AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782253120940
307 pages
Le Livre de Poche (16/01/2008)
3.95/5   28 notes
Résumé :
Finalement, cela commence de bonne heure un miracle. Il faut des années pour lui donner une forme, il faut d'immenses peines et d'immenses chagrins, jusqu'au moment où la vie vous prend tout entier. Après le suicide de son ami d'enfance, Nortatem se retire en ermite dans une cabane du Vermont. Loin de tout, il fume, boit, marche et se souvient. Ce travail de deuil l'ouvre peu à peu au monde sensible. Il rencontre des êtres qu'il ne voyait pas jusqu'alors : une viei... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
MarcPruvost
  13 avril 2012

'En nous la vie des morts' est le titre du livre dans le livre. Par une subtile mise en abyme, Lorette Nobécourt nous fait partager les lectures de son héros Nortatem. Elle nous dévoile aussi ses réflexions intérieures, ses ressentis grâce à une écriture souvent très imagée, amenant aisément le lecteur à la représentation mentale de somptueuses fresques animées. Au fil des pages, l'existence de Nortatem semble peu à peu être contaminée par des personnages fantasmagoriques, tout droits sortis de son imagination, de ses lectures, de ses souvenirs, etc. A partir de la seconde partie du livre, l'irréel semble ainsi s'insérer insidieusement dans le quotidien : comme dans un film de David Lynch, le personnage se retrouve en proie à des situations de plus en plus étranges qui se révéleront comme autant d'étapes nécessaires à ce voyage, cette quête initiatique ; tout ceci mis en exergue par la structure du roman en ruban de Möbius. Au fil des lectures, des interrogations, des rencontres du héros, le lecteur se retrouve alors happé à l'intérieur d'un monde fantasmé empli de passion et de rêve, un monde tourbillonnant autour d'êtres mystiques et mythiques. Enfin, comme le souligne l'écrivain, pour ce nouveau roman, elle a choisi un style d'écriture plus épuré par rapport à ses précédents écrits : "J'ai décidé de renoncer aussi à ce plaisir-là, celui de la langue, et d'apprendre à écrire de façon de plus en plus nue, parce que je sais qu'y parvenir me donnera plus de joie encore." Ce dépouillement semble servir l'histoire puisque le livre nous tient en haleine jusqu'à la dernière page, Lorette Nobécourt parvenant à créer chez le lecteur un fort attachement ainsi qu'une grande empathie envers son héros. Rosine Bénard
Lien : http://www.evene.fr/livres/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Alienor
  26 janvier 2009
Nortatem, héros de ce roman, se retire dans une petite maison du Vermont suite au suicide de son meilleur ami. Il veut vivre isolé de tout afin de se retrouver seul avec lui-même, pour tout simplement faire le point sur son désir de continuer à vivre sans lui. Il n'emmène avec lui que l'animal de compagnie (un hamster) de sa meilleure amie, Guita, elle-même partie pour quelques semaines en France. Il emporte également deux livres capitaux pour elle et qu'il souhaite découvrir : le livre 7 et en nous la vie des morts.
Loin de tout, Nortatem va passer ses journées à boire, à cuisiner et se promener. Il va également faire des rencontres : Eddy, le propriétaire de la maison qu'il loue, sa fille Laura, ainsi qu'une vieille femme indienne mystérieuse. Son seul lien avec sa vraie vie sont les mails qu'il échange avec Guita et Georgia, la femme qu'il vient de quitter. Les chapitres de ce roman alternent l'évocation des souvenirs de Nortatem et ses rencontres, avec les chapitres du roman en nous la vie des morts, qui vont résonner en écho avec la tragédie qu'il vient de vivre et le sentiment qu'il ressent d'être un peu mort lui-même. Toutes ces histoires de disparitions vont le bouleverser, et peu à peu le ramener à la vie.
Ce roman d'une grande force est, malgré la teneur de son sujet, un hymne à la vie. A la vie et à l'amour. C'est un livre à conseiller à tous les amoureux de la lecture, puisque dans cette histoire c'est elle qui sauve l'homme qui souffre et a perdu le goût de vivre.
Lien : http://tassedethe.unblog.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Jacotte_Fenwick
  09 mars 2014
Encore une quête : un homme se retire dans une cabane du Vermont pour digérer le suicide de son meilleur pote et la fin de sa liaison avec une femme sexuellement dévorante, et se rendre compte qu'il aime sa meilleure copine Guita, sorte de hippie libre-penseuse un peu ésotérique qui lui a passé « En nous la vie des morts », livre dont chaque chapitre est l'histoire d'un personnage à un âge dont la somme des chiffres est 7. le dernier chapitre est le sien, 34 ans. Lecture nourrissante.
Commenter  J’apprécie          20
Aifelle
  16 mai 2013
Nortatem est un New-yorkais d'une trentaine d'années dont la vie vacille sous le choc d'un suicide, celui de son vieil ami, Fred. Par ailleurs, il vient de quitter Georgia, sa maîtresse et Guita, sa meilleure amie est partie en Europe pour quelques mois. Perdu, ne sachant plus où il en est, il décide de quitter New-York et loue une maison isolée dans les bois, dans le Vermont. Pour la première fois il va se retrouver seul au milieu de la nature, confronté au silence et à son intériorité.
Il emporte avec lui deux livres confiés par Guita, "le livre 7" et "en nous la vie des morts".
Comment parler de ce roman dont je ressors sonnée ? A la fois par la beauté de l'écriture et la puissance du texte qui donne matière à réflexion à chaque page.

Lien : http://legoutdeslivres.canal..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
moklosmoklos   17 septembre 2007
A une certaine heure de la vie, il faut sauter dans le vide avec pour seul parachute le désir de s’élever. C’est difficile, mais c’est la seule façon de connaître que l’on peut voler. S’il est admis que l’on connaît quelqu’un seulement après l’avoir combattu, il est clair que la première personne à combattre c’est soi-même.
Commenter  J’apprécie          160
MarcPruvostMarcPruvost   24 mars 2012
Les trois quarts des gens passent leur existence à vouloir "s'élever" socialement, dans l'illusion que la classe supérieure à la leur les rendra plus heureux. C'est une ineptie ! Cette couleuvre, qui est sans doute la plus énorme à avaler entre toutes, est pourtant celle qu'ingurgite sans sourciller la quasi-totalité des êtres humains. Et pour cause ! Si ils cessaient un instant de croire en cette chimère, à quoi pourraient-ils attribuer leur accès de mélancolie et leur soif intérieure d'autres chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nadejdanadejda   26 novembre 2010
Chaque fois que nous demandons aux gens d'être autre chose qu'eux-même, nous les méprisons.
Commenter  J’apprécie          100
nadejdanadejda   26 novembre 2010
Guita citait souvent cette phrase de Satprem : "Le destin n'est pas un mystère, au contraire, c'est une situation bien connue qui se répète.
Commenter  J’apprécie          60
nadejdanadejda   26 novembre 2010
Leny était devenue cette jeune fille libre, à qui la mort elle-même ne faisait plus peur, dégagée des buissons feuillus de méfiance qui poussent dans la crainte de souffrir et le besoin d'être aimé
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Laurence Nobécourt (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurence Nobécourt
365 jours dans la vie des humains sur la planète Terre… À New York, Laïal tente de se détacher des siens. Au Portugal, Perla apprend à mourir, et sa fille Wanda à devenir mère. À Venise, le Cardinal Luigi de Condotti parle aux abeilles. le jeune Kola, en Afrique, découvre ce qu'il en est de l'amour qui unit Mado, sa mère, à Youli. Dans l'hôpital de Sakhalin, en Russie, où un Indien se prend pour le patron de la CIA, Jozef ne fera peut-être jamais le deuil de sa femme… Voici quelques-unes des voix qui peuplent ce roman-monde : elles communiquent furtivement par élans charnels, émotionnels ou spirituels. Est-ce un hasard si toutes partagent la lecture des livres de Yazuki, cet écrivain japonais qui cherche son point final et dont chacun quête l'opus mythique, Opéra des oiseaux ? Ainsi se déploie la partition de Laurence Nobécourt, de pays en cultures différentes, de langages en paysages inattendus. Les destins s'entrelacent, à l'insu souvent des protagonistes : chacun poursuit l'équilibre de sa vie, et déséquilibre celle d'un autre. Chaque personnage est comme un passage vers un monde, une famille, une psyché ou un trouble. Parfois c'est un enfant, parfois une femme très âgée, parfois un homme dont la voix semble changer, traverser le temps et l'amour. Entrer dans ce livre gracieux et profond, c'est accepter de ne plus maîtriser tout à fait le cours des choses, s'abandonner avec délices à l'énergie déconcertante et vivace de la littérature.
Laurence Nobécourt est née en 1968 à Paris, où elle a commencé à écrire dès l'enfance. Elle a publié romans, récits, poèmes sous le nom de Lorette Nobécourt puis, depuis 2016, sous sa véritable identité. La plupart de ses livres sont parus aux éditions Grasset, dont La Démangeaison, La Clôture des merveilles, L'Usure des jours, En nous la vie des morts et Grâce leur soit rendue. Elle a quitté Paris pour Dieulefit où elle vit et anime des ateliers d'écriture.
En savoir plus : https://bit.ly/3ArXDis
+ Lire la suite
autres livres classés : hymne à la vieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2949 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre