AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2844208878
Éditeur : Thierry Magnier (02/02/2011)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 93 notes)
Résumé :

Il devait surveiller sa petite soeur au square, mais à dix-sept ans comment résister lorsqu'une jolie femme vous demande gentiment de l'aide. Au retour, Elise a disparu... Dix ans plus tard, à l'autre bout de la France, Laura, treize ans, disparaît à son tour. Jean-Alain, " le pauvre fou " dit Linlin, est le coupable désigné, obnubilé qu'il est par les jupes, les shorts ultra courts et les décolletés plong... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
Hillel
  27 juillet 2012
J'avais envie d'aller à la rencontre de ce qui s'écrit en roman jeunesse, et qui sort un peu des « sentiers battus », des meilleures ventes, des coups de marketing et des thèmes à succès…Alors je me suis tournée vers deux livres qui n'ont rien de « paranormal », écrit par des auteurs français et conseillés par une « véritable libraire » passionnée… Oui c'est tellement bien d'aller à la rencontre des vendeurs de livres en direct, ceux qui les lisent et savent en parler…. Mais c'est un autre débat je m'égare.
Un livre « flashi » car impossible de passer à coté d'une couverture et d'un titre pareil ! Là pour le coup j'ai voulu de l'original, j'en ai eu.

Ici, point de série, un seul tome, point de paranormal, plutôt une enquête policière, point de héros mais des tranches de vie, celles d'une palette de gens paumés… Pas de romance mais des histoires de coeur compliquées et émouvantes. Ici beaucoup de vérité, de justesse, et d'émotions…
Les chapitres sont rythmés par un calendrier, chaque jour on suit un personnage, on émet des hypothèses…on rassemble les pièces du puzzle.

Tout commence avec cette première scène un 12 juillet… La petite Elise est dans un parc, elle a trois ans, fait le ravissement de sa mère, veuve depuis peu, et de son grand frère de 17 ans. La maman s'absente laissant la garde d'Elise à celui-ci… Et le drame a lieu, le jeune adolescent est pris dans les filets d'un coup finement préparé, il est distrait pas une femme, et sa petite soeur est kidnappée…dès le départ on est dans le bouleversement.
Puis, passé ce prologue, nous retrouvons des personnages complètement différents un 7 juillet, dans un tout autre lieu et vraisemblablement à une autre époque. Sponge, petit « trou perdu » dans la région de Dijon, au bord du lac du Serpent. Là s'ennuient à mourir Alice, une jeune fille de 17 ans, qui rêve de beaux garçons et de partir loin, Laura une « bimbo » de 13 ans dont la principale activité et d'attiser les sens de Linlin, de ses charmes féminins… Et Jean-Alain, un garçon de 17 ans, au physique parfait, mais au cerveau retardé…. Tous l'appellent Linlin, tous se moquent de lui, c'est l'idiot du village. Tous, sauf Alice. Les destins de ces trois adolescents vont être étroitement liés pour le meilleur et pour le pire…
Sponge sera frappé par un kidnapping et tous les gendarmes du coin seront sur l'enquête, une enquête qui va piétiner pendant 15 jours, deux semaines que le lecteur va lui aussi vivre passionnément.

J'ai été véritablement bouleversée par ces destins croisés, par la justesse et le ton de certaines vérités qui font mal… Comme celles du handicap, de la différence, des rêves d'adolescents, des parents peu à l'écoute…des premiers émois non maîtrisés…des rêves d‘ado qu'on finit par comprendre qu'ils seront inaccessibles…Tout ça se mêlant à une enquête de kidnapping d'enfant qui nous fera penser, sans aucun doute, aux trop cruelles actualités !
Et surtout on peut s'identifier à des personnages qui sont comme dans la vraie vie, ni tout noir ni tout blanc, mais plus complexes. Pas de méchant ou de gentil, chaque personnage se trimbale son quotta de problèmes de failles, de secrets… Ils n'en sont que plus attachants.

Pourtant on ne se sent jamais dans le dramatique, dans le pathos ou la caricature… Non je le redis tout n'est que finesse et justesse, et on avale ce livre bien rapidement. C'est un jeunesse après tout. Oui mais un jeunesse intelligent !
Lorsque l'on referme ces pages on a encore la tête pleine de ces personnages si attachants, on pensera longtemps à la petite Elise, à Nour, Linlin, Alice, Al…et surtout on aura encore des mots qui trotteront dans notre esprit avec un certain sourire : « secret… secret… secret… »
En bref une véritable découverte, qui sort du lot et nous met un peu, la tête dans la réalité !
Lien : http://leslivresdalily.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
claireo
  01 octobre 2012
Une intrigue bien menée, sur un sujet éprouvant : l'enlèvement d'un enfant, puis celui d'une jeune fille. On ne se doute pas de l'identité du coupable avant la fin du livre. Et la chute de la dernière page...donne des frissons.
C'est un roman jeunesse, donc rien de trop affreux, mais on y trouve malgré tout une angoisse distillée tout au long du livre, et la moiteur du lac du serpent.
Un bon roman policier pour la jeunesse
Commenter  J’apprécie          170
saomalgar
  22 août 2013
mardi 12 juillet. Un ado de 17 ans, à qui sa mère a confié la surveillance de sa petite soeur de 3 ans, dans un parc se fait "draguer" par une femme qu'il suit quelques instants. A son retour sa petite soeur a disparu !
samedi 12 juillet. En bourgogne dans une petit village tranquille, autour d'un lac, les ados s'ennuient, s'observent. Linlin, un simple d'esprit connu par tous, rôde autour de ce lac et observe toutes ces filles auquel il n'a pas accès.
Et c'est alors que Laura disparaît ! le coupable tout désigné est bien sûr Linlin.
Mais.......
Excellent roman de Jean-Paul Nozière, difficile de lâcher ce livre pour aller dormir....
Un roman très bien construit, avec des personnages attachants, du suspense, des rebondissements.
Commenter  J’apprécie          120
mfgaultier
  29 juillet 2013
Ce très beau titre de Jean-Paul Nozière (emprunté à Tom Robbins*) est un roman policier centré autour de quatre personnages principaux, Alice, Linlin, Freddy et Nour. Ces prénoms forment les titres des chapitres que l'auteur agence comme dans un puzzle. Ce n'est que dans l'avant dernier chapitre que tout s'éclairera pour le lecteur (ou avant s'il est plus perspicace que moi !).
Publié par les éditions Thierry Magnier, ce livre destiné aux adolescents ravira les jeunes comme les moins jeunes. C'est le premier titre de cet auteur que je découvre, lui qui en a écrit une cinquantaine et dont j'avais évidemment entendu parler, sans mettre la main sur un de ses livres. C'est désormais chose faite et bien faite ! Jean-Paul Nozière est à l'origine de treize policiers pour adultes, pas étonnant puisque l'intrigue est ici fort bien menée, construite surtout sur la psychologie subtile des personnages.
Au départ, une petite fille de trois ans disparaît du parc où elle jouait, en Bretagne. Chargé de la surveiller, son grand frère, un jeune homme de dix sept ans, se laisse distraire par une curieuse et belle femme.
Dix ans plus tard, autre disparition, cette fois-ci en Bourgogne, celle de Laura, une belle jeune fille aux allures de femme. Linlin, le pauvre fou du voisinage qui adore la reluquer, est fortement suspecté…
Jean-Paul Nozière décrit fort bien l'entourage de Jean-Alain, surnommé Linlin : ses parents, traducteurs de chinois et très protecteurs, Alice, une autre de ses voisines qui vient lui faire la lecture, et surtout les gendarmes qui patrouillent souvent dans les parages. La jeune disparue habite en effet dans une zone écartée, près d'un lac peu isolé, propice aux mauvaises rencontres.
Mais c'est surtout Linlin qui focalise l'attention de l'auteur et la nôtre par la même occasion ! J'ai beaucoup aimé pénétrer la folie de ce personnage – d'ailleurs pas si fou que cela pour celui qui prend la peine de décrypter ses attitudes et habitudes. Jean-Paul Nozière excelle à nous entraîner dans le sillage de Linlin, qui sert finalement de révélateur à beaucoup d'autres personnages, et constitue une sorte de miroir dans lequel viennent se refléter les peurs de ceux qui le rejettent ou la beauté (bonté) de ceux qui l'accompagnent. Petit bémol, j'ai moins aimé suivre les pérégrinations des gendarmes dont certains sont un peu trop caricaturés à mon goût.
Mais il n'en demeure pas moins que ce fut une belle lecture, touchante et entraînante et qui assurément ne sera pas qu'un livre de plus dans ma folle vie de lectrice !
* le titre est issu d'une phrase de Tom Robbins dans son roman Comme la grenouille sur son nénuphar paru aux éditions Gallmeister (nous apprend Jean-Paul Nozière dans ses remerciements)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lirado
  18 juin 2019
Rien qu'un jour de plus dans la vie d'un pauvre fou, de Jean-Paul Nozière, commence sur le drame du 12 juillet 2000 où une petite fille, Elise, est enlevée suite à une inattention de son frère de 17 ans, séduite par une jeune femme. Puis après ce prologue terrible où le lecteur assiste impuissant à la scène de l'enlèvement, Jean-Paul Nozière nous emmène dix ans plus tard, à des kilomètres de là. C'est le début des vacances d'été et Alice s'ennuie dans son village perdu, près de Sponge.
Lorsque le drame survient, l'enlèvement de Laura, elle n'en revient pas mais lorsqu'on accuse Linlin, ce "pauvre fou" pour lequel elle éprouve beaucoup de sympathie, tintée de compassion, elle est ulcérée. Elle n'y croit pas à ce coupable idéal qui certes aimait regarder les filles et en particulier Laura, mais qui n'aurait jamais fait de mal à une mouche. Nour, un gendarme auxiliaire n'y croit pas non plus. Au fil des jours, l'enquête s'enlise, la tension est palpable et le drame devient le centre de toute l'attention.
Pour le lecteur, cette lecture est assez éprouvante. En effet dans Rien qu'un jour de plus dans la vie d'un pauvre fou, Jean-Paul Nozière a fait le choix d'un roman choral où les voix s'alternent pour évoquer le drame qui concentre toute l'attention : Alice, les gendarmes, Nour, Linlin et Freddy, le vrai nom du kidnappeur se passent le relai.
La personnalité de Freddy est complexe et torturée, à partir de la moitié du roman une partie de son identité nous est connu, ce qui ne peut que glacer le sang. le vrai fou c'est lui finalement, cette homme blessé à l'intérieur de lui-même, qui ne veut aucun mal à Laura mais qui s'est égaré. le dévoilement complet sur son identité ne pourra qu'en surprendre plus d'un.
Dans la seconde moitié du roman, l'histoire s'accélère et se ressert, Jean-Paul Nozière réussit à donner un style propre à chacune des personnalités qu'il explore et nous livre un roman policier d'une grande qualité pour la jeunesse. La toute dernière page est la plus glaçante et la plus inattendue, levant le voile sur l'enjeu du roman.
Rien qu'un jour de plus dans la vie d'un pauvre fou est, au final, une histoire qui a un fond banal mais dont les raisons de l'enlèvement sont très complexes. Une histoire à la fois banale mais en même temps singulière, qu'on lit d'une traite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Lexpress   27 juin 2011
Des héros adolescents qui ne crachent pas le morceau, un jeune flic bien décidé à trouver la vérité, voilà le meilleur de Nozière, qui nous offre un polar mené au plus près de la vie des gens.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
LFNY405LFNY405   05 mars 2014
“Les légumes doivent toujours être bien en terre si on veut qu’ils poussent. C’est le b.a.ba du jardinage, mon chéri. Tout ce qui est bien en terre pousse admirablement et un beau matin tu aperçois la tête de la carotte qui point son nez. Un miracle de la nature dont on ne se lasse jamais, tu verras.” Ce même printemps, Héloïse, la mamie de LinLin, était morte dans un accident d’auto. Du vent dans la tête ou pas, il voyait bien, chaque fois qu’il accompagnait sa mère au cimetière de Sponge, que sa mamie, pourtant bien en terre, ne repoussait pas. Aucun miracle de la nature ne l’autorisait à pointer son nez hors du trou infect dans lequel on avait couché Héloïse Quitani. N’importe quel crétin comprenait que la quantité ahurissante de terre jetée dans le trou étouffait définitivement sa mamie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
HarioutzHarioutz   11 avril 2016
- Merde ! jure l'homme entre ses dents serrées.
La petite fille a disparu. Il ne la voit plus. L'homme éloigne les jumelles de son visage couvert de sueur. Il se frotte vigoureusement les yeux. A s'en faire mal.
- Putain, gronde l'homme, je ne vais pas recommencer ce cirque jusqu'à perpète !
Il replace les jumelles, les appuie à sa peau comme s'il voulait se les faire entrer dans le crâne. Travelling droite-gauche cette fois, suivi d'un soupir de soulagement.
- Pas trop tôt !
La petit fille entre dans son champ de vision. Salopette bleue. Bras nus. Elle court d'un jeu à l'autre. Ses nattes blondes sautillent dans son dos. Les Zeiss doivent subir un exaspérant footing afin de suivre les rapides et incessants déplacements de la petite fille.
Il ignore son nom. Aucune importance pour l'instant. Elle est à l'endroit où elle doit être, c'est l'essentiel. La suite du plan élaboré avec minutie est très claire dans sa tête. (p.16-17).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DerouellacdiDerouellacdi   30 avril 2013
Linlin détestait les gosses. Ils jouaient au foot sur la plage. Hurlaient. Se battaient. Se conduisaient le plus souvent comme des sauvages. ils l'insultaient. Cinglé. Toqué. Maboul. Dingue. Tordu. Neuneu. Mongol. Un dictionnaire entier auquel Linlin ne prêtait guère attention.
Commenter  J’apprécie          40
claireoclaireo   01 octobre 2012
« vous cherchez la fille en bleu ? Elle est partie. Un monsieur est venu la chercher. »
Commenter  J’apprécie          120
fannfann   23 mars 2016
L'espoir se mit à galoper dans sa poitrine. Il avait tellement à apprendre au sujet des filles, mais c'était difficile. Elles se conduisaient mal avec lui, excepté Alice, mais Alice n'était qu'une voisine. Il savait qu'il avait du vent dans la tête, comme madame Rosa dans la La Vie devant soi, à qui le Dr Katz apprend qu'elle vivra comme un légume, et comme Momo qui parle à un parapluie, mais ça n'empêchait pas d'éprouver des sentiments et de se renseigner sur les filles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Jean-Paul Nozière (1) Voir plusAjouter une vidéo

Jean Paul Nozière : Bye bye Betty
Depuis le café le Rostand, à Paris, Olivier BARROT présente le livre de Jean-Paul NOZIERE "Bye-bye betty". Un roman publié aux éditions Gallimard dans la collection Scripto.Photo de Jean Paul NOZIERE.
autres livres classés : handicapVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QCM Rien qu'un jour de plus dans la vie d'un pauvre fou de Jean-Paul Nozière

Complétez la phrase: Nourredine Hallack est

un fou
un gendarme
un passeur qu'Alice a rencontré
un mirage

5 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Rien qu'un jour de plus dans la vie d'un pauvre fou de Jean-Paul NozièreCréer un quiz sur ce livre
.. ..