AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749934982
Éditeur : Michel Lafon (11/04/2019)

Note moyenne : 4.37/5 (sur 364 notes)
Résumé :
Ici, personne ne veut plus de cette capitaine de police.
Là-bas, personne ne veut de son enquête.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (161) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  31 mars 2019
Ce que j'aime chez Olivier Norek, c'est sa capacité à nous faire rentrer de plein fouet dans son récit dés les premières lignes. Et dans SURFACE, il est loin de me faire mentir…
Noémie, capitaine de police se fait tirer en plein visage lors d'une intervention qui tourne mal. Après plusieurs semaines de soins, là voilà prête à retourner à sa vie de capitaine. Mais sa gueule cassée et sa hiérarchie vont en décider autrement …
Olivier Norek signe, une nouvelle fois, un bijou du genre. Frappé, frappant, Percutant et marquant. A travers le portrait d'une femme qui en a. Qui va se battre, surtout contre elle-même.
J'ai particulièrement aimé de ne pas savoir où j'allais. Olivier Norek quitte sa banlieue parisienne et part se mettre au vert sans pour autant perdre de la tension qui anime son écriture ! Un roman qui file à toute allure et nous rend Noémie indispensable.
Entre Paris et Decazeville, on suit le parcours de cette gueule cassée et de cette âme abimée. A la fois un sacré portrait de femme et un polar imparable ! Un roman qui porte bien son titre. Où il ne fait pas bon aller voir ce qui se cache sous la fameuse surface …
L'occasion même pour les plus attentifs de croiser un ancien ami de la team Norek au début de ce roman. le clin d'oeil m'a fait sourire.
Olivier Norek est un de mes favoris dans le registre du thriller qui tape fort. Car il y met tant d'humanité. Tant de réalisme. Qu'il en devient rare. Et du même coup, précieux.
Sa connaissance du milieu policier rend toujours aussi réaliste ses histoires, ses personnages.
Olivier Norek continue ici à tracer sa voie et à nous en mettre plein la vue ! On en redemande ! Alors soyez prêts, dans toutes les librairies le 04 avril !

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          783
bibiouest
  07 mai 2019
Après entre deux mondes, retour au polar pur et dur avec un «cold case» situé à Avalone en Aveyron. Une fois de plus je suis scotché.
Olivier Norek de livres en livres ne cesse de me surprendre. L'art du «page-turner» à la française...
Le capitaine Chastain, est contraint de s'exiler dans l'Aveyron, le contraste avec Paris est flagrant, le lieu rêvé pour y soigner ses blessures...
l'auteur réussit un tour de force, en effet il m'a emmené en bateau une bonne partie de l'histoire pour me surprendre à la fin. C'est riche en suspense et en émotions comme toujours chez O.NOREK, et ce qui ne gâche rien de l'humour avec un duo d'inspecteurs «Milk et Bousquet»qui permet une respiration au récit. (les dialogues sont savoureux.)
Un «cold case» réussit
Commenter  J’apprécie          730
Roggy
  10 juin 2019
Olivier Norek n'a plus besoin de prouver qu'il est rentré pour de bon dans la cours des grands.
Ce récit vient confirmer sa maîtrise.
Sur un ton faussement grincheux l'auteur dose parfaitement son cocktail d'humour et de suspense. Il se sert de son incroyable sens du rythme et de quelques dialogues explosifs pour conquérir le lecteur au bout de quelques pages.
L'intrigue est peut-être un peu plus banale que les précédentes mais Olivier Norek joue avec le sens de l'incarnation pour nous présenter une femme courage, une flic hors pair, il veut saisir la force qui l'anime, la peur qui la propulse à se battre avec l'acharnement dont seuls sont capables ceux qui ne se laissent jamais anéantir.
L'auteur possède l'art de radiographier la société et d'étaler ses peurs et ses horreurs, en prime il nous offre un rebondissement final bien exploité.
Commenter  J’apprécie          614
calypso
  21 avril 2019
Surface signe le retour d'Olivier Norek après l'excellentissime Entre deux mondes. Inutile de comparer l'incomparable, il s'agit ici d'un retour… aux sources… un retour au polar qui a fait son succès avec sa trilogie composée de Code 93, Territoires et Surtensions. Retour au polar pur et dur donc, mais loin de la banlieue parisienne, une fois les premières pages du roman passées en tout cas. C'est en Aveyron que le Toulousain Norek décide de poser ses valises en embarquant avec lui Noémie Chastain, sa nouvelle flic, qui devrait sans doute être l'héroïne de ses futurs romans, vu la tournure que prennent les événements…
Noémie, c'est une dure à cuire, et l'on peut dire qu'elle n'est pas ménagée dans le premier chapitre. Alors qu'elle s'apprête à se livrer à une arrestation musclée – policiers en civil et équipe des Stups au rendez-vous –, le capitaine Chastain se prend une balle en pleine tête et se voit littéralement défigurée. Ses supérieurs – le nec plus ultra de la compassion – décident de l'envoyer voir si l'herbe est plus verte ailleurs… histoire de se ressourcer quelque temps et, officiellement, d'observer le fonctionnement du commissariat de Decazeville afin de pouvoir entériner la non-nécessité de son maintien. Vous le voyez venir gros comme une maison : arrivée au fin fond de l'Aveyron, Noémie va s'attacher à la petite équipe qu'elle rencontre et, surtout, plonger corps et âme dans l'enquête troublante qui s'offre à elle et qui vient perturber la vie tranquille des habitants du village d'Avalone…
Evidemment – qui en aurait douté ? – Surface est un véritable page-turner qui démarre tambour battant. A peine le temps de placer le nom de sa nouvelle héroïne que, déjà, le pire arrive. Les flics cabossés, on commence à y être habitué, les femmes flics cabossées, un peu moins. Bien joué ! Bon, le coup du petit copain est sans doute un peu attendu, mais cela permet de faire partir Noémie sans trop de difficultés et, surtout, cela développe son côté revanchard. Caractère bien trempé et humour font bon ménage. J'ai beaucoup apprécié ses premiers contacts avec l'équipe de Decazeville. On identifie assez vite l'ensemble des personnages grâce à quelques traits distinctifs. L'enquête quant à elle est vraiment originale : sans trop vous en dire, il y est question du passé, d'enfants disparus et d'un village enseveli… Il y a quelque chose de très cinématographique dans ce qui nous est raconté… Qui sait ? Peut-être une adaptation un jour ? Dernier point : je trouve l'auteur vraiment très doué pour les dialogues, je me régale à chaque fois !
Monsieur Norek, je termine par une demande : moi qui suis également toulousaine, il me semble que, passé Montauban, on est déjà dans le Nord… Alors, à quand un polar dans la Ville rose ?

Lien : http://aperto.libro.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          601
sabine59
  13 juin 2019
Depuis plusieurs mois, mon mari ne jure plus que par Olivier Norek. Il a lu les enquêtes du capitaine Coste. Celui-ci, je lui ai offert pour son anniversaire. Je rechignais à lire cet auteur car je redoutais un univers trop masculin et violent.
Mais cette fois, le personnage principal est une femme! Et donc, j'ai franchi le pas et j'ai bien fait! Voilà un roman policier comme je les aime: écriture nerveuse, précise, non dénuée d'humour ( mention particulière aux noms " inventés " des morts au cimetière : Claire Favan, Jacques Saussey...) . Départ sur les chapeaux de roues, enquête tordue, partant dans plusieurs directions, ambiance locale bien restituée, cadre original d'un village englouti, dans l'Aveyron, qui ressurgit, de même que ses secrets ( cependant, j'ai déjà vu ce thème dans un roman de Peter Robinson...)
Et surtout, l'atout principal du livre: la policière, Noémie Chastain. Défigurée après avoir reçu une balle, cette enquêtrice efficace du 36 s'est retrouvée lâchement parachutée en province. Quel personnage âpre et passionné , quelle femme touchante et opiniâtre à la fois! Se reconstruire physiquement est une tâche si difficile ...Sans parler du regard des autres!
Un très bon moment de lecture, et comme Olivier Norek a bien fait de mettre son expérience de capitaine de police au service de l'écriture! Cela sonne tellement vrai!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5110

critiques presse (4)
LeFigaro   07 juin 2019
Dans son cinquième roman, l’officier de la PJ devenu écrivain raconte la rédemption d’une policière défigurée en mission.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeMonde   17 mai 2019
Intrigue serrée, personnages com­plexes, sombre ambiance : après sa trilogie ­centrée sur le capitaine Coste [...] l’ex-policier ­Olivier Norek confirme sa maîtrise du genre.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Liberation   30 avril 2019
L’extrême maîtrise des sujets liés à l’enquête policière pourrait alourdir le style de détails, il n’en est rien. Norek écrit simple, bref et efficace, une des raisons de son succès renforcé par une campagne de promotion massive de son éditeur, Michel Lafon.
Lire la critique sur le site : Liberation
LePoint   27 mars 2019
Un cold case impossible pour une femme qui n'ose même plus montrer son visage.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
Brooklyn_627Brooklyn_627   10 juin 2019
L’enfer reste toujours le regard que les autres portent sur nous. Comme un jugement. Le regard qui nous examine, celui qui nous empêche d’oser, celui qui nous freine, celui qui nous peine, celui qui nous fait nous aimer ou nous détester.
Commenter  J’apprécie          10
fannyvincentfannyvincent   09 juin 2019
Le pêcheur qui avait découvert le corps gerbait son petit déjeuner, hoquetant à l'abri des regards, derrière un arbre.
Commenter  J’apprécie          30
umezzuumezzu   03 juin 2019
- Vous êtes cette officier parisienne, c'est ça ? Et déjà sur le terrain ? Dire que j'ai une infirmière qui s'est collée en arrêt maladie pour un rhume !
- J'aurais fait pareil, c'est très handicapant, les rhumes.
Commenter  J’apprécie          100
umezzuumezzu   02 juin 2019
Avez-vous déjà réfléchi à la fonction du visage ? Avez-vous compris qu'il est le reflet de tous vos sentiments ? On y lit le chagrin, la joie, les peurs, les interrogations, la douleur comme la jouissance. Il parle, avant même les mots. En tout, il exprime vingt et une émotions, vingt et un messages différents que vous destinez à l'autre.
Commenter  J’apprécie          110
umezzuumezzu   02 juin 2019
- Oui, c'est un très gentil garçon. Mais s'il passe encore, prenez-lui les clés et mettez-les avec celles de la boite aux lettres.
- Je les ai perdues.
- Exactement.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Olivier Norek (64) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Norek
Olivier Norek a réussi à s?imposer dans le monde de polar à travers ses romans "Surtensions", "Entre deux mondes" ou encore "Code 93". Il revient frapper fort en nous embarquant dans une nouvelle enquête avec "Surface", paru en avril aux éditions Michel Lafon, qui lui a valu le Prix 2019 de la Maison de la Presse !
Retour sur le parcours de ce nouveau talent !
autres livres classés : Aveyron (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Restez à la surface avec Olivier Norek

Dans quelle ville de l'Aveyron Noémie Chastain est-elle affectée ?

Millau
Decazeville
Sainte Enimie du Tarn
Espalion

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Surface de Olivier NorekCréer un quiz sur ce livre
.. ..