AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226443885
162 pages
Éditeur : Albin Michel (21/08/2019)
  Existe en édition audio
3.07/5   1414 notes
Résumé :
Voilà bien un bouquin qui ne vous laissera pas sur votre faim... !

La photographie de couv' est, à mon (humble) avis, la plus réussie esthétiquement de toutes celles des ouvrages de cette auteure, parus à ce jour.
Avec photo***p, je me suis amusé à mettre du vert à la place du noir, et cela donne un avant-goût de son futur habit d'académicienne (on ne dit pas costume, comme pour les clowns, dans ce cas-là). Et c'est tout bonnement magique !
Le reste, et je veux parler du texte, est très chouette aussi. Et même si l'on n'a jamais entendu parler de ce Jésus (ce qui était mon cas) ; l'histoire est particulièrement prenante... plusieurs passages m'ont, je l'avoue, laissé la gorge bien sèche.
Et pourquoi pas maintenant un Pop-up (livre en relief), à lire avec des gants de jardinage (pour cause de couronne d'épines) ?
Bref, en résumé : une grande dame de la littérature francophone...

PS : ouvrage à déconseiller aux Potomanes...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (440) Voir plus Ajouter une critique
3,07

sur 1414 notes

ArnoT
  22 août 2019
Vite écrit, vite lu et très vite oublié !
Pourtant, la problématique était intéressante, le challenge digne d'être relevé : quelles furent les dernières pensées de Jésus ?
Le sujet est traité de manière assez désinvolte, pourquoi pas après tout; mais la réflexion de l'auteur reste superficielle et trop légère à mon goût.
Après la lecture du cru 2019 d'Amélie Nothomb, je reste de bois, de marbre, mais je reste surtout sur ma soif !
Commenter  J’apprécie          21937
Antyryia
  21 août 2019

"Il y a des gens qui pensent ne pas être des mystiques. lls se trompent. Il suffit d'avoir crevé de soif un moment pour accéder à ce statut. Et l'instant ineffable où l'assoiffé porte à ses lèvres un gobelet d'eau c'est Dieu."
Voilà une vision du tout-puissant extrêmement intéressante. le comparer à cet instant quasi magique où vous buvez une première gorgée alors que vous étiez tenaillé par la déshydratation.
J'en profite pour rappeler aux personnes, âgées ou non, de beaucoup boire durant les périodes de canicule. Sinon vous pourriez retrouver Dieu plus tôt que prévu.
Dans le même ordre d'idée, songez à ces moments où vous rentrez chez vous en vous tortillant, tellement vous avez un besoin pressant. Vous vous retenez parce que vous êtes bien obligé, vous ouvrez la porte et vous vous précipitez aux toilettes tout en débouclant votre ceinture pour gagner deux précieuses secondes. Eh bien ce moment de pure grâce, de béatitude absolue où vos intestins peuvent enfin se délester de leur surcharge, ce moment qui précède d'une nanoseconde le premier "plouf !" dans la cuvette, c'est aussi Dieu.
Ce nouveau roman d'Amélie Nothomb aurait aussi pu s'appeler Diarrhée, mais c'était moins vendeur.
Bon, dire que j'ai été déçu par Soif relèverait de l'euphémisme.
Comme pour tant d'autres lecteurs, le nouveau Amélie Nothomb c'est un peu la mise en bouche de la rentrée littéraire : un moment ludique assuré, une histoire courte et originale, une écriture unique et plaisante.
Pour l'histoire originale, il faudra repasser. Retracer le dernier jour du Christ et son chemin de croix n'a rien de bien inédit, et en plus Amélie Nothomb nous fait profiter de poncifs affligeants entre deux réflexions métaphysiques totalement incompréhensibles.
J'avoue que mon allergie à Dieu et à tout ce qui touche aux religions ne m'a pas aidé à aborder sereinement cette lecture et que j'avais un à priori négatif dès que j'ai réalisé qu'il allait être question de la passion du Christ.
J'aurais du éprouver de la compassion pour cet homme condamné à mort suite à un jugement bâclé, dont la souffrance a réellement du être inimaginable dès la montée du Golgotha.
Jésus après tout a réellement existé et si je ne me suis jamais intéressé à son histoire de très près ( et ça ne risque pas d'être le cas de sitôt ), il était un guérisseur, un orateur qui déplaçait les foules, les haranguait, prêchait la bonne parole et son influence grandissante avait fini par agacer les Romains.
Ces faits historiques auraient pu m'intéresser.
Mais ce Jésus là qui ne se considère pas comme le fils de Joseph mais comme celui de Dieu, né de la vierge Marie et fruit d'une immaculée conception, m'a agacé au possible.
Son omniscience, lui qui sait déjà ce qui sera écrit plus tard dans les Evangiles, qui parle du futur quotient intellectuel ou de la discrimination positive, qui connaît déjà les conséquences de son sacrifice et qui nous parle de Marcel Proust … Comment y croire un seul instant ?
"On va me remercier pour ça. On va m'admirer pour ça. On va croire en moi pour ça."
Au nom du Christianisme ont été établies plusieurs religions, et si aucune d'entre elles n'a provoqué l'effondrement de deux tours à New York en 2001, c'est en son nom que d'autres joyeusetés ont été commises : Des croisades meurtrières, le massacre de la Saint Barthelemy. Aux noms de Dieu et du Christ ont été établies des croyances aujourd'hui archaïques et révoltantes, une église catholique qui est la première à commettre des péchés de chair monstrueux et à les dissimuler.
Je m'égare mais mon aversion pour toutes les religions qui ont été détournées des valeurs qu'elles pouvaient défendre ou inculquer à des fins personnelles explique en grande partie mon désintérêt pour cette montée du Calvaire écrite de façon prétentieuse à une sauce nothombienne qui ne s'y accordait pas du tout selon moi.
Seule une réflexion sur l'importance des rites funéraires, quels qu'ils soient, a fait écho en moi.
Bien involontairement, Jésus n'a pas racheté nos péchés. Il les a multipliés. S'il était si omniscient qu'Amélie veut bien nous le dire, il aurait vu aussi quelles barbaries il allait engendrer au nom de Rien.
Mais de ces conséquences, jamais il ne sera question.
Tout ça pour dire que ma déception n'est pas forcément très objective, mais pour autant elle a été bien réelle.
Le roman commençait pourtant bien, avec beaucoup d'humour malgré le jugement de Pilate qui allait s'abattre tel un couperet. En effet, les témoins à charge sont tous ceux dont Jésus a fait bénéficié de ses miracles. Ainsi, les mariés des noces de Cana se plaignent d'avoir du servir à leurs invités le moins bon alcool d'abord alors que Jésus avait sauvé leur fête en transformant en vin leur eau. Lazare regrette de sentir le cadavre à plein nez après sa résurrection, l'aveugle aurait souhaité ne jamais pouvoir distinguer un monde aussi affreux, la mère à l'enfant enfin guéri reproche quant à elle d'avoir désormais un enfant turbulent à gérer.
Autant d'hypocrites lâches qui démontrent que déjà à l'époque les gens n'étaient jamais contents.
"La complaisance avec laquelle chacun a parlé contre moi m'a stupéfié."
"Accomplir des miracles, ce n'était plus offrir une grâce, c'était accomplir mon devoir."
Mais tout de suite après, dès la mise en geôle de Jésus, ça se gâte.
Raconter les dernières heures de Jésus d'un point de vue historique en respectant le déroulement des faits tels qu'ils nous ont été transmis, c'est bien, mais ça a déjà été fait en mieux et je préfère encore revoir La passion du Christ, le film tant décrié de Mel Gibson dans lequel aucune des souffrances et des lacérations du messie n'était épargnée au spectateur.
Dans le livre, son sort n'est de toute façon pas plus enviable, et il n'est exempté ni de couronne d'épines, ni de coups de fouet, ni de paumes clouées sur la croix qui le maintiendra suspendu le temps de sa lente agonie.
Ce que je vais dire est sans doute encore maladroit mais la montée du Golgotha au milieu de la foule m'a rappelé un coureur du tour de France épuisé par l'effort dans la montée de l'Alpe d'Huez acclamé par une foule en délire, dangereuse et inconsciente, comme si porter soi-même une croix pour s'y faire crucifier était un sport de haut niveau. Mais bon, les Romains avaient des goûts assez spéciaux en terme de loisirs, et les gladiateurs ne me contrediront pas. Dire que certains pays sont encore coincés aujourd'hui dans cette faille temporelle ...
Mais aussi blasphématoires que puissent être mes propos, je pense qu'ils n'égalent pas ceux d'Amélie Nothomb, qui a l'outrecuidance de parler et de penser à la place de notre sauveur Jésus Christ, dont elle se fait le narrateur.
Et cette narration a eu le don de me hérisser le poil.
Parce qu'il n'y a aucune logique, aucune continuité dans ces pensées et dans ces réflexions tantôt humaines, tantôt divines.
Je ne saisis pas ce qu'elle a voulu faire. Pourquoi par exemple glisser des mots en araméen ( du moins, je l'imagine ) dans son texte sans note à laquelle le lecteur puisse se référer.
Se mettre dans la peau de ce Jésus a provoqué une forte irritation par une distorsion entre ce qu'on sait de lui ( de façon historique ou biblique ), une partie totalement inventée mais qui reste cohérente avec ce que le Christ aurait pu penser, et une partie totalement fantasmée par l'imaginaire de Nothomb qui vient elle-même détruire toute crédibilité à "son" personnage ... qui ne lui appartient pourtant pas.
Alors oui, Jésus tendait l'autre joue quand il était frappé, et on ne peut donc pas s'étonner de lire de profondes pensées sur "tout le monde est beau, tout le monde est gentil".
"L'amour qui me consume affirme que chacun est irremplaçable."
Jésus se montre ici plus souvent humain que divin, il souffre, il éprouve de la colère, de l'orgueil, de la naïveté. Il se pose des questions existentielles sur l'incarnation de l'homme par opposition à l'immatérialité de son père.
Le tout pendant son martyre.
Faut bien s'occuper.
"Mon père a créé une drôle d'espèce : soit des salauds qui ont des opinions, soit des âmes généreuses qui ne pensent pas."
Le ton du roman se cherche sans jamais parvenir à se définir.
Je suis bien content d'en savoir plus sur les apôtres, en particulier sur les rots de Pierre et le mauvais caractère de Judas. de savoir qu'une nuit de sommeil auprès de Marie-Madeleine est un voyage dont on s'éveille sur de lointains rivages, que Jésus avait des amis et qu'il aimait étancher sa soif, et que le bon Dieu n'a pas pensé à tout quand il a conçu l'homme puis la femme ( "Il y a un vice de forme dans la création." ).
Mais quelle est la finalité de tout ça ?
De ces longues réflexions pseudo-philosophiques parfois absurdes, et souvent complexes à moins d'une déficience intellectuelle de ma part qui n'est pas à exclure ?
Après, contrairement à Amélie Nothomb, je n'ai ni la prétention ni la capacité de me mettre dans la tête du Nazaréen, et même en me laissant guider jamais la Belge n'aura su me convaincre.
Mais je ne peux qu'encourager chacun à se faire sa propre opinion. Comme je l'ai précisé, ce n'était pas du tout un livre fait pour moi et son thème m'a rebuté d'emblée, ce qui ne sera peut-être pas votre cas.
Et puis vous vous demandez sûrement si elle a réussi à placer le mot "pneu" ou à évoquer le champagne dans ce péplum avant-gardiste.
Je pense en tout cas qu'il s'agira probablement du roman d'Amélie Nothomb qui divisera le plus les lecteurs.
"Jésus portant sa croix dans le Golgotha, aurait souhaité avoir un diable pour l'aider." ( José Arthur )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12445
fabienne1809
  24 août 2019
Comme chaque année, je suis allée chez le libraire le jour de la sortie du roman d'Amélie Nothomb. Vu le peu que l'auteure nous livre en quatrième de couverture, on découvre la surprise qu'Amélie Nothomb nous a concoctée.
Je suis pas une férue de religion, mais je connais l'issue qu'a connu le Christ...quand même ! J'ai aimé le côté humain et j'ai trouvé la démarche originale de faire parler le Christ. Il y a pas mal de belles pensées, que j'ai d'ailleurs épinglées en citation, de l'humour, comme toujours... Mais au-delà de ces points positifs, je me suis embêtée... On connaît la fin... du coup, j'ai peiné à arriver au bout. Vivement l'an prochain !
#rentrée littéraire 2019
Commenter  J’apprécie          10922
Bobby_The_Rasta_Lama
  28 septembre 2019
“Sur ce, vous pouvez croire en Dieu de deux façons, ou comme la soif croit à l'orange, ou comme l'âne croit au fouet.”
(V. Hugo, "L'homme qui rit")
Haut-de-forme noir, regard de braise, lèvres pourpres comme le clafoutis à la cerise sur la couverture.
Et à l'intérieur, la Passion du Christ pour 17,90 euros.
L'ensemble donne le nouveau roman d'Amélie Nothomb, pressenti cet automne pour le Goncourt...
J'ai toujours aimé les livres d'Amélie, ses personnages à la moralité discutable, son cynisme et son sens esthétique un peu étrange, ses idées folles et son humour noir. Jusqu'à ma première déception, l'an dernier, avec "Les prénoms épicènes". Un happy-end pareil ? Mais qu'est-ce qui se passe ?
J'ai vu quelques billets sur "Soif", mais cela ne m'a pas empêchée de commencer la lecture sans les à priori, car les critiques négatives nothombiennes sont le pain quotidien sur Babelio. Mais cette fois, force m'est de constater qu'Amélie a mis un chapeau trop grand pour elle. Néanmoins, j'ai trouvé la patience et la force de boire le calice jusqu'à la lie...
Il n'est pas nécessaire d'être un croyant ou un mystique pour apprécier l'épisode biblique de la Passion. C'est une histoire humainement émouvante qui peut toucher même un athée convaincu. Qui de nous n'a jamais connu des moments de doute et de peur, comme Jésus dans le jardin de Gethsémani ? Les doutes sur notre propre existence et les craintes de ce qui est à venir, qui nous tiennent éveillés la nuit, tandis que les autres dorment du sommeil du juste ? Nos réflexions vont alors bon train, et parfois assez loin...
Mais je n'ai rien ressenti de tel dans le livre d'Amélie; je n'étais pas émue par ce Jésus bavard qui nous raconte ses derniers instants, et je n'ai pas compris si c'est censé d'être philosophique, drôle, méditatif, ou quoi, Diable... ce n'est pas que c'est désagréable à lire, mais ce Sauveur sur le point d'accomplir sa mission ne semble que radoter et tergiverser.
Ses pensées font comme un medley de tout ce qu'on a déjà pu lire (en mieux) chez Amélie. La race humaine, Dieu, amour, haine, sacrifice, humiliation, pardon... Bon, au moins, cette fois on a tout bien ensemble, sauf que je me demande à quoi exactement on est censé aboutir. Ces - comment dire ?- "flash-forwards" vers notre époque me paraissent en trop, c'est vide de toute véritable idée et parfois même contradictoire...
Admettons qu'on peut avoir des pensées contradictoires quand on souffre sur une croix, déchiré entre l'humanité et la divinité. Mais même en admettant beaucoup de choses pour être en accord avec la suite des pensées de ce Christ nothombien, la lecture de "Soif" a quand-même un goût d'éponge imbibée de vinaigre.

Donc, pas cette fois, Amélie ! Mais je lève une coupe de champagne pour que tu te reprennes vite. Je sais que jadis tu voulais être Dieu, mais voilà enfin la preuve que ce n'est pas possible. Alors, "reviens parmi les tiens" !
Deux étoiles quand-même : une pour ce chemin vers Golgotha et la rencontre avec Simon de Cyrène. Tu as raison, c'est étonnant (et presque douloureux) de tomber sur des gens qui sont là quand il faut, sans rien demander en retour. Et la deuxième pour ce concept de "soif". Je n'ai aucune envie de toucher à l'absolu en me privant d'eau, mais la soif métaphorique d'amour, de connaissance, d'état de grâce... tout ça fait en quelque sorte le moteur de l'humanité, les athées et les croyants confondus.
En vérité, je te le dis : dommage pour le reste. Ca ne m'a rien apporté, sauf un peu de distraction légère. Même ton mot fétiche que j'aime tant chercher était vissé à la va-vite, et pendouille un peu dans le néant...
Donc, à l'année prochaine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9418
Kittiwake
  25 septembre 2019
La grande question, c'est pourquoi ? Pourquoi avoir couché sur le papier, et surtout publié cette pseudo-tranche de vie de Jésus? On dispose déjà de quatre évangiles, issus des dire de quatre témoins oculaires dont on sait qu'ils n'ont jamais été et ne seront jamais dignes de confiance, comme tous les témoins oculaires. D'ailleurs les quatre textes portent en eux la preuve ce cette affirmation, tant ils sont riches de contradictions. Alors écrire à partir de ces écrits peu fiables une nouvelle version du chemin de croix…n'est-cepas un geste inutile?
Il s'agit de ce qu'imaginé Amélie Nothomb des ruminations et des pensées qui agitaient Jesus de sa condamnation à sa crucifixion. Là encore, c'est totalement invraisemblable : comment un homme, fut-il le fils de Dieu, peut-il en portant une croix plus grande que lui, après avoir été flagellé et sous le cagnard, s'offrir le luxe de porter un jugement sur Véronique ou Simon, ou plus tard étouffant sur la croix se livrer à une méditation sur l'amour de soi-même et du prochain .
Ces réflexions sur une histoire qui porte en elle déjà de très nombreuse incohérences, n'apportent rien, ni aux croyants, ni aux mécréants.
N'y avait- il pas dans les tiroirs d'Amélie, une autre fable, de la veine de celles qu'elle nous servit à ses débuts? Parce que moi, je l'aime bien Amélie, avec ses chapeaux et son éloquence devant les caméras de télévision. Son originalité en fait un personnage de théâtre.
Pour finir, j'ai profité de la chaleureuse voix de Grégori Baquet qui m'a superbement lu ce texte, et ce sera le seul point positif de l'histoire
Merci à Babelio et à Audible pour leur confiance

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1055


critiques presse (5)
Actualitte   13 septembre 2019
Sur le plan littéraire, elle réussit le tour de force de faire passer sa critique du christianisme par la voix de Jésus, narrateur de sa propre histoire, sans décrédibiliser son personnage ni sombrer dans le roman à thèse.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LaPresse   13 septembre 2019
Écrivant au « je », d’une plume sobre et précise, Amélie Nothomb fait entrer le lecteur dans la tête de ce narrateur confronté à la trahison de ses miraculés. [...] Rempli de questionnements intéressants, assurément.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeJournaldeQuebec   02 septembre 2019
Pour son 28e roman en carrière, Soif, Amélie Nothomb s’est intéressée aux derniers moments de la vie de Jésus, plongeant droit dans les émotions intenses et les réflexions qu’un homme éprouve à quelques heures de sa mort. Son roman, bref, authentique, criant de vérité, démontre la grande humanité du personnage et l’empathie de l’écrivaine.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaCroix   27 août 2019
Amélie Nothomb ose explorer, à la première personne, les états d’âme de Jésus au temps de sa passion. L’occasion d’une belle méditation sur ce que veut dire avoir un corps.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LaLibreBelgique   21 août 2019
Cette année, « Soif », le nouveau roman d’Amélie Nothomb ne sera pas qu’un best-seller assuré. La romancière fait raconter sa Passion par Jésus lui-même. Loin des dogmes traditionnels, elle argumente et dresse un portrait formidablement humain de Jésus.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (405) Voir plus Ajouter une citation
mimo26mimo26   20 août 2019
J’ai toujours su que l’on me condamnerait à mort. L’avantage de cette certitude, c’est que je peux accorder mon attention à ce qui le mérite : les détails.

Je pensais que mon procès serait une parodie de justice. Il l’a été en effet, mais pas comme je l’avais cru. À la place de la formalité vite expédiée que j’avais imaginée, j’ai eu droit au grand jeu. Le procureur n’a rien laissé au hasard.

Les témoins à charge ont défilé les uns après les autres. Je n’en ai pas cru mes yeux quand j’ai vu arriver les mariés de Cana, mes premiers miraculés.

– Cet homme a le pouvoir de changer l’eau en vin, a déclaré l’époux avec sérieux. Néanmoins, il a attendu la fin des noces pour exercer son don. Il a pris plaisir à notre angoisse et à notre humiliation, alors qu’il aurait pu si facilement nous éviter l’une et l’autre. À cause de lui, on a servi le meilleur vin après le moyen. Nous avons été la risée du village.

J’ai regardé calmement mon accusateur dans les yeux. Il a soutenu mon regard, sûr de son bon droit.

L’officier royal est venu décrire la mauvaise volonté avec laquelle j’avais guéri son fils.

– Comment se porte votre enfant à présent ? n’a pu s’empêcher de demander mon avocat, le commis d’office le moins efficace que l’on puisse concevoir.

– Très bien. Le grand mérite ! Avec sa magie, il lui suffit d’un mot.

Les trente-sept miraculés ont déballé leur linge sale. Celui qui m’a le plus amusé, c’est l’ex-possédé de Capharnaüm :

– Ma vie est devenue d’une platitude depuis l’exorcisme !

L’ancien aveugle s’est plaint de la laideur du monde, l’ancien lépreux a déclaré que plus personne ne lui octroyait l’aumône, le syndicat des pêcheurs de Tibériade m’a accusé d’avoir favorisé une équipe à l’exclusion des autres, Lazare a raconté combien il était odieux de vivre avec une odeur de cadavre qui vous collait à la peau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
OcalinselireOcalinselire   02 décembre 2019
Cette crucifixion est une bévue. Le projet de mon père consistait à montrer jusqu’où on pouvait aller par amour. Si seulement cette idée n’était que sotte, elle pourrait demeurer inutile. Hélas, elle est nuisible jusqu’à l’épouvante. Des théories d’hommes vont choisir le martyre à cause de mon exemple imbécile. Et si ce n’était que cela ! Même ceux qui auront la sagesse d’opter pour une vie simple en seront contaminés. Car ce que mon père m’inflige témoigne d’un si profond mépris du corps qu’il en restera toujours quelque chose.
Père, tu as juste été dépassé par ton invention. Tu pourrais être fier de ce constat, qui prouve ton génie créateur. Au lieu de cela, sous couleur de donner une leçon d’amour édifiante, tu mets en scène la punition la plus hideuse et la plus lourde de conséquences qui se puisse imaginer.
Cela commençait bien, pourtant. Engendrer un fils solidement incarné, c’était une bonne histoire, tu aurais pu y apprendre beaucoup, si seulement tu avais eu à cœur de comprendre ce qui t’échappait. Tu es Dieu: quel sens cela peut-il avoir pour toi, cet orgueil? S’agit-il même de cela ? L’orgueil n’est pas mauvais. Non, j’y vois un trait ridicule : c’est de la susceptibilité.
Oui tu es susceptible. Autre signe : tu ne supporteras pas les révélations différentes. Tu t’offusqueras que les hommes des antipodes ou d’à côté vivent la verticalité de diverses façons. Avec parfois des sacrifices humains que tu auras le culot de trouver barbares!
Père, pourquoi agis-tu avec petitesse? Je blasphème ? C’est vrai. Châtie-moi donc. Peux-tu me châtier davantage ?
Dont acte: voici que je souffre encore mille fois plus fort. Pourquoi fais-tu cela? Je te critique. Ai-je dit que je ne t’aimais pas? Je t’en veux, je suis fâché contre toi. L’amour autorise de tels sentiments. Que sais-tu de l’amour?
C’est bien cela le problème. Tu ne connais pas l’amour. L’amour est une histoire, il faut un corps pour la raconter. Ce que je viens de dire n’a aucun sens pour toi. Si seulement tu avais conscience de ton ignorance!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
RoggyRoggy   11 octobre 2019
Encore heureux qu’en amour, cela ne se passe pas de cette manière. C’est à cela que l’on sait si l’on est amoureux : à ce que l’on ne choisit pas. Les êtres qui ont un ego trop gros ne tombent pas amoureux parce qu’ils ne supportent pas de ne pas choisir. Ils s’éprennent d’une personne qu’ils ont sélectionnée : ce n’est pas de l’amour
Commenter  J’apprécie          410
fabienne1809fabienne1809   23 août 2019
S'il avait déboulé dans la rue par hasard et s'il m'avait vu tituber sous la croix, il aurait eu, je pense, la même réaction : sans réfléchir une seconde, il aurait couru me secourir. Il y a des gens comme ça. Ils ignorent leur propre rareté.
Commenter  J’apprécie          330
Jean-DanielJean-Daniel   22 mars 2020
La mère d'un enfant que j'avais guéri est allée jusqu'à m'accuser de lui avoir gâché la vie.
– Quand le petit était malade, il se tenait tranquille. À présent, ça gigote, ça crie, ça pleure, je n'ai plus une minute de paix, je ne dors plus la nuit.
– N'est-ce pas vous qui aviez demandé à mon client de guérir votre fils ? a interrogé le commis d'office.
– De le guérir, oui, pas de le rendre aussi infernal qu'il l'était avant sa maladie.
– Peut-être auriez-vous dû préciser ce point ?
– ll est omniscient, oui ou non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Amélie Nothomb (143) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amélie Nothomb
Retrouvez l'émission intégrale ici https://www.web-tv-culture.com/emission/amelie-nothomb-premier-sang-52922.html
Elle est un nom incontournable dans les librairies françaises. Chaque année en septembre, on attend le nouveau titre d'Amélie Nothomb. Depuis 1992, avec « Hygiène de l'assassin », elle a fidélisé un public toujours plus large. En 1999, « Stupeurs et tremblements » lui permet d'obtenir le Grand prix de l'Académie française. En 2019, avec « Soif », elle est en lice pour le prix Goncourt.
Voici donc le 30ème titre d'Amélie Nothomb, « Premier sang » paru chez Albin Michel.
La première scène est violente, brutale, inattendue : un homme face à un peloton d'exécution. Il a 28 ans.
A la première personne, le jeune homme va raconter sa vie, son enfance à Bruxelles dans les années 1940, les vacances avec les cousins dans la propriété familiale des Ardennes belges où on subit une éducation stricte mais où les assiettes sont souvent vides.
Dès la 30ème page du roman, le lecteur comprend qu'il s'agit là du propre père d'Amélie Nothomb. C'est bel et bien lui qui est là, face à ce peloton d'exécution mais il faudra attendre la fin du roman pour connaitre la raison de cette scène.
La romancière a perdu son père au printemps 2020, en pleine crise sanitaire. Ecrire sur lui s'est révélé une nécessité absolue, comme une façon de faire son deuil. Entre cruauté et tendresse, elle nous raconte comment celui-ci s'est forgé, quel a été son enfance, avec un père mort trop jeune, une mère absente incapable de retrouver la joie de vivre, des grands-parents maternels qui tentent d'apporter de l'affection à ce jeune garçon et les grands-parents paternels qui ne sont que fantaisie et excentricité. Il s'agit peut-être là du roman le plus personnel d'Amélie Nothomb avec une écriture à fleur de peau, pleine de sensibilité. En évoquant sa famille, c'est une histoire universelle qu'elle raconte, un roman sur la famille, la transmission et le rapport la mort.
« Il ne faut pas sous estimer la rage de survivre » écrit-elle. Cette rage de survivre qui sauvera ce jeune homme face au peloton d'exécution.
« Premier sang », le nouveau roman d'Amélie Nothomb est publié chez Albin Michel.
+ Lire la suite
autres livres classés : jésus christVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Que savez-vous d'Amélie Nothomb ? (niveau facile)

Amélie Nothomb est née...

En Chine
En France
A Bruxelles

8 questions
1021 lecteurs ont répondu
Thème : Amélie NothombCréer un quiz sur ce livre