AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070775682
Éditeur : Gallimard (06/10/2005)

Note moyenne : 2.86/5 (sur 11 notes)
Résumé :

Je voudrais exprimer, et si possible illustrer cette affirmation : les maisons sont les lieux du monde (de notre petit monde) où prospèrent le plus somptueusement les nourritures et les poisons de l'amour. Sa pompe et ses indignités. Les maisons sont des couveuses à regrets, remords, amertumes, autant que des refuges pour les passions de l'amour. (J'appelle passions de l'amour les flambées aussi bien que les braises, les flammes claires, la cendre.) Les ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
JMLire17
  27 octobre 2018
François Nourissier disparut en 2011 avait publié en 2007 un récit très émouvant sur l'alcoolisme de son épouse, " L'eau de feu " et en 2005 ce recueil de souvenirs également touchant sur les maisons de sa vie. Il vouait une passion pour les maisons au point dit-il d'en avoir visitée prés de cinq cent. Il dresse un bel inventaire des pensées qu'elles lui ont inspirées. C'est sa propre mélancolie d'homme malade qui se sait au crépuscule de son existence qui est le fil rouge de ces textes. Au delà des maisons, c'est sa vie qu'il égraine page après page. Il parle de ses amours, de son travail, de ses amis, des livres qui envahissent son univers. C'était un chasseur de maisons de caractères, des fermettes, des presbytères, des manoirs, qu'il achetait souvent sur un coup de tête, par exemple à une chanteuse et revendait aussi vite à un ami écrivain. Dans ces maisons il a écrit, entassé des secrets, vécu des amours, fait des rencontres, reçu des amis. Il n'oublie pas les maisons prêtées, les maisons à problèmes, qu'il faut protéger de la dégradation, celles dont " les murs ont été achetés avec l'argent gagné en noircissant du papier ". Il aborde sa désinvolture au rangement, ses entassements de courriers, le mobilier, les lits, les fauteuils qui encombrent, qu'il faut éliminer pour lui épargner les chutes, lorsque la maladie le rend instable. Il accorde un chapitre à la " benne " dans laquelle il jette des pans entiers de sa vie avant un déménagement. Mais la fin de vie est là qui rode dans son esprit, sans en avoir peur " On sera mort depuis longtemps quand on se décidera à craindre la mort ", au point qu'il consacre quelques pages à la " dernière demeure " jusqu'à évoquer le " bruit des cailloux sur le chêne du cercueil ". Heureusement, l'humour vient mettre un rayon de soleil dans cette nostalgie, notamment lorsqu'il taille un costume aimable, mais bien senti aux agent immobiliers, et aux notaires " qui vous font payer vos rêves "et réussissent souvent à nous " bluffer, nous rouler. " L'humour également lorsqu'il traite des résidences secondaires, qui au delà de servir au bonheur, servent aux " images du bonheur ". La poésie est omniprésente, agrémentée de bons jeux mots, de tournures de phrases subtiles, plaisantes, de nombreuses références littéraires. Dans le titre, Mélancolie est écrit avec une majuscule, mais c'est une Mélancolie assez jubilatoire dans laquelle j'ai eu plaisir à me plonger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_Cm
  19 octobre 2013
Ce livre est un livre d'écrivain. C'est un style. C'est des morceaux de vie racontés par l'auteur comme un écrivain qu'il est.
Mais, je trouve ça décousu, pas pénétrable facilement : comme beaucoup des maisons dont on n'ose pas visiter les entrailles ou même les extérieurs par peur d'être chassé ou observé d'un mauvais oeil par un propriétaire chagrin ?
Le titre m'a attiré et m'a donc aussi déçu.
Je me demande à qui s'adresse et pour qui est publié ce genre de travail ? Un amoureux de François Nourissier, un proche de François Nourissier ? Un amoureux des (pseudo-presque-)autobiographies ? Un historien de la littérature ? Un écrivaillon qui-voudrait-faire-comme-un-écrivain-reconnu et qui cherche des portes d'entrée... Vaine entreprise... ?
Je ne suis rien de tout ça et me suis donc assez ennuyé à lire ces fragments, je n'y retire rien, probablement que je vais oublier et n'en garder qu'une saveur triste, qu'une idée vague comme une vieille maison qui sent le rance, qui certes a des profondeurs insoupçonnées sans doute, mais qui met de sacrées barrières pour les découvrir...
Je dois finir en disant que ma critique n'est que peu crédible : la maison ne fait plus crédit, le client l'a tué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Bruno_CmBruno_Cm   19 octobre 2013
Il fallait beaucoup pardonner à l'oncle Louis parce qu'il avait, comme tant d'autres gueules cassées, un petit éclat d'obus qui se baladait, comme ça, suivant quels mystérieux chemins ? Mon père m'avait expliqué le phénomène. se rapprochait-il parfois des orifices naturels d'un corps, même blessé ? Essayait-il de jouer la fille de l'air ? Ou bien se faufilait-il, apprenti passe-muraille, par quelque brèche ancienne, par une cicatrice mal refermée, un abcès dentaire, ou bien, perdu au milieu de ces tourbillons, au coeur d'un de ces moments d'oubli, de mémoire, comme ces instants, inoubliés, où, assis à côté de M. pion, je l'observais : accroché aux poignées de porte et dossiers de fauteuil, je l'entendais soudain chanter à tue-tête "La République nous appelle" ou "Fiers Gaulois à têtes rondes".
"Que se passe-t-il ?" criait papa en ouvrant la porte de son bureau - signe d'intense colère.
"C'est l'éclat d'obus, papa...
- Alors ?
- M. pion a se bonne oreille du côté où se balade sa balle perdue...
- Alors ?
- Alors tout va mal..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JMLire17JMLire17   27 octobre 2018
Si ça vous asticote, payez-vous des chimères, visitez-les en songe, inventez-les, mais soyez lucides. Amateur des chaumes, de colombages, d'escaliers à balustres ou à vis , vous ne les trouverez pas. Je connais mon sujet et me vante de n'être plus dupe de rien.... Tout agent immobilier est un flic en planque, un paparazzo, un virtuose du téléobjectif.
Commenter  J’apprécie          10
JMLire17JMLire17   27 octobre 2018
Les maisons sont des couveuses à regrets, remords, amertumes, autant que des refuges pour les passions de l'amour... les maisons sont les formidables cachettes où entreposer la haine. Le Fort Knox des secrets du coeur.
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   19 octobre 2013
Cette page déchirée, puis recollée avec un scotch jauni, c'est le dernier des papiers disparates entassés dans le vieux carton chinois. Reconstituer ? Quoi ? Une curiosité abstraite avait poussé le curieux, le fouilleur. Chien de chasse sans gibier, il a multiplié les manifestations belliqueuses. Il a l'air finaud, maintenant ! Les maisons sont pleines de ces secrets impénétrables, depuis longtemps violés, contés, moqués, depuis longtemps oubliés. Et les mots, déjà, s'effacent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_CmBruno_Cm   19 octobre 2013
Cette page déchirée, puis recollée avec un scotch jauni, c'est le dernier des papiers disparates entassés dans le vieux carton chinois. Reconstituer ? Quoi ? Une curiosité abstraite avait poussé le curieux, le fouilleur. Chien de chasse sans gibier, il a multiplié les manifestations belliqueuses. Il a l'air finaud, maintenant ! Les maisons sont pleines de ces secrets impénétrables, depuis longtemps violés, contés, moqués, depuis longtemps oubliés. Et les mots, déjà, s'effacent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de François Nourissier (48) Voir plusAjouter une vidéo

Albert Cohen ; 5 et dernier
Albert COHEN : entretien avec François NOURISSIER, Jean Didier WOLFROMM, Françoise XENAKIS, Robert SABATIER et le Révérend Père Lucien GUISSARD à propos de ses livres testaments : sa passionjuive, ses occupations entre la composition de deux livres ; ses goûts littéraires. Pense que les femmes sont inférieures dans le domaine de l'action littéraire (tient des propos désagréables sur...
autres livres classés : amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3379 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre