AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253087432
Éditeur : Le Livre de Poche (09/03/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 442 notes)
Résumé :
Mai 1897. Pendant trois jours, le Tout-Paris se presse rue Jean-Goujon à la plus mondaine des ventes de charité. Les regards convergent vers le comptoir n° 4, tenu par la charismatique duchesse d’Alençon.

Au mépris du qu’en-dira-t-on, la princesse de Bavière a accordé le privilège de l’assister à Violaine de Raezal, ravissante veuve à la réputation sulfureuse, et à Constance d’Estingel, qui vient de rompre brutalement ses fiançailles. >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (173) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  07 juin 2015
L'histoire se passe en 1897, lors du violent incendie du Bazar de la Charité oú le Tout Paris se presse rue Jean Goujon pour assister à la plus mondaine des ventes.Les victimes sont nombreuses, surtout des femmes, les séquelles chez les survivantes sont dramatiques et définitives dans la mesure oú l'on ne savait pas soigner les graves brûlures .....Les descriptions sont minutieuses , réalistes, détaillées ,tellement que l'on a l'impression d'y étre! Au milieu de ce drame, l'auteure nous narre l'histoire de trois femmes différentes en quête de rédemption, dont le destin sera scellé lors de cet incendie.....la duchesse d'Alençon, charismatique, Violaine de Raezal, veuve ravissante à la réputation sulfureuse et Constance d'Estingel, qui a rompu brutalement ses fiançailles....L'auteure a réalisé un remarquable travail de recherche, le quotidien de cette époque y est décrit avec une très grande précision, un thème original qui aurait pu s'appeler : "La part des femmes" dans une société corsetée oú l'importance du nom, de la descendance, du mariage, de la filiation et du pouvoir est déterminante .L'hypocrisie, les faux semblants, les rumeurs malveillantes, les fidélités, l'importance et la puissance de la religion sont dépeints avec justesse et profondeur. Faute de travailler, ces femmes, ces épouses souvent délaissées comme la duchesse d'Alençon contribuent à leur maniére à donner sans compter et sans peur de leur temps en jouant de leurs influences pour que le peuple ne soit pas laissé pour compte...les épidémies sévissent comme la tuberculose, notamment....A la fois roman d'histoire( enlèvement, duel, internement, dévotion), cet ouvrage pétri d'émotions rend compte d'une époque, donne des leçons de vie, de courage, de force, valorise la condition féminine, dénonce la lâcheté .La description des femmes de l'aristocratie est fine, oú elles jouent un rôle social essentiel afin de compenser les contraintes de leur caste édictées par des hommes qui continuent à vivre hors de leur temps......La décadence de l'aristocratie est au coeur de cette Rèpublique qui cherche encore ses marques....
"La part des flammes ", à la plume affirmée, au style magnifique rend compte d'une histoire follement romanesque qui allie en son coeur, pour le grand bonheur du lecteur gravité, réflexion et émotion dans le Paris du XIX° siécle !
Un bel ouvrage ! Merci à ma libraire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          712
Kittiwake
  07 juin 2015
Une belle alliance du romanesque et de l'historique, avec un soupçon de sociologique!
Servie par une plume élégante et classique qui donne l'illusion d'un écrit d'époque, d'autant que la minutie des descriptions confère un réalisme du meilleur effet à ce récit.
L'histoire s'articule autour d'un fait divers dramatique de la fin du dix-neuvième siècle, l'incendie du bazar de la Charité, provoqué par l'explosion d'un appareil de projection cinématographique , qui était à l'époque alimenté avec de l'éther, hautement inflammable.
Les décès sont nombreux, les séquelles chez les survivants sont dramatiques, à une époque où la médecine ne pouvait par grand-chose pour les brûlés.
Après la sidération, la solidarité se met en place, pour un temps, et puis ainsi est faite la nature humaine, des profiteurs tirent parti de la situation. C'est ainsi qu'un jeune et beau journaliste, prometteur et provocateur par ses écrits caustiques, est accusé d'avoir piétiné les victimes agonisantes. C'est aussi le protagoniste d'une intrigue complexe, la jeune femme fait partie des blessées, et sa fragilité mentale en fait la proie de thérapeutes abusifs.
On se plait à suivre ces histoires de couples qui se font et se défont, au sein de la classe aisée de la société. L'auteur nous laisse aussi entrevoir le quotidien sordide des plus démunis. On a ainsi une belle fresque sociale documentée, très agréable à parcourir. L'on peut aussi croiser quelques célébrités de l'époque (Bichat entre autres) ce qui permet de bien ancrer le récit.


Très belle découverte.

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          710
tynn
  26 juillet 2015
1897, Paris. Le Bazar de la Charité est un rendez vous mondain haut de gamme et hautement rentable de la saison du Tout-Paris
Des dames bien nées jouant à la vendeuse derrière un comptoir: géniale idée des organisateurs qui garantissait la réussite de cette oeuvre de bienfaisance où tous se bousculaient pour être servis par une duchesse ou une princesse.
Et ce fut le drame. Une inflammation des vapeurs d'éther du projecteur du tout nouveau spectacle de cinématographe transforme un hangar éphémère de bois et de tissus en grand incendie, un brasier d'une violence inouïe. En quelques minutes, l'embrasement de la vente de Charité de la rue Jean Goujon fait plus de cent victimes, dans des conditions de bousculade et de panique affreuses. De très nombreuses familles aristocratiques vont perdre un proche dans l'incendie, et seront confrontés à des difficultés d'identification très éprouvantes.
Ce contexte historique oublié et reconstitué avec une précision remarquable est le point fort de ce roman très attachant. Il permet de remettre en scène toute la société du Paris du XIXème, aux classes sociales disparates et extrêmement codifiées: aristocrates, grands bourgeois, maitres et valets, petites femmes entretenues...un monde en évolution qui va peu à peu disparaitre dans les bouleversements du XXème siècle.
Avec un sens romanesque maitrisé, Gaëlle Nohant nous fait vivre le drame des victimes, les amours possibles ou impossibles, les mondanités, la sécheresse de coeur de certains ou l'honneur et le don de soi d'autres, la médisance et les ragots. La condition de la femme dans les classes sociales dites supérieures y est parfaitement décrite ainsi que celle du personnel de maison.

C'est un livre qui se dévore avec plaisir, avec des péripéties multiples et sans excès dans les grands sentiments. Passée l'excellente première partie axée sur le drame, la trame fictive devient un peu légère, pas toujours très subtile dans les personnages, mais l'ensemble fonctionne agréablement avec un langage, une politesse et des usages désuets qui collent au sujet.
La part historique du fait divers est une toile de fond émouvante et très réaliste.
Quand on circule rue Jean Goujon à Paris, Notre Dame de la consolation, construite en 1900 est une chapelle expiatoire dédiée aux victimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          492
jeunejane
  03 mars 2017
L'histoire se passe à Paris en mai 1897.
Des dames de la noblesse consacrent une partie de leur temps à aider les pauvres.
C'est un honneur pour elles de participer comme vendeuses aux stands de Bazar de la Charité dont les bénéfices vont aux plus pauvres.
Dès le début, nous faisons connaissance avec la comtesse Violaine de Raezal, jeune veuve qui veut faire absolument partie de ces dames, la jeune Constance d'Estingel qui sera vendeuse au bazar avec la duchesse d'Alençon.
Ces dames et bien d'autres vont être victimes d'un incendie dramatique dans les locaux de la vente.
Les personnages sont fictifs mais les faits ont réellement existé.
Les scènes du drame et des souffrances physiques sont décrites avec un réalisme à faire peur. Je me serais crue dans un livre de Ken Folettmais ces passages n'occupent pas tout le livre.
Gaëlle Nohant utilise un très beau style d'écriture, très expressif, elle crée une galerie de personnages fort variée, passe d'une scène à l'autre sans longueurs avec des liens intéressants.
Les nobles et les personnages importants ne sont pas les seuls à entrer en scène ; arrivent aussi le cocher Joseph, la cuisinière de l'asile qui occupent une place non négligeable.
Intéressant aussi, la façon dont on traite les maladies psychiatriques et l'allusion aux grands médecins de l'époque.
Le duel, très pratiqué à l'époque est également abordé.
C'est un livre qui m'a beaucoup plu, très riche en détails et documentation historiques.
Participation au challenge pavés 2016- 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          452
AudreyT
  13 octobre 2015
En mai 1897, le Bazar de la charité reste l'endroit incontournable où le Tout Paris doit se montrer. Si la duchesse d'Alençon, accompagnée de Violaine de Raezal et de Constance d'Estingel, s'y trouve par pur bonté, elle n'en est pas moins un des points d'intérêt. Cette femme, que tout le monde admire, prend le risque de côtoyer des femmes à la réputation douteuse ou en total désaccord avec leur famille. Mais l'incendie qui va frapper la capitale va changer la vie et les priorités des survivants...
Un roman dont on ne voit pas défiler les pages... des portraits de femmes blessées mais qui restent droites et qui vont jusqu'au bout de ce qu'elles croient être juste et vrai. Une très belle écriture, rythmée et recherchée, qui nous entraine avec beaucoup de classe dans le tourbillon d'une époque dure et en pleine évolution...
Commenter  J’apprécie          463

critiques presse (8)
Lexpress   27 juillet 2015
Un livre pour voyager dans l'histoire cet été.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeSoir   02 juillet 2015
Gaëlle Nohant donne à son roman un parfum XIXème siècle.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Lexpress   26 mai 2015
Le livre fait mouche lorsqu'il restitue les événements et l'époque, la vie des petites gens comme des personnalités en vue, les faux-semblants de cette haute société où la femme n'est qu'un faire-valoir.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   29 avril 2015
Ce gros roman, qui ferait un excellent scénario de cinéma, se dévore à la vitesse des flammes...
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   28 avril 2015
Un roman d'aventures remarquable de densité.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   17 avril 2015
Un pont entre le beau monde et la racaille.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LePoint   16 avril 2015
Tout le monde s'enflamme pour Gaëlle Nohant.
Lire la critique sur le site : LePoint
Lexpress   14 avril 2015
Follement romanesque.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (84) Voir plus Ajouter une citation
mapivionmapivion   01 décembre 2017

Léonce d'Ambronay adressa un sourire exténué à cet époux aimant qui savait si bien la protéger des réalités de ce monde. Et qui voyait un ange de bonté là où se tenait une petite créature qui demeurait en surface de la vie, arborant ses principes chrétiens telle une parure de diamants étincelants et vides.
Commenter  J’apprécie          20
Josephine2Josephine2   01 avril 2017
Hyacinthe Brunet observait la jeune fille qu’il venait de plonger dans le sommeil hypnotique. La facilité avec laquelle les hystériques se laissaient suggestionner l’émerveillait toujours. Quelle aubaine pour les aliénistes ! Cette voie royale vers l’expérimentation leur avait permis de recréer chaque symptôme de l’hystérie, d’en définir les nuances, de constater la variété des attitudes passionnelles, l’éventail des névroses prenant vie sous leurs yeux comme un théâtre de marionnettes. Hystérie religieuse, pulsions nymphomanes ou criminelles, paralysies disparaissant sur commande, convulsions domptées par un simple murmure… Ils s’étaient tenus impassibles et ironiques devant la scène qu’ils dirigeaient de leurs mots, de leurs gestes, provoquant des hémorragies, des stigmates, des sanglots et des poussées de fièvre. Tels des enfants ouvrant le ventre des poupées, pour chercher le cœur à travers la cire, ils avaient pu ausculter la psyché des femmes, les observer à leur insu, effaçant ensuite les traces de ces effractions de leur mémoire latente. Ils avaient créé ce grand théâtre où les hommes venaient en voyeurs – disculpés par la recherche médicale – se repaître de cette folie des femmes à travers laquelle éclatait toute l’imperfection de leur nature, les vices et les faiblesses inhérents à leur sexe. Bien entendu, il s’agissait de les guérir, de les rendre dociles au rôle que leur assignait la société, et de discipliner les secousses sismiques de leurs corps par la maternité et une sexualité rigoureusement contrôlée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
rkhettaouirkhettaoui   07 avril 2015
Quand elle entendait dire que les romans étaient de dangereux objets entre les mains d’une jeune fille, elle ne protestait plus. Puissants et dangereux, oui, car ils vous versaient dans la tête une liberté de penser qui vous décalait, vous poussait hors du cadre. On en sortait sans s’en rendre compte, on avait un pied dansant à l’extérieur et la cervelle enivrée, et quand on recouvrait ses esprits, il était trop tard. La terre était pleine de créatures saturées d’elles-mêmes qui prenaient plaisir à vous foudroyer pour les fautes qu’elles s’interdisaient, les libertés qu’elles prenaient dans l’ombre, les extases qui venaient mourir près d’elles sans qu’elles se soient permis d’y goûter. Châtier était le tonique qui ranimait leur cœur exsangue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
KittiwakeKittiwake   28 mai 2015
Quand elle entendait dire que les romans étaient de dangereux objets entre les mains d’une jeune fille, elle ne protestait plus. Puissants et dangereux, oui, car ils vous versaient dans la tête une liberté de penser qui vous décalait, vous poussait hors du cadre.
Commenter  J’apprécie          330
AlicejAlicej   29 mars 2016
Tout lire lui avait donné le vertige et une faim grandissante du monde. Elle y avait perdu le peu de déférence qu'on lui avait inculquée. Les livres lui avaient enseigné l'irrévérence et leurs auteurs, à aiguiser son regard sur ses semblables ; à percevoir au-delà des apparences, le subtil mouvement des êtres, ce qui s'échappait d'eux à leur insu et découvrait des petits morceaux d'âme à ceux qui savaient les voir. Mais la lecture avait aussi précipité sa chute. Quand elle entendait dire que les romans étaient de dangereux objets entre les mains d'une jeune fille, elle ne protestait plus. Puissants et dangereux, oui, car ils vous versaient dans la tête une liberté de penser qui vous décalait, vous poussait hors du cadre. On en sortait sans s'en rendre compte, on avait un pied dansant à l'extérieur et la cervelle enivrée, et quand on recouvrait ses esprits, il était trop tard. La terre était pleine de créatures saturées d'elles-mêmes qui prenaient plaisir à vous foudroyer pour les fautes qu'elles s'interdisaient, les libertés qu'elles prenaient dans l'ombre, les extases qui venaient mourir près d'elles sans qu'elles se soient permis d'y goûter. Châtier était le tonique qui ranimait leur coeur exsangue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Gaëlle Nohant (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaëlle Nohant
Gérard part en live #5
autres livres classés : IncendiesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1086 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .