AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,8

sur 925 notes
lyoko
  29 octobre 2020
Si l'idée de base est intéressante et louable.. aujourd'hui l'écologie est plus qu'importante, elle est vitale. Même si politiquement parlant, l'écologie c'est du grand n'importe quoi...car je pense qu'une écologie punitive n'arrangera rien a part peut être nous délester de quelques deniers supplémentaires. L'écologie doit être travaillée et bien pensée... Alors quand on vient m'en parler de la façon dont Olivier Norek le fait malheureusement ça ne me parle pas, mais alors pas du tout.

L'écriture de l'auteur est toujours formidable. Rien a redire là dessus.
Mais j'ai très peu de sympathie pour les terroristes. Et plus on avance dans le temps et pire c'est. Donc je n'ai pas aimé ses personnages, je n'ai pas adhéré a sa démarche, je n'ai pas apprécié ses explications ni ses argumentaires.

Je me dis que sur ce coup ci, Olivier Norek s'est doublement planté. L'histoire est moyenne et malheureusement peu intéressante. Et puis si la volonté de l'auteur est de nous faire réfléchir ou de nous faire nous intéresser un peu plus a l'écologie c'est loupé aussi en ce qui me concerne .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          15519
Christophe_bj
  25 octobre 2020
Virgil Solal et sa femme Laura ont perdu leur petite fille dès sa naissance en raison, semble-t-il, d'une maladie des poumons due à la pollution. Il va chercher à venger sa fille et, par tous les moyens, y compris les plus violents, à contraindre les pollueurs à adopter vraiment la transition écologique. ● Après nous avoir séduits par une trilogie de polars nerveux, musclés, magnifiques, à l'intrigue ciselée comme un diamant (Code 93 (2013), Territoires (2014), Surtensions (2016)), Olivier Norek s'est perdu dans des univers qui n'étaient pas les siens (Entre deux mondes (2017), Surface (2019)). Il revient aujourd'hui avec un thriller consacré à l'écoterrorisme qui lui permet de réciter l'évangile vert sans oublier le moindre verset et de se faire le porte-parole de la pasionaria adolescente Greta Thunberg. ● Son récit est alimenté par des articles de journaux et autres documents, certains fort douteux, qu'il liste à la fin, allant tous dans le même sens, sans aller voir une seule fois du côté de leurs détracteurs : non seulement sans écouter leurs arguments mais en refusant même ne serait-ce que de les entendre. ● D'où un roman outrancièrement manichéen, dénué de toute subtilité, de toute complexité, qui légitime et même glorifie sans vergogne l'écoterrorisme et reprend sans ambages tout le credo rouge-vert à la mode dans un récit apocalyptique à l'intrigue molle dont la fin se complaît dans une utopie niaise caricaturant la conclusion de Candide (« Il faut cultiver notre jardin »). ● Ajoutons en passant que le dialogue entre le président et sa « plume » (pages 105-110) est non seulement invraisemblable mais grotesque. ● Combien d'arbres sera-t-il nécessaire d'abattre, combien de litres d'eau sera-t-il nécessaire d'utiliser, combien d'énergie sera-t-il nécessaire de dépenser pour permettre à Norek de s'enrichir avec son ouvrage de propagande ? ● Une déception aussi forte que mes attentes étaient grandes, espérant qu'Olivier Norek allait renouer avec le brio de ses débuts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12115
bibiouest
  11 novembre 2020
A peine cinq romans et Olivier Norek est devenue un des auteurs Français les plus lus en France mais aussi à l'étranger, Impact ne fera pas exception à la règle.

Dans son dernier roman on sent l'auteur remonté comme un coucou, il est en colère contre lui-même, contre nous, contre une partie de l'humanité qui par ignorance, par bêtise, par paresse ou pire pare cupidité, a laissé faire un désastre écologique dont on voie actuellement la partie émergée de l'iceberg.

Toujours très bien documenté, mêlant fiction et réalité avec brio, Norek m'a encore séduit et a sa manière s'il peut contribuer à une prise de conscience c'est déjà énorme, en tous les cas, s'il fallait convaincre encore certains, en lisant ce livre, on ne pourra plus dire que l'on ne savait pas...
Commenter  J’apprécie          1195
tutesvuquandtaslu
  12 décembre 2020
J'ai lu Impact d' @oliviernorek

Beaucoup d'entre vous l'ont lu. J'avais découvert vos chroniques, qui m'avait refroidie.

J'ai tout de même acheté et lu ce livre.

Pour moi, il ne s'agit pas d'un polar ou d'un thriller. Oui, il y a une enquête policière mais elle n'est pas le fil rouge. Oui, il y a des policiers mais ils ne sont pas les personnages principaux.

Oui, il y a un "méchant" mais qui ne l'est pas vraiment.

Certains parlent d'une tribune à l'écologie, d'un texte à charge contre les pollueurs.

Pour ma part, je comprends ce texte comme suit : une observation à l'instant T de notre monde, de nos comportements destructeurs et de nos soi-disants solutions.

Je ne suis pas une grande écolo mais je fais ma minuscule part, à mon échelle. Et à la lecture de ce livre, je comprends l'inévitable.

L'écologie n'est pas là pour sauver la Terre mais l'Humain.

Ne nous voilons pas la face, lorsque l'Homme disparaitra, la Terre pourra enfin retrouver sa santé d'avant. Et je peux comprendre son impatience.

Un Norek qui sort de l'ordinaire mais qui, pour ma part, ne m'a pas déçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          982
Antyryia
  28 octobre 2020

Quand un auteur de polar écrit un livre qui s'intitule Impact, je ne sais pas pour vous, mais d'emblée j'ai imaginé un impact de balle.
Sur un mur ou un corps, sur une vitre ou un arbre. Une douille peut-être à proximité qui permettrait de relancer ou de résoudre une enquête.
Mais pas du tout.
C'est l'impact de grêlons gros comme des oeufs de pigeon sur une voiture, symboles d'une météo qui n'a plus ni queue ni tête.
"Devant eux, sur le capot, gisait un bloc de glace de la taille d'une boule de pétanque."
C'est l'impact qu'a l'homme sur son environnement, particulièrement certains d'entre eux, davantage intéressés par leur richesse immédiate que par la dégradation progressive de notre écosystème.
"Il semblait qu'on avait secoué le calendrier et les saisons puis jeté le tout au hasard."
C'est l'impact d'un seul homme qui, par ses actions violentes mais nécessaires, éveillera la conscience collective en espérant une révolution favorable à la planète comme à ses habitants.
Et plus encore, c'est l'impact d'un livre sur ses lecteurs.
Ils vont réaliser plus que jamais que si chacun persiste à ne rien faire, l'homme précipite sa propre destruction et ne laissera à ses descendants au pire qu'un champ de ruines, au mieux une planète régie par une pollution telle que les masques et les bonbonnes à oxygène deviendront la norme.

Impact est un roman avec quelques aspects policiers, mais c'est avant tout un docu-fiction. On pourrait le rapprocher dans une certaine mesure d' Entre deux mondes, tout étant largement documenté, mais autant le roman sur la jungle de Calais ne jugeait personne autant celui-ci désigne des coupables et propose des solutions pour sauver ce qui peut encore l'être.
Ces coupables, ce ne sont pas uniquement nous. Consommer moins, manger bio, rouler sans essence est parfois illusoire quand on continue à être matraqué par les publicités.
Trier ses déchets n'est qu'une goutte d'eau dans un océan dont le septième continent rassemble désormais sept millions de kilomètres carrés de plastic et autres détritus.
"L'écologie, sans révolution, c'est du jardinage."

Parmi les uchronies les plus connues revient notamment la question de savoir si on serait prêt à tuer Adolf Hitler bébé afin d'éviter la seconde guerre mondiale et le génocide juif, entre autres atrocités.
Le feriez-vous si vous pouviez remonter dans le temps ? Une vie encore innocente pour préserver des millions d'autres ?
"Défendrait-il des inconscients qui nous mènent à l'extinction ou défendrait-il un assassin prêt à tuer pour protéger les autres ?"
Pour Virgil Solal, témoin direct des désastres provoqués par les marées noires et la pollution parisienne, victime de la folie capitaliste qui entrave jusqu'à plus soif les progrès en matière d'énergies renouvelables, il est encore temps d'agir.
Et d'éviter un carnage imminent pour toute l'espèce humaine qui, à ce rythme d'inconscience, n'en n'a plus pour longtemps.

Parce qu'il s'agit bien d'éviter là encore un génocide programmé.
"La pollution de l'air dans le monde tue 600.000 enfants par an."
Pour la rédaction de son roman, Olivier Norek a fait un travail de recherche conséquent. Toutes les données chiffrées sont exactes, toutes les aberrations du monde dans lequel nous vivons aujourd'hui, tout est minutieusement référencé.
Comme pour dire au lecteur : Je n'invente rien. Si personne ne fait rien voilà ce qui va se produire. Les politiques le savent, les grandes sociétés le savent, mais seules l'économie, les dividendes et la richesse individuelle comptent.
Et pourtant ils sont conscients des dommages collatéraux.
Faute de réaction imminente de leur part, ça n'est ni plus ni moins que l'espèce humaine qui est menacée.
"Nous savons bien que rien ne se fera sans la finance et les grandes entreprises."
L'histoire d'Impact n'est au final qu'un prétexte pour nous faire comprendre ce qui est réellement en jeu, ce qui se passe déjà, ce qui va se passer à ce rythme là, et comment il est encore possible d'échapper à ce qui paraît inéluctable.
Loin de se contenter de dénoncer, Norek propose aussi des solutions pour éviter le massacre.

On sait tous que l'écosystème a totalement été chamboulé par l'homme.
Que des espèces entières d'animaux sont décimées.
Que le réchauffement climatique fait des ravages.
"Avec le réchauffement, les orages, les inondations et tous les autres caprices du ciel se multiplient et redoublent d'intensité."
Que les icebergs et les glaciers disparaissent, que les inondations plus fréquentes emportent tout sur leur passage, que les feux dévorent avec voracité les forêts pendant des journées entières.
On le sait mais on s'y est habitué.
On le sait mais on ne connaît en réalité pas la moitié de ce qui se passe loin de nos frontières, ni l'imminence du danger.
J'ignorais qu'au Niger certains endroits étaient tellement pollués par les marées noires que l'espérance de vie y était de quarante ans.
Que lesdits pollueurs avaient parfaitement conscience de l'augmentation de température liée à leurs activités minières ou pétrolières.
Qu'aux nombreux réfugiés demandant asile en Europe pour fuir les guerres s'ajouteraient les réfugiés climatiques victimes d'une famine ou d'une pollution dont nous sommes indirectement responsables.
"Certains disent 200 millions de réfugiés climatiques, d'autres vont jusqu'à 500 millions."
Je vous laisse imaginer les conséquences.

Avec Impact, Olivier Norek se projette en 2022, deux ans après le Covid auquel il est fait de multiples références.
Il invente des personnages forts à défaut d'être tout à fait crédibles, en premier lieu Virgil Solal qui est en quelque sorte un Dexter de l'écologie. Trouverez-vous ses actes compréhensibles ? Répréhensibles ? Nécessaires ? Tout ça à la fois ? Je vous laisse seuls juges, je ne crois pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise réponse.
Et surtout, il arrive à condenser de façon extrêmement précise et angoissante le désastre écologique imminent, conséquence égoïste et complices des plus grande fortunes mondiales qui sont prêtes à sacrifier faune et flore pour quelques euros de plus.
Prêtes à tuer des populations entières, enfants y compris, du moment que ça se passe loin.
"Cent mille morts africains prendront toujours moins de place aux informations que quatre gamins français décédés dans un accident de manège."
Invisible, inexorable, la fin du monde est proche si personne ne souhaite prendre ses responsabilités, si les préconisations de l'Otan comme de la commission européenne sont ignorées, si les accords de Paris ne sont pas respectés.
La conscience collective que va progressivement provoquer Virgil Solal n'est ni plus ni moins la même que celle qu'Olivier Norek cherche à insuffler à ses lecteurs.
Les mêmes mots. Seule la méthode pour faire passer ce message crucial diffère.
Sans violence, il a rédigé une histoire qui n'a de roman que la forme. Parce que ce sont des faits réels.
Et c'est bien ce qui les rendent terrifiants.
Est-ce que l'impact sur les lecteurs sera suffisant pour changer la donne ?
Probablement pas assez pour pouvoir entamer une révolution, mais c'est en tout cas une pierre de plus à l'édifice d'un combat qui doit être mené de toute urgence contre ceux là même qui nous gouvernent et nous manipulent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          855
Deslivresalire
  10 novembre 2020
Diane Meyer, psycho criminologue à Nanterre et Nathan Modis, capitaine au 36, sont en charge respectivement de profiler et de trouver celui qui est en train de prendre en otage le nouveau PDG de Total.

La particularité de cette prise d'otage, c'est que le ravisseur ne veut rien pour lui.
Son but n'est certainement pas de conserver l'argent qu'il demande. Celui-ci devra servir de caution, pour faire changer total de stratégie industrielle et aller vers une transition écologique.
Et si c'est bien le cas, l'argent lui sera rendu.

Difficile dans ces conditions de faire de ce preneur d'otage, qui diffuse en direct sur internet les images de sa victime, l'ennemi public numéro 1.

Au contraire, plus le temps avance et plus les internautes s'identifient et le soutiennent, voire passent à l'acte eux aussi.

Lui, en tout cas, est prêt à aller jusqu'au bout.

A mon avis :
Et nous voilà plongés avec ce roman policier dans la longue liste des perturbations écologiques créées par l'homme et qui font déjà de notre planète un enfer où meurent chaque jour des enfants innocents (les champs pétrolifères, la pollution atmosphérique...).

Et avec elle, son cortège d'évènements naturels causés par le réchauffement climatique (les ours affamés sur la banquise, les pluies de grêlons en France, les inondations en Inde...).

Voici donc qu'Olivier Norek se transforme en pseudo lanceur d'alerte, voire en donneur de leçons, même s'il prend bien soin de nommer les références bibliographiques sur lesquelles il s'appuie. Bon... pourquoi pas, si on retrouve les recettes de ce qui a fait son succès : de l'action, du rythme, du suspense...

Mais rien de tout cela dans ce nouveau roman.
En parallèle de l'histoire principale, bien plate, on visite le monde et ses affres, dans le seul but de bien nous faire comprendre que l'homme est responsable des calamités qu'il subit aujourd'hui, de la pollution des grandes villes à la montée des eaux sur les ilots du Pacifique.

D'une part on nous en rebat suffisamment les oreilles dans les journaux pour ne pas l'ignorer (donc on ne découvre pas grand chose de nouveau de ce point de vue), et d'autre part, ça ne fait pas avancer beaucoup le récit lui-même et finalement ça n'apporte pas grand chose de concret.

Dans un style moins percutant que d'habitude, avec un scénario brouillon, mal fagoté, et avec des extraits parfois benêts, on a du mal à entrer complètement dans ce roman, heureusement assez court, pour ne pas dire bâclé.

En lisant les remerciements à la fin de l'ouvrage, on peut y trouver un indice sur l'état d'esprit de l'auteur en amont de l'écriture de ce roman : "je remercie P.B., confrère de plume et médecin urgentiste, qui m'a guéri du syndrome de la page blanche".

Sans vouloir jeter l'opprobre sur l'un de nos grands écrivains de polars français, on peut légitimement se demander s'il ne s'agit pas là d'un bouquin vite torché de la part d'un auteur en manque d'inspiration, pour répondre aux exigences de la maison d'édition, et qui finalement n'a pas eu le temps de murir, de s'étoffer, de se complexifier et de se rendre bien plus intéressant.

Dommage, car jusque là, on avait été habitué à beaucoup mieux.


Retrouvez d'autres avis sur d'autres lectures :
https://blogdeslivresalire.blogspot.com/
Lien : https://blogdeslivresalire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          543
Eve-Yeshe
  07 avril 2021
Je suis assez partagée, je l'avoue car je suis d'accord avec tous les arguments d'Olivier Norek sur l'état de la planète, la nécessité qu'il faut faire quelque chose, et l'impuissance que l'on ressent quand on essaie de consommer moins, de trier ses déchets, il est plus difficile de le suivre dans ce style d'action beaucoup trop violente à mon goût : tuer une personne pour en sauver des milliers ?

D'un autre côté, comment doit-on faire pour que les choses bougent enfin ? Il n'y aura peut-être pas d'autre alternative…

Une image terrible : lors des incendies en Australie, le gouvernement a décidé de tuer 10 000 dromadaires en cinq jours, en survolant le pays en hélicoptère, car il fallait éviter à tout prix que ces animaux se désaltèrent, cela aurait fait de l'eau en moins pour les habitants…

critique plus développée sur mon blog
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
Commenter  J’apprécie          477
fabien2830
  22 mai 2021
Une enquête policière dont le cheval de bataille de Virgil Solal est l'écologie. Il a pris conscience des dégâts causés sur la planète et va partir en croisade contre les pollueurs.
Une histoire humaine intéressante et engagée qui se concentre beaucoup sur « l'écolo- assassin ». le reste passe en second plan et c'est dommage. J'ai perçu Virgil Solal comme un « gourou », il ne m'a pas convaincu de sa démarche écologique.
Commenter  J’apprécie          460
Roggy
  06 janvier 2021
S'appuyant sur un travail de recherche titanesque savamment romancé à la liberté de la fiction, Olivier Norek trace avec la méticulosité du journaliste/documentaliste les contours vertigineux d'une aventure pleine de rêves déchus dans un huis clos blanc ouvert aux quatre vents.

Dans Impact, il expose des vérités que l'on fait semblant d'ignorer au quotidien et envoie des uppercuts que l'on ne peut esquiver.

L'ex-capitaine de police affine son écriture qui s'arrondit, qui se précise, il ose de nouvelles figures de style, il aborde le sujet de la défense, droit capital si facilement bafoué.
Il jette la pierre dans la mare et la regarde avancer.
Il intègre 30 pages de références sur ses recherches qui crédibilisent le sujet.

Il nomme l'ennemi à combattre, pour faire peur, sans avoir peur, en anticipant des actions de désobéissance et de protestation qui verront certainement le jour dans un avenir très proche.
C'est un appel à la conscience de masse, le lecteur change de perception et se place du côté du « coupable ».

Sans que son engagement et son indignation sociale ne virent à une démagogie répétitive, voire à une sorte de populisme, l'auteur retrouve avec Impact une inspiration purifiée, une modernité et une colère débarrassée de tout manichéisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          451
alexb27
  30 octobre 2020
Le dernier roman d'Olivier Norek, Impact, est un texte engagé, angoissant, questionnant. Par le biais de Virgil Solal, son héros, L'auteur ne s'embarrasse pas de circonvolutions, il dévoile, explique, accuse. Il nous met face à nos responsabilités d'habitant d'une terre que nous maltraitons, dépouillons pour toujours plus de profit. L'enquête policière, même si elle est présente, n'est pas vraiment le coeur de l'histoire. Elle est surtout le prétexte pour dénoncer. C'est moins subtil que d'habitude, plus manichéen et attendu, mais c'est un texte efficace, étayé, qui a le mérite de poser les bonnes questions. Qu'attendons-nous pour faire bouger les choses ? Et quelle terre allons nous laisser à nos enfants ? D'un polar mené tambour battant, Olivier Norek fait un plaidoyer pour l'écologie ! A lire, assurément (ainsi que les références de fin d'ouvrage, particulièrement intéressantes).
Commenter  J’apprécie          440


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Entre deux mondes - Olivier Norek

Que signifie Youké ?

boxe thailandaise
chanson de Richard Gotainer
discipline de relaxation
UK - L'Angleterre

10 questions
108 lecteurs ont répondu
Thème : Entre deux mondes de Olivier NorekCréer un quiz sur ce livre

.. ..