AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284304801X
Éditeur : Zulma (24/08/2017)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 23 notes)
Résumé :
12 janvier 2010, jour fatidique du grand séisme ravageur. Un survivant ténu – autoproclamé Bernard – rencontre Amore, Napolitaine œuvrant comme bénévole dans une ONG. Le coup de foudre sonne comme un regain. Pour sortir du grand chaos de la ville soliloque et disloquée, et aider Bernard à se délivrer de son effondrement, Amore, belle tigresse de Frangipane, lui propose un voyage à Rome.
À bord d’Ici-Bas Airlines, Bernard part, décolle les yeux fermés. Une étr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
lafilledepassage
  01 mars 2019
James Noel écrit comme la terre tremble en Haïti. En saccade, par à-coups, par séquences-secousses courtes. Séries d'instantanés d'un temps qui ne s'écoule plus comme l'eau mais trébuche chaotiquement à la surface de la terre. Discontinuités …
James Noel écrit avec cette violence incroyable qui ébranle le béton, les corps, les vies et laisse derrière elle des débris de vie, des amputations dans l'histoire de ces femmes et de ces hommes, des membres coupés, atrophiés, écrabouillés.
James Noel écrit avec effronterie. Il n'hésite pas à interpeller Papa Loko. Papa Loko, le grand esprit vaudou de l'île, le papillon annonciateur des (bonnes et mauvaises) nouvelles. Papa Loko, resté étrangement muet ce 12 janvier 2010. Ce funeste jour de janvier 2010 qui a couté la vie à trois cent mille personnes. Oui, trois cent mille morts. le poète épingle aussi les ONG, leurs petits arrangements, leurs magouilles, les détournements impunis de la manne d'argent récolté dans le monde entier au détriment des victimes.
Mais James Noel écrit aussi comme on vit à Haïti. Avec de la musique chaloupée, avec des couleurs bigarrées, avec des odeurs pimentées. Avec pudeur. Avec de petites touches d'humour (noir). Et surtout avec cette rage, et surtout avec cet espoir fou, au-delà du drame, au-delà de la souffrance, au-delà des fosses communes. Et toujours cette fraternité du peuple haïtien. Au-delà de la misère, au-delà des catastrophes, au-delà de la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
zabeth55
  01 février 2018
Séisme, choléra, ouragan….. En quelques années, rien n'est épargné à Haïti
Et au milieu de ces catastrophes, Bernard, survivant lucide, s'éprend d'Amore une italienne bénévole dans une ONG
Elle lui propose un voyage à Rome, et dans l'avion, des flashs des évènements le submergent.
Une belle histoire d'amour sur un fond de violence naturelle et déstructurante.
Les auteurs haîtiens, Dany Laferrière en tête m'émeuvent particulièrement
Il s'en dégage, comme c'est le cas ici une poésie et une sensualité très fortes, une lucidité dans les faits, une énergie dans le désespoir qui ne peut laisser indifférent.
Commenter  J’apprécie          212
ManouB
  06 décembre 2017
Voilà un premier roman qui m'a complètement dérouté.
Tous les ingrédients pour une réussite était pourtant là :
- Un auteur haïtien qui écrit son premier roman mais n'en est pas pour autant à ses premiers écrits, car il est poète, et un poète reconnu.
- Un sujet bouleversant puisqu'il s'agit du tremblement de terre qui a eu lieu en Haïti le 12 janvier 2010 et a fait plus de 300 000 morts et autant de blessés, sans parler du traumatisme des survivants, de ceux qui ont tout perdu, des orphelins...
- Une histoire d'amour entre deux personnes de culture différente...
J'aime en principe les auteurs haïtiens même si parfois j'ai du mal, pendant les premières pages, à entrer dans leurs écrits à cause du vocabulaire, dont je ne comprends pas toujours le sens, mais je m'accroche...

L'histoire est simple.
Le roman débute avec Bernard, il vient de s'embarquer dans un avion pour rejoindre l'Italie. Amore, d'origine italienne, dont il est tombé amoureux et qui travaille pour une ONG l'accompagne ou l'attend (je n'ai pas bien compris mais là n'est pas l'important !).
Elle lui a sauvé la vie deux fois. La première en le sortant des décombres et la seconde en lui permettant de vivre leur merveilleuse histoire d'amour.
Sept ans après, elle lui a donné envie de partir vivre en Italie avec elle pour enfin, depuis tout ce temps, se reconstruire, tenter d'oublier le drame vécu dans son pays et peut-être fonder une famille.
La vie est là et elle est belle, quoi que le destin nous réserve...il nous faut rebondir, vivre pleinement et l'amour est là pour nous y aider !
Un beau sujet... vous ne trouvez pas ?

Le problème réside dans la construction du texte.
Dans de courts chapitres (qui pourraient parfois davantage s'apparenter à des paragraphes), l'auteur nous raconte le chaos, l'indicible, les morts et les vivants sortis des décombres...
Il donne la parole à plusieurs personnes.
Ainsi, le "je" peut exprimer aussi bien le ressenti de Bernard qui parle le plus souvent, mais aussi d'Amore, de Paloma, d'un aveugle, de Romain, d'un athée, d'un évangéliste, et de bien d'autres...
Tous ont quelque chose à nous raconter en tant que témoins des événements.
Entre deux chapitres, l'auteur expose des faits, l'arrivée des ONG, la disparition des oiseaux, l'explosion des prix de l'immobilier, l'aide internationale, ce qui lui donne l'occasion de critiquer au passage l'argent mal utilisé, les ONG qui tire la couverture à eux...
Se mêlent causes et conséquences, observations et ressentis et une petite musique qui virevolte comme le ferait un papillon...et dont je n'ai pas compris la symbolique.

Les différents chapitres dont les titres évocateurs sont écrits entre crochets sont à mon avis à lire totalement au feeling, dans le plus complet désordre. Original comme lecture, non ?
Il n'y aucun fil directeur dans le roman, aucune linéarité et l'ensemble est si déroutant...qu'il est impossible d'éprouver du plaisir à sa lecture.
La lecture seule de fragments d'écrits est arrivée à me toucher. La lecture linéaire m'a perdu, voire ennuyé, l'auteur passant d'un sujet à l'autre, d'une personne à l'autre dans le chaos le plus total.
Il doit donc se transformer en papillon pour glaner ici ou là, une info, un petit morceau de phrase, une image. Cela a été pour moi la seule et meilleure façon d'appréhender ce roman qui, finalement, n'en est pas un. Pas évident de lire dans le désordre, de se demander sans cesse, où on est, qui parle et avec qui, et de deviner ce qui se cache derrière les mots...

Ce que je n'ai pas aimé : la construction du roman. Son absence de fil conducteur, le méli-mélo des mots, des phrases, des chapitres... même si je suis bien consciente qu'il traduit bien le chaos qui a fait suite au séisme.

Ce que j'ai aimé : certains fragments de phrases où la langue poétique de l'auteur s'exprime pleinement...

Les bons poètes font-ils pour autant de bons romanciers ?
Et bien, c'est la question qui me taraude depuis que j'ai lu le dernier chapitre...
Lien : http://www.bulledemanou.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
traversay
  29 octobre 2017
Les poètes font-ils de bons romanciers ? Parfois, pas toujours. La langue de James Noël est très belle, traversée de fulgurances, d'éclats lyriques. Pour autant, son premier roman, Belle merveille, est déconcertant, sans linéarité, avec une intrigue papillonnante, sans entraves, libre comme l'air. le récit prend racine dans un événement tellurique : celui du 12 janvier 2010 à Port-au-Prince, ces quelques minutes d'un séisme mortel. le narrateur est un rescapé qui soliloque, quelques années plus tard. Il dit les ravages, partage la parole d'autres survivants, morts dans leurs têtes, parle de l'exil, évoque son histoire amoureuse, la splendeur d'Haïti et ses malheurs récurrents, la voracité des ONG, la compassion de la planète ... La plume est flamboyante dans un chaos de mots qui choquent, ravissent, déstabilisent. le roman va émerveiller les uns et dérouter les autres.
Commenter  J’apprécie          172
JIEMDE
  20 janvier 2018
Un premier roman déconcertant, qui ne m'a pas emporté.
Après le séisme de 2010, le monde braque son regard et sa compassion sur Haïti, les ONG débarquent en force, les répliques et la maladie finissent de secouer une population décidément maudite.
Bernard va croiser le chemin d'Amore venue d'Italie pour aider, puis l'amour va naître. Bernard va lui apprendre à changer de regard sur ce pays qui n'en demande finalement pas tant au monde. Ambre va l'entraîner à Rome dans un voyage rédempteur.
C'est beau, poétique, bien écrit, mais un brin trop déstructuré pour moi et James Noël m'a assez rapidement perdu dans ses multiples visions, entre songes et réalité, métaphores et pragmatisme.
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
lafilledepassagelafilledepassage   21 mars 2019
[Tranche de vie]


Gros plan sur le malheur, zoom et flash sur la mort. Certains médecins n’en ont cure de ce qu’ils appellent le serment d’Hippocrate. Large sourire pour un selfie en compagnie des cadavres divisés, sectionnés, en lambeaux. Pause et selfie avec des bras coupés. Pause et selfie avec des pieds bien sciés, médecine de guerre appliquée par temps d’urgence, faut faire court, pour éviter la gangrène. Cris dans les hôpitaux, hurlements dans les dispensaires improvisés.
- Vous m’avez coupé les deux mains, vous m’avez scié les deux jambes pour m’empêcher de partir, passer de l’autre côté de la barre. Grâce à vous, je vais cesser de mourir, merci à vous, cher docteur.
- Je vous souhaite une bonne route.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lafilledepassagelafilledepassage   15 mars 2019
Sous l’aile d’Amore, j’ai rencontré des colombes, des condors, des malfinis, des tourterelles, des aigles, des urubus, de pipirites, des corbeaux qui discutent, fromage au bec. J’ai rencontré des charognards parfumés, des paons qui font la roue. J’ai rencontré des pintades, des loups-garous, sans compter les canards sauvages prêts à passer à la casserole ou à la casse. Amore m’a fait rencontrer des perruches, des jacquots vert-galant, que sais-je ? Le petit Bernard n’est pas un dictionnaire des animaux. Ne m’en demande pas plus. On ne peut pas vivre dans un pays complétement déplumé et connaitre à la fois tous les noms d’oiseaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lafilledepassagelafilledepassage   13 mars 2019
Assis face à la mer, Amore et moi sommes en quête d’horizon.
Un soleil, coupure de mangue baptiste, donne jus à la lumière de cette fin d’après-midi. Il fait un temps à avaler tout ce qu’il nous reste de salive devant la beauté du monde. Un temps à mesurer l’horizon à l’aune du corps d’Amore, femme-balcon. Beauté haute avec vue sur mer.
Les vagues sont calmes qui meurent, moutons en ramadan, à nos pieds, nous pourléchant jusqu’au genou. Un bleu cristallin fait frissonner le sable dans un jeu de va-et-vient faisant tourner le soleil qui n’a plus la tête à se coucher. J’embrasse Amore sur la nuque. Je pose des baisers aussi sur ses lèvres mûres et gourmandes. Des baisers vigoureux sur ses paupières avant le coucher du soleil.
En cet après-midi face à la mer, j’ai mille lèvres pour parler au reste du monde. Mille nez pour sentir le souffle des choses. Mille mains pour caresser Amore à rebrousse-poil. Mille mains, mille lèvres. Une quantité de langues pour faire un baiser monstre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
lafilledepassagelafilledepassage   21 janvier 2019
Les oiseaux ne sont pas regardants comme les frères humains, moins humains que les autres, nous adorons les murs, adorons tracer des frontières, creuser des tombes, morceler les territoires, périmètre par périmètre. Nous adorons éventrer la Terre par le bas-ventre. Certaines espèces se mettent en quatre pour la réinventer, mais nous autres, en un tour de main, vlan ! Nous faisons tout pour l’éventrer par le bas-ventre, nous l’éventrons à coups de maths, l’éventrons à coups de machette, puis nous l’enveloppons dans un linceul, un beau flop nommé drapeau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
lafilledepassagelafilledepassage   29 janvier 2019
Tout le monde sait que cette terre est terre de montagnes, elle est grosse, enceinte oui. Un rêve nouveau émergera ici même pour secourir la planète bleue. La planète qui se trompe et qui n’arrête pas de jouer au jeu dangereux de la roulette russe, au jeu dangereux de la manette. Un nid, un trou, avec des gens qui meurent pour rien comme des canards sauvages. Ils meurent et tombent au ralenti dans les jeux vidéo. Les peuples sont des yo-yo entre les mains des enfants gâtés qui ont la manette facile et la gâchette express. Comme des soldats qui s’amusent à tirer sur des insectes. Les politiciens d’ici sont des enculeurs de mouches. Ils font plonger des quartiers dans le macabre, des lunes s’enfoncent dans le jeu glauque des ténèbres et on appelle ça le Printemps arabe. Une main appuie sur un bouton dans un bureau ovale. Flaque de sang de l’autre côté de l’océan, ça s’appelle la guerre propre. Un bouton suffit, une croix suffit, non pour la sainte guerre, mais pour la mort sans bruit, la mort sans microbe ni bactérie. La mort bio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de James Noël (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Noël
Dernière Phrase, James Noël
autres livres classés : haïtiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3269 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre