AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290035702
795 pages
Éditeur : J'ai Lu (08/06/2011)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 27 notes)
Résumé :
A deux cents ans, Louis Wu a conservé un corps de jeune homme et une âme d'explorateur. Aussi, quand le Marionnettiste lui propose de l'accompagner au-delà de l'espace connu, se laisse-t-il tenter. Après avoir réuni une équipe pour le moins hétéroclite, il s'embarque pour l'Anneau-Monde, une planète située aux confins de l'hyperespace. Un monde entouré d'un mur d'un million six cent mille kilomètres de large, de quinze cent kilomètres de haut... Quelles créatures pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Soleney
  22 février 2016
Je n'arrive pas à déterminer si ce livre m'a plu ou non. L'histoire est sympa, l'imagination de l'auteur est époustouflante, mais les personnages ne m'ont inspiré aucune sympathie et les termes techniques, très lourds, sont trop nombreux pour me permettre de ranger cette lecture dans les bonnes découvertes.
Pour la petite histoire, un extraterrestre de la race des Marionnettistes constitue une équipe de choc composée de quatre membres : lui-même, un Kzin (sorte de chat sauvage géant, bipède, carnivore et donc belliqueux), et deux humains. Leur but est d'explorer un anneau artificiel gigantesque que les Marionnettistes ont découvert pendant leur exode hors de l'Espace connu. Visiblement, cet anneau est habitable : il tourne autour d'une étoile, son atmosphère semble respirable, et il a de l'eau. Mais ce qui est terrifiant, c'est que sa surface représente plusieurs milliers de fois celle de la Terre et qu'il tourne à une vitesse ahurissante : 1250 kilomètres/seconde. Seule une race extrêmement avancée sur le plan architectural aurait pu créer une telle chose. Qui, pourquoi et comment sont les questions auxquelles vont devoir répondre les quatre protagonistes.
On ne sait pas quand se déroule l'histoire. Suffisamment loin dans le temps pour que les humains aient réglé leurs problèmes de pollution, vulgarisé la téléportation, découvert l'épice survolteuse qui accorde la vie éternelle (un clin d'oeil à Dune ?) et inventé des vaisseaux spatiaux capables de franchir une année-lumière en trois jours. Les apparences n'ont même plus d'importance : une ingénieuse technique permet de changer la couleur de sa peau et de ses cheveux en un instant. Tout est effet de mode, et la téléportation a considérablement accéléré la mondialisation, rendant les villes identiques les unes aux autres.
Dans ce monde où la vie n'a pas de fin et où l'oisiveté confine à l'ennui, Louis Wu cherche un sens à son existence. Cela fait des siècles que l'humanité n'est plus en guerre avec les Kzinti et maintenant que les Marionnettistes sont partis, le commerce inter espèces est beaucoup plus limité. L'exotisme se raréfie.
Car Louis est un aventurier dans l'âme : l'exploration, le pilotage spatial, le frisson de la solitude, tout ça, ça le connaît.
Alors, quelle n'est pas sa joie quand il voit surgir devant lui lors de la fête de son deux centième anniversaire une de ces créatures bicéphales et tripodes ! La proposition de Nessus arrive juste à point : il accepte sans hésiter.
J'ai plutôt apprécié Louis, mais les autres personnages m'ont paru fades – tout spécialement Teela Brown. Cette jeune fille de vingt ans a été sélectionnée sur un seul critère : sa chance hors du commun. La vie a été terriblement facile pour elle : aucune rupture amoureuse, très peu de douleurs physiques, et d'autres choses que je ne peux vous révéler si vous n'avez pas lu le livre. Elle est donc sans profondeur, irréfléchie et impulsive.
Mais heureusement, son personnage apporte une problématique intéressante : plus on avance dans l'histoire, plus on se rend compte que c'est sa chance qui guide la trame de l'histoire. Tout concorde à une et une seule chose : accomplir le destin de Teela. Cela pousse Louis à s'interroger. Est-ce que cette force était suffisamment influente pour pousser les Marionnettistes à fuir en direction de l'Anneau ? Est-ce elle qui a insufflé assez de curiosité dans l'esprit des dirigeants pour leur faire faire envoyer une équipe d'explorateurs aliens ? Est-ce que toute cette expédition n'est qu'une vaste mascarade, un prétexte pour que se fasse l'avenir de Teela ? Cette chance, enfin, sera-t-elle assez puissante pour lui permettre de vivre à jamais ?
L'Anneau-Monde est définitivement plein de surprise : la technique qui permet de créer une alternance de jour et de nuit, la matière qui protège des météorites et qui arrête 40% des neutrons, le sas pour spationautes, paré à tout dysfonctionnement, les Oeil-Cyclones, Poing-de-Dieu… Tout est complètement invraisemblable, et pourtant, ça tient la route. Larry Niven a repoussé les limites de la science, mais sans enfreindre ses règles les plus élémentaires – pour le peu qu'une néophyte comme moi puisse en juger.
Ainsi, les espèces pensantes ont pu détecter l'explosion du noyau galactique 20 000 ans que l'onde de choc n'atteigne l'Espace connu, les Marionnettistes ont fui cette menace en emportant leurs planètes avec eux (normal…), et ils ont mis au point un super-vaisseau capable de franchir une année-lumière en… une minute un quart. Cette marchandise sert d'appât aux trois membres de l'équipage, qui pourront le récupérer et sauver leurs espèces s'ils la mènent à bien.
Mais Louis aborde une question vertigineuse qui m'a laissée sans voix : Teela est-elle réellement menacée par cette onde ? En d'autres termes : sa chance serait peut-être suffisamment puissante pour repousser la plus grande vague de destruction de l'Histoire. D'où la question suivante : peut-on ranger Teela Brown dans la catégorie des forces cosmiques ?
Encore pire : à cause des agissements des Marionnettistes, il existerait des centaines de personnes comme elle, peut-être suffisamment pour défier toutes les statistiques et les lois logiques de l'univers…
Très bonne idée que cette histoire, mais il aurait été tellement préférable qu'elle soit vulgarisée ! Je ne suis pas une adepte de la science-fiction, de la science tout court et des maths en particulier. Les termes tels qu'« hyperespace », « espace einsteinien » ont le don de me hérisser le poil, et c'est ce qui me laisse croire que ce livre n'était pas fait pour moi. Les explications de l'auteur alourdissent le texte et ralentissent l'histoire, et par conséquent, je ne suis pas sûre de lire Les Ingénieurs de l'Anneau-Monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Thrr-Gilag
  24 septembre 2014
Le premier tome est une exploration dans les classiques de la SF qui n'a vraiment pas vieilli. Au final, un classique de l'exploration spatiale très agréable à découvrir.
Le second tome vient compléter l'aspect fonctionnement / origine / raison de la présence de l'Anneau-Monde du précédent tome, sans apporter une trame d'histoire particulièrement entrainante.
À conseiller pour ceux qui, à la lecture du premier tome, voulait en savoir plus sur l'anneau-monde, mais pas particulièrement pour ceux qui avait été séduit par l'histoire et les diverses interactions du tome précédent.
Le premier tome est à conseiller en tout cas.
Critique complète :
http://plume-etoiles.blogspot.fr/2014/08/anneau-monde--T01.html
http://plume-etoiles.blogspot.fr/2014/09/anneau-monde--T02.html
Lien : http://plume-etoiles.blogspo..
Commenter  J’apprécie          60
Nunute
  05 avril 2020
L exploration de l anneau monde par 2 humains et 2 extra-terrestres, et dans la deuxième partie son sauvetage. On est pris dans l 'histoire et séduit par les personnages : Louis un humain de 200 ans sur lequel l âge n a pas de prise grâce à la découverte de la longévité ; Teela une humaine beaucoup plus jeune, sélectionnée pour l expédition pour sa chance issue de manipulations génétiques ; un kintz, extra terrestre très guerrier ressemblant à un gros félin au pelage orange ; et Nessus le marionnettiste, un extra terrestre peureux à 2 têtes qui les a réunit pour explorer cet anneau monde et découvrir ses secrets.
On est aussi attiré par ce nouveau monde aux dimensions incroyables et par les espèces qui le peuplent.
On suit donc leurs aventures, combats, traitrises, découvertes... avec plaisir et curiosité.
Au bout de 790 pages, la fin semble un peu expédiée.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
py314159py314159   02 novembre 2017
Sa masse est de deux fois dix puissance trente grammes, son rayon de 1,54 fois dix puissance huit kilomètres, et sa largeur d’un peu moins de 1,6 fois dix puissance six kilomètres. Louis avait du mal à penser en puissances abstraites de dix. Il essaya de convertir les nombres en images. Il ne s’était pas trompé en imaginant un ruban large de trois centimètres, posé sur sa tranche et disposé en cercle. L’anneau avait un rayon de plus de cent cinquante millions de kilomètres – environ neuf cent soixante-dix millions de kilomètres de circonférence, estima-t-il – mais moins d’un million six cent mille kilomètres de large, d’une arête à l’autre. Sa masse était légèrement supérieure à celle de Jupiter…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
py314159py314159   02 novembre 2017
- Le calcul est juste. Mais pourquoi ? Pourquoi construire une telle chose ?
- Pour avoir de la place. […] De la place pour vivre, expliqua Louis. Seize cents billions de kilomètres carrés représentent trois millions de fois la surface de la Terre. C’est comme si on avait trois millions de mondes mis à plat et réunis bord à bord. Trois millions de planètes à portée d’aérocar. Cela résoudrait n’importe quel problème de population.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3335 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre