AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2366510926
Éditeur : Paul&Mike (12/01/2017)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 9 notes)
Résumé :
"Je détestais cette neige partout. L'hiver, le froid, le bas des pantalons mouillé, les vestes froissées sous les manteaux". François, Hervé, Gabriela. Ils sont trois dans la salle d'attente d'un psychologue grenoblois. Trois personnes qui ne se connaissent pas. Bloqués, ils attendent... Dehors un terrible accident de tramway a plongé le quartier dans l'obscurité. Aucun d'entre eux ne sait quand cela prendra fin, tandis qu'un invité surprise joue avec leurs nerfs.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
nannou71
  10 avril 2017
Livre abandonné à mi chemin...
3 personnes enfermées dans une salle d'attente d'un psy, suite à un problème électrique.
Huis clos moderne.
Gabriela. Jeune femme d'origine étrangère. Elle semble fragile.
François. Homme actif, semble sûr de lui. Que cache-t-il ?
Hervé. Acteur. Egoïste/Egocentrique. Veut à tout prix être apprécié. Irritant !
Au plus je lisais ce livre, au plus j'avais l'impression d'une succession de références. Références cinéma, séries TV, émissions, musique... Un amassi de clichés qui ne m'a pas retenu et surtout pas passionné.
J'abandonne.
Commenter  J’apprécie          230
Adel89
  07 février 2017
François a rendez-vous avec le docteur Vignier, psychologue. D'habitude c'est sa fille qui consulte le docteur Vignier, mais aujourd'hui, François vient seul pour "faire un point sur la situation de sa fille".
Gabriela souhaite prendre rendez-vous avec le psychologue, elle vient sur les conseils de sa collègue de travail, Brigitte. La secrétaire étant absente, elle se rend dans la salle d'attente afin de prendre rendez-vous directement avec le médecin.
Et enfin, Hervé, comédien, vient passer une audition un étage au dessus quand il est pris d'une terrible envie d'uriner. Il rentre dans le cabinet du docteur Vignier simplement pour emprunter les toilettes.
Jusque là rien d'anormal, 3 personnages qui semblent sans histoire, avec des préoccupations habituelles pour tout un chacun, une situation banale de la vie courante.
Quand un accident de tramway survient dehors, faisant tomber un pilonne électrique, privant ainsi le bâtiment ou se trouvent nos 3 personnages d'électricité. C'est alors qu'ils vont devoir cohabiter dans cette salle d'attente, coupés de l'extérieur à cause d'une porte électrique.
Se retrouvant ainsi forcés de communiquer avec ces étrangers que sont les autres personnes présentes, ils vont se dévoiler petit à petit et les révélations et les confessions vont fuser.
Tout cela est sans compter sur le mystère de l'absence des médecins dans le cabinet, car ils finissent par s'en rendre compte, le bureau du docteur Vignier est vide! Et celui de sa femme est fermé à clé, du mouvement y est perceptible mais personne ne répond à leurs appels...
Points positifs de ce roman:
- J'ai beaucoup apprécié l'écriture de ce livre qui est une alternance des points de vues des différents protagonistes. C'est fluide, c'est simple, ça se lie très vite.
- On se plonge très facilement dans l'obscurité de cette salle d'attente, on peut percevoir l'angoisse montante des personnages.
Point négatif:
- La révélation de l'identité de l'invité mystère enfermé dans le bureau de la psychologue n'est à mon sens pas assez développée ou exploitée. Coupant ainsi l'herbe sous le pied au dénouement de cette histoire... En effet j'ai été tenue en halène pendant toute ma lecture et la révélation de l'identité du patient mystère est tellement abrupte et succinct que mon enthousiasme et le suspens du récit sont retombés comme un soufflé...
Mon avis:
C'est une histoire bien menée, qui fait prendre conscience (ou qui confirme) qu'il ne faut pas se fier aux apparences. Chacun a un vécu, passé ou présent et cherche le meilleur moyen de s'en sortir.
Un tout petit rien peut tout faire ressurgir...
Merci à Babelio de m'avoir permis de découvrir cet excellent roman dans le cadre de la dernière opération Masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
akcd
  20 mars 2017
Amis désireux d'un peu d'introspection, méfiez-vous des cabinets de psychologues dont les fenêtres donnent sur une voie de tramway. Il pourrait vous arriver des bricoles. Croyez-en l'expérience de François, Hervé et Gabriela ! le hasard et un accident de tramway les enferme ensemble dans la salle d'attente de Monsieur et Madame Vignier, psychologues, pendant de longues heures. Ils n'ont rien en commun. Dans la vraie vie ils s'ignoreraient. Dans l'obligation de la cohabitation, leurs langues se délient.
Tom Noti a choisi, pour écrire ce magnifique huit-clos, une structure en roman-chorale. Compte-tenu du sujet et du faible nombre de personnages, j'ai craint au début le rythme régulier que peut impulser ce type de construction. C'était sans compter sur le talent de l‘auteur. Dès les premiers chapitres, il adapte le style d'écriture à chacun des héros. Qu'ils parlent d'eux-mêmes ou de leurs compagnons d'infortune, leur finesse, leur arrogance ou leur épuisement est unique. En dehors de ce cabinet médical, Gabriela, Hervé et François ne vivent pas dans le même monde, n'emploient pas le même vocabulaire pour désigner les mêmes choses. Dans cet espace confiné qu'ils ne partageront que quelques heures, seule la bienséance et un semblant de courtoisie oblige les plus volubiles à brider leurs épanchements, les plus introvertis à s'exprimer. le roman s'en trouve allégé, drôle même. L'auteur se tient à cette construction du début à la fin du récit, malgré l'évolution évidente des personnages et les affinités qui finissent par se développer entre eux.
Chacun d'entre eux (comme nous tous, d'ailleurs, c'est ce que le personnage d'Hervé insinue) est porteur d'une histoire complexe qui influe sur son équilibre et sa relation à l'autre. La déposition de cette histoire entre les mains d'un tiers permet d'avancer. Les psychologues ne seraient-ils qu'un prétexte à l'introspection ? Je ne sais si ces professionnels partageraient le point de vue de Tom Noti, mais dans Les naufragés de la salle d'attente, l'intimité de circonstance, la tension voire l'agressivité sont autant de vecteurs qui conduisent chaque personnage à vider son sac… en public ou en soi-même.
Je me suis terriblement attachée aux personnages de cette histoire drôle et amère. Ils sont plus vrais que nature, avec leurs phobies, leurs souffrances cachées, leur arrogance et leur lâcheté. le confinement les fragilise, fissure leur carapace et en tant que lecteur, j'ai assisté à la naissance de trois fragiles papillons avec un indicible émoi. Car c'est bien de ça qu'il s'agit. D'une seconde naissance. Aucun des héros ne va quitter indemne cette salle d'attente. Qu'ils aient atterri là volontairement ou pas, ces quelques heures les changent et le lecteur, voyeur, assiste à ces métamorphoses.
Il y a certains romans qu'on regrette de fermer, tant leur dernière page nous fait quitter leur atmosphère avec regret. C'est ce qui m'est arrivé, lorsque j'ai dû laisser filer Gabriela, Hervé et François loin de moi. Ils vivent quelque part du côté de Grenoble mais je ne les connaîtrai jamais. A moins que Tom Noti ne pense à écrire une suite à leurs aventures, du côté d'un pneumologue, par exemple !
Lien : https://akarinthi.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
melo29
  23 février 2017
Quand trois écorchés de la vie se rencontrent, s'affrontent, s'apprivoisent...
"Il y a des gens qui traversent notre vie et notre vie dévie d'un souffle"
François a rendez-vous chez le psychologue. Il n'a pas envie d'y aller. D'habitude, il y va avec sa fille de huit ans. Cette fois, il y va seul. Il a trop de choses sur le coeur, dans la tête, dans tout son corps. Il faut qu'elles sortent, sinon il explosera. Alors il patiente dans la salle d'attente.
Gabriela n'a pas rendez-vous mais en aimerait un. Ou plutôt, elle aimerait se faire une idée de comment elle se sent dans ce cabinet, avant de voir le psychologue. Elle en a déjà vu plusieurs avant, mais elle ne s'y sentait pas bien. Elle vient parler avec la secrétaire mais étrangement, elle n'est pas là. Gabriela se dirige vers la salle d'attente, s'y assoit, gênée de déranger cet homme déjà présent.
Hervé n'a pas rendez-vous non plus. Ou plutôt si : mais pas chez le psychologue. Il est attendu pour un casting, un étage plus haut. Mais il doit sérieusement aller aux toilettes... coup de bol, la secrétaire du psy n'est pas là, il se faufile dans le cabinet discrètement.
Trois personnes qui ne se connaissent pas et qui se retrouvent au même endroit, au même moment. Au même moment où un accident de tramway coupe l'électricité dans tout le quartier. Nos trois protagonistes se retrouvent dans le noir, coincés dans le cabinet dont l'accès est fermé par une porte électrique, qui refuse du coup de s'ouvrir.
Se retrouver dans un espace réduit et clos avec des inconnus, ça passe ou ça casse... Surtout quand chacun a ses soucis, ses préoccupations, ses inquiétudes, son histoire. Forcés à cohabiter par un coup du destin qui ne les aurait jamais réunis autrement, ils mettent d'abord des barrières de sécurité entre eux... puis s'ouvrent peu à peu l'un à l'autre, les murailles s'écroulant. Chacun découvre ce qui emprisonne l'autre, ce qui l'empêche d'ouvrir ses ailes, ce qui le retient éveillé la nuit, ce qui le force à mettre un masque. Un lien étroit et fragile se tisse.
Et puis, ils découvrent qu'ils ne sont pas que trois. Que quelqu'un est là aussi, enfermé dans le bureau d'un des psychologues, mais qui refuse de sortir.
Finalement, quand ils retourneront chez eux, ils seront les mêmes. Ils seront eux, avec les mêmes préoccupations, soucis, inquiétudes, histoires qu'avant. Mais ils emporteront dans leurs coeurs des petites graines qui tranquillement germeront. Graines de courage pour affronter la réalité. Graines de liberté pour oser relever la tête.
Un bon roman en huit clos qui se lit vite. Les chapitres sont très courts et alternent les narrateurs. On vit les événements au travers des yeux de chaque personnage, et c'est captivant. J'ai été touchée par leurs histoires, leurs peurs, leurs forces, leurs envies d'aller bien et d'être heureux. Je pensais me retrouver dans un roman avec du suspens ou du mystère, à cause de l'inconnu caché, mais ce n'est pas le cas, et c'était une belle surprise de tomber sur un roman comme ça. Un roman un peu plus profond, qui montre les gens tels qu'ils sont, tels que nous sommes, derrière nos masques. Qui montre qu'on a tous nos blessures, et de quoi soigner celles des autres. Que les apparences sont trompeuses et que l'amitié peut naître n'importe où.
En bref, une jolie découverte grâce à l'opération Masse Critique du site Babelio et aux éditions Paul&Mike !
Lien : http://melolit.blogspot.ch/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
manugaultier
  04 avril 2017
Tom Noti Les naufragés de la salle d'attente
Editions Paul et Mike
Nous sommes à Grenoble, la neige est au rendez-vous.
François la quarantaine, va chez le psychologue. Habituellement, c'est sa fille Charlie qui le consulte mais cette fois, c'est pour lui. Il s'installe dans la salle d'attente que l'homme vienne le chercher.
Gabriela va chez le Dr Vignier, pour prendre un rendez vous. C'est son amie Brigitte qui lui en parlé. Arrivée sur place personne, personne. La femme regarde partout, et hormis un homme dans la salle d'attente personne. Elle s'assoit et attend que le Docteur finisse la consultation, et ira entre deux pour obtenir un rendez-vous.
Hervé doit aller voir un nouvel agent, au quatrième étage de cet immeuble récent. Avec les médicaments qu'il prend pour les migraines, il a toujours envie de se soulager la vessie. Pas grave, il ira ni vu ni connu dans les cabinets du Psy qui se trouve en dessous. Il sonne entre dans l'appartement et se précipite dans les toilettes.
Un gros bruit retentit dehors. L'électricité, est coupée. Un tramway a déraillé, une voiture bloquée sur la voie, un pylône électrique a été touché.
François, Gabriela dans la salle d'attente, et Hervé (dans les toilettes) sont plongés dans le noir. Ils sont enfermés dans l'appartement ou la porte s'ouvre grâce au courant !
Huit clos dans une salle d'attente. Comment vont réagir ces 3 personnes ? Mais ne sont-ils réellement que 3 ? le psychologue est il aussi coincé avec eux ?
Mon avis :
Tom Noti nous fait pénétrer dans un huit clos, ou, dans le noir, les personnages vont se dévoiler et se montrer sur leurs vrais jours.
Les émotions, les angoisses, les mots, tout est multiplié puissance 100.
Une lecture fluide, et simple. Chaque chapitre est raconté par le regard d'un des trois protagonistes de l'histoire ! Les mots, les ressentis de chacun sont choisis et noté avec leur propre justesse, et leurs propres paramètres qui leur appartient.
Les pages défilent à une vitesse folle, et je voudrais que ce livre ne se termine plus. Hélas, les pages de droites se font de plus en plus rares pour ne plus en avoir du tout.
Une histoire parfaitement écrite et, dans une limpidité que j'aime beaucoup.
Je ne connaissais pas les romans de Tom, et, j'ai découvert son univers, grâce à ce livre. Un auteur à découvrir, à lire et relire. Un succès à venir dans les librairies, pour cette histoire que je souhaite sincèrement.
Bravo Tom et merci. Coup de COEUR 5étoiles pour Les naufragés de la salle d'attentes !

Lien : http://www.manu-chronicles.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
nannou71nannou71   30 mars 2017
Vous êtes "les gens". Tout le monde est "les gens". "Les gens", c'est nous tous. Et les réactions que je peux induire sont celles des "gens". Ca s'appelle la pensée commune. Nous sommes tous pareils, formatés à réagir "en fonction de...". Nous sommes tous les ingrédients d'un schéma de pensée vertueux, d'une recette de sorcière. Nous sommes tous à l'intérieur d'un chaudron, brassés, mélangés. Mais aussi tous saupoudrés de condiments : la peur, l'inquiétude, le chômage, l'insécurité, l'égoïsme, la consommation nécessaire, l'élitisme forcené, l'apparence...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
nannou71nannou71   27 mars 2017
L'eau ruisselante a dévasté ma chemise, le robinet a aspergé mon pantalon. Je me retrouvais dans le noir, comme un con, à tenter d'essorer mes vêtements humides avec mes mains mouillées. Et cette saloperie de robinet qui continuait de crachoter.
Michel Blanc et ses algues dans Les Bronzés.
Commenter  J’apprécie          180
nannou71nannou71   29 mars 2017
Les blessures des autres donnent le goût du sang et nous rendent oublieux des nôtres.
Commenter  J’apprécie          240
Adel89Adel89   01 février 2017
J'ai aussi fait le con afin de la détendre un peu. Ca a marché. Ca marche souvent de faire le con. A part avec ma femme qui s'est barrée parce que, justement, je le faisais trop. Pas assez sérieux, mature, mais il s'agit d'une autre histoire.
Commenter  J’apprécie          70
Adel89Adel89   06 février 2017
J'avais lu un livre dans lequel il était écrit: "Lorsque le lien est rompu entre deux personnes, on a beau le réparer, renouer, chacune des deux personnes sentira toujours le noeud de la réparation en s'approchant de l'autre."
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : parcours de vieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Tom Noti (1)Voir plus




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
251 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre