AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782756429915
496 pages
Éditeur : Pygmalion-Gérard Watelet (22/01/2020)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Petite-fille et fille de prêteur, Miryem ne peut que constater l'échec de son père. Généreux avec ses clients mais réticent à leur réclamer son dû, il a dilapidé la dot de sa femme et mis la famille au bord de la faillite... jusqu'à ce que Miryem reprenne les choses en main. Endurcissant son coeur, elle parvient à récupérer leur capital et acquiert rapidement la réputation de pouvoir transformer l'argent en or. Mais, lorsque son talent attire l'attention du roi des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  05 avril 2020
Comme la plupart de ceux qui ont lu Déracinée, et aimé le roman, j'étais impatiente de découvrir la Fileuse d'argent. Naomi Novik avait su créer un univers complexe et enchanteur ponctué d'une romance avec des personnages non conventionnels. L'originalité de son récit m'avait charmée, et Déracinée fut un coup de coeur. Pour la Fileuse d'argent, cela n'a pas été le cas, mais je ne suis pas passée très loin. Il y a un défaut à ce second roman qui a fait que malgré tout ce que je vais vous dire de positif, j'ai quand même dû faire face, à un moment donné, à un peu de découragement.
Parlons tout de suite des choses qui fâchent : les longueurs. Il y en a trop, et cela dès le début. Il faut du temps pour installer un univers de fantaisie, et d'autant plus quand on choisit de narrer l'histoire de trois jeunes femmes venant d'univers différents. Mais dès le départ, il faut digérer tout cela, et bien que j'ai trouvé de l'intérêt au premier tiers du tome car il expose clairement la psychologie de Miryem, Wanda et Irina, j'ai pendant un moment songé à abandonner. C'est quelque chose que je déteste, encore plus quand je sais que j'ai aimé l'un des romans de l'auteur, mais l'idée était là. Quand la partie fantaisie a commencé à vraiment prendre le pied de l'intrigue, j'ai poussé un soupir de soulagement. Cependant, les longueurs ont continué, plus sporadiques, mais toujours là. le plus jeune frère de Wanda en est probablement l'exemple type. Je vais être méchante, mais l'enfant n'a pas réellement d'intérêt, et lui donner la parole, en le faisant devenir à certains moments le narrateur, m'a paru durer des heures. Il ajoute de plus un pathos qui n'a pas lieu d'être, et qui était déjà bien assez exploité de façon plus discrète et efficace.
Mais de vous découragez pas, s'il vous plait. Passez au-dessus de cela si vous ressentez la même chose que moi au début. Car La Fileuse d'argent en vaut le coup. Vous tenez entre les mains, une histoire complexe, très bien menée avec une intelligence dans la psychologie des personnages que j'ai trouvé inspirante et rafraîchissante. Je ne me suis pas réellement attachée aux personnages, et pourtant leurs histoires m'ont touchée. Nos héroïnes veulent vivre. Vivre, rien de plus. Une simple chose qui demande pourtant tellement d'efforts. Et elles font tout pour garder la tête hors de l'eau. Elles vous paraîtront froides, et il y a un jeu subtile à ce niveau, mais la vie les a rendu comme cela. Ne vous arrêtez pas non plus à cela. Car il y a toujours une petite braise sous la cendre. Et c'est cela que j'ai vu. Trois destins incroyables qui s'entremêlent et qui nous présentent des femmes fortes, pas extraordinaires, mais fortes. Elles ont leurs rêves et leurs convictions, une vision du monde bien à elle, et malgré toutes les embuches, elles vont au-delà sans avoir la moindre idée de ce que leurs actes pourront accomplir, mais avec la foi.
C'est un voyage dur et intense. Elles sont malmenées par la société, les lois, les hommes, les dangers amenés par des créatures de légendes. Mais on les voit évoluer. Devenir des femmes accomplies, droites dans leurs bottes. La magie opère indéniablement. le côté surnaturel donne un second souffle mais ne perd en rien de la délicatesse de cette transformation. On trésaille à chaque seconde, cependant, leur courage nous pousse à continuer.
Comme dans Déracinée, la romance a aussi sa place. Plus discrète, loin d'être conventionnelle. Je dirais même que parler de romance est peut-être un peu exagéré. Et pourtant, on parle aussi d'amour. Et j'ai trouvé les idées de Naomi Novik à ce propos tout simplement parfaites. Au-delà de la perfection, au-delà des préjugés. C'est aussi un cheminement que j'ai apprécié, grandement.
La fin nous tient en haleine, mais elle est aussi l'accomplissement de beaucoup de choses. J'ai adoré la tournures des événements, toutes ces pièces de puzzle qui s'emboîtent, tout le cheminement parcouru et la conclusion à chacune de nos histoires. Pour moi, Irina, Miryem et Wanda ont toutes obtenu une fin à la hauteur de leur parcourt. J'ai fermé le livre en riant même, heureuse et surprise de quelques petits retournements. Mais avant tout, je trouve que Naomi Novik a su montrer, à travers ses héroïnes, une façon de vivre qui mérite réflexion et surtout qui donne de l'espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
cocomilady
  04 avril 2020
Une belle plongée dans un conte slave mi-horrifique, mi-féerique.
J'avais été totalement subjuguée par le roman "Déracinée" de Naomi Novik. C'est donc avec un enthousiasme non feint que je me suis plongée dans cette histoire toute aussi magique.
Cette fois encore, on baigne dès les premières lignes dans cette ambiance slave si chère à l'auteure.
Miryem est une jeune fille juive dont le père est prêteur dans un village assez pauvre. Trop empathique, il prête à tous sans jamais revoir son argent, ce qui va plonger sa famille dans la détresse alors qu'un hiver terrible et sans fin s'abat sur eux et que la famine les guette.
Pour sauver sa mère gravement malade, la jeune fille va alors se couper de toute émotion et froidement reprendre les choses en main, imposant rapidement le respect et la crainte chez les villageois.
Petit à petit, avec sa poigne, son intelligence affûtée et son courage, elle parvient à ses fins et arrive même à faire fructifier leur capital et ainsi améliorer drastiquement leurs conditions de vie.
Partout on commence à parler d'elle comme de la fille capable de transformer l'argent en or. Cela ne tombe pas dans les oreilles d'un sourd puisque le Roi des Staryk, un Roi de l'Hiver effrayant venu d'un monde mystérieux, lui lance plusieurs défis à relever en un temps limité. La vie ou la mort en cas d'échec. Mais il n'avait pas compté sur la ténacité de la jeune femme et sur son intelligence...
L'histoire est vraiment passionnante en dépit d'un démarrage un peu poussif. Il m'a été difficile de m'attacher au personnage de Miryem au début du fait de son manque d'empathie, mais l'arrivée du roi des Staryk, ses défis, la mort qu'il sème... ont vite ajouté une dimension inquiétante et fantastique à l'intrigue.
Sans compter qu'on découvre vite que le roman ne tournera pas autour d'une seule héroïne, mais finalement de trois.
A partir de cet instant, j'ai été comblée.
Les trois héroïnes ont toutes quelque chose de magique, elles se complètent merveilleusement bien. Ce sont des femmes fortes, courageuses, dotées d'une résilience à toute épreuve et d'un amour immense en dépit des apparences parfois. Leur destin va se croiser et changer l'avenir de ce monde en danger.
Quant aux monstres qu'elles vont devoir combattre ou dompter, ils ont la beauté du diable et le combat sera serré...
Contre toute attente, l'amour s'invite peu à peu dans l'histoire, sans qu'on s'en aperçoive, loin des élans d'affection que j'aurais aimé trouver : pur, brillant, mais aussi froid comme la glace des Staryk et l'attitude de Miryem.
La romance m'a fortement fait penser au conte de la Belle et la Bête, avec une fin qui a comblé mes attentes.
Voyage magique au pays des glaces et dépaysement garanti.
Vivement le prochain !
Lien : http://cocomilady2.revolublo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
BOOKSANDRAP
  10 février 2020

J'avais découvert Naomi Novik avec son précédent roman « Déracinée ». Un univers de fantasy à la Belle et la Bête que j'avais beaucoup, beaucoup aimé. C'est donc avec plaisir que je me suis plongée dans son dernier petit bébé dès sa sortie.
Alors qu'est-ce que j'en ai pensé ? Que c'est sacrément bien foutu ! Si vous aimez les univers de fantasy riche, glacial, bien écrit, bien mené avec des personnages bien construits, différents, variés et intéressants, les bouquins de cette auteure sont fait pour vous.

Pour être honnête, j'ai moins apprécié cette histoire que « Déracinée ». Moins d'action je pense et un rythme un peu moins soutenu. Mais malgré tout, j'ai été totalement immergée de la première à la dernière page. On sent, nous lecteurs, malgré le fait que nos personnages soit assez jeunes, que nous sommes dans un univers de fantasy adulte. Mature et réfléchi. Et qu'est-ce que c'est sympa ! L'univers est dense, complet, bien recherché. On plonge dans ce village à corps perdu, on découvre le point de vue de plusieurs personnages dont 3 jeunes femmes que l'on va suivre. D'abord dans leur quotidien tranquille, puis dans ce dernier beaucoup plus mouvementé suite aux décisions qu'elles vont prendre chacune indépendamment. J'ai vraiment passé un super moment de lecture.

Il y a parfois quelques longueurs qui pourront peut-être freiner certains d'entres vous. Bien que je n'ai pas vraiment été dérangée par ces derniers. La plume est tellement agréable qu'on oublie très vite certains points qui auraient pu nous chagriner. Cette histoire m'a beaucoup fait penser à la saga « Un palais d'épines et de roses ». Pour tous les amoureux de la saga de Sarah J. Maas, je vous recommande de vous pencher sur cette histoire qui pourra, je l'espère, vous enchanter comme elle m'a enchantée.

La narration peut-être un peu déroutante au début du fait que l'on passe d'un point de vue à un autre parfois un peu brusquement. Mais on se fait rapidement au style de l'auteure et on arrive très vite à distinguer qu'elle voix nous sommes en train de suivre. On suit principalement Myriem qui est une jeune femme avec laquelle j'ai eu un peu de mal. Et pourtant paradoxalement c'est sa destinée que j'ai pris le plus de plaisir à suivre !
J'ai adore découvrir ces jeunes femmes qui se construisent à partir de rien. Au fil du récit, elles prennent des décisions et deviennent des femmes qui décident et dirigent. J'ai adore leur confiance en elle, leur évolution. Même si j'ai parfois eu du mal car je n'ai pas réussi à m'attacher à elles j'ai tout de même aimé la puissance et le courage de ces jeunes femme qui ne se laissent pas faire et qui changent leur destin pour s'en sortir.

Je terminerais par vous parler de l'ambiance de ce bouquin qui était incroyable.
On se perds totalement dans la sensation de froid décrite, de danger, de famine. La plume est descriptive, immersive, très visuelle, c'est très agréable de se perdre d'une telle manière et de tout ressentir.
Concernant la fin du roman, quand je repense à l'intrigue dans sa globalité, le reproche que je pourrais faire à ce bouquin c'est le manque d'action par moments. Quant à la conclusion, elle n'était peut-être pas aussi bien que je l'espérais. C'est dommage que tout aille un peu trop vite, que la fin soit aussi précipitée à l'inverse du reste du roman.
Pour conclure, je pense que vous l'aurez deviné, je vous recommande chaudement ce roman et cette auteure en général qui fait des romans de fantasy de qualité, addictif et hypnotisant. Un régal !

Lien : https://booksandrap.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Selvegem
  25 mars 2020
Un roman que j'avais extrêmement hâte de lire !
Miryem est fille et petite-fille de prêteur. Mais force est de constater que son père n'est pas très bon à ce métier : généreux avec ses clients, il renâcle à réclamer son dû, ce qui conduit sa famille au bord de la faillite. Suite à cela, Miryem décide de prendre le destin de sa famille en main. Elle va donc prendre la relève de son père, et parvient à récupérer leur capital et bien plus encore, acquérant la réputation d'être sans coeur mais aussi de transformer l'argent en or. Mais ce talent va lui attirer une attention mal venue : le roi des Staryk, un redoutable peuple, vient la voir et l'emmène dans son royaume, où Miryem devra relever d'innombrables défis.
Dans le même temps, nous allons suivre deux autres personnages féminins : il y a d'abord Wanda, qui va aider Miryem et sa famille. Nous allons nous pencher sur sa vie aux côtés de Miryem mais surtout sur sa vie familiale, avec un père alcoolique et violent, une mère disparue et ses frères. Et il y a également Irina, la fille d'un duc, qui se voit faire un magnifique mariage, mais dont le mari semble cacher énormément de choses...
Je connaissais Naomi Novik par sa saga Téméraire et surtout par le très beau roman Déracinée, j'étais donc impatiente de me jeter sur La fileuse d'argent !
Et donc, La fileuse d'argent, est-ce un pari réussi ? Je dois dire : OUI. Bon, j'avoue avoir malgré tout une préférence pour Déracinée, mais j'ai également passé un excellent moment avec ce nouveau roman.
La fileuse d'argent m'a plu d'abord pour son aspect « réécriture » : c'est une nouvelle vision du conte de Rumplestiltskin, ce qui ne pouvait que me plaire ! C'est aussi une histoire féministe, portée par trois personnages féminins très fortes, chacune avec sa personnalité, son background et ses motivations. Naomi Novik aborde également avec subtilité différents sujets très importants, que ce soit la violence faite aux enfants, la vision des femmes, la soif de pouvoir et d'argent... Beaucoup de thèmes différents, tous intéressants et bien traités !
En plus de ces points précédents très positifs, je tiens également à souligner l'écriture de Naomi Novik, notamment pour toutes ses descriptions. Spécialement concernant le monde des Staryk ! On ressent toutes les ambiances, le froid, la faim, les différents dangers.
J'ai donc passé un excellent moment, je recommande !
(Voir mon avis sur mon blog.)
Lien : http://chezlechatducheshire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AlexSaeba
  20 mars 2020
J'ai adoré Déracinée, il fallait donc que je lise la fileuse d'argent. j'ai sauté dessus quand la bibliothèque de ma ville l'a acheté!
Bon, la fileuse d'argent c'est une espèce de conte géant, avec une fileuse d'or comme dans le conte avec Rumpel, avec des goêliers comme la bête du même conte mais pas que. les Staryks ont un petit côté marcheurs blancs de Game of Thrones, le démon igné et son pacte m'ont fait penser au château ambulant de Miyazaki et au château de Hurle qui l'a inspiré, et je pourrais continuer longtemps.
L'intrigue est très riche et pendant les 150 premières pages, on a l'impression de lire un conte et de savoir comment il va se conclure et de se demander du côté ce que l'autrice va raconter après. Et puis soudain les pièces du puzzle s'imbriquent et les événements s'accélèrent, apportant un peu de vie et de punch à un roman qui traînait en longueur.
des longueurs, il y en a encore, après les 150 premières pages et je pense que c'est en partie dû à la parcimonie des dialogues. L'autrice a fait le choix d'écrire un roman choral. Au début seuls deux personnages se partagent la voix du récit, et puis ils se multiplient très vite: on a Miryem, puis Wanda, puis Irina, puis le frère de Miryem, la nourrice d'Irina et le star. Avec autant de voix qui s'expriment à la première personne, les dialogues ne sont pas forcément nécessaires mais ils manquent car du coup le texte est dense et très descriptif. Cela manque parfois d'un peu plus d'action.
L'histoire n'en reste pas moins belle, intéressante et riche. La fin à la happy End façon Walt Disney ne m'a pas déplu mais je l'ai trouvé incomplète. J'aurais aimé des nouvelles du tsar et de la tsarine et on en a pas... Perso je reste un peu sur ma faim.
Au final accrochez-vous car le roman est bon malgré ses longueurs et sa mise en place très lente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Elbakin.net   17 février 2020
Nul doute que le roman trouvera son public, de par son ambiance et le nom de l’autrice désormais bien installée dans le paysage. Mais on se surprend tout de même à regretter les deux ou trois premiers tomes de Téméraire et leur fraîcheur.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   04 avril 2020
Ma mère était assez magicienne pour m’octroyer trois dons, ai-je dit, et il s’est instinctivement penché pour m’écouter. Le premier était la sagesse ; le deuxième, la beauté ; et le troisième… que ces talents passent inaperçus aux yeux des imbéciles.
Commenter  J’apprécie          110
jainasjainas   13 février 2019
There are men who are wolves inside, and want to eat up other people to fill up their bellies. That is what was in your house with you, all your life. But here you are with your brothers, and you are not eaten up, and there is not a wolf inside you. You have fed each other, and you kept the wolf away. That is all we can do for each other in the world, to keep the wolf away. And if there has been food in your house for you, then I am glad, glad with all my heart. I hope there will always be.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jainasjainas   13 février 2019
He was still holding my hand in his. I left it there deliberately, thinking of Judith singing in her sweet voice to make Holofernes’s eyes go heavy in his tent, and what else she’d endured there first. I was so angry I had gone cold straight through. Let him think he had me, and could have my heart for the lifting of a finger. Let him think I would betray my people and my home just to be queen beside him. He could hold my hand the rest of the way if he wanted to, as a fair return for the gift he’d given me, the one thing I’d wanted from him after all: I’d lost even the slightest qualm about killing him.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
jainasjainas   13 février 2019
But the world I wanted wasn’t the world I lived in, and if I would do nothing until I could repair every terrible thing at once, I would do nothing forever.
Commenter  J’apprécie          00
jainasjainas   13 février 2019
But I had not known that I was strong enough to do any of those things until they were over and I had done them. I had to do the work first, not knowing.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Naomi Novik (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Naomi Novik
Beaucoup de nouveautés de fantasy dans ce point lecture, mais aussi un livre contemporain !
Pour plus de vidéos lectures : https://www.youtube.com/user/Lanylabooks
Les livres cités : - Déracinée de Naomi Novik publié chez Pygmalion - Arkane, tome 1 : la Désolation de Pierre Bordage publié chez Bragelonne - Sénéchal, tome 1 de Gregory Da Rosa publié chez Mnémos - La forêt des renards pendus d'Arto Paasilinna publié chez Folio
Contact mail : lanylabooks[at]gmail.com
Suivez-moi : http://twitter.com/Lanylabooks http://instagram.com/lanylabooks http://www.facebook.com/lanylabooks
Wish list Amazon : http://amzn.eu/9qPvqDv
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1471 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..