AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221108205
Éditeur : Robert Laffont (02/03/2007)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 60 notes)
Résumé :
" - Dis donc, gamin, on t'a pas appris qu' c'était pas poli de zieuter comme ça ? J'aime pas les malins.
Fais bien attention à toi. Les morts marchent, ce soir. Fais bien attention à toi."
Un long frisson le frigorifia comme une bourrasque giflant un corps trempé. Les morts marchent, ce soir. Une comptine dont il avait perdu le souvenir lui traversa la tête.
"Faut boire à la santé des gars Qui sont coulés, au fond, en tas."

Dans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
mariech
  24 avril 2016
Benoît , Lunaire , Guidoux et Samson sont les quatre fils de la famille bretonne les Guerendel .
Depuis leur tendre enfance ils ont l'interdiction de s'approcher de la mer , d'apprendre à nager , ce qui n'est tout de même pas chose facile quand on habite Dinan .
L'aîné Benoît pense souvent au moment où il pourra quitter sa famille , les interdictions lui pèsent , le fait d'être l'aîné aussi , il a souvent envie d'un peu plus de légèreté , de liberté , de ne pas toujours devoir être responsable de ses frères .
Mais ce n'est pas tout , les trois grands frères , Samson est encore trop petit et est épargné , font des cauchemars terrifiants , on sent leur mère à la fois aux aguets et impuissante , comme s'il s'agissait d'une malédiction .
Les jeunes garçons vivent une vie normale la journée , la nuit c'est autre chose , ils rêvent de naufrages , ou même pour Guidoux de scènes de guerre .
Petit à petit , quelques indices nous sont donnés , à toutes petites touches , ah quand on évoque la couleur des cheveux d'un des quatre frères , oh on ne comprendra pas tout et c'est là un des points forts du roman , je m'en rends compte après l'avoir lu .
Quand j'ai lu sur la quatrième de couverture le mot litterature fantastique , j'ai eu un apriori et puis au cours de ma lecture , oui je me suis dit qu'il fallait se laisser guider par l'auteur sans trop se poser de questions , et puis oui je me suis laissée entraînée par cette histoire , j'ai été littéralement envoûtée , impossible de lâcher le livre .
Il est question de Bretagne , de marins irrésistiblement attirés par la mer , oh comme ce passage est juste , mais aussi sur les liens familiaux, les amours qui ne tissent malgré les différents entre les familles .
J'ai été avec ces marins jusqu'à Terre - Neuve , je les ai accompagné dans leurs conditions de vie épouvantables mais j'ai ressenti aussi leur soif de liberté , et tout ça par la magie de l'écriture de Gaelle Nohant dont il s'agit du premier roman , j'ai vraiment été étonnée par la qualité de l'écriture , par l'originalité du thème abordé
Gaelle Nohant m'a bluffée et c'est à souligner car j'avais , oui je l'ai déjà dit plus haut , un apriori pour ce genre de litterature .
Je vous le recommande chaleureusement, et la lecture de ce livre m'a donné envie de relire Sébastien et la Marie- Morgane , enfin je ne pense pas que je le ferais mais c'est ça aussi la lecture , créer des ponts , donner envie de lire autre chose et oh j'oublie le principal , comme j'ai envie de retourner en Bretagne , à Saint Lunaire peut - être .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
sabine59
  21 septembre 2017
Le monde des rêves est fascinant, complexe. Il m'a toujours attirée. Il est au coeur de ce premier roman de l'auteure, et comme l'indique le très beau titre, intimement lié à la mer.
Nous sommes dans les années 1980, en Bretagne, près de Dinan, dans un village de la côte bretonne. Enogat a quatre fils, à qui elle a interdit d'apprendre à nager et même d'approcher la mer. Pourtant les nuits de ses enfants sont perturbées par des cauchemars mettant en jeu des marins de la fin du 19eme siècle, ainsi qu'un soldat de la première guerre mondiale, et ils se retrouvent hagards le matin, horrifiés par leurs visions nocturnes de crimes, de chevaux sanguinaires sur un champ de bataille, de noyés...
Le texte entrelace donc ces rêves horribles et la réalité. Le lecteur entre très vite dans cet univers étrange, la beauté du style y est pour beaucoup. C'est ce que j'ai le plus apprécié.
Cependant, j'ai moins adhéré à l'idée développée dans l'histoire, exprimée sous forme interrogative par l'un des personnages:" Les blessures et les tragédies pouvaient-elles se transmettre d'une branche à l'autre de l'arbre généalogique, à travers les rêves?" Pourquoi pas, après tout?
Ce qui est un peu agaçant aussi, c'est le fait que les cauchemars sont repris d'un chapitre à l'autre, certes pour les approfondir et en révéler les secrets, mais cette répétition est assez pénible, au fil des pages. De plus, l'enquête menée par Lunaire, un des garçons, est peu crédible.
Néanmoins, j'ai découvert une écriture magnifique, poétique et expressive, et cela me donne envie de lire le roman le plus connu d'elle :"La part des flammes"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          295
zabeth55
  22 juin 2018
Les quatre enfants de la famille Guerindel font d'horribles cauchemars depuis des années.
Toujours les mêmes personnages, les mêmes situations.
Grâce au recherches de l'un d'eux, Lunaire, quatorze ans, on va rentrer dans es secrets de famille et s'apercevoir que tous ces rêves sont liés aux ancêtres de la mère.
On est en plein dans l'inconscient transgénérationnel.
C'est une histoire angoissante, complexe. de quoi appréhender de fermer les yeux ce soir !
Entre Dinan et Saint-Malo, on entre dans la vie des marins pêcheurs de la famille.
De vieilles personnes font ressurgir leur passé pour éclairer Lunaire.
Il est difficile de croire que les quatre enfants d'une même famille puissent être aussi fortement impactés par leurs ancêtres, mais l'histoire est prenante et bien menée.
On est dans un univers étrange et captivant servi par une belle écriture au rythme particulier.
Commenter  J’apprécie          260
anlixelle
  03 décembre 2017
" Les rêves sont nous, parce qu'ils nous parlent de nos désirs et de nos peurs. "
Comment faire quand nos nuits sont traversées de part en part par des mondes souterrains violents et pénétrants ?
Force est de constater que certains détails ramenés de nos cauchemars parviennent à rendre fous de douleur par le biais d'une filiation d'angoisses et de non-dits nos existences délicates. C'est ce qui constitue les existences de quatre frères aux noms improbables : Guerindel, Benoît, Lunaire et Samson dans ce roman singulier qui prend pour décor la côte bretonne actuelle.
Entre récit fantastique et enquête, entre roman intimiste et conte initiatique, il y est avant tout question de démons et d'êtres innocents bloqués dans leur développement.
Le récit de Gaëlle Nohant, comme son titre l'indique, navigue donc entre réalité et rêves, et j'ai mis près d'une centaine de pages à rentrer dans l'histoire tant j'ai trouvé  certains passages longs.
Mais le rythme particulier  voulu par son auteur peu à peu m'a pénétrée et il faut bien reconnaître que l'énigme de  cette famille atypique m'a touchée, émue même.
J'ai donc apprécié ce roman aux effluves d'embruns et de gros sel, parce qu'il m'a emportée bien plus loin que je ne le pensais. Au delà des rêves ....   ceux des personnages et ceux du lecteur.
Lien : http://justelire.fr/l-ancre-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Malice
  05 septembre 2012
Très bon premier roman, j'ai été stupéfaite par la construction de ce livre. Je m'explique il y a de nombreux personnages, ils ont tous un lien, généalogie, histoire de famille complexe. L'auteur aurait pu se perdre ainsi que le lecteur.
Et bien non !!! pour un premier roman chapeau, la construction est claire cela n'a pas du être simple. BRAVO ! Gaëlle a dû passé de nombreuses nuits blanches et faire de nombreux cauchemars ! pour écrire un livre pareil. C'est pas facile d'en parler ... tellement c'est dense ...
Un livre qui va bien avec le temps breton du jour (pluie toute la journée), mais la pluie et le brouillard sont au rendez-vous aussi dans le livre.
Dans un village de la côte bretonne chaque nuit les enfants Guérindel : Benoît, Lunaire, Guinoux et le petit Samson font des cauchemars terrifiants, de grosses angoisses nocturnes. Leurs ancêtres viennent leur rendre visite dans leur sommeil. Ils sombrent dans des histoires de marin. Des secrets de familles remplissent leur nuit. Ces secrets viennent du côté de leur mère Enogat qui interdit à ses enfants de s'approcher de la mer. J'ai eu beaucoup de sympathie pour ce personnage fil rouge Ebenezer, archiviste passionné, gardien de mémoire de la famille Guérindel . C'est grâce à lui que nous avons des informations sur les ancêtres de Lunaire et de ses frères. Et c'est grâce à lui qui va faire la connaissance d'Ardélia dont il est parente sans le savoir. le livre est enchevêtré entre le temps présent et le temps passé. Ce livre fait référence à la littérature fantastique et au merveilleux, c'est un livre remplit d'un bel univers. J'ai beaucoup aimé ses enfants attachants, j'ai été captivé par ces histoires maritimes avec ses odeurs iodées J'ai adoré le personnage d'Ardélia j'ai trouvé que c'était une vieille femme délicieuse comme j'aurai adoré rencontrée. Mon passage favoris, quand Ardélia parle de son frère Abel avec émotion. Ce frère fragile qui a été emporté lors d'une sortie en mer sur la Marie Louis. Avant sa mort, il était fiancé à Héloïse . Et cette femme fut enceinte d'un enfant qu'elle a nommé Abel le Faou le grand père de Lunaire.
J'ai trouvé très orignal de la part de Gaëlle dans son livre, comme sujet d'explorer les rêves dans la fiction. Pour ma part, j'ai bien aimé l'idée que des personnes qui ne sont plus là viennent nous rendre visites dans nos rêves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
sabine59sabine59   21 septembre 2017
Les étoiles étaient là, veillaient où que l'on dorme.(...) Il n'avait jamais cru ce qu'on lui racontait, qu'elles étaient mortes depuis des milliers d'années,astres défunts scintillant longtemps après l'extinction. Ni qu'elles étaient les âmes des morts sans sépulture. Non, il ne les imaginait pas faites de matière éteinte. Elles se tenaient à leur poste de guet sur la trame du ciel. Elles avaient donné naissance aux fées, aux muses, aux lucioles. Et peut-être aux anges gardiens, s'ils existaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
sabine59sabine59   18 septembre 2017
Bien sûr les frères désiraient en secret s'approcher du roulis, sentir la langue brûlante des vagues à leurs chevilles, perdre leurs regards dans l'immensité turquoise, émeraude, marbrée d'algues tentaculaires. (..) La mer ne régnait pas seulement sur leurs nuits, elle était à la barre de leurs fantasmes adolescents.
Commenter  J’apprécie          132
nelly76nelly76   13 novembre 2016
Lunaire se tut, repensant à Benoît échevelé dans le noir de la chambre, cherchant comme un fou une gamine perdue, la suppliant de ne pas avoir peur de lui.
Un silence gêné les enveloppa avec la soudaineté du brouillard.
- Je vais te raconter , dit Lunaire en se raclant la gorge, ce qui est arrivé à celui-ci.Abel Loudun, le frère d ' Ardélia. .....
Lunaire raconta l'horrible histoire, qui devint peu à peu un récit d'épouvante, de ceux dont on s' effraie les nuits d'orage, riant de sa propre terreur et de celle de l'autre.
Alors la brume entre eux se leva.
Ils étaient saufs sur la berge.Et ils se parlaient un peu plus légers d'en être capables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mariechmariech   24 avril 2016
´ Ça ne sert à rien de se reprocher ce qu'on n'a pas pu faire , l'amour qu'on n'a pas pu donner . Nous sommes infirmes et impuissants la plupart du temps , nous aimons mal ou à contretemps , il faut l'accepter´ , répétait - il à des individus qui avaient perdu quelqu'un avant d'avoir pu , d'avoir dit , d'avoir fait .....
Il parlait d'expérience .
Commenter  J’apprécie          80
nelly76nelly76   10 novembre 2016
Non . lunaire ne comprenait pas.Quel genre de monstre était - il, dans ce cas? Autant s' étrangler avec ses propres mains.Il pensa à ces nuits innombrables de son enfance où il s' était endormi en espérant qu'il aurait la chance de faire un de ces "beaux rêves" dont parlaient ses parents, légers et sucrés comme le désir, dont on voudrait qu'ils ne finissent pas......et à ses joues trempées de larmes.Sa terreur explosait en sanglots qui attiraient sa mère dans la chambre.Son pas précipité dans le couloir , les mots qu'elle répétait pour le consoler.....Et la honte qui était la sienne, d'avoir attiré l'attention sur lui. Il revit le visage ravagé, hirsute, de Benoît quand il emergeait de son cauchemar et qu'il n'avait plus d'âge. Non Ardélia avait tort.
Elle semblait regretter ses paroles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Gaëlle Nohant (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaëlle Nohant
Gérard part en live #6
autres livres classés : bretagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
240 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre
.. ..