AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

André Zavriew (Traducteur)
EAN : 9782253139676
667 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (15/05/1996)
3.06/5   31 notes
Résumé :
En 1788 un jeune universitaire anglais de vingt-trois ans, Lemprière, rédige en huit mois un dictionnaire des antiquités classiques qui fait encore autorité. En 1991, un jeune romancier anglais, Norfolk, invente les circonstances dans lesquelles Lemprière aurait écrit son livre : ainsi, le jeune érudit est-il le témoin d'une série de crimes qui reproduisent les légendes antiques dont son esprit est nourri, et, se croyant responsable de ces meurtres, il s'attelle au ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Clubromanhistorique
  13 juillet 2015
John Lemprière a bel et bien existé. Né vers 1765 à Jersey et mort en 1824 à Londres, il fut professeur de lettres classiques et lexicographe. Mais il est surtout connu pour sa "Bibliotheca Classica", ou "Dictionnaire classique contenant une liste complète de tous les noms propres cités par les Anciens". Ce dictionnaire a longtemps été considéré comme un ouvrage de référence en matière de mythologie et d'Antiquité classique.
C'est la rédaction de ce fameux dictionnaire qui a inspiré à Lawrence Norfolk son roman, "Le Dictionnaire de Lemprière", pour lequel il a obtenu le Somerset Maugham Literary Award.

Un roman étrange et déstabilisant
Alambiqué, complexe et extravagant, ce roman n'est pas d'un abord facile. Dès les premières pages, l'auteur déploie son style si particulier et met en place une atmosphère pour le moins étrange et surréaliste. Certes, l'écriture est belle, mais l'auteur part dans des envolées lyriques pour le moins absconses. Ce manque de réalisme est bien déstabilisant et il est tentant de très vite refermer le livre. Mais ce roman, tel un ovni, est intrigant… Hélas le reste du roman est à l'image de ces premières pages. Je ne suis jamais parvenue à entrer dans l'histoire ni à m'intéresser à l'intrigue et encore moins à apprécier le style de l'auteur.

Une intrigue alambiquée
L'histoire est si compliquée que je serais bien en peine de vous la raconter, voici un extrait tiré du site Internet des éditions Grasset : "[...] le jeune érudit est le témoin d'une série de crimes qui reproduisent les légendes antiques dont son esprit est nourri, et, se croyant responsable de ces meurtres, il s'attelle au dictionnaire comme à un exercice de purgation mentale. Ainsi il est le jouet d'une mystérieuse société secrète qui tire les ficelles de la puissante Compagnie des Indes : neuf hommes dont le rêve est de revenir en triomphateurs à La Rochelle, d'où leurs ancêtres se sont enfuis au moment du siège (1628), et de balayer la monarchie française. Parce que sa famille a failli faire échouer leur entreprise, Lemprière est un ennemi à abattre ou un complice à récupérer..." Donc une intrigue compliquée, invraisemblable et tirée par les cheveux ! Le style trop érudit, poétique et abstrait ne fait qu'aggraver les choses : la coexistence du rêve et de la réalité au sein de ce roman est très perturbante.
Pourtant, certains passages sont très intéressants, notamment quand l'auteur, revenant à la réalité, nous décrit l'atmosphère de certains lieux, comme le port de Londres, ou certaines catégories sociales (milieu de la pègre, notaires...).

Ce roman est certes original, mais il est tellement étrange, bizarre et délirant qu'il m'a semblé incompréhensible, inabordable et même hermétique. Je n'en ai pas du tout saisi les tenants et aboutissants. La magie et le charme de l'imagination n'ont pas fonctionné sur moi...
Lien : http://romans-historiques.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Poljack
  21 février 2020
Mon avis :
Voici un roman que vous ne lirez pas d'un seul tenant, même s'il vous rend accro dès les premiers paragraphes. Pas seulement à cause de ces quelque sept-cent-vingt pages (dans sa version poche), mais surtout à cause de la rare densité de son texte. C'est bien simple, il ne me vient aucun exemple d'un autre auteur qui m'ait donné une telle sensation de foisonnement. Lorsque vous vous retrouvez, à la suite du jeune Lemprière, dans la foule d'un marché de Londres, vous avez l'impression quasi physique de devoir jouer des coudes pour avancer, tellement la scène est à la fois fouillée et vivante. Ne craignait pas cependant de longues descriptions bourrées de détails, car si détails il y a, ils ne sont jamais lourds ou indigestes, mais participent à la netteté de la visualisation de l'instant décrit. L'auteur utilise avec précision un vocabulaire varié sans jamais aller vers une érudition ampoulée ni nous obliger à ouvrir un dictionnaire toutes les dix pages. Enfin, pour cette dernière affirmation, ça dépend de votre culture générale, mais malgré sa richesse, cela reste abordable à un vaste lectorat.
Au-delà du style de Lawrence Norfolk, on retiendra surtout la force créatrice de son imagination, car s'il s'est inspiré d'un jeune universitaire bien réel − John Lemprière a réellement existé et écrit un dictionnaire −, l'auteur nous entraîne dans un dix-huitième siècle où le fantastique transparaît par petites touches dans un monde farfelu et baroque, peuplé de personnages extravagants et savoureux.
Tout à la fois intrigue policière, roman historique (fictif) et fresque sociale à l'humour omniprésent, le dictionnaire de Lemprière devrait réjouir les lecteurs les plus exigeants.
Notons toutefois que le plaisir est quelque peu gâché par une traduction pas toujours à la hauteur et surtout un manque de relecture indigne d'une collection nommée « Grands Romans ». Cela pour la version poche parue chez Points. La première édition brochée était sortie chez Grasset, mais dans la même traduction. Ont-ils été moins chiches sur le salaire des « petites mains » ? Je l'ignore, mais c'est une tendance générale chez les éditeurs de ne plus payer des relecteurs, alors je ne suis pas sûr que ça vaille le coup de payer le prix fort pour un ouvrage où l'on trouve quelques erreurs de traduction et surtout des accents sur des « e » en fin de mot, censés être muets… entre autres joyeusetés orthographiques !
Lien : https://poljackleblog.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Patoche
  01 septembre 2014
Avis mitigé ... autant les descriptions de lieux (Londres, par exemple) sont criantes de réalisme et intéressantes, autant les mystères qui se révèlent à John sont captivants, autant ... ça part parfois dans le n'importe quoi ... euh, je veux dire, le "baroque" ... et c'est longuet ...
Commenter  J’apprécie          50
isabroot
  12 janvier 2015
Histoire géniale mais style lourd. Ennuyeux. Très ennuyeux. Dommage.
Commenter  J’apprécie          60
Michaal1313
  15 octobre 2015
Un livre que j'ai lu dans les années 90 grâce à l'émission Nulle Part Ailleurs et Philippe Gildas. J'ai le souvenir de descriptions assez longues, mais j'ai été au bout et en garde un ressenti agréable.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
PJNPJN   20 août 2017
Tout cela à cause de ce Lemprière qu'on leur demandait d'installer dans un univers artificiel de vérités crépusculaires et de compromis, de doutes et d'hallucunations. Leur propre univers en somme.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2425 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre