AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259014003
Éditeur : Plon (08/06/1993)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.3/5 (sur 10 notes)
Résumé :
La mariée de l'ombre a pour cadre l'île de Sein pendant la seconde guerre mondiale. Le roman débute le 18 Juin 1940 après l'appel du général de Gaulle. Tout juste marié, un jeune marin pêcheur doit y abandonner sa femme pour rejoindre l'Angleterre et s'engager dans les Forces Françaises Libres. Dans l'île, on vit forcément très mal l'occupation ennnemie ...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ladesiderienne
  15 mars 2014
CHALLENGE ABC 2013/2014 (22/26)
Sur une île de l'Atlantique, Raphaël et Marie s'aiment depuis l'enfance. Nous sommes en 1940, les Allemands sont annoncés et le couple décide de se marier juste avant que le jeune marin pêcheur ne rejoigne l'Angleterre pour continuer le combat. Pas de banquet, pas de nuit de noces et pourtant, quelques mois après, Marie avoue à ses parents qu'elle est enceinte mais refuse de dévoiler le nom du père. Mise au ban de la population, accusée d'avoir "fricoté" avec l'ennemi, elle persiste à nier son péché à son confesseur. Mystère ! A la fin de la guerre, toute la communauté attend le retour de Raphaël avec impatience, afin qu'il punisse l'infidèle.
L'auteur Jean Noli, était un journaliste et un spécialiste des récits de la guerre sur mer ; il nous précise que c'est une histoire véridique. Entre le destin que va connaître le jeune marin sur les escorteurs qui défendent les convois ravitaillant la Grande-Bretagne et la Russie, des "loups gris", ces sous-marins allemands et celui de Marie qui va se battre seule contre le rejet de sa famille et des habitants de l'île, un seul mot commun : le courage ! Nous nous trouvons donc en présence de deux personnages admirables.
Même si j'avais deviné le fin mot de l'histoire, j'ai bien aimé ce court récit qui nous parle de guerre et d'amour. 14/20
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Lalivrophile
  17 novembre 2011
J'ai eu du mal à entrer dans ce livre. Je l'ai même reposé après le chapitre quatre.
Puis, j'ai décidé de lui donner une autre chance. Bien m'en a pris. Il est un peu long à démarrer, et il évoque un sujet que maints ouvrages ont analysé: la seconde guerre mondiale, les jeunes hommes qui quittent brusquement leur vie pour être plongés dans l'enfer des combats, l'occupation qui engendre plusieurs types de réactions chez les "colonisés"... Même si le lecteur aguérri connaît tout cela, les sujets sont exploités avec justesse.
Lorsque ce décor est planté, l'histoire d'une femme s'ajoute à cela. Marie se démarque: son mari est loin, l'île où elle habite est occupée, et elle attend un enfant. Les habitants de l'île se montrent intolérants. Ils sont pleins de préjugés. Ils oublient la personnalité de Marie pour ne voir en elle qu'une putain qui a peut-être forniqué avec l'occupant. Cette réaction peut se comprendre: les habitants de l'île se connaissent tous, ils sont tenaillés par la faim et la haine de l'occupant. Marie est une victime idéale. Ils déchargent leur colère et leur frustration sur elle. Et puis, cela leur fait une petite distraction. Ils s'ennuient: Marie leur permet de cancaner.
Si le lecteur la juge moins sévèrement, moins arbitrairement, s'il trouve les insulaires stupides et bornés, il ne peut s'empêcher de blâmer Marie.
[...]
Lire la suite sur:
Lien : http://www.lalivrophile.net/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   17 mars 2014
Ce soir-là, dans leurs maisons bouclées comme des cellules, les îliens connaissent pour la première fois de leur existence la captivité. Jamais sur cette bande de terre qui est leur unique bien, ils ne se sont sentis prisonniers. Ni l'océan ni le vent ne sont parvenus à les dompter. Les tempêtes et les disettes, ils ont appris à les combattre et à leur résister. Seule la mort terrasse ces êtres obstinés. Mais là, pris dans la nasse tendue par les soldats verts, ils sont comme des poissons empêtrés dans un filet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ladesiderienneladesiderienne   16 mars 2014
Dans le compartiment qui cahote et le rapproche de l'île, il pense à tous ces sacrifices, à toutes ces souffrances, à toutes ces menaces qu'il a consentis. Les rides se sont davantage creusées. Il a vu des gens, amis ou ennemis, mourir. Il n'effacera jamais de sa mémoire ces naufragés aux visages luisants de mazout qui appelaient à l'aide, qui tendaient la main pour être secourus et que l'océan avalait. Il n'oubliera jamais tous ces navires dont il a vu l'étrave se dresser vers le soleil ou les étoiles avant de s’abîmer pour l'éternité. La jeunesse n'a pas été conçue pour côtoyer la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ladesiderienneladesiderienne   16 mars 2014
Dans l'île, soumise aux lois du Seigneur, tout péché récolte peu de compréhension et d'indulgence auprès d'une communauté respectueuse des commandements de Dieu. Si l'on fermait les yeux sur les garçons turbulents qui parfois sortaient éméchés du café ou partaient en bordées lors de rares escales sur le continent après la vente de la pêche, on est rigoureux et inflexible avec l'honneur et la vertu des filles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienneladesiderienne   14 mars 2014
On était accoutumé, dans l'île, à accepter la furie des tempêtes, la violence du vent, les saccages des pluies. Depuis toujours, les habitants supportaient toutes les épreuves avec résignation, y voyant des manifestations inexplicables de la volonté divine car, prêchait le recteur Matthieu, "les voies du Seigneur sont impénétrables". Des enfants mouraient à la naissance, des hommes disparaissaient en mer, des familles pâtissaient de la misère et parfois de la faim. A toute tribulation on murmurait : Amen. Il manquait encore un tourment à tant de souffrances passées, celui de ne plus être maître chez soi et de se soumettre à un occupant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ladesiderienneladesiderienne   15 mars 2014
- Tu aimes les Anglais ?
Le patron répond sans hésitation :
- Non, c'est une sale race...
- Alors pourquoi tu vas chez eux ?
- Parce que les Anglais c'est comme les femmes : faut faire avec celle qu'on a, vu qu'il y en a toujours de pires. Mieux vaut les Anglais que les Allemands !
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : marinsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
180 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre