AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226460349
320 pages
Albin Michel (15/09/2021)
4/5   22 notes
Résumé :
2049. Depuis vingt ans, le soleil a disparu et le monde est plongé dans la pénombre. La faune et la flore se sont peu à peu adaptées, et les espèces nocturnes, multipliées. Pour les humains, s’éclairer, se nourrir, survivre sont devenus des défis quotidiens. Elikia, née peu après l’avènement de la Grande Nuit, et sa mère Diba, se sont fixé pour mission de ramener le jour sur le monde. Persuadées que la disparition du soleil est liée à celle de Juddu, une ancienne et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 22 notes
5
4 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Saiwhisper
  22 octobre 2021
Laura Nsafou, c'est l'autrice de somptueux albums sur la tolérance, l'acceptation de soi, la famille et d'autres belles valeurs. Je l'ai découverte grâce à deux pépites : « Comme un million de papillons noirs » ainsi que « le chemin de Jada ». (J'ai vu qu'elle avait un nouveau bébé : « La demeure du ciel »… Il me le faut !!!) Honnêtement, si vous ne les connaissez pas encore, ce sont deux joyaux à découvrir de toute urgence ! Pour ma part, j'étais vraiment très curieuse de retrouver le style de l'autrice à travers un roman. Or, je n'ai pas été déçue : c'est fluide, poétique, fort, sensible, engagé et bien écrit ! Malgré la mise en place un peu longue ainsi que quelques moments calmes, on ne s'ennuie jamais. En ce qui me concerne, j'ai réellement été saisie par l'ambiance, les messages, les personnages et l'univers.
Comme pour le très bon « Fleurs d'Oko » de Laëtitia Danae, on est sur un univers dense, complexe et bien développé basé en Afrique. de ce fait, le lecteur va pouvoir découvrir des divinités, des rites ainsi que quelques croyances africaines. Pour ma part, je n'y connais absolument rien ! Heureusement, tout est hyper accessible, passionnant et vraiment intéressant, même pour une novice comme moi. J'ignore ce qui appartient à la fiction et aux réelles croyances toutefois, cela m'a donné envie de me documenter sur le sujet, car j'ai trouvé tout cela fascinant. Au risque de me répéter, je trouve important de proposer des récits de tous les horizons, surtout dans l'imaginaire où on a l'habitude des histoires se déroulant en France ou aux États-Unis… En littératue jeunesse / ado, cela permet également aux jeunes lecteurs de réellement s'identifier ! Je ne peux donc qu'encourager les éditeurs à sortir des sentiers battus, essayer de représenter tout le monde et de proposer d'aussi belles couvertures avec une héroïne aussi magnifique que mystérieuse ! (Par contre, s'il vous plaît, indiquez le fait qu'il s'agisse d'un premier tome d'une série. J'étais persuadée que « Nos jours brûlés » était un one-shot…)
J'ai plongé avec curiosité dans ce monde futuriste et post-apocalyptique où le jour n'existe plus et où les créatures plus ou moins hostiles, cohabitent avec les humains. Survivre n'est pas évident. J'ai eu l'impression que le danger était partout ! Aussi bien à cause des Hommes, parfois retors, qu'en pleine nature… Pourtant, Elikia et sa mère Diba vont partir en mission, avec l'idée de changer les choses. Pour cela, elles vont aller à la recherche du Juddu, une ancienne cité où vivaient des gens capables d'utiliser la magie. le chemin sera dur, brutal, terrifiant et sanglant. Comme l'indique le résumé, Elikia va rapidement se retrouver seule. Malgré le deuil, la courageuse adolescente va poursuivre cette quête et va faire des découvertes incroyables. Honnêtement, je ne savais pas à quoi m'attendre. Je n'ai rien anticipé ! J'allais donc de surprise en surprise… Mais, je n'étais clairement pas préparée à certaines thématiques, ni à ce dénouement coup de poing ! L'autrice avait pourtant laissé des éléments nous faisant comprendre la direction que prendrait le scénario… Toutefois, je ne pensais pas qu'elle en serait capable. Chapeau ! Il fallait oser.
Le lecteur et les personnages vont ressentir beaucoup d'émotions au cours de ce premier opus. Honnêtement, j'ai été touchée par le lien d'Elikia et de sa mère. Leur amour et leurs mésaventures m'ont remuée… Sans parler de cette scène atroce dans la forêt… Elikia est une narratrice courageuse, déterminée, honnête, combattive, débrouillarde et avec des failles. Ce fut un plaisir de la suivre ! On n'est pas sur le cliché de l'héroïne parfaite qui réussit tout. La demoiselle a des défauts et fait des erreurs. Malgré les traumatismes, la peur, l'incertitude, le manque de confiance, le désespoir ou la douleur, elle apprend à aller de l'avant. Elle va réellement se construire au fil des épreuves. Quelle force ! Celui qu'elle va rencontrer est également un personnage intéressant et tout en nuances. Cependant, j'aurais adoré avoir un peu plus son point de vue, car il est encore empreint de beaucoup de secrets… Il me manque quelque chose pour pleinement l'apprécier. Cela dit, il faut avouer qu'il n'est pas aidé, car, à côté de plusieurs personnages féminins aussi forts et engagés, c'est normal de moins briller…
On a là un bon premier tome avec une épopée pleine de danger et de mystère. Attention, à quelques moments, le contenu est tout de même assez dur, sensible, violent et morbide. Cela ne représente pas tout le roman néanmoins, il est important d'avertir. Je pense qu'il faudra attendre la fin du collège avant de plonger à la rencontre d'Elikia… En tout cas, les adultes y trouveront également leur compte ! Pour ma part, j'ai aimé ce titre et je voterai pour lui lors du choix des 25 finalistes du PLIB.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
M_xlle_jo
  04 novembre 2021
Dans ce roman, qui se déroule en 2049, on suit une jeune femme qui s'appelle Elikia. Elikia a 20 ans mais n'a jamais connu le soleil. Elle est née et a toujours vécu dans un monde où la lumière n'existe pas, elle n'a connue que la Grande Nuit. Diba, sa mère a quant elle connu le monde d'avant et ne se résout pas à vivre ainsi sans avoir de réponse. Elle est décidée à percer le mystère autour de la disparition du soleil. Elle est convaincue que la disparition du soleil est liée à celle de Juddu, une ancienne cité qui aurait abrité des êtres divins. Elle entraîne Elikia avec elle en Afrique pour trouver des explications. Elle a pour but premier de trouver le dernier Eclaireur, un homme qui aurait vécu à Juddu avant sa destruction. le grand-père d'Elikia a aussi connu cette cité, c'était un archiviste, il était chargé avec d'autres de retranscrire l'histoire de Juddu, de répertorier les différentes savoirs qui y étaient enseignés, mais aussi de préserver la bibliothèque de la cité. Les carnets qu'il tenait lorsqu'il était archiviste leur seront d'une grande aide au début de leur périple en Afrique.
Ce livre est une pépite. L'univers est très bien construit, on plonge bien dans l'histoire grâce à l'écriture fluide de l'autrice. On vit les choses en même temps qu'Elikia, premièrement parce que l'histoire est écrite à la première personne du singulier mais aussi parce que lorsqu'Elikia débarque avec sa mère Afrique, elle est à mille lieues d'imaginer que là-bas un autre monde existe. Un monde où la nature est dangereuse, où des créatures dangereuses peuvent surgir de n'importe où et tuer. Lorsque sa mère va mourrir, il lui incombera d'aller au bout de cette quête qui lui tenait à coeur. Au côté du de Yander, Elikia va percer le mystère autour de la marque sur sa joue qui a un lien avec la Grande Nuit (Guiddi).  Une marque contre laquelle elle va devoir se battre pour éviter d'être consumée par celle-ci et tomber dans les ténèbres. Les marqués sont considérés comme des êtres dangereux, assoiffés de sang humain qui peuvent tuer sans scrupule. Elikia va donc apprendre à vivre avec ça, et se battre contre elle-même pour ne pas laisser la marque s'empare totalement d'elle. A travers cet aspect du personnage d'Elikia, j'ai vu une approche philosophique de l'être humain. L'être humain  est imparfait et doit toujours lutter contre ses démons intérieures. 
chronique détaillée sur mon blog :https://mxllejoellelit.wordpress.com/2021/11/03/nos-jours-brules/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Pauliinexo
  22 novembre 2021
2049. le soleil a disparu, la nuit est constante.
La faune et la flore se sont adaptées et les humains aussi peu à peu. Mais Diba, la mère d'Elikia, n'a pas renoncé à trouver le soleil. Et avec sa fille, elle se lance dans une quete à travers l'Afrique, à la recherche de rumeur, de temoignage pour retrouver Juddu, une cité qui aurait accueilli des esprits responsables de la disparition du soleil.
Malheureusement dans ce voyage Diba va mourir, et sa fille va devoir continuer sa quête seule. Mais très rapidement elle rencontre Yander, qui va la prendre sous son aile et ensemble ils vont continuer les fameuses recherches pour le soleil.
J'ai beaucoup apprécié cette lecture qui m'a embarquée dans un monde totalement original, je n'avais pas le souvenir d'un monde sans jour, sans soleil et cette idée m'a beaucoup plu.
Le livre est bien conçu on a des Trigger warning à la fin du livre pour ceux qui veulent avoir des précisions, on ne les a donc pas directerment sous les yeux si on ne veut pas connaitre le contenu.
Ensuite on a aussi à la fin beaucoup d'explications sur tous les esprits et la mythologie africaine et ça aide pas mal pendant la lecture car tout est vraiment très dense et expliqué plutôt rapidement dans le récit on a pas trop le temps de s'en imprégner (en même temps en 300 pages c'est compliqué de tout développer) et on se retrouve vite perdu.
J'ai trouvé qu'on n'a pas le temps de s'ennuyer dans ce récit, on découvre toujours plein de choses et il y a pas mal d'actions, de retournement de situation et de détails sur les croyances j'ai adoré !
Par contre j'ai trouvé la relation Yander/Elikia assez ambigue, elle m'a laissé perplexe je n'arrivais pas a déterminer si ça tournait en père/fille ou en romance et ça m'a un peu dérangé.
La fin est un peu rapide pour moi... Mais un petit épilogue qui promet de belle chose pour la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sylvicha
  13 décembre 2021
Dans nos jours brûlés Laura Nsafou crée un monde futuriste assez complexe dans lequel le soleil a disparu. Elikia qui n'a jamais connu le jour, suit sa mère Diba, qui parcourt le monde à la recherche de Juddu, une ancienne cité qui aurait abritée les fondateurs d'après les carnets de son père disparu, archiviste. Cette quête pleine de dangers, Elikia devra la poursuivre seule aidé par Yander, le dernier éclaireur. Celle-ci est d'autant plus dangereuse qu'elle est une « marquée » et doit résister sans cesse à l'appel de Guddi, l'être de la nuit… Ce premier tome, très initiatique, pose le décor et les luttes de pouvoir qui se jouent dans l'Invisible. Même si je me suis parfois perdue dans cet univers aux personnages et aux mystères nombreux (heureusement plusieurs schémas en fin d'ouvrage permettent de se repérer), j'ai aimé suivre le parcours d'Elikia, jeune fille forte et courageuse. J'ai trouvé aussi très original de situer l'histoire sur le continent africain et d'apprendre que l'autrice s'est inspirée de croyances et rituels existants. La suite sortira en septembre 2022…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MuBoDoc
  26 décembre 2021
Elikia vit dans un monde où le soleil a disparu sans qu'elle sache pourquoi. La nuit recouvre tout et a transformé l'environnement de l'humanité. Issue d'une famille où les femmes ont une place forte, Elikia va accepter de suivre sa mère en quête d'un mystérieux éclaireur dont l'existence est mentionnée dans les carnets hérités de son grand-père et qui pourrait leur donner une explication sur la disparition du monde d'Avant.
Ce roman est un livre exigeant dont l'histoire engage le lecteur ou la lectrice à être très concentré·e. En effet, l'autrice crée un univers qui est une interprétation du monde, de sa création et de son destin : une cosmogonie. Deux attitudes sont possibles, soit se référer souvent aux notes de fin d'ouvrage, soit se laisser peu à peu imprégner par cet univers au fil de la narration. C'est plutôt ce que j'ai fait en m'attachant à l'héroïne, à sa quête et sa transformation au fil de l'histoire et de ses rencontres. Au fur et à mesure les différentes forces en action dans ce monde prennent leur place et le monde inventé par Laura Nsafou se dessine et s'organise.
On peut voir cet ouvrage fantastique comme un ouvrage de science fiction si on s'attache à la projection dans le futur et la destinée de notre planète terre. Cela fait écho aux inquiétudes que l'on a actuellement sur son devenir et celui de l'humanité.
Les éléments culturels apportés par ce roman (croyances, religion, langues, éléments de la vie quotidienne) sont extrêmement originaux parce qu'il traite de culture africaine au sens large. Il est fait mention de divers pays et cultures du continent et de pays où des personnes afro-descendantes vivent (Brésil).
A noter, cette couverture est tout simplement somptueuse et l'héroïne est magnifiquement mise en valeur...
A réserver aux grands élèves à partir de la 3e.
A lire, à lire, à lire !
La professeuse de cdicollegeguisthau
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
MadmoizellePresse   22 novembre 2021
On y évoque pêle-mêle les liens familiaux, la transmission intergénérationnelle ou le rapport à la nuit et on vous prévient : si vous en lisez la première page, vous y resterez accrochée jusqu’à la fin.
Lire la critique sur le site : MadmoizellePresse
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SaiwhisperSaiwhisper   22 octobre 2021
Ma mère m’a dit que la Nuit n’avait pas toujours été là, qu’il fut un temps où une gigantesque boule de lumière éclairait le monde et révélait ses couleurs. Elle me parle souvent de teintes que je n’ai jamais vues, d’une saison où il faisait si chaud qu’elle changeait l’odeur du blé, de l’herbe et des arbres, et la couleur du ciel en fin de soirée. Je l’ai toujours écoutée avec attention, j’ai regardé certaines photos qu’elle me montrait. Mais après tout ce temps, j’en viens à me demander s’il n’aurait pas mieux valu que je n’en sache rien. Le Jour a disparu, et nous marchons sans discontinuer à sa recherche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SaiwhisperSaiwhisper   20 octobre 2021
Je ne ressentais rien. Ni la fatigue, ni la faim. Les seules choses qui me rappelaient mon existence étaient le poids du sac à dos sur mes épaules, et le poids du deuil sur mon cœur.
Commenter  J’apprécie          70
SaiwhisperSaiwhisper   22 octobre 2021
Il y a deux choses que je n’ai jamais vues : mon père, et le Jour.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Laura Nsafou (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laura Nsafou
"Il a fallu que j'attende l'âge de 20 ans pour trouver des héroïnes dans des romans afro-américains"
3 questions à Laura Nsafou, auteure de "Comme un million de papillons noirs" chez les Éditions Cambourakis.
autres livres classés : culture africaineVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3800 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..