AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2354882483
Éditeur : Gulf Stream Editeur (21/05/2015)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 105 notes)
Résumé :
Jason, adolescent médiocre surnommé Brainless, habite Vermillion, petite ville du Dakota du Sud où la jeunesse s'ennuie. Tous les jours, Brainless se fait une injection de formol, pour ne pas pourrir.

Depuis qu'il est mort, étouffé par une ingestion massive de maïs, les deux hémisphères de son cerveau peinent à communiquer. Son estomac ne digère que de la viande crue. Il a cessé de dormir et de respirer.

En dehors de cela, son quotidi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (70) Voir plus Ajouter une critique
SMadJ
  27 mai 2015
Jérôme Noirez invente le "feel good zombie".
Caustique, drôle, farfelu, ce livre démarre sous les meilleures auspices.
Jérôme Noirez nous propose une redoutable Teenage Horror Comedy
Imaginez un adolescent mort revenu à la vie sous une forme zombiesque et qui doit s'adapter à sa vie quotidienne de lycéen américain. Imaginez les situations cocasses. Imaginez... Imaginez... Et puis non LISEZ !
Vous vous plongerez dans une sucrerie succulente et acidulée, avec beaucoup de cadavres au compteur, douce comme une barbapapa au parfum cerveau saignant et croquante/craquante comme des pop-corns de dents.
On est clairement dans de la littérature "Young Adult" (même si l'auteur s'en défend) mais de celle que l'on dévore avec délectation et qui dessine des sourires sur vos lèvres de lecteurs/trices attendri(e)s. Oui, ça peut être tendre un lecteur.
D'autant que cette histoire de zombie est pailletée de romantisme et d'amour. Très intelligemment traités et pas mièvres pour deux sous. Ça mérite d'être souligné.
On retrouvera ici, un subtil mélange du "Elephant" de Gus van Sant (sur la tragédie de Columbine) et du film Warm Bodies pour le "gentil Zombie" même si on n'est clairement pas dans l'horreur ici. Ou si peu... :-)
Le héros, zombie sans cervelle (encore que...), est écrit avec justesse. Tendresse même.
Toutes ses réflexions font mouche et interrogent sur la vie, la mort, le rapport aux autres, l'intégration compliquée au sein d'une communauté telle que le lycée. Plus subtil qu'il en a l'air ce zombie.
Tous les clichés du lycée à l'américaine sont réunis ici pour être joyeusement mis à mal. On retrouve évidemment la peste nympho, le capitaine de l'équipe de foot, la pom-pom girl, le gros souffre-douleur de la collectivité, la gothique... Mais c'est assumé et ça n'en a que meilleure saveur. On sent que l'auteur s'est avant tout fait plaisir et que ce plaisir est redoutablement contagieux.
L'écriture est doucement ironique mais bienveillante avec ses personnages. Tour à tour poétique, caustique, énervée, rebelle et pétillante, elle vous mord tellement, mortellement.
Jouissif et jubilatoire, ce livre est à croquer sans modération, avec envie et passion. 3,5/5
Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Jérôme Noirez, voici le lien de la rencontre organisé par Babelio :
http://cestcontagieux.com/2015/05/28/rencontre-avec-jerome-noirez-lauteur-de-brainless-200515/

Lien : http://cestcontagieux.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
Epictete
  16 mai 2015
Jason est un garçon à peu près comme les autres, voire un peu plus ordinaire encore. D'ailleurs dans son entourage, on le surnomme « Brainless », y-compris ses parents.
Un jour, lors d'un bête concours du plus gros mangeur de maïs, il s'étouffe et meurt. Mais le roman commmence quand il se réveille à la morgue : Il est devenu un subvivant, c'est-à-dire un Zombie. Il pourra vivre presque normalement, en s'injectant du formol chaque jour, et en ne mangeant que de la viande crue ou encore un peu congelée.
C'est l'occasion pour l'auteur de décrire une société américaine, un peu dégénérée, avec pas mal de stéréotypes :
• Une fille un peu Bimbo, mignonne et insuportable, à la tête d'un « Club des salopes » qui méprise tout ce qu'elle considère comme ringard.
• Un ado obèse qui rêve d'être détective.
• Un capitaine de l'équipe de football américain du lycée, beau gosse à qui rien ne doit résister.
• Une fille menue et gothique, fascinée par par l'ésotérisme.
• Deux paumés qui rêvent de dépasser les scores meurtriers des massacres perpétrés aux Etats-Unis ces dernières années.
• Un club de Pom-Pom girls…...
• Etc.
C'est une belle peinture de la jeunesse Américaine en perpétuelle recherche d'avenir (Voire de présent, d'existence, en réalité), peut-être pas si caricaturale que cela,
Tous ces personnages vivent plus ou moins en parrallèle et leurs destins vont se croiser lors d'un évènement tragique.
Je ne suis pas adepte, loin de là, du fantastique, encore moins de l'horreur que ce soit au cinéma ou en littérature. Mais là, je dois bien avouer que je me suis laissé prendre. Ce livre est un vrai « Page-turner » (Pardonnez-moi l'angliscisme)
Cela vient certainement de l'écriture très fluide, très claire, du style plein d'humour, d'ironie et aussi de références (De « La nuit des morts-vivants », à « La famille Adams », et bien d'autres encore)
C'est une belle découverte,que certainement je n'aurais pas faite sans Babelio et les éditions Gulf Stream.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Witchblade
  17 août 2017
Livre lu dans le cadre de la pioche de Juillet 2017 et grâce à un échange avec Shan_Ze.
Brainless ou l'histoire d'un jeune ado sans cervelle...
Merci à Patience pour cette pioche et à Shan_Ze pour cet échange. Cette lecture n'a pas été un franc succès pour moi, je ne suis pas particulièrement fan des zombies et des films d'horreur. Mais son résumé m'avait intrigué lors d'un repérage pour une Masse Critique et ayant déjà lu de cet auteur (« Le chemin des ombres »), je voulais voir ce qu'avait créé son imagination. J'aurais mieux fait de passer mon chemin...
L'histoire m'enchantait peu jusqu'à la première tranche des 100p du bouquin où on comprend où l'auteur veut en venir. Connaissant le style de l'auteur, je me suis accrochée autant que j'ai pu pour avoir le fin mot de l'histoire mais cela ne m'a pas empêché de sauter quelques passages ne m'intéressant pas. Tout est raconté, ou presque, du point de vue de Brainless, un jeune ado atteint du SCHJ ; en fait, il est devenu un zombie. Mais qu'est-ce que c'est long... Je ne retenais pas la moitié de ce que je lisais... J'ai voulu l'abandonner je ne sais combien de fois... Mais à cause de sa grosseur (250p), j'ai maintenu le cap et enfin réussi à le finir. Mais au vu de la fin, ma seule réaction a été : « Tout ça pour ça ? ». C'est l'histoire la plus bizarre que j'ai pu lire avec le premier découvert de Justine Niogret (« Coeurs de rouille »). Ça a une certaine logique mais bon... Je ne sais pas trop à quoi je m'attendais mais certainement pas à une fin comme ça. En plus du fait que le livre-objet n'est pas spécialement joli, un cerveau sur une couverture et toutes les tranches en orange vif...
Comme vous l'aurez compris, cette lecture n'a pas été une franche réussite d'autant plus que j'ai mis 4 jours pour lire 250p. L'envie ne venait pas de le lire alors qu'étant en vacances, je peux lire plus... Donc si vous êtes amateurs de zombies, je vous conseille donc de découvrir ce bouquin sinon je pense que vous pouvez passer votre chemin sans regrets... Pour ma part, je vais continuer à découvrir cet auteur mais en faisant bien attention aux prochains résumés et atmosphères créées par l'auteur.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          329
palamede
  17 mai 2015
Jason, un jeune adolescent américain mort d'asphyxie, revient à la vie alors que son coeur ne bat plus. Son médecin diagnostique un syndrome de coma homéostasique juvénile qui curieusement, change peu sa vie, sinon que son cerveau fonctionne encore plus au ralenti qu'auparavant et qu'il doit s'administrer du formol pour garder son intégrité physique.
Dans son lycée, les camarades de Jason ne semblent pas prendre conscience de son nouvel état, déjà surnommé Brainless pour sa lenteur d'esprit, il est toujours la cible de leurs moqueries. Seules nouveautés, il doit se nourrir de viande crue et Cathy, une fille « gothique » devient sa petite amie. C'est avec elle qu'il va vivre la réalisation d'un projet macabre d'autres élèves.
Pour une première expérience dans une littérature qualifiée de littérature jeunesse, j'ai été agréablement surprise par cette peinture réaliste d'adolescents américains dont l'ambiance n'est pas sans rappeler celle de Twin Peaks ou de la Nuit des morts-vivants. le réalisme magique utilisé par Jérôme Noirez apporte de la fantaisie à son roman mais le propos est sérieux et le constat d'une jeunesse américaine plutôt pessimiste.
Merci à Babelio et aux Editions Gulf Stream pour cette incursion dans le monde si particulier de Jérôme Noirez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Nastie92
  21 mai 2015
Rencontrer un auteur, l'entendre parler de son livre, est toujours intéressant. Comprendre ses motivations, ses intentions, permet d'appréhender son texte sous un autre jour, et généralement de mieux l'apprécier.
Voilà pourquoi j'ai saisi l'opportunité offerte par Babelio de lire Brainless et de participer à la rencontre avec Jérôme Noirez, même si l'univers de ce roman m'est totalement étranger.
Un zombie, quésaco ? J'avoue mon ignorance, je ne sais pas, mais j'aime découvrir. Munie d'un bon dictionnaire, me voilà prête à entamer ma lecture.
Jason est atteint du SCHJ (syndrome de coma homéostatique juvénile), ce qui lui pose quelques petits problèmes pratiques et induit chez lui une lenteur aussi bien physique que mentale, d'où son surnom de Brainless. Mais il va tout de même au lycée, dans un établissement tout ce qu'il y a de plus ordinaire aux États-Unis. Jason est un zombie, et malgré le fait que l'auteur donne une pseudo crédibilité scientifique à son personnage, nom de maladie et différents traitements à a clé, je reste un peu en-dehors de l'histoire, comme spectatrice d'une comédie assez drôle, mais dans un univers dans lequel je ne rentre pas vraiment.
Par ailleurs, l'immersion de Jason dans le lycée est très réussie et donne lieu à des scènes assez cocasses, d'autant plus que les personnages des lycéens fournissent une belle galerie de portraits d'adolescents américains tels qu'on les voit dans de nombreux films.
L'écriture est très visuelle, et l'on a sous les yeux de la "violence de cinéma américain à la con", dixit Jérôme Noirez. Si c'est ce qu'il voulait faire, je trouve qu'il y est bien parvenu.
Pour conclure : voilà un livre que je suis très contente d'avoir découvert, et j'en remercie Babelio et les éditions Gulf Stream. La rencontre avec Jérôme Noirez a été intéressante, l'auteur étant direct, sincère et plein d'humour. J'ai découvert un univers littéraire très éloigné de mes lectures habituelles, mais même si ce livre est un bon livre dans son genre, bien écrit et agréable à lire, je ne suis pas certaine de vouloir explorer davantage cet univers. Je laisse ça à d'autres, qui apprécieront.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260

critiques presse (1)
Ricochet   03 juin 2015
Langue acérée et propos piquant qui pulvérise le roman pour adolescents : Jérôme Noirez inaugure en grande pompe (funèbre) la nouvelle collection Electrogène de Gulf Stream.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
orbeorbe   28 avril 2015
- Oui. Je suis mort.
- On vous a déclaré mort. Mais vous ne l'êtes plus.
- J'ai l'impression de l'être encore. Qu'est-ce qui vous dit que je ne le suis plus ?
- Nous sommes en train de nous parler.
Pour un docteur, je n'ai pas trouvé son argument très scientifique. Plus tard, j'ai compris que donner une définition de la mort n'était pas une choses évidente et que personne n'était vraiment d'accord sur la question.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Nastie92Nastie92   11 mai 2015
Deux conditions sont nécessaires pour devenir un bon proviseur. La première, une évidence, est de ressentir un profond, intense, inébranlable dégoût pour les jeunes. La seconde est de mépriser de tout son cœur les professeurs, ces ratés, ces minables. Quand cela est acquis, on peut commencer à faire correctement son job.
Commenter  J’apprécie          260
WitchbladeWitchblade   28 septembre 2017
Deux conditions sont nécessaires pour devenir un bon proviseur. La première, une évidence, est de ressentir un profond, intense, inébranlable dégoût pour les jeunes. La seconde est de mépriser de tout son cœur les professeurs, ces ratés, ces minables. Quand cela est acquis, on peut commencer à faire correctement son job.
Commenter  J’apprécie          210
Nastie92Nastie92   25 juin 2015
Il paraît que la plupart des gens meurent les yeux ouverts. Parfois, ceux-ci se ferment spontanément, parfois ils restent ouverts, et je suppose que personne n'aime voir les yeux d'un mort, alors on abaisse les paupières, par une sorte de pudeur. Les morts, on les aime morts.
Commenter  J’apprécie          200
SMadJSMadJ   01 juin 2015
Deux conditions sont nécessaires pour devenir un bon proviseur. La première, une évidence, est de ressentir un profond, intense, inébranlable dégoût pour les jeunes. La seconde est de mépriser de tout son cœur les professeurs, ces ratés, ces minables. Quand cela est acquis, on peut commencer à faire correctement son job.
Commenter  J’apprécie          162
Videos de Jérôme Noirez (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérôme Noirez
Retrouvez les grands moments de cette soirée de lancement de la collection young adult Electrogene et du premier titre Brainless de Jérôme Noirez, qui a eu lieu le 20 mai 2015 à l'école de communication visuelle de Paris.
autres livres classés : zombiesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Desolation Road de Jérôme Noirez

Quel âge a June Madero ?

17 ans
16 ans
18 ans
22 ans

8 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Desolation road de Jérôme NoirezCréer un quiz sur ce livre
. .