AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782930940038
296 pages
Éditeur : Now Future (16/10/2017)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Jan Nolf fait partie des « BV » (Bekende Vlamingen - « Flamands illustres ») mais ce n'est pas à sa notoriété qu'il doit de prendre si régulièrement la parole dans les médias belges comme éditorialiste ou comme expert. Ancien avocat, juge de paix honoraire, cet « ancien de la maison » parle en connaissance de cause et avec la liberté d'une parole délivrée du devoir de réserve.

Alors quand Jan Nolf prend la plume, les autorités s'inquiètent et parfois même s'affolent au-delà de toute mesure : le Réseau européen des conseils de la Justice ne l'a-t-il pas récemment qualifié de « danger pour la démocratie » ? ! Il faut dire que l'auteur ne prend pas de gants pour dénoncer les dérives d'un État de droit vers un État de droite, les usages surannés et les modes de (dys)fonctionnement de la Justice, ainsi que les abus de personnes en vue (nommées en toutes lettres).

Mais l'auteur nous livre davantage qu'une simple critique. C'est un véritable programme de réforme qu'il propose, et il appelle le citoyen à défendre une nouvelle Justice, faite d'abord d'empathie et même, il ose le mot, de tendresse. On mesure le chemin à parcourir.

Contre toute attente, ce livre est également riche en émotions partagées, qu'il nous livre en toute simplicité : en vingt-cinq ans de carrière, faite de rencontres, d'incidents, de malentendus ou de grands bonheurs, l'auteur a éprouvé des sentiments forts, conscient de son énorme responsabilité face aux personnes venues s'adresser à lui et dont il devait, par sa fonction, influencer le destin.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
kielosa
  27 février 2019
Jan Nolf, né en 1951 à Torhout dans les Flandres, est un ancien avocat et magistrat (juge de paix), qui est réputé pour ses prises de positions originales et courageuses sur la justice. À 67 ans, de nombreux journaux et hebdomadaires sollicitent ses commentaires sur des dossiers controversés ou tout simplement délicats.
Personnellement, je dois constater que ses vues m'aident dans l'interprétation de questions que l'évolution récente du système judiciaire soulève.
De là, la lecture de la carrière atypique, les expériences personnelles et conceptions souvent singulières d'un esprit lucide, comme Jan Nolf les à notés dans son ouvrage autobiographique "La force de la justice".
Je suis content que ce "Plaidoyer pour une justice plus juste" (le sous-titre) soit traduit et publié en Français, fin 2017, quoique mon billet est basé sur la version originale dans notre langue maternelle commune, le Néerlandais d'octobre 2016.
L'auteur a été influencé dans ses options par ce qu'il qualifie de la "Sermon sur la montagne du Christ" pour la justice de l'entretemps devenue historique harangue de l'ex-substitut du procureur de Marseille, Oswald Baudot de 1974 à ses pairs. Ce texte de cet incomparable juriste, décédé en 1994, dont j'ai envoyé hier une citation à Babelio, constitue à tout point de vue un document bouleversant.
Cet avis est aussi l'avis de l'éminente chroniqueuse judiciaire, Pascale Robert-Diard, dans le Monde du 2 août 2016. Cette dame est l'auteure de l'impressionnant recueil : "Le Monde, Les grands procès : 1944-2012".
En fait, Baudot et Nolf, même combat : un appel à la compréhension et la miséricorde. Loin d'un étalage d'érudition, d'autisme savant ou "d'hypocrisie hautaine" (page 49) de la part des juges du haut de leur trône. Il va de soi qu'une telle attitude n'est pas de nature à plaire à tout le monde, tels par exemple les juges de la vieille école préférant, ne fut-ce que par confort, une interprétation ultraorthodoxe et étroite du texte de la loi, même si cette loi est carrément dépassée par la réalité économique, sociale ou purement humaine.
Comme Baudot, Jan Nolf suggère également aux juges d'être partiaux : "Pour maintenir la balance entre le fort et le faible, le riche et le pauvre, qui ne pèsent pas d'un même poids, il faut que vous la fassiez un peu pencher d'un côté." (page 271). Non sans humour, l'auteur rappelle l'anecdote d'une controverse avec l'avocat d'un riche entrepreneur, accusé d'avoir conduit en état d'ivresse, à qui, lorsque l'argument de l'honneur et des risques pour l'emploi fut avancé, il répondit qu'une interdiction de conduite adéquate résultera justement en un accroissement d'emploi : le recrutement d'un chauffeur pour conduire la limousine de l'entrepreneur.
L'avocate Toni Messina de New York a fait, en août 2016, une plaidoirie qui pourrait constituer une variante de la harangue d'Oswald Baudot. C'était lors d'un procès où le juge voulait rendre un jugement très sévère à l'encontre d'un jeune Afro-américain qui avait volé un Playstation chez son propre oncle, qui était prêt d'ailleurs à lui pardonner. Toni Messina avant de devenir avocate dans le Bronx, a été journaliste pour la chaîne CBS à Rome et a donné des cours de jurisprudence à Paris.
Éviter des résultats socialement indésirables d'une lecture trop littérale de la loi, ne doit, bien entendu, pas non plus conduire à l'arbitraire. le juge moderne doit appliquer évidemment la loi, mais en tenant compte du contexte réel du forfait et des conséquences probables de son verdict.
L'auteur se penche sur un bon nombre d'aspects qui contribuent à augmenter la distance entre le juge et le simple citoyen : les palais de justice non adaptés et le juge siégeant sur son trône ; le port des toges ; l'emploi d'une langue archaïque et fréquemment hermétique ; une hiérarchie écrasante et un "top-downmanagement" de l'appareil judiciaire, etc.
En ce qui concerne le Conseil supérieur de la justice (CSJ), créé en 1999, après l'affreuse affaire Dutroux, et visant justement le rapprochement de la Justice du citoyen, Jan Nolf note les dérives politiques, telle la nomination de l'épouse de l'ancien ministre Philippe Busquin, la magistrate Michèle Loquifer, en 2012, à la tête du CSJ. Une fonction qu'elle n'aura pas assumée pendant un an, tout en étant payé pendant 3 ans.
L'auteur estime qu'au sein de ce Conseil la fameuse loi de Parkinson s'est installée. En 1955, Cyril Northcote Parkinson (1909-1993), historien et essayiste, publia un article dans "The Economist" dans lequel il constata que plus le territoire de l'Empire britannique se rétrécissait, plus le nombre des fonctionnaires de ce département augmentait. Plus tard il a développé sa constatation initiale dans son livre "Les lois de Parkinson" dont la version française de 1983 est préfacée par l'illustre Alfred Sauvy. Les responsables sont ceux qui au sommet du CSJ inventent du boulot et nomment pour le faire des nouveaux collaborateurs.
Dans son dernier grand chapitre concernant la force de la justice, Jan Nolf fait l'éloge du Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry, d'Émile Zola, qui outre son historique "J'accuse" dans l'Affaire Dreyfus, a aussi écrit dès 1896 : "On finit par créer un danger, en criant chaque matin qu'il existe".
Un peu ce que la droite populiste fait à propos des réfugiés politiques maintenant. Ainsi, il attaque un Bart de Wever, qui comme président de la Nouvelle Alliance flamande, voulait introduire, en 2016, une espèce de "Patriotic Act" en Belgique, qui allait même plus loin dans la violation des droits de l'homme que le modèle de fiston Bush après l'attentat du 11 septembre 2001 ! Heureusement, que les partis traditionnels ont bloqué cet essai de diabolisation.
Au fond, Jan Nolf applique ĺa devise du grand Voltaire : "J'écris pour agir".
Et c'est des esprits comme eux que nos sociétés ont besoin pour contrecarrer les faux prophètes du populisme primaire et de l'extrême droite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4919
Patbar
  01 mars 2019
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
kielosakielosa   26 février 2019
« Quand les nazis sont venus chercher les communistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas communiste.
Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas social-démocrate.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus me chercher,
il ne restait plus personne
pour protester. »

Le pasteur protestant, Martin Niemöller (1892-1984), fut, en effet, arrêté et envoyé au camp de Sachsenhausen, en 1937, et 4 ans plus tard, au camp de Dachau.
Cette citation était accrochée au mur de son bureau pendant presqu'un quart de siècle que Jan Nolf fut juge de paix à Roulers/Roeselare en Belgique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225
kielosakielosa   26 février 2019
" Si la répression était efficace, il y a longtemps qu'elle aurait réussi. La justice est une création perpétuelle. Elle sera ce que vous la ferez. "

Oswald Baudot, substitut du procureur de Marseille, lors de son épatante "harangue" à ses jeunes pairs en 1974.

(page 269).
Commenter  J’apprécie          292

autres livres classés : justiceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2057 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre