AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809709491
Éditeur : Editions Philippe Picquier (03/10/2013)

Note moyenne : 2.77/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Dans un Japon vieux de deux siècles, sur la célèbre route du Tôkaidô, l'ancienne courtisane Koto part à la recherche d'un amant oublieux, en compagnie de sa fille Tomi. Terrassée en chemin par la maladie, elle lui confie le dessin, saupoudré de sables de diverses couleurs, de son intimité la plus secrète. Ce talisman devrait permettre à la jeune fille de retrouver celui qui est son père.
Au rythme des saisons et des cloches des petits temples de quartier, c'e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Shan_Ze
  13 juillet 2017
Koto a une petite fille Tomi. Ensemble, elles vont chercher pendant de longues années l'amour de Koto et le père de Tomi, Yoshinosuke. Malheureusement, certaines personnes n'hésitent à leur mentir pour se faire de l'argent sur leur dos. A l'heure de mourir, Koto donne un dessin à sa fille que devrait l'aider à retrouver son père.
J'ai pris ce roman pour l'auteur ; j'avais beaucoup aimé La tombe aux lucioles sur un couple d'orphelins pendant la seconde guerre mondiale. Je n'ai pas pris garde au sous-titre qui semble suggérer une histoire fantastique. Mais c'est surtout une histoire sur la cupidité des hommes qui n'hésitent pas à voler, tuer pour avoir ce qu'ils veulent. Un mélange d'érotique, de macabre, de vengeance et de fantastique donne un ton assez spécial à l'ensemble. Mais une jolie histoire d' amour !
Commenter  J’apprécie          250
le_Bison
  31 janvier 2014
D'après ce que j'ai pu voir aux bains, la gamine est encore pucelle. – ça, y'a aucun doute là-d'ssus. – Quand on est seule au monde, qu'on a encore sa fleur, et qu'en plus on est jolie comme elle l'est… – Seize printemps, l'âge où la fleur s'éveille…
La botanique chez moi, c'est comme une seconde passion. Les jeunes pousses en fleur, c'est admirable de beauté. J'ai envie de sentir leur parfum, de les toucher les caresser, les choyer, les serrer et les prendre voluptueusement. Je sens l'âme d'un poète monté en moi. Un peu de vigueur, bon sang !
Présenté de cette façon, j'ai l'air d'un détraqué, d'un malade psychopathe qu'il faudrait camisoler de force au plus tôt. C'est que la Nature est si belle. La Nature de la femme surtout.
Il ne faut pas voir le mal partout, surtout là où il n'y est pas. Après tout, ces quelques messieurs qui veulent s'offrir du bon temps ne commettent pas l'irrémédiable. Cette jeune fille, Timo, aux seize courts printemps qui n'a pas encore connu la jouissance de sa vie. Elle est belle, même plus, avec ses cheveux noir de jais, sa peau si blanche et ses petites veinules toutes bleues, et ce parfum… Quelle est donc cette odeur ?
Parce que pour retrouver un peu de vigueur, redresser fièrement son membre, il faut – je résume – une jeune fille en fleur, pucelle bien entendu, et… fraîchement morte. C'est dans les moeurs de l'époque, un remède de grand-mère ou de sorcière malsaine. C'est donc ça l'odeur. Voilà donc le thème principal de cette courte nouvelle, la nécrophilie ou thanatophilie – tu l'appelles comme tu veux-, sans honte et sans tabou.
Lien : http://leranchsansnom.free.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
OlivierH77
  14 janvier 2015
Voici une histoire d'amour sublimé et de vengeance à l'allure de conte, de fable...pour adulte uniquement.
L'histoire se déroule à l'ère d'Edo (ancienne Tokyo), il y a près de 2 siècles. Koto, ancienne courtisane, a eu un amant, Yoshinosuke, qui est parti après lui avoir fait une fille, Tomi. En chemin pour le retrouver, elle meurt, épuisée. A l'heure de rendre l'âme, elle confie à sa fille le dessin qu'elle a produit avec du sable représentant son sexe...véritable talisman, il doit permettre à Tomi de retrouver son père. Mais le chemin de vie de Tomi s'arrêtera lorsqu'elle-même épuisée tombera sur un couple de vieux malfaisants pervers et cupides, Senkichi et O-Den, qui vont finir par la tuer et vendre les "charmes" du cadavre avec la complicité d'une vieille avorteuse, O-Roku.
Plusieurs hommes, des commerçants et bourgeois, désireux de recouvrer une vigueur sexuelle perdue, vont se succéder sur le cadavre...le dernier à se présenter, qui n'est autre que Yoshinosuke, sera refusé, le cadavre commençant à se décomposer...
Senkichi qui veille sur le cadavre aura la surprise de voir un bébé, une fille, éclore du ventre de la morte...
Dès lors, grandissant, la jeune fille partira elle aussi sur le chemin du Tokaido, à la recherche de Yoshinosuke, reprenant en cela le flambeau de sa mère...Mais cette fille sans prénom, "incarnation transitoire du ressentiment de Koto et Tomi", a en route une vengeance à assouvir envers ces hommes qui ont souillé sa mère...Dès lors, munie de son bâton de pèlerin, annoncée de son grelot et leur présentant ses dessins au sable, elle viendra les précipiter vers un funeste destin...Jusqu'à retrouver Yoshinosuke...
Cette histoire présente des atouts indéniables : d'abord, l'oeuvre est dérangeante, le sexe et la mort sont omniprésents et intimement liés, voire indissociables, alliés à une pointe de fantastique.
C'est très japonais, ce qui est renforcé par l'ambiance bien rendue des quartiers populaires nippons de l'époque, avec ses petits commerçants souvent sans scrupules, ses prostituées, ses bas-fonds de pauvreté...c'est coloré et typé.
Et puis il y a cette belle histoire de femmes, passeuses de vie, de rêve, d'amour à travers les années...
Cependant, les détails morbides et scabreux sont permanents, ça frise parfois l'écoeurement.
Quant au style, il est un peu à l'emporte-pièce : les évènements sont racontés très vite, très condensés parfois (on saute plusieurs mois voire années en quelques lignes), mais pour satisfaire ce désir de mettre en avant les aspects scabreux, on ne va pas lésiner sur plusieurs pages à nous décrire avec force détails comment les 4-5 hommes vont successivement et à leur manière lutiner le cadavre de la morte ! Sans compter une délectation à nous expliquer comment et de quoi la fille de Tomi va se nourrir pour grandir...au corps du vieux Senkichi qui n'en espérait pas tant, je vous laisse deviner !
L'emploi du présent, la syntaxe et les dialogues parfois un peu bancals, ainsi que l'absence de narrateur "interne" au récit rendent, m'ont rendu le texte un peu confus et sans émotion, j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire, même si cela s'est arrangé au fil des pages...

Finalement, il faut vraiment attendre le point final, réfléchir, prendre de la hauteur, pour juger l'ensemble et voir si on a apprécié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
diablotin0
  12 juillet 2017
Déçue, je n'ai pas réussi à accrocher avec le style de Nosaka Akiyuki. Cette fable ne m'a pas touchée, j'ai eu de mal avec l'aspect morbide très présent dans ce court récit.
Le côté fantastique a, sans aucun doute, renforcé ma difficulté à adhérer et m'immerger dans l'histoire.
Dommage, la couverture et la 4ème de couverture m'avaient séduite.
Commenter  J’apprécie          210
soleil
  03 septembre 2015
Tomi, jeune fille, part à la recherche de son père qu'elle n' a jamais connu et reçoit de sa mère mourrante un dessin qui permettra à son père de la reconnaître. Seule, sans attache et sans le sou, elle rencontre Senkichi qui l'accueille chez lui et lui donne de quoi s'habiller. Il faut dire que Senkichi s'occupe des morts. Son épouse O-Den,elle, s'occupe de trouver des jeunes femmes mortes à des hommes en panne d'érection puisqu'il semblerait que face à une morte l'homme retrouve ses capacités érectiles. Aussi, en voyant Tomi, O-Den fait passer la jeune fille de vie à trépas afin de redonner à certains messieurs une vigueur à leur sexe.
------------
Un bref roman qui nous plonge dans une histoire étrange de laquelle émergera du fantastique avec des foetus avortés qui vont se rebeller, une vie qui surgira de la mort et des dessins fait d'une surprenante façon.
-----------
Je ne savais pas à quoi m'attendre en lisant cette histoire d'autant plus que le titre et la couverture font gentillets. Finalement, surprise par le virage de ce récit, j'ai vraiment bien apprécié ce que l'auteur m'a raconté. Si l'on m'avait résumé le livre je ne l'aurais jamais lu. Comme quoi, vous ne devriez pas vous arrêter à mon résumé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   20 décembre 2013
Depuis les tendrons de douze, treize printemps, au duvet encore à peine apparent jusqu’aux vieilles routières de maison, en passant par les lisses comme des œufs et les velues comme des ourses, sans oublier les théâtreuses sur le retour et les nonnes dépravées en rupture de vœux, il avait goûté avec les unes et les autres à toute la palette des voluptés que le corps féminin peut offrir, moyennant quoi, à la longue, il s’était retrouvé avec des reins vidés, or ce jouisseur invétéré demeurait encore sur sa faim et à peine vit-il Tomi que, l’air concupiscent, il la serra contre lui, le membre déjà saillant, aux dimensions d’un avant-bras qui surprirent l’entremetteuse elle-même, puis, soulagé, se retira en laissant une vulve distendue : « eh bien, dites donc, c’est que vous me l’avez vilainement arrangée ! – Et mon cul ? N’importe comment, elle doit finir sous les pissenlits et nourrir les vers, pas vrai ? C’est égal, même une moule de trépassée, ça vous a du bon ! « lança-t-il insolemment avant de disparaître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
le_Bisonle_Bison   18 décembre 2013
Quand on y réfléchit, mais c’est une forme de service qu’on leur rend à elles aussi, puisque, de toute façon, la religion prétend qu’une fille qui n’a jamais connu d’homme ne peut pas gagner le Paradis. » La Nature ayant pourvu les femmes d’un sexe pour donner du plaisir aux hommes et pour puiser leur propre jouissance, une vulve demeurée close ne peut qu’être chargée de rancœur, c’est en quelque sorte faire œuvre pie que de l’en soulager un tant soit peu…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
le_Bisonle_Bison   12 décembre 2013
D’après ce que j’ai pu voir aux bains, la gamine est encore pucelle. – ça, y’a aucun doute là-d’ssus. – Quand on est seule au monde, qu’on a encore sa fleur, et qu’en plus on est jolie comme elle l’est… - Seize printemps, l’âge où la fleur s’éveille…
Commenter  J’apprécie          220
OlivierH77OlivierH77   14 janvier 2015
Sur le plancher du sanctuaire envahi par la nuit, gisent côte à côte un Yoshinosuke mort et vidé de toute semence, et un squelette couvert de vêtement d'une fidèle en pèlerinage; quant au carré de papier d'où ont disparu les dernières traces de la vulve dessinée au sable, il virevolte, soulevé par la brise, semblable à un papillon.
Commenter  J’apprécie          80
CroquignolleCroquignolle   15 décembre 2014
Conserve toujours cette feuille sur toi et tu verras qu'elle t'aidera à retrouver Yoshinosuke." La trace de sa liqueur reportée sur le papier, elle la saupoudra de sable mêlé du sang qu'elle venait de cracher, reproduisant du même coup, avec une vivante fidélité, son propre sexe : "Il te conduira jusqu'à lui. Le Ciel ne saurait permettre que ce dessin sur lequel j'ai imprimé pour lui mes derniers souvenirs ne te le fasse pas retrouver !" Après s'être une dernière fois inclinée pour considérer son intimité, Koto laissa sa tête plonger en avant et expira.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Akiyuki Nosaka (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Akiyuki Nosaka
Payot - Marque Page - Akiyuki Nosaka - La Tombe des lucioles
autres livres classés : nécrophilieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle



Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
328 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre