AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225312107X
Éditeur : Le Livre de Poche (14/03/2008)

Note moyenne : 3.18/5 (sur 915 notes)
Résumé :
"C'est une histoire d'amour dont les épisodes ont été mélangés par un fou."
A la suite d'un chagrin amoureux, le narrateur, 30 ans, coursier, devient insensible. Il perd son boulot pour en retrouver un autre, plus conforme à son nouvel état : tueur à gages. Pas d'états d'âme à viser la cible, s'acquitter d'un crime parfait. Sinon une excitation nouvelle, une soif d'accomplir un geste quasi divin. Un jour, on lui demande d'exécuter un ministre et toute sa fami... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (77) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  03 septembre 2017
J'ai rechuté, j'avais dit dans mes dernières critique des ouvrages d'Amélie Nothomb que j'essaierais de me calmer un peu concernant ma boulimie concernant ses écrits mais lorsque j'ai vu cet ouvrage, rapporté par l'une de mes lectrices à la médiathèque pour laquelle je travaille, je n'ai pas pu résister à le tentation de l'emprunter à mon tour.
Cette lecture m'a légèrement dérangée car j'ai eu un peu l'impression de me plonger dans une histoire de nécrophilie, même si le terme employé est beaucoup trop fort et qu'il n'y a rien de tel concernant les actes mais pourtant. Urbain, ou du moins est-ce le nom de notre héros au début de l'histoire, celui qu'il s'est attribué lui-même pou exercer sa nouvelle fonction, celle de tueur à gages est un homme complètement instable. Engagé pour le compte d'un Russe, riche à souhait à qui l'on passe tous ses caprices mais qu'il ne rencontrera jamais, passant toujours par l'un de ses hommes de main, Urbain prend un plaisir vicieux à tuer à la chaîne tous les hommes ou femmes que l'on lui ordonne de tuer. Ses victimes, il ne les connaît pas jusqu'au jour ou on lui assignera la tâche d'assassiner non seulement un ministre mais aussi toute la famille de ce dernier. Parmi eux, une jeune adolescente à qui son père a violé son intimité en lui dérobant son journal intime - acte que sa fille ne lui pardonnera jamais, étant elle-même prête à le tuer pour cela. Lorsque Urbain aura accompli sa fameuse mission et qu'il tombera sur ce dit journal, il résistera aussi bien que peu à la tentation de le lire mais la tentation fut trop forte. Une fois sa lecture achevée et bien que la jeune fille ne se mette pas complètement à nue en ne dévoilant ses secrets les plus intimes, pour Urbain, c'est tout comme. Ce sera pour lui une révélation, des révélations des plus pures qu'il n'ait jamais entendues et cela, il compte bien le garder pour lui tout seul, quitte à donner sa propre vie. Cette jeune jouvencelle, elle est désormais et à lui seul et il se promet que personne d'autre ne lira ses révélations. Cette pucelle, cette douce vierge, n'appartiendra qu'à lui et ce, même si il doit donner sa propre vie pour cela.
Une écriture toujours aussi fluide mais pas si légère que cela tant, comme je l'ai dit en amorce de cette critique, les faits m'ont légèrement dérangés même si ils ne sont nullement relatés de manière choquante mais il y a tout de même un côté pervers dans le rôle du héros qui m'a perturbé. Tel était probablement l'intention de l'auteure et si c'était bel et bien le cas, je dois dire qu'elle a accompli sa mission à la perfection. A découvrir mais attention, âmes sensibles, s'abstenir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Sallyrose
  30 mars 2012
Très court roman d'Amélie Nothomb (à peine 90 pages au format poche), c'est une lapalissade…
L'histoire est une métaphore de l'état d'insensibilité dans lequel peut nous plonger une rupture amoureuse et du choc ressenti lorsque l'on s'aperçoit qu'on est à nouveau capable d'aimer…sauf qu'en l'espèce il laisse passer sa chance.
Qu'on ne s'y trompe pas, ceci n'est pas un roman d'amour, le personnage principal est un tueur à gages qui n'a trouvé d'autre moyen pour se sentir vivant.
Tuer pour se sentir vivant…
Ce n'est pas le roman d'Amélie Nothomb que je préfère, loin de là, mais le style est là avec sa description crue des sentiments sans compassion. Pour autant, j'ai éprouvé quelque tendresse pour le narrateur malgré le plaisir évident qu'il prend à prendre la vie d'autrui.
Bref, un court roman de qualité qui donne surtout envie de relire les très bons du même auteur
Commenter  J’apprécie          242
carre
  25 mars 2012
Le problème avec Amélie Nothomb, c'est une adhésion totale ou un rejet du même tonneau chaque année. Et pour moi ce "Journal d'Hirondelle" est à classer dans la deuxième catégorie. L'histoire de ce trentenaire qui décide de changer de job (il est coursier) et devenir tueur à gage avait tout pour nous allécher. Hélas, aucune empathie avec le héros, les fans de Nothomb me targueront de ne pas apprécier à sa juste valeur le style percutant ?, déroutant ?, humoristique ?, cynique ?, moi je n'y vois qu'ennui, arnaque annuelle (pas toujours il est vrai), et je rendrai grâce à la singulière Amélie de nous concocter des romans courts.Passez votre chemin.
Commenter  J’apprécie          230
lecassin
  09 juin 2012
Amélie Nothomb se targue de "sortir" un roman par an et d'en écrire une douzaine d'autres dans le même temps...
A vrai dire "roman" est un terme abusif, en ce qui concerne ce "Journal d'hirondelle" ; nouvelle serait plus adapté, et encore...
... Rien serait sans doute idéal pour décrire cette prose médiatique ; et quelle intrigue : un livreur devient tueur à gages...! Waouuu ! (comme on dit de nos jours) Et puis voilà, quoi...! (comme on dit aussi de nos jours...)
Commenter  J’apprécie          220
aaahhh
  06 août 2012
Amélie Nothomb signe ici un roman court mais efficace, dans lequel on se plonge et dont on ne ressort qu'après en avoir découvert les dernières pages. Moins pervers et cruel que ses autres écrits, "Journal d'une hirondelle" n'en reflète pas moins une certaine violence et la force qui ont fait le succès de l'auteur. Une intrigue très bien menée, un anti-héros étrange et attachant, une atmosphère dérangeante.. bref, un bon moment de lecture assuré! J'ai été un peu déçue par la fin mais je garde un bon souvenir du tout!
Commenter  J’apprécie          200
Citations & extraits (93) Voir plus Ajouter une citation
She_NightShe_Night   03 octobre 2010
Il y a des musiques qui obsèdent au point d'empêcher de dormir et même de vivre. Le cerveau les reprogramme en boucle, à l'exclusion de n'importe qu'elle autre forme de pensée. Au début, cette dépossession de soi au profit d'une mélodie est une jouissance. On s'exalte de ne plus être qu'une partition et d'avoir échapper ainsi à des ruminations pénibles. La force physique et l'ardeur au travail s'en accroissent.
Peu à peu, les méninges commencent cependant à souffrir. Chaque note de la gamme a son siège dans la matière grise et, comme ce sont toujours les mêmes qui sont sollicitées, une ligne de crampe se dessine dans la tête. Le parcours de la musique devient le chemin de croix de l'influx mental. C'est d'autant plus bizarre que cela ne produit aucun décibel: il s'agit seulement de l'idée du son. Elle suffit à assourdir et à crisper jusqu'à la folie.
Difficile de se libérer de ce que l'on a pris pour une libération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
mandarine43mandarine43   26 mars 2011
[Incipit.]

ON se réveille dans l'obscurité sans plus rien savoir. Où est-on, que se passe-t-il ? L'espace d'un instant, on a tout oublié. On ignore si l'on est enfant ou adulte, homme ou femme, coupable ou innocent. Ces ténèbres sont-elles celles de la nuit ou d'un cachot ?
On sait seulement ceci, avec d'autant plus d'acuité que c'est le seul bagage : on est vivant. On ne l'a jamais tant été : on n'est que vivant. En quoi consiste la vie en cette fraction de seconde où l'on a le rare privilège de ne pas avoir d'identité ?
En ceci : on a peur.
Or, il n'est pas de liberté plus grande que cette courte amnésie de l'éveil. On est un bébé qui connaît le langage. On peut mettre un mot sur la découverte innommée de notre naissance : on est propulsé dans la terreur du vivant.
Durant ce laps de pure angoisse, on ne se rappelle même pas qu'au sortir du sommeil peuvent se produire de tels phénomènes. On se lève, on cherche la porte, on est perdu comme à l'hôtel.
Et puis les souvenirs réintègrent le corps en un éclair et lui rendent ce qui lui tient lieu d'âme. On est rassuré et déçu : on est donc cela, on n'est donc que cela.
Aussitôt se retrouve la géographie de sa prison. Ma chambre débouche sur le lavabo où je m'inonde d'eau glacée. Que tente-t-on de récurer sur son visage, avec cette énergie et ce froid ?
Ensuite se déclenche le circuit. Chacun a le sien, café-cigarette, thé-toast ou chien-laisse, on a réglé son parcours de manière à avoir le moins peur possible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
FRANGAFRANGA   05 septembre 2016
On se réveille dans l'obscurité sans plus rien savoir. Où est-on, que se passe-t-il ? L'espace d'un instant, on a tout oublié. On ignore si l'on est enfant ou adulte, homme ou femme, coupable ou innocent Ces ténèbres sont-elles celles de la nuit ou d'un cachot ?
On sait seulement ceci, avec d'autant plus d'acuité que c'est le seul bagage : on est vivant. On ne l'a jamais tant été : on n'est que vivant.
En quoi consiste la vie en cette fraction de seconde où l'on a le rare privilège de ne pas avoir d'identité ?
Et ceci : on a peur.
Or, il n'est pas de liberté plus grande que cette courte amnésie de l'éveil. On est un bébé qui connaît le langage. On peut mettre un mot sur la découverte innommée de notre naissance : on est propulsé dans la terreur du vivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
cicou45cicou45   03 septembre 2017
"Ce qui rend un texte sacré, c'est soit d'avoir été lu par le monde entier, comme la Bible, soit, au contraire, d'avoir été soigneusement dérobé à la lecture de quiconque. Il ne suffit pas à l'écrit de ne pas avoir été lu, ou trop de manuscrits mériteraient le nom de sacrés. Ce qui compte, c'est la profondeur du besoin qu'on a de cacher le texte."
Commenter  J’apprécie          120
FRANGAFRANGA   22 septembre 2016
- Tu n'as pas de coeur, l'entendis-je dire dans mon dos.
Je n'en avais plus, en effet. Cet espace de souffrance et de plénitude n'habitait plus ma poitrine, qui n'était plus jamais ni trouée, ni irriguée.
A la place, il y avait une pompe mécanique facile à ignorer.
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Amélie Nothomb (96) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amélie Nothomb
Vidéo de Amélie Nothomb
autres livres classés : littérature belgeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Que savez-vous d'Amélie Nothomb ? (niveau facile)

Amélie Nothomb est née...

En Chine
En France
A Bruxelles

8 questions
842 lecteurs ont répondu
Thème : Amélie NothombCréer un quiz sur ce livre
. .