elle s'engage : la neige, les démons du passé et du présent... et la mort. Porté par une écriture ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  07 mai 2014
Femme de ménage dans une entreprise d'Atlanta, Jodie vole cinq mille dollars dans une maison où elle travaille. Avec cet argent, elle espère récupérer son fils qu'elle a abandonné à la naissance. Dwight et Cécilia, frère et soeur, sont tués par leur ami Wynn. Meurtres dont Sam, officier de police adjoint, se sent responsable.
Ces deux histoires, écrites parallèlement, vont se fondre en une seule. Dans une Amérique en manque de repères, certains essaient de trouver un sens à leur vie et d'autres dérapent sans qu'ils le veuillent vraiment. Wynn, étudiant en mathématiques, ne sait pas pourquoi il tue ceux qu'il aime et essaie de trouver une explication dans les paradoxes de Zénon. Sam, policier corrompu, espère sauver sa femme en faisant un don d'argent mal acquis à son église. Jodie aime son fils, mais ne réussit qu'à le conduire à sa perte. Dwight veut sauver Cécilia de la drogue et les mène tous les deux à la mort.
Longue division décrit une Amérique de gens perdus, sans vraiment convaincre. Les personnages sont peu fouillés et les situations improbables. Les motivations du jeune tueur ne sont même pas esquissées. le style laisse aussi perplexe : on ne comprend pas pourquoi l'auteur tronque ses phrases par des points de suspension en fin et en début de paragraphe. Avec l'utilisation de métaphores absconses, le roman est par moment illisible ; le sens échappe au lecteur. Mais peut-être n'y a-t-il rien à comprendre ?
Si Derek Nikita bénéficie du soutien de David Lynch, qui le gratifie d'« auteur incroyablement doué », c'est peut-être parce que ce roman ressemble plus à un script qu'à un livre. La littérature policière ne sort pas grandie par ce travail brouillon.
Lu dans le cadre d'un jury.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
tynn
  14 janvier 2014
Montagnes russes pour lectrice, entre dégringolades d'ennui et remontées en éclairs d'intérêt.
La cavale improbable d'une mère délinquante et de son fils adolescent, la quête tout aussi improbable d'un jeune étudiant, responsable d'un double meurtre, le quotidien sans avenir d'une famille confrontée à la maladie. le tout sous un ciel grisâtre de neige par températures polaires. Des destins croisés de personnages fragilisés par la déveine, la dèche et la solitude.
J'ai lu...
D'abord intéressée par une première partie plantant le décor d'individus englués dans la galère et la malchance, sur fond de vol à l'étalage, de prostitution et de trafics.
Le creux de vague a duré ensuite un bon tiers du livre, avec une perte de rythme pour chaque intervenant et une vision d'ensemble encore totalement floue.
Il faut être patient et attendre le troisième tiers pour enfin voir le puzzle dessiner une logique implacable et dramatique, un emballement de circonstances immaîtrisables et une corrélation entre tous les personnages.
J'ai lu ce livre dans le cadre d'un jury, ce qui a justifié ma persévérance. Sans cetengagement moral, j'aurais peut être abandonné la cavale en route...Au final, un livre efficace, sans enquête policière, qui s'apparente plus au roman social ou au road movie, précis dans sa construction et surprenant dans son déroulement.
Plutôt satisfaite de m'être accrochée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
abfabetcie
  26 mars 2014
Un roman qui démarre sur les chapeaux de roues. On est tout de suite dans le vif du sujet. Jodie, une jeune femme américaine, femme de ménage dans une villa de luxe, trouve 5000 dollars dans une des chambres où elle vient d'officier et décide de partir avec… pour aller retrouver son fils biologique, Calvin, qu'elle a abandonné à la naissance pour l'adoption. Un adolescent perturbé et en quête d'identité (sexuelle et affective) que l'on retrouve au chapitre suivant sur une plage de Cape Fear. On sent déjà chez lui une part d'ombre et une fêlure.
Puis nous voilà en compagnie de deux jeunes hommes Dwight et Wynn, partis à la recherche de la soeur de Dwight, Cécilia, disparue depuis plusieurs semaines, tombée dans la drogue et dans la violence, qui croisent la route d'un flic, Sam Hartwick qui, moyennant quelques dollars, leur indique où se trouve Cecilia, dans l'espoir de réunir une famille. Mais cet acte aura des conséquences qu'il est loin d'imaginer mais qu'il comprend très vite lorsqu'il se retrouve sur la scène d'un double meurtre, qui s'avère être celui de Cecilia et de son frère. On se retrouve au milieu d'un trafic de drogue et d'un crime mais là n'est pas l'intrigue. L'histoire est ailleurs et c'est en cela que ce roman policier est tout sauf un roman policier classique et qu'il est assez déroutant. C'est un roman « psychologique » qui sonde l'âme humaine et explore la face sombre que peut prendre une existence bâtie sur le mensonge, la faute, l'amour déçu. C'est aussi un « road movie », celui de Jodie et de Cal mais aussi celui de Wynn Johnston, cet étudiant en mathématiques devenu meurtrier par amour et par vengeance d'un amour déçu et d'un amour perdu, et toutes les histoires vont finalement se rejoindre vers un dénouement tragique. C'est finalement l'histoire de quatre personnages dont les histoires convergent : Jodie Larkin, Cal Nowak, Samuel Hartwick et Wynn Johnston. Une femme écorchée, un adolescent paumé en quête d'identité, un flic corrompu, un tueur fou, des personnages brisés, dont la vie bascule et que les failles, les fêlures et les blessures vont entraîner vers un destin tragique. On a l'impression d'une fuite en avant que rien ne peut arrêter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Blandine80
  19 janvier 2014
Et bien la lecture a été longue. Quel ennui. C'est lent, il n'y a pas de suspens. Et cette manière d'arrêter les phrases par des points de suspension pour passer à la suite de l'histoire est désastreuse.
On a du mal à comprendre les tenants et les aboutissants entre les personnages. C'est complexe et confus. On en comprend pas toujours l'apparition de certains personnages ; exemple p.197 j'ai eu beau relire je n'ai pas compris l'apparition de Cécilia alors qu'elle est morte en début de livre.
Certains phrases ne veulent rien dire ; un exemple ? [p. 236 « l'odeur de viande crue voyageait sur des tessons d'air froid »]. Mal écrit ? mal traduit ? aller savoir. En tout cas il m'est difficile d'adhérer aux critiques dithyrambiques de la quatrième de couverture.
Les histoires qui nouent l'intrigue sont toutes glauques et peu crédibles. Les changements de décor sont difficiles à suivre. Exemple p. 199 ou je n'ai fichtrement pas compris ce qui se passait. Sans doute ne suis-je pas assez avertie des techniques cinématographiques.
Vous l'aurez compris je n'ai absolument pas aimé ce livre que j'ai trouvé mal écrit et sans ambition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
le-mange-livres
  03 avril 2015
On peut dire de Jodie qu'elle a raté sa vie. Un boulot de femme de ménage sous-payé, une piaule miteuse, un gamin qu'elle a dû abandonner très jeune. Alors la tentation est forte, lors d'une de ses journées interminables passées à récurer les maisons des riches, de dérober ces 5000 dollars qui traînent sur une table de nuit utilisée en guise de vide-poches. Mais voilà, c'est une belle connerie. Heureusement, comme souvent pour les paumés, aux Etats-Unis, il reste la route et / ou les grands espaces, alors elle avale des kilomètres, bien décidée à retrouver son fils, et peut-être à lui offrir une autre vie, dans une cavale dont on ne sait pas bien si elle est une fuite ou une quête.
Des destins entrecroisés, où rien ni personne ne va bien dans cet hiver polaire et désolé, où les solitudes s'entrechoquent, où les êtres sont plus abîmés les uns que les autres, entre maladie, adolescence à vif et cris de détresse. le style a quelque chose, explosif, presque à la hache, brut, et glauque au possible, sombre - très sombre, un peu dans la lignée désespérée d'un David Vann (sans en atteindre toute à fait le niveau littéraire). Pas étonnant que ça plaise à David Lynch.
Sans être aussi dithyrambique que l'est la quatrième de couverture, un certain talent, une voix originale, un auteur sans doute à suivre. Pour poursuivre dans la lignée des adolescents déglingués, on peut enchaîner sur l'assez bon Carmen, Nevada ou encore Un arrière-goût de rouille - ou, pour plus littéraire, le Chardonneret.
Lien : http://le-mange-livres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
le-mange-livresle-mange-livres   03 avril 2015
Elle était venue pour lui, et maintenant ...
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Derek Nikitas (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Derek Nikitas

La chronique de Jean Edgar Casel - Brasiers
Brasiers de Derek Nikitas aux éditions Télémaque Lucia Moberg, «Lou», aura 16 ans dans une semaine. du haut de son mètre cinquante et de ses Doc Martens violets, elle n'est pas sûre...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Derek Nikitas (1) Voir plus