AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Thibaud Eliroff (Traducteur)
EAN : 9782290232705
544 pages
J'ai Lu (12/05/2021)
4.13/5   376 notes
Résumé :
Petite-fille et fille de prêteur, Miryem ne peut que constater l'échec de son père. Généreux avec ses clients mais réticent à leur réclamer son dû, il a dilapidé la dot de sa femme et mis la famille au bord de la faillite... jusqu'à ce que Miryem reprenne les choses en main. Endurcissant son coeur, elle parvient à récupérer leur capital et acquiert rapidement la réputation de pouvoir transformer l'argent en or. Mais, lorsque son talent attire l'attention du roi des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (119) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 376 notes
5
56 avis
4
39 avis
3
12 avis
2
3 avis
1
0 avis

Phoenicia
  10 novembre 2021
C'était prévisible, j'ai adoré! Vivement recommandé par plusieurs personnes, j'ai attendu qu'il sorte en poche pour avoir la couverture, si magnifique, de l'édition J'ai Lu, très proche de Déracinée. Dès cette couverture, on sent qu'on nous invite dans un folklore hivernal et on s'y rend sans trop d'hésitation. Je regrette juste de ne pas avoir attendu un petit peu plus et de l'avoir lu en hiver. C'est une lecture idéale pour cette saison.
Fileuse d'argent s'imprègne d'un univers de conte russe. On retrouve effectivement une contrée très proche de notre Russie médiévale appelée le Lithvas, avec un tsar, ses boïars, ses religions, notamment la relation que peuvent avoir les chrétiens vis-à-vis des communautés juives de l'époque, ses paysages.
La part belle de ce récit est donnée aux femmes qui, sans trop s'en affranchir, essaye cependant de bousculer les idées préconçues sur la condition féminine et de faire leur petit bout de chemin. On a Wanda, qui est peut-être le personnage paradoxalement le plus attachant avec ses frères, sa situation familiales, mais qui est celle des trois que j'ai la moins préférée. Naomi Novik parvient cependant à nous nouer le ventre avec ses déboires. Irina et Myriem se partagent ma préférence. La première est fille de duc mais méprisée car n'apportant en apparence aucune plus-value. Jusqu'à ce que le Destin s'en mêle et lui offre sur un plateau d'argent un rôle inouï. Arrivée tard dans le récit, j'ai vivement apprécié ce personnage tout en droiture et dévouement, consciente de son devoir. Myriem, quant à elle, est une jeune fille juive, fille et petite-file de prêteur. Son père détestant le métier qu'on l'oblige à avoir de par sa confession religieuse, les fait vivre dans des conditions miséreuses, un comble pour un prêteur. Myriem reprend les rênes, enrichit sa famille et en vient à se vanter de pouvoir changer l'argent en or... de quoi attirer les Staryk, des êtres d'hiver dangereuses, attirés par l'or.
C'est donc Myriem qui est l'élément déclencheur de toute cette ambiance folklore russe et les péripéties qui en découlent. Je n'ai même pas essayé de deviner ce que pourrait être l'objectif du récit, je me suis simplement laissée porter par la plume de Naomi Novik, nous offrant un univers merveilleux et hostile à la fois. Petit pavé, il se dévore tout seul, nous offrant une action sans lenteurs et une fin à la hauteur. L'attente n'a pas été vaine, j'ai apprécié un excellent moment de lecture!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
jamiK
  14 août 2022
Voilà le genre de Fantasy que j'aime.
Naomi Novik va chercher dans ses racines familiales pour proposer un récit riche, étincelant, inventif et intense. Une des héroïnes est juive, dans une société où ils sont les seuls à être autorisés à prêter de l'argent. C'est un fait réel historique puisque pendant longtemps, la religion chrétienne interdisait à ses membres de pratiquer l'usure. Ensuite, dans ce monde créé par l'auteur, la neige et le froid sont bien présents, les légendes slaves et baltes servent de bases à l'univers magique instauré, enfin, la structure hiérarchique est calquée sur ces pays, le roi est un Tsar, et les gens de la petite noblesse sont des boïars. On se retrouve entre Pologne, Lituanie, Russie avec leurs légendes, leurs contes, leur histoire. Baba Yaga, bien qu'absente du récit, apparaît en filigrane avec cette étrange maison dans la forêt ou dans le rôle de la mère du Tsar.
Chacun des personnages principaux parle à la première personne, se sont principalement des femmes, Myriem, Wanda, Irina, mais quelques hommes parfois, comme Stepon le petit frère de Wanda ou le Tsar lui-même. le style s'adapte à la culture de chacun, l'écriture est élégante en général, mais quand c'est Stepon, le petit frère de Wanda qui parle, elle devient plus rudimentaire. le récit démarre doucement, instaurant une ambiance inquiétante avec la présence impalpable des mystérieux Staryk, on a l'impression d'être dans un roman historique, social, tourné essentiellement autour des personnages de Myriem et de Wanda. L'esprit du roman est teinté de féminisme bienveillant. J'ai adoré cette première partie, mais j'ai aussi adoré les surprises que nous apporte la suite. La magie apparaît alors, terrible et merveilleuse, inventive et originale, avec ce monde parallèle des Staryk. du petit Poucet, on passe à La Belle et la Bête, mais on peut s'amuser à y dénicher des dizaines d'autres contes. L'action s'emballe sur la fin, mais ces moments d'attentes m'ont paru vraiment riches, j'ai aimé cette ambiance slave, hivernale, bercé par les trajets en troïka dans les paysages enneigés, j'ai aimé la tension qui nous suit tout au long du récit, avec cette magie dangereuse pour les humains, et j'ai aimé tous les personnages, tous très touchants.
C'était un très beau moment de lecture, riche d'inventions, d'émotions, et vraiment envoûtant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
basileusa
  07 juillet 2020
Sitôt reçu, sitôt lu et adoré ! Un grand merci à Babelio et aux éditions Pygmalion :)
Je l'ai aimé autant que Déracinée et je ne pensais pas que ce serait possible ! Ici on suit 3 jeunes filles dont les histoires vont être liées . Miryem , fille d'un préteur trop gentil et qui va sortir sa famille de la misère et attirer l'attention d'un dangereux peuple voisin : les Staryk. Wanda, la jeune fille qui se mettra à son service pour échapper à son père et enfin Irina, une marionnette au main de son père qui veut un mariage qui puisse lui faire acquérir de la puissance. Trois jeunes filles courageuses qui vont se battre contre un avenir qu'elle n'ont pas choisi. L'histoire de Miryem a de nombreux points communs avec la jeune fille de Déracinée et c'est clairement elle que j'ai adoré suivre dans l'ombre du roi Staryk, froid et distant. Ce roman , un peu comme un conte slave encore une fois ( ambiance gelée et tsar) , se dévore ! Il y a pas mal d'actions et de rebondissements qui font que le rythme est toujours très bon ! Si vous avez aimez son précèdent roman, vous aimerez aussi celui-ci , c'est certain ! C'est un petit coup de coeur pour moi , j'attends le prochain avec impatience !!
Challenge Mauvais genres 2020
Challenge auteures SFFF
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
fabienne2909
  07 août 2022
Pour une rare incursion, en ce qui me concerne, dans la littérature de l'imaginaire, la tentative fut réussie.
En effet, la dose de fantasy dans ce roman est savamment dosée, si bien qu'on a l'impression de lire plutôt un conte de fées slave : dans une Russie imaginaire, à une époque où les Tsars régnaient encore, se croisent plusieurs destins féminins. D'abord celui de Myriem, petite-fille et fille de prêteurs juifs (cette profession, comme au Moyen Âge, leur semblant réservée), qui embrasse cette profession pour pallier l'inefficacité de son père. En effet celui-ci, trop empathique, n'arrive pas à se faire rembourser, ce qui les pousse inévitablement vers la pauvreté. Elle rencontrera un rapide et fort succès dans son entreprise, ce qui lui permettra d'embaucher à son service la jeune Wanda, une paysanne dont le père n'arrive pas à rembourser la dette contractée auprès du père de Myriem. Mais le succès de cette dernière en tant que prêteuse attirera vers elle le roi des Staryk, un peuple vivant dans un monde de glace parallèle à celui des humains, et redouté par ces derniers en raison des nombreuses incursions que les Staryk font pour les piller, et qui la contraindra, au prix de sa vie, à transformer, à plusieurs reprises et chaque fois en plus grande quantité, de transformer de l'argent staryk en or… Ce que Myriem réussira à faire en convertissant cet argent en bijoux aussi somptueux qu'hypnotisants, ce métal semblant avoir des propriétés magiques, et en le vendant au duc de la contrée, qui les achètera pour constituer une dot pour sa fille Irina, et, qui sait, réussir à lui faire épouser le tsar Mirnatius.
Ainsi, inévitablement les destins de Myriem, Wanda et Irina sont-ils liés, et pas seulement par le biais de l'argent staryk. Mais comment ? On le saura en lisant ce roman rempli d'action et de rebondissements menés tambour battant, et de main de maître par Naomi Novik. Il y a d'ailleurs tellement d'évènements arrivant en peu de pages que j'ai eu l'impression d'avancer très lentement dans l'ouvrage !
Mais j'ai beaucoup aimé cette atmosphère de conte de fées, qui m'a fait penser à la Reine des neiges (pas la version Disney), notamment par le personnage du roi des Staryk, venu d'un autre monde fait de glace et de givre, et dont le caractère est tout aussi glacé et sinistre… Les personnages féminins principaux sont bien définis et attachants, malgré leur caractère un peu attendu d'anti-héroïnes mais qui sont capables de prouesses incroyables dans l'adversité, ou de méchants qui ont finalement des circonstances atténuantes (personne ne les a jamais vraiment aimés) ou qui se révèlent d'une dignité forçant l'admiration (je me suis retrouvée à ressentir un peu de tendresse pour le roi Staryk, qui n'est pas un modèle de sympathie pourtant). Ces qualités font oublier certains défauts, comme une mise en place de l'action un peu longuette par rapport à sa résolution, et une fin un peu mièvre. de même, certaines explications sont faites de manière un peu alambiquée, ce qui m'a un peu gênée parfois.
Mais tout cela ne gâche absolument pas ce roman de très bonne facture, qui m'a donné envie de lire à nouveau de la fantasy. Cela a été une lecture d'été rafraîchissante !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
cocomilady
  04 avril 2020
Une belle plongée dans un conte slave mi-horrifique, mi-féerique.
J'avais été totalement subjuguée par le roman "Déracinée" de Naomi Novik. C'est donc avec un enthousiasme non feint que je me suis plongée dans cette histoire toute aussi magique.
Cette fois encore, on baigne dès les premières lignes dans cette ambiance slave si chère à l'auteure.
Miryem est une jeune fille juive dont le père est prêteur dans un village assez pauvre. Trop empathique, il prête à tous sans jamais revoir son argent, ce qui va plonger sa famille dans la détresse alors qu'un hiver terrible et sans fin s'abat sur eux et que la famine les guette.
Pour sauver sa mère gravement malade, la jeune fille va alors se couper de toute émotion et froidement reprendre les choses en main, imposant rapidement le respect et la crainte chez les villageois.
Petit à petit, avec sa poigne, son intelligence affûtée et son courage, elle parvient à ses fins et arrive même à faire fructifier leur capital et ainsi améliorer drastiquement leurs conditions de vie.
Partout on commence à parler d'elle comme de la fille capable de transformer l'argent en or. Cela ne tombe pas dans les oreilles d'un sourd puisque le Roi des Staryk, un Roi de l'Hiver effrayant venu d'un monde mystérieux, lui lance plusieurs défis à relever en un temps limité. La vie ou la mort en cas d'échec. Mais il n'avait pas compté sur la ténacité de la jeune femme et sur son intelligence...
L'histoire est vraiment passionnante en dépit d'un démarrage un peu poussif. Il m'a été difficile de m'attacher au personnage de Miryem au début du fait de son manque d'empathie, mais l'arrivée du roi des Staryk, ses défis, la mort qu'il sème... ont vite ajouté une dimension inquiétante et fantastique à l'intrigue.
Sans compter qu'on découvre vite que le roman ne tournera pas autour d'une seule héroïne, mais finalement de trois.
A partir de cet instant, j'ai été comblée.
Les trois héroïnes ont toutes quelque chose de magique, elles se complètent merveilleusement bien. Ce sont des femmes fortes, courageuses, dotées d'une résilience à toute épreuve et d'un amour immense en dépit des apparences parfois. Leur destin va se croiser et changer l'avenir de ce monde en danger.
Quant aux monstres qu'elles vont devoir combattre ou dompter, ils ont la beauté du diable et le combat sera serré...
Contre toute attente, l'amour s'invite peu à peu dans l'histoire, sans qu'on s'en aperçoive, loin des élans d'affection que j'aurais aimé trouver : pur, brillant, mais aussi froid comme la glace des Staryk et l'attitude de Miryem.
La romance m'a fortement fait penser au conte de la Belle et la Bête, avec une fin qui a comblé mes attentes.
Voyage magique au pays des glaces et dépaysement garanti.
Vivement le prochain !
Lien : http://cocomilady2.revolublo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          371


critiques presse (1)
Elbakin.net   17 février 2020
Nul doute que le roman trouvera son public, de par son ambiance et le nom de l’autrice désormais bien installée dans le paysage. Mais on se surprend tout de même à regretter les deux ou trois premiers tomes de Téméraire et leur fraîcheur.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
jamiKjamiK   12 août 2022
J’ai regardé Lukas. Il n’avait pas l’air très heureux, mais pas mécontent non plus. Il me lorgnait seulement d’un œil appréciateur. J’étais une truie au marché qu’il avait décidé d’acheter. Il espérait que j’engraisse comme il faut et que je lui donne plein de petits porcelets avant qu’il soit l’heure de finir en bacon.
Commenter  J’apprécie          10
vertescollinesvertescollines   06 août 2022
Nous acceptons de quelqu'un ce qu'il peut nous donner quand il peut nous le donner, et nous le lui repayons quand il le souhaite, si nous pouvons.
Commenter  J’apprécie          30
AnatemneinAnatemnein   11 mai 2021
La tempête a redoublé derrière lui, et une lance d'aire gelé chargé de neige et de glace m'a frappé au visage. Un douloureux picotement a envahit mes joues. Je m'entendais à ce qu'il me brutalise, et c'est bien ce qui semblait vouloir faire, mais au lieu de ça, il a scandé, presque comme s'il s'agissait d'une chanson: "Trois fois, servante mortelle. Trois fois tu changeras l'argent en or pour moi, ou tu seras toi-même changée en glace."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
florencemflorencem   04 avril 2020
Ma mère était assez magicienne pour m’octroyer trois dons, ai-je dit, et il s’est instinctivement penché pour m’écouter. Le premier était la sagesse ; le deuxième, la beauté ; et le troisième… que ces talents passent inaperçus aux yeux des imbéciles.
Commenter  J’apprécie          150
UrluUrlu   20 juillet 2022
Mais j'étais forte moi aussi. [...] Et la nuit dernière, je ne savais pas si je serais assez forte pour arrêter le Staryk , même avec une chaîne d'argent, même avec Serguey et Stepon, même avec la mère et le père de Miryem. Mais je n'avais pas non plus su que j'étais assez forte pour faire aucune de ces choses avant de les avoir faites. Je devais faire le boulot, sans savoir. Après Stepon avait son visage dans mon tablier et avait pleuré, parce qu'il avait encore peur et il m'avait demandé comment je savais que la tsarine allait faire de la magie et empêcher le Staryk de nous tuer et j'avais dû lui dire que je ne le savais pas. Je savais seulement qu'il fallait d'abord faire le boulot. (p.444 édition J'ai Lu)

"Et alors tu devras te poser la question : est-ce là le montant de ta dette ? En dois-tu autant à ce Staryk, qui est venu te prendre sans ton consentement ni le nôtre, au mépris de la loi ? La responsabilité de ce qui est arrivé pèse sur ses épaules, pas sur les tiennes. Un voleur qui se coupe avec le couteau qu'il a volé ne peut pas en tenir rigueur à la femme qui l'a aiguisé."
Je me trouvais maintenant à la jonction de l'égout et du tunnel, prête à fermer pour toujours la route de la sécurité à mon peuple pour sauver celui du Staryk. Peut-être que je me ferai simplement prendre et tout cela n'aurait servi çà rien. J'avais déjà répondu à la question, mais je devais continuer d'y répondre à chacun de mes pas, et ce jusqu'au bout du tunnel. (p.458 édition J'ai Lu)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Naomi Novik (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Naomi Novik
Cette semaine, la librairie Point Virgule met à l'honneur les pouvoirs des femmes à travers des ouvrages issus de trois genres différents : une série de mangas, un roman de fantasy et un thriller young adult.
- Le Livre des Sorcières, Ebishi Maki, troisième et dernier tome à paraître le 20 avril, Glénat, 10,75€ - Éducation meurtrière, Leçon n°1, Naomi Novik, éditions Pygmalion, 21,90€ - Une dose de rage, Angeline Boulley, Nathan, 19,95€
autres livres classés : contesVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2058 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre