AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Béatrice Commengé (Autre)
ISBN : 2253025216
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/1981)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 248 notes)
Résumé :
Les lecteurs du célèbre journal d'Anaïs Nin savent qu'en 1950, à l'instigation d'un mystérieux collectionneur, Henry Miller et Anaïs Nin écrivirent des " érotiques ". Longtemps, ces textes furent mis en sommeil. Depuis sa publication, ce livre n'a cessé de figurer sur la liste des best-sellers et la critique a accueilli avec enthousiasme ces textes particulièrement révélateurs du talent romanesque d'Anaïs Nin.

Vénus Erotica, c’est 15 nouvelles, 15 his... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
IreneAdler
  28 février 2014
J'avoue, j'ai craqué, j'ai lu de la littérature érotique. Mais l'air du temps n'aura pas de prise complète sur moi : la qualité avant tout que diable ! Anaïs Nin prouve que l'on peut accepter des travaux alimentaires, avec les consignes qui vont avec ("moins de poésie", plus de sexe), écrire de l'érotique quand on est une femme et réussir à produire de "beaux" textes de bonne facture. Oui c'est cru, certaines nouvelles sont un peu limite parfois (pédophilie, inceste), mais parfois l'amour est là (le sexe fait partie de l'amour, non ?), la poésie aussi.
Conclusion : n'en déplaise aux éditeurs, il existe depuis longtemps (ces textes datent des années 1940. Bon, ils ont fait scandale) une littérature érotique de qualité. Heureusement qu'il n'a pas fallut attendre 2012 pour le découvrir (bon de qualité, hum hum) Mesdames Messieurs les éditeurs, va falloir faire un peu de mise en avant de vos catalogues, y a du lourd !
E. L. James au vestiaire !
Commenter  J’apprécie          522
Titania
  25 juin 2015
Chaleur, été, pensées tendres, libido, soleil et littérature érotique, et pas n'importe laquelle. « Venus Erotica » regroupe des nouvelles écrites par la troublante américaine Anaïs Nin, pour satisfaire un riche mécène en 1940. On ne peut qu'apprécier la qualité du style et l'imagination de l'auteure en matière de jeu sexuel. La transgression est une de ses spécialités , ainsi que sa liberté à évoquer le plaisir féminin à une époque où il était difficile d'en parler. Les émois de l'hermaphrodite Mafouka sont également d'une grande modernité, mais il est classique d'évoquer l'univers des artistes et de leurs modèles, des prostituées plus ou moins idéalisées, du sexe en groupe dans une totale décontraction et absence de culpabilité. Les interdits religieux sont épinglés avec espièglerie. Il est vrai que l'abstinence obligatoire des religieux catholiques, suscite doutes, hypocrisie et provocations. Toutefois quelque chose me gêne dans cette lecture... Pas le plaisir librement consenti loin de là, même si celui-ci s'accompagne de la consommation de quelques drogues, dont je doute quand même de l'efficacité ; pas même les petits combats pour de rire, où l'on fait semblant de se refuser, mais dans son souci de diversifier les pratiques, il est parfois question de viol, ou même d'inceste, et là c'est insupportable, pour mon éthique personnelle, et je crois que c'est le cas pour la majorité de mes contemporains. j'apprécie le style d'Anaïs Nin qui lui fait parler avec élégance de pénis, d'anus, de vagin, de caresses et de pénétrations de toutes sortes. J'aime sa compréhension du désir qui augmente avec la frustration et la satisfaction différée, j'aime aussi sa mise en scène de l'excitation qui monte, les robes déchirées, les chambres dévastées, les amants épuisés. Mais je déteste les scènes violentes dans lesquelles les hommes imposent et blessent et les innocents subissent, même s'il s'agit d'une minorité d'évocations, sur l'ensemble des textes rassemblés là. La manière de faire l'amour signe quand même un état de la civilisation, et il est heureux que depuis le milieu du XXÈME siècle, nous ayons évolué vers plus de douceur et de plaisir partagé .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          329
Myriam3
  14 avril 2018
La relecture de ce livre, plus de quinze ans après, me laisse perplexe... c'est évident que les temps ont changé en très peu de temps, et que ce qu'on acceptait encore dans les années 90 (quand je l'avais lu une première fois) est aujourd'hui à la limite de la censure morale.
A l'origine, ces nouvelles érotiques sont une commande faite par un particulier qu'Anaïs Nin, Henry Miller et quelques autres écrivains ont accepté, histoire d'arrondir leurs fins de mois. L'exercice dégoûte vite Anaïs Nin car le destinataire refuse toute psychologie ou intrigue, ce qu'elle ne respectera pas. Des années plus tard, dans son journal, elle constatera que ses écrits érotiques ont une forte empreinte féminine.
C'est vrai, chaque nouvelle est empreinte d'une douceur et d'une sensualité qu'on ne retrouve pas forcément dans d'autres écrits érotiques masculins. On suit, de nouvelle en nouvelle, des personnages récurrents comme Bijou ou le Basque dans des contextes inventifs où les femmes sont au coeur du fantasme masculin ou féminin. Ce sont aussi leurs sensations à elles qu'on découvre de près plutôt que celles des hommes.
Ce qui m'a plus interpellée en revanche, c'est une première nouvelle nettement pédophile, et d'autres qu'on qualifierait aujourd'hui de viols mais qui ne sont pas tournés de cette façon dans le texte.
Il n'en reste pas moins que les nouvelles sont celles d'un vrai écrivain et qu'on peut aussi les apprécier telles quelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
araucaria
  15 février 2018
Sur la quatrième de couverture, je lis : "Anaïs a su inventer une gamme infinie de gestes, de mouvements, de caresses issus tout droit des rêves des femmes et n'a jamais compromis sa sensibilité féminine...". Je ne suis pas de cet avis et je crois qu'un homme aurait pu écrire sensiblement les mêmes textes. 15 textes, où les protagonistes se croisent, vivent ensemble des histoires érotiques. Nous n'allons pas en faire tout un fromage, lorsqu'on lit de l'érotisme on sait à quoi s'attendre... J'ai lu, j'ai vu! Mais toutefois, je n'ai pas été trompée par le livre, pas comme certaines fois où sous couvert d'un titre anodin on peut lire les pires cochonneries, et qu'en plus l'auteur ne fait même pas un effort de rédaction. Anaïs Nin, au moins rédige! Naturellement, en découvrant 15 nouvelles érotiques on peut découvrir quelques répétitions dans les comportements. le livre aurait été moins épais, cela m'aurait suffi pour que je comprenne... Il y a parfois de belles descriptions, née d'une recherche dans l'écriture. Et puis dans l'ensemble ce sont des histoires qui se déroulent entre adultes consentants, donc rien à dire... sauf ce bémol qui est quand même de taille dans le premier texte où le héros est à la fois un pédophile et un père incestueux, ceci dépasse largement les frontières de l'érotisme!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Bdalex
  23 juin 2013
La littérature érotique est une chose subtile. comme une bulle de savon, elle doit savoir attirer votre regard, vous faire retenir votre souffle, vous donner envie de la toucher et de participer à son développement et pour tant vous la savez fragile et éphémère.
Anaïs Nin a cette gràce de la bulle de savon. Elle arrive, par une langue sûre et aleete, mais jamais vulgaire ou grossière, à vous promener le long des corps des femmes et des hommes, sans vous faire rougir, mais en faisant monter des bouffées de désir voluptueux.
A lire accompagné si vous souhaitez lire par épisodes. A lire seul pour embrasser la classe littéraire d'Anaïs et apprendre ce qui fait la grandeur de l'érotisme et sa justesse.
Tournons le dos aux puritains. Ils savent ce qu'ils perdent et c'est bien fait pour eux.
Les corps d'Anaïs sont à aimer sans retenue.
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
LecturepissenlitLecturepissenlit   19 juillet 2018
Quelqu’un de nerveux, de timide, de maladroit, de craintif, fera l’amour à son image. Avec quelqu’un de détendu, l’acte d’amour est agréable.
Commenter  J’apprécie          30
araucariaaraucaria   15 février 2018
Cette nuit-là, elle fit une nouvelle tentative pour le séduire. Elle se rendit dans sa chambre. Il l'accueillit avec une telle répulsion qu'elle demanda une explication, le força à avouer, et il finit par lui lancer au visage la scène dont il avait été témoin. Il ne pouvait pas croire qu'elle aimait Pierre. Il pensait que c'était l'animal qui agissait en elle. Et lorsqu'elle vit sa réaction, elle se rendit compte qu'elle ne pourrait plus jamais le posséder.
Avant de sortir, elle lui dit :
- John, tu es persuadé que je suis bestiale. Eh bien, je peux très bien te prouver que je ne le suis pas. Je t'ai dit que je t'aimais. Je te le prouverai. Non seulement je vais cesser mes relations avec Pierre, mais je viendrai tous les soirs te voir et nous dormirons ensemble comme des enfants, ce qui sera la preuve que je peux être chaste, libérée du désir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
araucariaaraucaria   10 février 2018
A l'époque où nous écrivions tous des histoires érotiques pour un dollar la page, je m'aperçus que, pendant des siècles, nous n'avions eu qu'un seul modèle pour ce genre littéraire - celui des hommes. J'étais déjà consciente que les conceptions masculines et féminines de l'expérience sexuelle étaient différentes. Je savais qu'un large fossé séparait la crudité des propos d'Henry Miller de mes ambiguïtés - sa vision rabelaisienne et humoristique du sexe et mes descriptions poétiques des rapports sexuels dont je parlais dans les fragments non publiés du Journal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
araucariaaraucaria   15 février 2018
La pluie crépitait sur le toit de la péniche. A cinq heures de l'après-midi, l'air de Paris semble imprégné d'érotisme. Est-ce l'heure à laquelle les amants se retrouvent, le cinq-à-sept des romans français? Jamais la nuit, semble-t-il car toutes les femmes sont mariées et ne sont libres qu'à l'"heure du thé", le grand alibi. A cinq heures, je sentais en moi des frissons de sensualité que je partageais avec Paris. Dès que la lumière déclinait, j'avais l'impression que toutes les femmes couraient retrouver leur amant, que tous les hommes couraient vers leur maîtresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
araucariaaraucaria   12 février 2018
Je me présenterai comme la "madame" d'une maison de prostitution littéraire, la "madame" de ce groupe d'écrivains faméliques qui vendaient de l'érotisme à un "collectionneur". Je fus la première à écrire et, chaque jour, je donnais mes textes à dactylographier à une jeune femme.
Cette jeune femme, Marianne, était peintre, et se faisait quelque argent en tapant des textes à la machine, le soir, chez elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Anaïs Nin (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anaïs Nin
Christine Angot. Entretien avec Oriane Jeancourt .Oriane Jeancourt,Christine AngotCC-BY-NC-ND 2.0Christine Angot construit depuis plus de vingt ans une œ?uvre radicale et riche. Reconnue pour la puissance de son écriture, elle compte parmi les grandes plumes du roman contemporain et de l?autofiction. Sexualité, maternité, aliénation familiale sont quelques unes de ses obsessions. Héritière d?Hervé Guibert et d?Anaïs Nin, elle élabore depuis son premier roman, Vu du ciel, mais surtout dans L?Inceste et Une semaine de vacances, une approche au scalpel des relations humaines.
autres livres classés : érotismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox



Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
264 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre
. .