AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9782226229748
Éditeur : Albin Michel (01/08/2011)

Note moyenne : 4/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Bang a un don qui lui donnerait presque envie de mourir, Nao une maladie qui lui donnerait presque envie de vivre.
Ensemble ils décident de partir comme on fuit.
Du Mexique à Bali puis à la Centrafrique le road movie déjanté et tonique d’un duo pour le moins singulier qui, face à la folie du monde, s’invente une conduite de résistance inédite et fatale.


Un road movie déjanté et tonique qui mène Bang et Nao du Mexique à Bali puis ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  31 août 2011
Pierre dit Banguerossa dit Bang fixe le sol avec obstination. D'un simple regard, il amène quiconque à révéler ses secrets, des plus petites vilenies aux crimes les plus odieux. Ce don le rend fou et fait de sa vie une suite des situations gênantes. « Je suis un prêtre en puissance, la rue pour confessionnal. À la seule différence que je ne donne pas l'absolution. » (p. 18) Nao est sa chance : elle ne cède pas à son regard inquisiteur et débite mensonge sur mensonge. Entre eux, tout est simple et c'est tout naturellement qu'ils s'embarquent pour un grand voyage. « En cet instant précis, il se dit qu'il suivrait jusqu'au bout du monde non la personne avec qui il aimerait vivre, mais celle auprès de qui ça ne le dérangerait pas de crever. » (p. 24)
Du triste don de Bang, les amants font un pouvoir. Comme dans les vieux westerns dont Bang se repaît, il y a toujours un bon, une brute, etc. « Tout petit déjà il avait flairé dans les westerns le concept du destin. » (p. 145) Henry Fonda ou Wyatt Earp, qu'importe le costume, Bang et Nao s'instaurent justiciers des temps modernes et forcent la vérité surtout si elle n'est pas belle à entendre.
Mexique, Australie, Bali, Nouvelle-Zélande... Les deux amants ne connaissent plus de frontières et s'agrippent l'un à l'autre dans une course effrénée à la vie, à l'immédiat. Mais ils savent que ça ne peut durer. « Ils se tenaient par la main les doigts tressés et tricotés, ils s'accrochaient l'un à l'autre mais c'était pour ne pas tomber, comme quand on fait dix noeuds à une corde trop usée qui un jour ou un autre, fatalement, irait lâcher. » (p. 99) Ce qui va lâcher en premier, c'est Nao. le cancer qui ronge son cerveau ronge aussi son âme et avec Giméon, silhouette qui la suit partout, elle applique une justice expéditive. Ensuite, c'est Bang qui lâche tout et se perd dans une forêt africaine où il peut enfin être un type, juste un type.
La plume d'Estelle Nollet est brillante et tonique. Parfois le texte s'emballe et envoie balader la ponctuation. L'appétit de vivre et de dire sous-tend tout le roman. Chacun des secrets entendus – sordides révélations et pourritures minuscules – trace à l'acide un portrait du monde. Les grands éclats de rire de Nao ne trompent personne : le sujet est grave, mais le texte ne dégouline d'aucun misérabilisme. Tout est net, tranché, cinglant. Ici, on avance ou on quitte la scène.
Les deux héros surnagent et résistent à leur manière. L'auteure a créé des personnages grandioses : Bang a un don, Nao a un projet. À eux deux, s'ils le pouvaient, ils renverseraient le monde. C'est un peu ce que fait Estelle Nollet : elle renverse le lecteur. Après les deux premières parties de son roman, elle tourne à angle droit et remet les gaz vers une destination que l'on ne soupçonnait pas. Ou comment atterrir en Centrafrique sans passer par la douane... Atterrir dans l'imaginaire sans s'encombrer de bagages. Il suffit de suivre la plume agile et audacieuse de l'auteure pour découvrir un roman original et émouvant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
asphodele85
  21 septembre 2011
LE BON, LA BRUTE, ETC. d'Estelle Nollet – coup de poing !
Publié le 15/09/2011 par Asphodèle
Editions Albin Michel, 2011. 347 p. Mieux qu'un coup de coeur, c'est bien un coup de poing ? Mon premier livre voyageur, envoyé par Delphine, avant mon blog fut « On ne boit pas les rats-kangourous » et ce livre m'avait troublée, scotchée, bref je me demandais comment l'auteure allait pouvoir surprendre avec un deuxième livre, je le guettais, LiliGalipette me l'a offert. L'essai est transformé, mais en plus son style s'affirme, prend un ampleur incroyable.
DE QUOI ÇA PARLE ?
Nao (Fiona) et Bang (Pierre) cavalent, ils ne font que ça depuis qu'ils se sont rencontrés (et nous on essaie de suivre en reprenant notre souffle.) Pour mieux échapper à la mort (pour elle) et pour la suivre (pour lui). Parce qu'en bougeant, en voyageant, ils ont l'impression d'exister, de croire que leur vie ne s'enlise pas dans la médiocrité à laquelle elle était condamnée.
Bang, la trentaine falote a un don infernal : il croise un regard une fraction de seconde et la personne se met à avouer les pires choses qu'elle ait faite. L'horreur ! Il s'est volontairement mis en retrait de la société en faisant webmaster, condamné à rester dans son coin et à vivre les yeux baissés. Pour éviter la transe qu'il provoque, le vortex qui l'accompagne et les ignominies qu'il entend .« Parce qu'il n'y avait pas moyen de tourner le bouton sur off »". « Il était las, ça se voyait, des cernes en forme de découragement ».
Nao vient d'apprendre qu'elle a une tumeur au cerveau et ne veut pas l'entendre, elle ne veut surtout pas passer le temps qui lui reste, à vomir sa chimio. Autant s'étourdir, se saoûler, s'envoyer en l'air et pourquoi pas, se servir un peu du « don » de Bang au passage. « Ils se tenaient la main les doigts tressés et tricotés, ils s'accrochaient l'un à l'autre mais c'était pour ne pas tomber, comme quand on fait dix noeuds à une corde trop usée qui un jour ou l'autre, fatalement, finirait par lâcher. Bang le savait.
Car Nao hibernait même si c'était l'été. »
Ils quittent tous les deux leur boulot et commencent à bourlinguer. le Mexique où Nao réalise un vieux rêve, elle connaît par coeur la vie de tous les animaux, singes, perroquets, papillons et autres grenouilles, séquelles d'une enfance solitaire passée devant les documentaires télé. Puis l'Australie, l'Afrique pour Bang (qui a choisi son prénom en mettant le doigt sur Bangui lorsqu'il était petit). Nao va un peu forcer Bang a user de son don pour se faire justice, pour faire justice. Parce qu'il n'y a pas de raison, elle va mourir avant trente ans alors pourquoi les salauds ne paieraient-ils pas un peu ? Ils vont brûler la chandelle par les deux bouts, le passé va rattraper Bang… Ce sont encore deux « innocents magnifiques » que nous donne à lire Estelle Nollet, deux êtres dont le destin ne veut pas, qui n'ont pas le temps de se fabriquer des souvenirs pour plus tard, leur présent c'est déjà l'avenir, quand ils ont le temps d'y penser. Et parce que aussi peut-être, tant qu'il n'y a que le bon et la brute, on s'en sort mais que vienne un truand et ce n'est plus la même donne…
Je ne vous en dis pas plus sur « l'histoire » qui jusqu'aux dernières pages rebondit…tristement, comme souvent dans la vraie vie.
Estelle Nollet a un style « boulet de canon », elle m'a mise K.O. debout ! Rien de classique, de convenu, de « dans l'air du temps », les autres styles ont l'air compassé à côté du sien. C'est l'électron libre de la littérature actuelle. Sa plume a cette particularité saignante qui écorche les mots, bouscule les codes, balaie les convenances, un peu comme ses deux héros atypiques. Mais qu'est-ce que ça fait du bien ! Bizarre que les critiques littéraires (les vrais) n'en parlent pas plus, comme Picasso à ses débuts, on l'adorait ou on détestait…
Un dernier extrait pour la route : « ….ça ne le gênait pas de refaire le trajet à pied, même à la nuit tombée, les étoiles en réverbères. Il avait tellement l'air d'être tombé par erreur d'un ciel inattendu ou d'avoir germé là un matin, crevant la terre, que personne ne lui prêtait vraiment attention. (…) Des hauteurs de Ngaragba il avait vu les pirogues brunes glisser sur le fleuve café-au-lait et les pêcheurs lancer leurs filets d'espoir (…). Humé l'ail et l'oignon des marchés bigarrés où des femmes sous des parapluies en parasol attendaient que les heures passent comme les gardiennes du temps. »
Lien : http://leslecturesdasphodele..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ecumeuse
  28 janvier 2013
Oh comme je ne regrette pas d'avoir traversé la ville pour trouver le précieux dans une bibliothèque d'un autre quartier que le mien ! Après "on ne boit pas les rats-kangourous" j'étais curieuse et avide de cette auteure qui n'a hélas, pour l'instant, que deux opus à son actif. Je ne suis pas déçue du tout, du tout. Quelle géniale épopée de Bang et Nao qui fuient en avant vers ailleurs et à toute allure... mais que fuient-ils au juste ?
Encore un livre qui tourne autour de la culpabilité.. et oui les gens qui plongent leur regard dans celui de Bang sont immédiatement sous son emprise et se mettent à "confesser" ce qui les ronge. Un don plutôt encombrant pour Bang et dont Nao va un peu se servir. Une histoire bien ancrée dans la réalité et ses petites et grandes atrocités malgré cette pointe de fantastique : ce don de Bang. Des personnages bien campés et somme toute peu ordinaires mais tout à fait crédibles. L'écriture a du punch, elle est vive et court aussi vite et rythmée que la course de Bang et Nao. Difficile de commenter sans en dire davantage, je ne voudrais pas dévoiler le contenu de l'histoire tant il gagne à être découvert au fil des pages. Effet de surprise oblige. Une énigme demeure pourtant... et Giméon ? D'où sort t-il, que devient t-il ? Serait-ce une hallucination de Nao ?
Dans les rats-kangourous les personnages ne bougent pas ou peu et sont enfermés dans une ambiance, une atmosphère particulière, cette fois-ci les personnages sont prisonniers d'eux-même bien qu'ils fuient et voyagent au loin. On en saura peu sur l'histoire de Nao, cet être totalement dénué de culpabilité. Bang lui-même n'en saura pas plus mais il s'en contentera et finalement nous aussi. Ces interrogations demeurent sur elle et on peut alors mieux comprendre Bang à un certain point de l'histoire, son désarroi... C'est aussi un livre qui nous interroge sur notre propre culpabilité, son rôle, et aussi notre propre part de cruauté. N'aurions nous pas voulu venger certaines atrocités avouées par certains coupables ? Et puis pourquoi ne finit-il pas flic avec un don pareil ? Comment John est-il parvenu à devenir insensible au regard de Bang, serait t-il comme Nao dépourvu de toute culpabilité, ce qui fait de lui un véritable monstre ?... ce qui soudain nous éclairerait sur la véritable nature de Nao ? à qui pourtant on aurait aisément trouvé des circonstances atténuantes...
Mais chut, j'en dévoile déjà trop sur le contenu de ce roman qui mérite vraiment d'être découvert sans à priori.
Bonne lecture à ceux qui tenteront cette aventure !
Quant au prochain "opus" d'Estelle Nollet comptez sur moi pour le dévorer des yeux dès sa sortie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Desmaze
  08 décembre 2011
Estelle Nollet avait déboulé avec fracas sur la scène littéraire il y a deux ans.
Et elle fait mieux que confirmer avec ce roman qui vous prend à la gorge d'entrée, cette drôle d'histoire d'amour entre Bang et Nao qui ne vous laisse pas respirer une seconde pour vous laisser, sonné et tremblant après la dernière ligne, pourtant banale : Maintenant, je suis juste un type.
Attendez vous à être secoués, brinquebalés, surpris, émus, ébahis devant tant de souffle et d'imagination.
Un grand voyage littéraire porté par un style et un univers déjà si personnels.
Une belle idée de cadeau de Noël pour les lecteurs curieux !
Commenter  J’apprécie          20
PerdreUnePlume
  25 août 2011
Cette lecture signe ma découverte de Nollet et elle est plutôt bonne je dois le reconnaître !
Nollet a une certaine "fraîcheur" enrobée d'ironie lucide qui donne à son écriture un aspect acidulé que j'ai beaucoup apprécié, et qui offre des passages savoureux !
Efficace sans être facile, imagé sans être vulgaire... un bon équilibre.
Pour le roman en lui-même c'est assez loufoque, presque fantastique notamment à travers le don de Bang et pourtant le tout garde une structure réaliste et bien charpentée. Un roman finalement profondément ancré dans le réel, et pas dans ce qu'il a de plus réjouissant et dont les deux protagonistes veulent tenter de s'extraire un peu. Plus échappée belle que road movie à mon sens...
On se laisse facilement entraîner à la suite de ce duo incongru mais j'ai moins été convaincu par leur relation. Reste un certain malaise que Nollet n'éclaircit pas et quelques scènes de sexe maladroites pour combler le vide. Dommage, j'aurai aimé que cette relation ambigüe soit plus travaillée, mieux mise en jeu !
Pour le reste rien à dire, surtout ne pas en dire en trop. Il faut se laisser entraîner par les mots virevoltants de Nollet, par la tristesse de Bang et la fureur de vivre de Nao ; une échappée belle pour le lecteur aussi !
Lien : http://www.perdreuneplume.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   18 mai 2013
Dans les rues il marchait toujours la tête baissée et il se demandait si l’attraction terrestre allait finir par les aspirer, ses yeux, s’ils allaient se décrocher dans un petit cri et tomber, deux globes d’un blanc laiteux sur le bitume, leur cornée s’y éraflant et leurs iris bleus trempant dans une flaque de boue, roulant dans le liquide terreux, piétinés par mille semelles, explosant comme des raisins. Mais ils ne tombaient pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PerdreUnePlumePerdreUnePlume   08 juin 2011
C'est dur de se dire que le temps qu'il nous en reste ou non, passe toujours de la même façon. L'horloge elle se fout bien de nos peurs, alors que sur son cadran on suit le tic-tac de nos angoisses et puis un jour il se fatigue.
Commenter  J’apprécie          90
LiliGalipetteLiliGalipette   11 août 2011
« Ils se tenaient par la main les doigts tressés et tricotés, ils s’accrochaient l’un à l’autre mais c’était pour ne pas tomber, comme quand on fait dix nœuds à une corde trop usée qui un jour ou un autre, fatalement, irait lâcher. » (p. 99)
Commenter  J’apprécie          70
PerdreUnePlumePerdreUnePlume   08 juin 2011
Ça n'avait pas été dur non plus de quitter ses amis, elle voletait d'un groupe à l'autre avec la légèreté de ceux qui savent qu'il seront toujours admis, elle était à la fois drôle triste cynique forte fragile et savait à la perfection se couler dans le moule qu'il fallait, plâtre malléable ou bronze en fusion mais jamais marbre, un gros bernard-l'hermite qui rentrait dans toutes les coquilles.
Commenter  J’apprécie          30
chriskorchichriskorchi   27 juin 2013
Banguirossa quand il se couche le soir il ne s'étend pas sur le dos, serein et détendu, non, il se roule en boule, il se fait compact, comme si sa peau devenait carapace ou piquants, il devient hérisson. Et protégé du monde pour quelques courtes heures, dans sa tête toutes ces histoires des autres tourbillonnent et s'entrechoquent et se collent à celles de la veille et de l'avant-veille et à celles accumulées toutes ces années, sale phénomène d'accrétion à sa petite échelle humaine formant une monstrueuse planète de dégoût. [...] En cet instant précis il se dit qu'il suivrait jusqu'au bout du monde non pas la personne avec qui i, aimerait vivre, mais celle auprès de qui ça ne le dérangerait pas de crever.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Estelle Nollet (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Estelle Nollet
Estelle Nollet - On ne boit pas les rats-kangourous .Un hameau perdu en plein désert, deux boutiques, l'épicerie de Monsieur Den et le café de Dan où tous les soirs les paumés qui y végètent se retrouvent et éclusent au comptoir. de ce pays, personne ne peut sortir. Willie, qui y est né et ne connaît rien d'autre, le sait mieux que personne. Mais vient le jour où le garçon de 25 ans se pose la question, et rien ne sera plus comme avant.Ce premier roman au climat étrange, proche de l'imaginaire du Caldwell de la Grande Dépression, ou du Mc Carthy de La route frappe l'imagination par son évocation de personnages déchus, au bout du rouleau, ou d'innocents magnifiques dans un nulle part aride, implacable et ordinaire.
+ Lire la suite
autres livres classés : maladieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15062 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre