AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Frappe-toi le coeur (334)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Bookycooky
  29 août 2017
Sans être férue de ses histoires, j'aime lire les livres d'Amélie Nothomb de temps en temps, le dernier étant en date " le crime du comte Neuville ", un conte trés plaisant.
À cette rentrée littéraire, elle nous revient avec un autre conte, nettement moins bon, qui se passe dans les années 70 et plus, en province. Elle nous campe ici un caractère féminin cruel, Marie, la déesse, qui ne vous laissera pas indifférent. Son bonheur est " susciter l'envie d'autrui". Face à elle un bébé, une petite fille, sa fille, Diane. Leur relation ? un peu compliquée. le bébé me rappelle vaguement le foetus de McEwan, à ce stade-là, l'un vaut l'autre.........bon, ce n'est que le début, ca va se corser grave par la suite.....

Ce qui me frappe chez Nothomb c'est son apparence physique et médiatique qui correspond parfaitement à tout ses personnages qu'on dirait des caractères de théâtre, très typés, qui n'existent que le temps de la représentation, dans un climat sec et froid, avec un style d'écriture qui renforce cette ambiance d'artifice. Les personnages, les thèmes principaux , la jalousie, la trahison, le manque affectif, "l'amitié",.........tout est brossé sommairement. Ma remarque n'est pas négative car finalement je trouve que c'est réussi puisque ca débouche sur une lecture facile non dépourvue d'intérêt. De temps en temps ça fait plaisir, trop souvent ca entraînerait la paresse pour des lectures plus profondes.

"Frappe-toi le coeur, c'est là qu'est le génie." Alfred de Musset
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11923
La_Bibliotheque_de_Juju
  01 octobre 2017
Comment une mère peut elle être jalouse de son propre enfant ?

C'est là le thème du nouveau roman Nothomb cuvée 2017.

Il y a longtemps que je ne lisais plus Amélie, trop déçu par certains ouvrages et ayant trop aimé son Hygiène de l'Assassin pour me risquer à finir par la détester !

Pourtant, cette fois, je me retrouve à la lire, après de longues années et j'ai passé un plutôt bon moment.

Amélie Nothomb va à l'essentiel dans cette fable cruelle. Elle raconte la destinée de Diane qui grandira dans cette pleine conscience de la jalousie qu'éprouve sa propre mère à son égard.

C'est du Nothomb, ça se lit vite et bien. Les personnages sont un peu déglingués et l'écrivain superstar va analyser ce qu'est la jalousie, le mépris en une prose agréable même si pour moi pas inoubliable.

Je continuerai à lire un Nothomb de ci, de là, pour continuer à apprécier en évitant consciencieusement l'indigestion due à la parution d'un livre à chaque rentrée littéraire.
Commenter  J’apprécie          969
Jmlyr
  11 octobre 2017
Notons que le verbe d'Amélie n'a pas retrouvé sa superbe d'antan…ce n'est que mon humble avis, quand un « Hygiène de l'assassin » ne trouvait aucune excuse à la prose des écrivains, de sa plume assassine elle préparait la suite.
Des oeuvres qui allaient me laisser entre « Stupeur et tremblements », fascinée par une enfance et une jeunesse au Japon, née « Ni d'Ève ni d'Adam » : elle avait commencé à nous en parler entre « Métaphysique des tubes » et son « Sabotage amoureux »…
Au printemps, j'avais suivi l'hirondelle, pas celle qui le fait,
celle d'un « Journal … ». Fidèle j'étais, j'aimais son style « Acide (et) sulfurique » ; « Antechrista » m'avait fascinée puis laissée sur ma faim, pas comme la « Biographie de… »
Je ne vais pas refaire sa bibliographie, ce serait
un « Attentat », mais je l'ai délaissée par la suite, lassée de ses parutions systématiques de la rentrée, dont les pages se réduisaient, non le prix.

Elle a de nouveau frappé mon coeur, le sujet est grave, l'instinct maternel. Elle n'est pas mère. Elle n'a pas pu. Cela est lié à son vécu, son traumatisme d'adolescence, elle l'a dit sur les plateaux télé. Elle l'aurait étouffé, son enfant, l'aurait surprotégé.
Écueil non systématique des mères qui ont souffert et veulent éviter le pire en croyant qu'il faut enfermer les enfants dans une bulle et leur éviter la réalité extérieure. Asphyxie.

On le sait que certaines mamans ont besoin de temps, et même parfois d'apprendre, dans des lieux dédiés, à aller à la rencontre de leur bébé. Arrêtez de nous assommer d'idées reçues, l'image de l'attachement immédiat, la madone qui adore déjà le grumeau gluant qu'on lui pose sur son ventre et qui vagit en tentant de ramper jusqu'au sein. Oui, la nature étant bien faite, le nouveau-né a la vision juste adaptée à la distance sein-visage maman.
Mais parfois maman ne peut pas le voir. Son inconscient lui joue de vilains tours, quand parfois il lui a carrément occulté la grossesse des mois durant : surprenant, le déni de grossesse, et pourtant. Là n'est pas le sujet.

Ici, Amélie scrute et ausculte, la relation aux bébés, aux adolescents, devenus adultes. Trois dans l'histoire. Elle ne s'est pas privée. Les deux sexes. Choix du roi.

L'écrit répare son histoire. et quand elle nous rajoute un sentiment de jalousie entre une mère et son enfant, qu'elle y mêle un peu de psychologie masculine, et même de psychogénéalogie, là, je retrouve Amélie, et de nouveau je la lis.

Vous reprendrez bien un Pneu de Champagne ? (Tous ceux qui la lisent comprendront. )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          845
palamede
  12 février 2018
Je me souviens d'une aïeule, à la mort d'une de mes tantes — confirmant le manque d'émotion déjà deviné chez elle malgré mon jeune âge (je l'aimais bien, elle était drôle et charmante ) — disant le plus sérieusement du monde : il me faudrait une piqûre pour pleurer. Une anecdote familiale ressurgie, bien qu'il s'agisse ici de naissance, devant le manque d'affect de Marie pour son enfant.

Car à la naissance de sa fille « Marie n'éprouva rien, ni déception, ni contentement. Elle aurait aimé qu'on lui explique quoi éprouver. » Et les choses ne vont pas s'arranger. D'ailleurs elles ne peuvent pas s'arranger car Marie est jalouse, pathologiquement jalouse de sa fille qui a le malheur d'être jolie, plus jolie qu'elle aux yeux de Marie.

J'avais envie d'aimer ce livre. Amélie Nothomb énigmatique, brillant de tous ses feux sur la couverture, avait sûrement des choses à me dire. Mon attente a été comblée. Amélie parle de l'attachement maternel et de la jalousie mère-fille, froidement. Et c'est ça que j'ai aimé. Qu'Amélie nous fasse ressentir, par son style inimitable et son ton distancié, le désert d'une enfant privée d'un amour essentiel, l'amour maternel.

Challenge MULTI-DÉFIS 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          691
Ydamelc
  28 août 2017
Amélie Nothomb et moi, c'est une histoire qui dure !
C'était en mars 2013 que tout a commencé.
C'est écrit là, sur mon grand cahier.
Juste après 2 Marc Levy et 1 Guillaume Musso.
Mars 2013, c'est le moment que j'ai enfin eu le courage de franchir le seuil de l'espace adulte de ma médiathèque...
Jusqu'alors, je le regardais de loin quand j'accompagnais mes enfants, aux rayons qui leurs sont dédiés.
Il me faisait peur...
J'ai toujours aimé lire depuis l'enfance et je me suis toujours adonnée à cette passion avec plus ou moins d'intensité, mais en devenant maman, j'ai remplacé mes livres de Stephen King ou d'Oscar Wilde par des Franklin, Petit ours brun ou princesses de Walt Disney...
Je ne saurais pas l'expliquer vraiment, mais face à tout ces livres pour adultes, je me sentais perdue, dépassée, trop bête pour en comprendre le sens, tout cela me paraissait trop intellectuel pour moi, alors j'empruntais des livres pour ados, sur le compte de mes enfants et je lisais un peu tout ce qui me tombait sous les yeux, par ailleurs. Des livres que l'on me prêtait ou que j'achetais par hasard, sans faire trop attention au genre ou à l'auteur. Juste par rapport à un titre, une couverture ou une quatrième alléchante.
Mais en mars 2013, tout a changé, suite à une émission télé où j'ai pu voir un portrait de Marc Levy.
Le lendemain, j'étais à la médiathèque !
De là, ma bibliothécaire m'a conseillé aussi Musso et... Nothomb.
Voilà, vous savez tout...
Ces 3 auteurs ont fait la lectrice passionnée que je suis aujourd'hui.
J'ai un énorme respect et la plus grande admiration pour chacun d'eux. Vraiment.
Ils font parti de mon parcours et pour cela, je leur serais à jamais reconnaissante.
Depuis, mes choix de lecture se sont affinés.
Alors que je ne lis plus systématiquement les nouvelles parutions de Musso et Levy, Amélie Nothomb n'a jamais cessé de m'étonner.
Le nouvel Amélie Nothomb, c'est mon incontournable de la rentrée !
Frappe toi le coeur est son 26ème roman.
Le 18ème qui est passé entre mes mains.
Cela fait d'elle, aussi, l'auteur que j'ai le plus lu à ce jour.
Chaque fois que je débute une de ses histoires, c'est comme si le temps s'arrêtait autour de moi.
Un moment suspendu.
Mes yeux ne se relèvent qu'à la dernière page tournée et le monde réel reprend vie.
Elle a ce don de me transporter dans son univers, Amélie...

Ce n'est jamais très simple de parler d'un de ses romans, sans avoir peur d'en dire trop.
La quatrième de couverture a toujours ce côté énigmatique, mystérieux, qui ne dévoile quasiment rien.
Une citation et c'est tout.
Alors que vous dire de Frappe toi le coeur ?
On y trouve une Marie, un Olivier, une Diane, un Nicolas, une Olivia... Et ça c'est plutôt original !
Il y a aussi de l'amour. C'est classique, mais ici, il sera plutôt question d'amour maternel. de relation mère-enfant.
Quelques éléments récurrents, propre à Nothomb, je veux bien sûr parler de beauté, d'intelligence, d'admiration, de fascination, d'êtres dotés de particularités et de comportements excessivement singuliers...Et j'en oublie sans doute...
Le champagne est de la partie, hein, mais très modéré cette fois et le mot "pneu"...présent dans chacune de ses histoires, qu'elle qualifie comme une signature d'authenticité. Signature vraiment discrète, car jusque là, je ne l'avais jamais remarquée... Je viens de l'apprendre dans une interview récente à Femme actuelle.
Et bien évidemment, son style incomparable, dont je ne me lasse pas.
Sa réflexion, sa façon d'amener les choses, sa patte, quoi.

Frappe toi le coeur m'a touchée.
Peut être plus que tous les autres, car le sujet principal m'est proche. Je me suis sentie concernée.
J'en garderais une trace. Il m'a marquée.

Je ne peux que vous inciter à découvrir, redécouvrir, vous réconcilier, continuer à admirer cette grande auteure, avec ce nouvel opus, Frappe toi le coeur.

Et à l'année prochaine, Amélie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6711
Kittiwake
  02 décembre 2017
Histoires de mère, de filles, de rendez-vous ratés, d'incompréhension, plantés ça et là dans un récit qui emprunte à la forme des contes classiques

La construction est peu originale : on suit les générations qui héritent inexorablement des bévues des précédentes, les personnages sont successivement abandonnés au profit de leur descendance : tout cela crée un climat peu propice à l'attachement, d'autant que les portraits sont taillés à la hache, sans nuance et avec très peu d'affects. Si ce style marchait parfaitement dans les romans du début de l'ère Nothomb, Métaphysique des tubes ou Stupeur et tremblements, c'est ici beaucoup moins efficace.

A distance de la lecture (à peine une dizaine de jours), il ne m'en reste déjà qu'une vague impression globale, rien ne vient éveiller des faits marquants dans ma mémoire. On a beaucoup parlé de jalousie comme thème central, il me semble plutôt avoir eu affaire à des personnages très auto-centrés et mus par un objectif unique : paraître. Autobiographique? :

"Quelle merveille ce champagne! du Deutz? Oui, je le reconnaitrais entre mille. Je dis toujours que le but de la vie, c'est de boire de grands champagnes".


Amélie Nothomb est elle-même un personnage de roman, aux apparitions rythmées par la rentrée de septembre. le style est très personnel, mais le style ne fait pas tout. le cru 2017 ne fera pas parti des millésimes exceptionnels.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          503
democratz
  13 octobre 2017
D'une année sur l'autre, je prends plus ou moins plaisir à lire le nouveau roman d'Amélie Nothomb. Si j'ai bien aimé "Le Crime du comte Neville", je me suis ennuyé avec sa version de "Riquet à la houppe". Aussi, j'attendais beaucoup de ce nouveau livre et je dois dire que je n'ai pas été déçu.

Amélie Nothomb s'intéresse à la relation "mère / fille" à travers le couple "Marie la mère / Diane la fille". Une mère égocentrique et narcissique qui verra dans sa fille une rivale redoutable. Diane va souffrir de la froideur de la figure maternelle qui aura succombé à une jalousie maladive et déconcertante.

L'intrigue du livre n'est pas uniquement basée sur cette relation difficile entre les deux protagonistes mais c'est surtout ce que l'on retient en refermant ce conte pour adulte. Un conte qui amène chaque parent à se questionner sur la relation qu'il peut ou doit avoir avec son enfant afin qu'il puisse s'épanouir dès son enfance, avec des repères solides qui seront des socles tout au long d'une vie.

Un livre émouvant, captivant et qui prend à témoin les lecteurs que nous sommes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
jeunejane
  28 novembre 2017
Une petite ville de province en 1971. Marie a 19 ans, elle est jolie, elle le sait et compte bien en profiter.
Elle est tellement narcissique qu'elle aime voir l'envie se lire sur les yeux des personnes qu'elle fréquente.
Ses beaux rêves de liberté s'évanouissent quand elle tombe enceinte et se marie avec le fils du pharmacien, le plus beau garçon de la ville.
Elle n'est pas amoureuse, elle ne sait aimer qu'elle-même.
A la naissance de sa fille Diane, elle n'éprouve aucun sentiment maternel sinon de la jalousie quand on complimente sa fille pour sa beauté.
Marie aura deux autres enfants : un garçon, Nicolas qu'elle se contentera d'aimer raisonnablement et une fille Celia qu'elle étouffera d'amour.
Diane grandit dans un désert d'amour maternel mais est heureusement confiée à ses grands-parents maternels aimants et clairvoyants.
Très intelligente, elle sait garder la distance et la lucidité nécessaires.
Elle entreprend des études qu'elle réussira très brillamment. Pendant ce cursus, elle rencontre une personne qui développe les mêmes défauts que sa mère.
Pas d'éclats, pas de cruautés physiques dans ce livre, mais beaucoup de souffrance rentrée chez cette fillette qui attend pendant toute son enfance un geste d'amour de la déesse comme elle l'appelle.
La scène que j'ai le plus appréciée, c'est lorsque Marie vient trouver sa fille Diane pour lui faire part de son désarroi vis-à-vis de sa plus jeune fille. Diane adopte alors une distance nécessaire pour lui dire calmement sa vérité.
Amélie Nothomb développe admirablement bien les caractères des différents personnages et transforme son roman en une oeuvre magistrale.
Dire que je ne voulais pas le lire car le thème ne m'accrochait pas.
Heureusement que j'ai changé d'avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          454
Antyryia
  27 août 2017

"Ah! frappe-toi le coeur, c'est là qu'est le génie.
C'est là qu'est la pitié, la souffrance et l'amour ( ... )"
Ces vers d'Alfred de Musset, qui donnent son titre au nouveau roman d'Amélie Nothomb, trouveront plus d'une explication au fur et à mesure de la lecture. 
Même si le cerveau a depuis pris la place légitime d'organe des émotions et des sentiments, au XVIIIème siècle c'était le coeur qui en était au centre.
"Je comprends que les anciens y aient vu le siège de la pensée, de l'âme et de ces sortes de choses."
D'un point de vue scientifique, une interaction entre le coeur et le cerveau n'est cependant pas à exclure, le coeur disposant de sa propre mémoire émotionnelle. 
Ne dit-on pas que le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas ? 
D'un point de vue littéraire, bien plus qu'une valve qui meut le sang dans notre corps, le coeur est demeuré ce symbole d'amour, qui bat la chamade lorsque Cupidon le transperce d'une flèche. 
 
Frappe-toi le coeur, c'est d'abord l'histoire de Marie. Séductrice, enjôleuse, insouciante, elle aurait pu être un bourreau des coeurs si elle n'était pas uniquement animée par le besoin de susciter l'envie et de provoquer la jalousie d'autrui. 
Et pourtant, le brillant avenir auquel elle était promise va tourner court peu après sa rencontre avec un convoité pharmacien. 
"Je suis enceinte, j'ai dix-neuf ans et ma jeunesse est déjà finie."
A la naissance de Diane, Marie ne ressentira rien. Ni joie ni déception.
Son coeur est-il de pierre ? 
Désormais, le regard de ses proches est davantage attiré par son petit ange et elle a l'impression de ne plus être au centre du monde.
"Elle est maladivement jalouse de sa fille. C'est ça qui l'empoisonne."

Progressivement, Marie s'effacera au profit de Diane, qui sera au coeur de l'intrigue. Dès sa plus tendre enfance, la petite s'avérera si intelligente qu'elle sera capable de réflexions métaphysiques.
"Elle est très en avance sur son âge, elle est d'une précocité qui me stupéfie."
A la recherche d'affection, c'est le coeur gros que la fillette constatera que sa mère ne l'aime pas. Elle en aura d'ailleurs le coeur net quand la famille s'agrandira, et que sa maman étouffera de baisers et d'attentions sa petite soeur, alors qu'elle se sent toujours aussi invisible. 
"Mon explication de l'univers s'écroule."
A contrecoeur, elle cherchera à combler autrement ce manque d'affection, cette privation d'amour maternel. 
Ce sont ses grands-parents qui l'élèveront, et leur tendresse lui donnera un peu de baume au coeur. 
Elle se fera de rares amies, se consacrera à ses études de tout son coeur, mais l'absence de lien mère-fille laissera à jamais une blessure.

Dans ce livre, Amélie Nothomb parle à coeur ouvert des sentiments, mais pas de ceux qui sont liés au coup de foudre ou à la complicité grandissante de deux personnes éperdues l'une de l'autre. L'amour dont il est ici question est celui qui est censé être inné et inconditionnel : Celui d'une mère pour sa fille, celui d'un enfant pour ses parents. Et quand ce lien n'existe pas, est-il possible pour l'enfant de combler le vide dans sa poitrine ? 
Le schéma parental se reproduit-il systématiquement ? 
La froideur, la distance, peuvent-ils empêcher d'aimer ?
Y a-t-il une recherche d'une figure parentale dans chaque amitié avec une personne plus âgée ?
Certains passage cruels nous mettent le coeur au bord des lèvres. On ressent énormément d'empathie pour le personnage de Diane, qui a vraiment le coeur sur la main. Il ne sera pas seulement question du lien brisé entre sa mère et elle puisque plus tard dans le roman nous verrons d'autres exemples de ruptures de ce lien parental, et il faudra avoir le coeur bien accroché : Il y a bien pire que de ne pas aimer son enfant ou d'en être jaloux. 

Le style Amélie Nothomb, c'est celui que l'on connaît par coeur. Même s'il ne s'agit cette fois pas de la réécriture d'un conte, cette histoire est rédigée à la façon d'une fable moderne disposant de sa propre morale. Pas de prénoms inusités cette fois à de rares exceptions près, et si le champagne est présent il demeure discret. 
Le roman demeure court, le style est toujours aussi inventif, soigné, élégant, raffiné. Reconnaissable en quelques lignes.
Pas un coup de coeur cependant, même si j'ai beaucoup apprécié les thèmes et l'originalité prise par la tournure des évènements, j'ai aussi trouvé que trop d'éléments de départ avaient été délaissés ou escamotés, comme si l'auteure avait été elle même surprise par la direction prise par son récit.
Mais je le conseille cependant de bon coeur : ça faisait longtemps que je n'avais pas pris autant de plaisir à lire cette auteure, petit rituel annuel de la rentrée littéraire.

Ps : N'hésitez pas à laisser un commentaire si le coeur vous en dit !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4414
cicou45
  11 septembre 2017
Encore une fois, je n'ai pas été déçu par ce dernier ouvrage d'Amélie Nothomb. J'avais dit que j'essaierai de ma calmer un peu concernant les lecture de cette auteure mais lorsque mon mari est rentré un beau soir avec ledit ouvrage entre les mains, je n'ai pas pu résister.

Lorsque l'amour qu'une fille réclame à sa mère est mis à mal parce que cette dernière est jalouse, cela fait atrocement mal, surtout si la fillette en question en a conscience. C'est le cas de Diane, notre héroïne à qui Marie, sa mère a toujours refusé son amour parce qu'elle était tout simplement jalouse de sa beauté ! Elle qui avait toujours fait frémir tous les coeurs et qui n'a jamais réellement aimé autre qu'elle-même, voilà que sa fille la détrônait, c'était le comble et plus que ce que Marie ne pouvait tolérer. Egoïste à souhaits, elle qui n'a jamais pensé à personne d'autre qu'à sa petite personne et au fait que tous les regards se posaient sur elle, comment aurait-elle pu supporter pour que les yeux attendrissants de son époux et de tout son entourage se détournent désormais vers sa progéniture ? Elle aurait au contraire du s'en réjouir, comme toute mère normale éperdue d'amour pour la chair de sa chair sauf que Marie a tout sauf le fait d'être une mère normale et cela Diane, ne le tolèrera pas. Enfant précoce, extrêmement intelligente, c'est donc d'abord auprès de ses grands-parents qu'elle va chercher le réconfort et obtenir cet amour qui lui est dû, puis plus tard vers sa meilleure amie (sa seule amie d'ailleurs car j'ai oublié de mentionner que Diane s'est forgé une carapace et est insensible au monde extérieur), Elisabeth Deux et enfin ver sa maître de conférence à l'université, Olivia. Marie, quant à elle, aura deux autres enfants et aussi étrange que cala puisse paraître, elle aura une attitude complètement différente envers eux : bienveillante avec son fils Nicolas et étouffante à l'extrême avec sa petite dernière Célia. Allez comprendre. Peut-être était-ce tout simplement parce que cette dernière était moins jolie que son aînée ou se pourrait-il qu'il y ait quelque chose d'incompréhensible dans son comportement ?

Une histoire déchirante, bouleversante sur la complexité des sentiments humains et notamment sur l'amour maternel ! Avec son écriture toujours aussi fluide et agréable à lire, Amélie Nothomb réussit à mon goût un nouveau coup de maître. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Que savez-vous d'Amélie Nothomb ? (niveau facile)

Amélie Nothomb est née...

En Chine
En France
A Bruxelles

8 questions
913 lecteurs ont répondu
Thème : Amélie NothombCréer un quiz sur ce livre
.. ..