AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Annette55


Annette55
  10 novembre 2015
illska,"Le Mal", en Islandais est un roman du poéte et traducteur Eiríkur Örn Norddahl qui résonne en nous dés les premières lignes qui nous happe et nous frappe en pleine face comme une lame de fond.....: "Environ deux mille personnes ont trouvé la mort pendant l'écriture de ce livre. Ou plutôt deux cent mille. six millions de juifs.Dix - sept millions d'hommes, de femmes et d'enfants. Presque quatre- vingts millions d'êtres humains. Le monde ne sera plus jamais le même."
"Mais non, je rigole!
En fait, le récit d'Illska est d'abord celui d'Agnes et Omar, un amour qui commence lorsqu'ils attendent un taxi lors d'une nuit glaciale en 2009, à Reykjavik. L'héroïne est sans doute Agnès qui rédige une thèse sur le populisme et les extrêmes droites contemporaines, elle, dont l'appartement prend feu, elle qui couche avec Omar et le trompe un jour avec Arnor, un néonazi cultivé, fils de Sigga Dos, bibliothècaire, Arnor, le troisième pivot du roman....
Agnès, dont les - arriere- grands- parents ont traversé le massacre des juifs en 1941- victimes de l'occupation dans leur pays, les tortures et les massacres perpétrés par leurs propres amis.....témoignage trés émouvant.....
Omar qui met le feu à la maison et s'enfuit à travers l'Europe, jusqu'à Oradour sur Glane où son destin rejoint les préoccupations de son aimée .
Le premier tiers du roman est un tour de force s'appuyant sur diverses " mises en perspectives " de la Shoah et "des années 39- 45".
Il dévoile progressivement le passé des personnages et raconte ce ménage à trois.L'auteur conte les faits en changeant sans cesse le point de vue narratif, tantôt du point de vue du jeune homme , tantôt celui d'Agnes " obsédée " par " la seconde guerre mondiale ", en raison de sa propre histoire,
surtout par ce qui se passait à Jubarkas ( Lituanie) , ville dont sa famille est originaire et dont toute la population a été massacrée.
Illska est un ouvrage inhabituel , ouvert à toutes les démesures, à tous les thèmes, l'Holocauste, la trahison, la mémoire historique, d'Islande, de Lituanie, d'Europe, des résurgences fascistes d'aujourd'hui, de notre fascination pour le Mal. Il explore tous les lieux de pensée oú cette guerre a le mauvais goût de se nicher.
Agnès la thésarde," avait la guerre non seulement sur les bras mais également dans la tête et dans le cœur ."
Le grand sujet d'Illska, roman si inventif, c'est le réel, le narrateur joueur, cynique, ironique, pédagogue ,nous prend à témoin. Il brasse le mal et interroge le fascisme et ses avatars contemporains avec brio, donne chair et sens à tout ce qu'il écrit ....
A part la dernière partie, un peu confuse, bien moins réussie, ce livre intense nous bouscule, nous passionne, nous interpelle, nous interroge inlassablement....
Il nous montre avec fougue, pédagogie, intelligence, cruauté et drôlerie la façon dont l'histoire et l'idéologie imprègnent nos sphères les plus intimes.
Un roman impressionnant , immense. Riche et Surprenant !
Une découverte que je ne regrette pas !

Commenter  J’apprécie          470



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (42)voir plus