AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070134403
224 pages
Gallimard (01/10/2011)
3.03/5   17 notes
Résumé :
Ce récit autobiographique est une méditation sur l'existence, l'écriture, l'amour et la maternité, l'éducation, la solitude. Ananda Devi y évoque des souvenirs d'enfance, ses débuts en écriture, l'emprise de ces êtres dont l'amour, parfois, peut être une tyrannie. Alors vient l'envie de ne plus écouter ces hommes qui la musellent depuis si longtemps et de partir en brisant tout, comme le font souvent les personnages féminins de ses romans.
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
lilicrapota
  23 juillet 2022
J'avais été portée aux nues par "Le rire des déesses" qui m'avait éblouie, ma déception est donc à la hauteur de mon éblouissement premier.
Celui-ci est de 2011. Eh bien je dirai, il y a des choses qu'un lecteur ne devrait pas savoir et ce livre-là ne présente pour moi aucun intérêt, si ce n'est celui de tomber le mythe de cet auteur dont j'aurais bien aimé conserver cette flamboyante image.
Elle a des soucis avec son mari qui ne la comprend pas, et alors ? Elle a des soucis avec ses fils et notamment un qui déprime à cause d'une maladie qui le ronge et des "portés" familiaux ? Et alors ! Qu'a-t-on besoin de savoir cela ? En quoi la vie de son fils nous regarde ? A-t-on besoin de savoir qu'Anada s'use à picoler pour écrire, en se réfugiant derrière Duras qui elle, "pouvait boire jusqu'à 8 litres de vin par jour". C'est un roman introspectif, peut-être, mais qui ne mène à rien, où la douleur d'être n'est en aucun cas transformée, élevée ; c'est un constat qui n'aurait pas dû quitter le tiroir de son bureau. Elle y partage aussi ses gouts littéraires, et puis ? Je suppose que lire des interviews ou visionner ses passages télé (elle a bien dû en faire, non ?) ça ferait pareil.
Voilà, je suis déçue déçue déçue et donc, je vais m'empresser d'aller en lire un autre que ça me fasse passer ce vilain goût que j'ai en bouche ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kikibaba
  22 novembre 2014
Roman introspectif dans lequel l'auteure revient sur sa vie, son mariage, la naissance de ses enfants. Son besoin d'écrire que son mari ne comprend pas, l'inévitable séparation. Pas le meilleur livre de l'auteure.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
LeMonde   18 novembre 2011
Grave et profonde, cette méditation s'enveloppe d'une lumière douce et chaleureuse dès lors que sont évoqués ceux et celles qui n'ont jamais cessé d'accompagner, de soutenir ou de nourrir cette insatiable lectrice.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeMonde   07 octobre 2011
Elle revient ici sur sa découverte de Sens-Plastique, sa "présence" dans son imaginaire, mais aussi les raisons pour lesquelles il demeure encore trop méconnu.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ZephirineZephirine   08 août 2021
Je me méfie du mot autofiction mais toute écriture n'est peut-être que cela, déguisée de mille et une façons. Même en faisant la folle tentative de la révélation, l'on se transforme en fiction. Ou alors, un jour, on comprend qu'il n'est plus nécessaire d'utiliser des personnages pour revenir vers soi.
Commenter  J’apprécie          140
mandarine43mandarine43   24 octobre 2011
[ Incipit ]

Tous ces hommes qui me parlent. Fils, mari, père, amis, écrivains morts et vivants. Une litanie de mots, d'heures effacées et revécues, de bonheurs révolus, de tendresses éclopées. Je suis offerte à la parole des hommes. Parce que je suis femme.
Commenter  J’apprécie          60
Clelia-CaroClelia-Caro   02 novembre 2011
Les hommes de ma lignée paternelle sont doux, secrets, artistes inexprimés.
C'est là d'où je viens.
Entre artiste et autiste, il n'y a qu'une lettre.
Lutter contre l'envie de se terrer pour échapper au monde.
Commenter  J’apprécie          40
NessNess   14 novembre 2011
Face à la possibilité du bonheur, tu choisis la certitude du malheur
Commenter  J’apprécie          70
EtherealEthereal   18 septembre 2017
Pas de faux-semblants, s'il te plaît: l'écriture est l'habit que tu portes pour justifier ton existence. Des combats faits avec la brume des mots, et tout aussi peu de substance. Tu jouais à la perfection tous tes rôles, mais tu ne faisais jamais que tisser un cocon de fictions entre toi et le monde.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Ananda Devi Nirsimloo (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ananda Devi Nirsimloo
Payot - Marque Page - Ananda Devi - Manger l'autre
autres livres classés : littérature mauricienneVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1393 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre