AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258059879
Éditeur : Les Presses De La Cite (07/05/2003)

Note moyenne : 2.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :

A Salvetat, en 1940, Irène Jonzac attend impatiemment le retour de son filleul de guerre, Fernand Ségal. Elle lui envoie des lettres de plus en plus tendres et des colis pleins d'attentions.

Fait prisonnier au cours des derniers combats, le jeune homme parvient à s'évader de son camp. De retour en Périgord, craignant les représailles promises par l'occupant, Fernand se terre sous son propre toit au Bournat !

Irène n'en aur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Fuelyod
  08 octobre 2011
Classique roman de terroir sur fond de guerre 1940-1945, si classique que c'en est presque une caricature.
Tout y est : la magnifique campagne du Périgord, la belle fille, l'amoureux courageux à l'âme bien née, deux personnages à l'âme moins bien née, archétypes du pétainiste et du communiste, un soupirant éconduit même pas fâché de l'être...
Heureusement, l'auteur ne se prend pas trop au sérieux. Car il n'y a pas d'histoire en dehors de cela : le bel amoureux fait prisonnier s'est évadé et se cache dans la ferme de ses parents pendant toute la durée de la guerre. Voilà, c'est tout.
Je m'attendais à une intrigue plus compliquée, à plus de suspense.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   25 mars 2017
Au Pujol, Antoine Jonzac rabâchait le prêchi-prêcha bénisseur de ses modèles.
- C'est l'esprit de jouissance qui a été la cause de notre déchéance. La pureté des mœurs est garante de notre renouveau.
- Tu causes, tu causes, rétorqua Irène.
- J'en ai rien à faire, moi, de vos danses de nègre !
- C'est parce que tu danses comme un ours et que tu ne peux pas faire un pas sans écraser les pieds de quelqu'un. Té, tu es juste bon à tourner la manivelle du phono !
- C'est des "piqueupe", maintenant.
- Justement, Jeannot Privat en a un. Il m'a invitée à venir l'écouter chez lui.
- Je ne pense pas que ton Fernand serait content d'apprendre que tu te vautres dans l'orgie pendant qu'il se morfond dans les barbelés...
- Voilà que tu te soucies de lui, à présent !
- Comme de tous nos chers prisonniers.
Antoine darda sur sa sœur un regard réprobateur. Elle portait une jupe qui lui tombait une bonne main au-dessus du genou et se perchait sur des espèces de cothurnes à semelle de liège compensée.
- Tu t'habilles comme une pute.
- C'est la mode !
- Pas de montrer tes cuisses à tout le monde !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : Périgord (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14875 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre