AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782960171129
252 pages
Éditeur : Melle Mars Editions (02/02/2020)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Jeune restauratrice de tableaux, Clémence Rosier vient de décrocher un contrat en or : la propriétaire d’une vieille demeure anglaise l’a contactée pour travailler dans la galerie des
portraits de ses ancêtres ! Mieux encore, la demeure en question n’est autre que « Beveridge
manor », un prestigieux manoir du 16e siècle où ont été tournés plusieurs films historiques, dont
quelques adaptations des romans de Jane Austen, un auteur que Clémence ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
sorayabxl
  25 avril 2020
J'ai rencontré Emmanuelle Nuncq lors d'une conférence sur la reconstitution historique en novembre 2017. Sur son blog, elle partage sa passion de l'écriture, de l'Histoire (surtout la période de la Régence anglaise) et de la couture. Son dernier roman, Beveridge Manor, est une romance inter-temporelle entre une jeune française du XXIe siècle et un duc anglais du début du XIXe siècle. Un récit amusant et truffé de clins d'oeil aux romans de Jane Austen.
Clémence Rosier, l'héroïne du roman, est une jeune française fascinée par le XIXe siècle. Restauratrice de tableaux, elle est recrutée pour remettre en état une galerie de portraits au Beveridge Manor, un prestigieux château anglais du XVIe siècle devenu un lieu de tourisme. Alors qu'elle débute sa mission, elle découvre par hasard un passage secret qui mène… tout droit en 1804 !
S'en suit une aventure amusante à la Outlander lors de laquelle la jeune femme pose un regard à la fois admiratif et critique sur la société aristocratique anglaise du début du XIXe siècle. Sa rencontre avec le beau duc Arthur Wallingford la met par ailleurs face à un choix cornélien : Quelle époque choisir ? Celle du confort et de la liberté, mais seule ? Ou celle d'il y a deux cents ans, avec un homme appelé à partir se battre dans les guerres napoléoniennes ?
Bien que les comédies romantiques ne soient pas mon genre de prédilection et bien que je ne sois pas particulièrement fan de Jane Austen, je me suis beaucoup amusée à lire Beveridge Manor. Bien construit et bien rythmé, le roman échappe aux défauts habituels des ouvrages autoédités. Il se lit facilement et on s'attache vite à la narratrice et à ses imperfections.
La narration à la première personne fonctionne très bien et les réflexions intérieures de Clémence sur le décalage entre passé et présent sont souvent hilarantes, comme lorsqu'elle imagine participer à une émission de téléréalité ou qu'elle se compare à Stéphane Bern. Au final, Beveridge Manor est un roman qui, sans se prendre au sérieux, offre un bon moment de détente intelligente pour – ce sont les mots de l'autrice – « tous ceux qui aiment se plonger dans une époque révolue comme dans un bon bain chaud ! ».
Je remercie Emmanuelle Nuncq de m'avoir gracieusement offert un exemplaire de son roman.

Lien : https://histfict.fr/beveridg..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
dr_gibus
  14 mars 2020
Il y a un public à qui Beveridge manor plaira immanquablement : celui des amateurs de romances Régence teintées d'aventure, où les obstacles ne sont pas bien grands et où tout finit bien sur fond de mariage. Mais il n'y a pas qu'aux janeites qui ont vu "Lost in Austen" et aux fans de hard-Regency-punk que ce roman plaira. En distillant le fantastique à dose homéopathique, et en portant sur ses personnages un regard lucide, l'auteur sait aussi comment se démarquer des genres dont il s'inspire pour raconter, tout simplement, une belle histoire pleine de mystère, de retournements et de bonne humeur. Alors on se laisse happer, sans zapper, par ce joli conte qui, à la neige près, pourrait être de Noël et dont le style cinéma rappelle le plaisir qu'on éprouve à regarder des comédies fantastiques comme "30 ans sinon rien" ou "Jean-Philippe", la dimension historique en plus. Comme souvent chez l'auteur, le voyage dans le temps est en réalité du voyage dans l'histoire : une belle marque de fabrique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
dr_gibusdr_gibus   14 mars 2020
Juliet s'approche de moi :
– Qu'aimeriez-vous danser ? me demande-t-elle.
Je cherche une idée dans ce que nous avons répété ces derniers jours, mais une impulsion subite me fait lancer :
– "Mr Beveridge's maggot" !
[...]
– Qu'est-ce que c'est ? me demande-t-elle, très étonnée.
[...] Je lui explique rapidement que c'est sur cette contredanse que les héros de ma série favorite se parlent un peu sérieusement pour la première fois, et comment cette scène est devenue culte pour les futurs fans de Jane Austen. Arthur s'approche de nous, et je lui répète mes explications, m'enflammant au fur et à mesure que j'essaie de leur faire comprendre :
– Mais, ce titre ! Cela n'a-t-il pas de lien avec votre domaine ?
– Pas à ma connaissance, s'interroge Arthur.
Comme lui non plus ne semble pas connaître, je leur fredonne l'air que je connais par cœur. J'ai dû voir cette scène un millier de fois !
– Mais oui, reprend Juliet... Fa, Mi, Fa, Sol, Ré, c'est... dans le recueil de miss Olive Plainsborow !
Amelia nous rejoint et s'amuse :
– Mais c'est un si vieil air ! Nous ne le dansons plus depuis longtemps.
[...]
Ils se concertent tous trois quelques minutes et décident entre autres, au cours de cette conversation à laquelle je ne comprends pas grand-chose, d'un tempo et d'une chorégraphie. [...]
Il ne nous faut que quelques répétitions pour parvenir à connaître la chorégraphie qu'ils ont inventée : avec d'aussi excellents danseurs, il m'est facile d'être douée également ! Mais ce qui est le plus étrange, c'est que ces pas qu'ils viennent juste d'improviser... ressemblent en tous points à ceux que je connais. [...]
Une fois la danse terminée, je me mets à applaudir, mais les autres me regardent bizarrement. Apparemment, cela ne se fait pas ici... Mais Amelia se lève de son clavecin pour applaudir à son tour. L'un après l'autre, les danseurs restants nous imitent !
– Merveilleux ! me complimente la mère des jeunes filles en s'approchant de moi. Était-ce une danse de chez vous ?
– Non, c'est une danse bien d'ici ! Une danse de Beveridge, mais pour laquelle nous n'avons pas réussi à nous mettre d'accord sur le nom.
Et, alors qu'elle n'a pas entendu notre conversation, voilà qu'elle lance :
– Le premier Mister Beveridge aimait, paraît-il, beaucoup danser. Nous pourrions l'appeler "Mr Beveridge's maggot" ?
Voilà que, sans le savoir, j'ai réinventé cette danse, deux cents ans en avance !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mellemarsmellemars   29 février 2020
J’ai passé une semaine auprès des Wallingford, partageant mon temps entre les « cours » que m’ont donnés Amelia ou Juliet, parfois Arthur, et la « pratique », lors des soirées où j’ai dû appliquer auprès d’Helena et Penelope ce que j’ai appris dans la journée. J’ai l’impression d’être dans une colonie de vacances ou un stage Erasmus dont le thème serait « La vie en 1804 : dans les pas de Jane Austen ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Emmanuelle Nuncq (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuelle Nuncq
autres livres classés : régence britanniqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3791 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre