AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234073693
Éditeur : Stock (19/08/2015)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 42 notes)
Résumé :


« Une évidence. Une évidence aussi tangible qu'une pierre au milieu d'un jardin : C. est persuadée que je l'aime, que je l'ai toujours aimée. Comment puis-je faire semblant d'avoir oublié ? »

L'illusion délirante d'être aimé est une maladie, chronique, dangereuse, et parfois mortelle, nommée syndrome de Clérambault, car elle fut découverte par le célèbre psychiatre. 

C'est aussi un roman implacable, un thriller des senti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  16 janvier 2018
A l'avance, je me régalais de lire cette variation romanesque sur une thématique peu exploitée en littérature (et pourtant riche en potentialités littéraires), le syndrome de Clérambault, érotomanie décrite au XIXème siècle comme l'illusion délirante d'être aimé, par le Docteur Gaëtan Gatian de Clérambault, psychiatre un peu zinzin lui-même, aux méthodes très controversées, qui a fini suicidé après avoir mangé un homard, le homard n'étant pas responsable de son suicide. C'est sûr, personne ne connaîtrait cette gravissime maladie psychiatrique fort gênante, voire létale, pour celui ou celle qui en est la victime, si Ian McEwan, en 1999, n'avait pas livré Délire d'amour, un roman que j'ai a-do-ré.
Le thème choisi est suffisamment rare pour qu'une comparaison entre les deux romans et auteurs s'impose tout naturellement. Malheureusement pour son ouvrage, Florence Noiville arrive en 2ème position (pas la peine de gaspiller une photo à l'arrivée), bien loin derrière Ian McEwan, qu'elle cite dans son machin, à qui il a fallu 75 pages d'introduction relatant un accident de montgolfière pour saisir l'exact instant où le malade jette son dévolu sur sa proie après un regard dont il pense être l'exclusif et définitif destinataire. Tout chez Florence Noiville atténue, amoindrit, je n'ose pas dire ridiculise, la gravité de cette maladie qui finit souvent dans le sang. On a affaire ici à un syndrome de Clérambault 2.0 et wikipédien (je suis branchée!), qui se déroule via Facebook ou Gmail, sans réel contact entre les deux femmes, et Florence Noiville ne relate que l'état d'esprit de la victime, qui a les moyens financiers de fuir en Amérique du Sud puis de faire l'intéressante en provoquant son harceleuse. L'épilogue est grand-guignolesque et invraisemblable. Pour les fans du regretté Johnny, Florence Noiville évoque l'une de ses fans, foudroyée en plein concert par un clin d'oeil du rocker-biker. C'est peut-être le seul intérêt du roman ! Enfin, pour les fans de Johnny.
Bof, ce roman périssable peut être lu ou pas. Il décevra forcément ceux qui ont apprécié Délire d'amour pour sa rigueur et son écriture. Perso, il a eu un effet positif : je vais relire toutes affaires cessantes Ian McEwan, car son roman est parfait et bien écrit avec des phrases bien tournées, ce qui ne gâche rien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          557
tynn
  27 août 2015
C. est une amie toxique, trop disponible, trop gentille, trop intrusive, trop aimante. En un mot, elle en fait trop et Laura ne le supporte plus. Insidieusement, C. est devenue omniprésente au milieu des amis, de la famille et du travail. Cette relation est étouffante et malsaine et Laura a l'impression qu'on lui vole sa vie.
La réponse est médicale: C.est atteinte du syndrome de Clérambault ou l'illusion délirante d'être aimé.
Par curiosité de romancière, par intérêt journalistique, Laura cherche à en savoir plus, fait des recherches sur le délire psychotique de son "vampire", pense à un roman, pour comprendre et en même temps pour se protéger. Mauvais choix, mauvaise appréciation de la réalité.
C'est la descente aux enfers...qui va imposer de prendre des décisions les plus radicales.
En réflexions concises et écriture efficace, l'auteur fait un savant cocktail avec la rivalité, la jalousie, la manipulation, le narcissisme, l'emprise, dans une partie à deux destructrice, qui fait perdre concentration et confiance en soi. Un petit livre percutant, bien construit, porté par une montée d'adrénaline et une audace incisive par des paragraphes courts qui symbolisent bien l'urgence, le stress et la névrose.
Troublant et percutant!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Ziliz
  28 août 2017
« On peut devenir fou parce qu'on s'est retrouvé du jour au lendemain otage d'un cerveau détraqué qui n'est pas le sien. »
La discrète Laura et la volubile C. sont devenues amies en intégrant une prépa littéraire parisienne, puis se sont perdues de vue. Elles se retrouvent quelques années plus tard (par hasard ?) au cours d'une séance de signature. Journaliste TV et romancière, Laura Wilmote vit ses heures de gloire, tandis que C. végète comme pigiste pour un magazine féminin. C., fascinée par Laura, resserre les liens au point d'étouffer sa 'proie' - la relation prend vite des allures de prédation.
Si le début du roman ressemble beaucoup à 'D'après une histoire vraie' de Delphine de Vigan, il s'en éloigne peu à peu, tout en restant dans le registre 'thriller psychologique' (façon Tatiana de Rosnay, c'est-à-dire assez léger). On apprend beaucoup sur l'érotomanie, cette « conviction délirante d'être aimé » décrite par le psychiatre Clérambault à la fin du XIXe siècle et c'est l'attrait principal de cet ouvrage, dont l'intrigue elle-même, bien que prenante et oppressante, m'a semblé manquer d'envergure et de subtilité.
___
Pour l'anecdote : la couverture de l'édition poche (Points) est à peu près la même que celle de 'Le choeur des femmes' (Martin Winckler, Folio, édition 2017).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
Neneve
  24 juillet 2017
Ce roman se lit vraiment rapidement, du à sa centaine de pages, à tout casser... Mais pas que... Il nous amène au coeur du Syndrome de Clérambault, ou l'illusion délirante d'être aimé. J'ai adoré que l'auteur nous mette au-travers de l'histoire de ce roman les notes cliniques de celui qui a donné le nom à ce syndrome. J'ai toujours trouvé fascinant les études de cas en psychologie qui nous aide à comprendre les mécanismes psychiques d'un être humain hors réalité. le seul bémol que je vois à ce livre, et c'est mon humble avis, c'est que l'ensemble de l'histoire se déroule du côté de la personne qui a déclenché le syndrome et non chez la personne qui le vit. J'aurai adoré vivre de l'intérieur le sujet chez la personne tourmenté. Mais, ce livre m'a tout de même captivé...
Commenter  J’apprécie          201
ChtiteEmilie
  28 novembre 2017
Rare sont les romans qui nous entraînent autour d'une maladie encore peu connue qu'est le syndrome de Clerembault, aussi appelé érotomanie ou encore illusion délirante d'etre aimé.
L'histoire commence quand Laura retrouve C une copine de lycée. Cette amitié va être petit à petit transformé quand Laura va se rendre compte que C a toujours été amoureuse d'elle, au sens platonique du terme, mais qu'elle est complètement obsédée par elle au point de croise qu' elle l'a toujours aimé en secret. Cette obcession va très loin car C ne peut vivre sans Laura et pense qu'il y a réciprocité. Questionnnant son ami medecin Laura se rend compte que C est atteinte du syndrome de Clerembault. Comme celle-ci est journaliste culture elle va entrer dans le jeu de C. Sortirons t-elles indemme de cette maladie qui peut aller au meurtre ou au suicide de l'une des deux parties?
Commenter  J’apprécie          150

critiques presse (1)
LePoint   04 août 2015
Florence Noiville décrit dans ce roman glaçant la passion dévorante, l'infime limite entre amour et destruction, l'angoisse de perdre totalement le contrôle de son existence.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   24 octobre 2015
Petite, je ne m'exprimais guère, je ne riais jamais. réfugiée dans les livres, la rêverie, la nature, j'aimais marcher seule, pieds nus, sur l'herbe tiède. Contemplative... Entre deux émissions, je redeviens un peu comme ça. Peut-être parce que j'ai trop de respect pour le langage, je souffre des conversations où rien ne se dit, où les mots tournent sur eux-mêmes comme dans le tambour vide d'une machine à laver. Délavés, déteints, déformés, sans plus de couleurs ni d'éclat. Je préfère le retrait alors. (p. 15)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
ZilizZiliz   29 août 2017
Mon père aussi était un taiseux. Avant de mourir, il m'avait cité cette phrase merveilleuse : 'Ce n'est pas une preuve de bonne santé que d'être parfaitement à l'aise dans une société malade.' Il me voyait, souffrant des mêmes malentendus que lui, traînant partout mon hypersensibilité, paralysée par le regard des autres, baissant les yeux, rasant les murs, fuyant le contact et m'en voulant. Il m'aura fallu des années de travail sur moi-même pour surmonter cela. Sans doute est-ce difficile à comprendre pour quelqu'un qui n'est jamais passé par là. Mais soutenir le regard de quelqu'un sans que mon coeur batte à tout rompre, accepter d'être moi sans faire semblant, telle quelle, pacifiée... Oui, il m'aura fallu des années pour parvenir à cet équilibre.
(p. 15-16)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
fanfanouche24fanfanouche24   28 octobre 2015
Reprendre mes esprits. J'essaie de m'expliquer pour mieux lui expliquer ? - Ce qui, dans le comportement de C., me cause une telle angoisse. Luc a peut-être mis le doigt sur le fond du malaise: l'idée d'être exproprié (e) de soi-même, mis(e) hors de soi. Pensé(e) par autrui.
Toute ma vie, j'ai cru au libre arbitre. Bataillé pour être maître de mon destin. " On est ce qu'on veut", répétait ma mère quand j'étais petite. Cela voulait dire qu'on était seul maître à bord. Et qu'en cas d'échec, on n'avait pas d'excuse. On n'avait pas voulu assez fort. Essayé assez fort. (...)
J'ai toujours trouvé difficile de savoir exactement ce que je voulais. Mais voilà que quelqu'un d'autre faisait irruption dans ma vie et me disait soudain : " Tu es ce je veux" (p. 95-96)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
tynntynn   25 août 2015
Cette semaine-là, je travaillais sur le thème de la jalousie. Passion toxique. Inavouable aussi. On peut dire : je suis heureux, triste, déprimé, amoureux, furieux, déçu, anxieux, préoccupé… personne ne vous dira volontiers : je suis jaloux. C’est un sentiment indicible. Parce qu’au risque d’être délaissé ou moins aimé, s’ajoute celui d’être ridicule, on n’en parle pas.
Commenter  J’apprécie          210
fanfanouche24fanfanouche24   29 octobre 2015
Je me dis soudain que cette certitude qu'ont les croyants que quelqu'un les aime, quelqu'un qu'ils n'ont jamais vu, une abstraction qu'ils ont eux-mêmes créée...le fait que cette certitude, aussi massive et solide que les pierres de cette chartreuse, oriente toute leur vie...tu ne trouves pas que cela ressemble à une vaste "illusion délirante d'être aimé" ? Un syndrome de Clérambault géant qui aurait duré des siècles et qui vous aurait conduits, vous les Européens, à nier, à harceler, à torturer, à brûler vif- notamment dans mon pays, le Mexique...Et au nom de quoi, sinon d'une "orgueilleuse construction de votre imagination" ? Une construction collective devenue dominante à un point tel que nul, même aujourd'hui, ne s'en étonne plus... (p. 172)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Florence Noiville (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florence Noiville
Rencontre avec Florence Noiville & Mathilde Hirsch autour de leur ouvrage "Nina Simone : love me or leave me" aux éditions Tallandier.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2335158/mathilde-hirsch-nina-simone-love-me-or-leave-me
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : érotomanieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
297 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre