AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782362310454
320 pages
Éditeur : Castelmore (13/04/2012)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Un mousquetaire rebelle quitte le château de Bordemarge au galop. Après avoir fomenté un coup d’État, Le duc Silas a lancé ses troupes de pirates sur les traces de Roxane, l’héritière légitime du trône, qui a réussi à s’enfuir.

Violette, bibliothécaire déprimée, aurait adoré lire ce genre d’aventures rocambolesques.

Aussi, le jour où, pour échapper à ses ennemis, Roxane traverse un tableau magique qui donne sur le monde réel et envoie V... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Melisende
  07 juillet 2012
Je suivais les aventures d'Emmanuelle Nuncq avant la sortie de son petit Bordemarge, notamment du côté de ses créations vestimentaires (si vous êtes fans des robes régence ou des tenues de pirates, c'est dans le Grenier de Mademoiselle Mars qu'il faut vous rendre). J'ai profité de mon passage aux Imaginales pour rencontrer l'auteure et acheter le premier titre français du catalogue de Castelmore et je n'ai pas mis longtemps pour m'y plonger.
En discutant, Emmanuelle me disait que certains lecteurs reprochaient le niveau de langage de quelques-uns de ses personnages. Je n'ai pas relevé de gêne de ce côté-là. D'ailleurs, pour être franche, je n'ai pas relevé de points négatifs précis, il m'a juste manqué un je-ne-sais-quoi pour que j'entre complètement dans l'histoire et apprécie ce titre à la folie.
Le point fort de Bordemarge se révèle aussi être son principal point faible : son aspect conte de fées / roman de capes et d'épées. le monde est magique, proche du Pays Imaginaire de Peter Pan mais connaît aussi les travers du genre à savoir une intrigue sans réelle surprise (on se doute du dénouement et des rapprochements entre personnages) et un ensemble un peu manichéen (notamment dans le traitement des personnages).
Cependant, Emmanuelle Nuncq limite les choses en ajoutant quelques petits éléments « surprenants » comme la perte de quelques personnages (ou parties du corps humain), ce qui dramatise un peu l'ensemble. Malgré tout, Bordemarge reste idéal et particulièrement conseillé aux plus jeunes lecteurs ou à ceux qui ont gardé leur âme d'enfant et qui regardent toujours Peter Pan avec le même plaisir…
Comme je le disais juste au dessus, les personnages sont un peu manichéens, un peu caricaturaux mais la plupart vivent à Bordemarge, ils sont donc en accord avec leur nature. Ils tendent à évoluer au fil des pages mais restent tout de même assez prévisibles. C'est pourquoi on aime les suivre dans leurs aventures mais également pourquoi on ne s'attache pas forcément à eux (ce sont des personnages de contes qui essayent de devenir humains mais ils gardent malgré tout leur nature première).
Violette et Roxane se disputent la place d'héroïne, même si, à mon sens, la première l'emporte de ce point de vue-là (et est celle qui subit l'évolution la plus intéressante par la même occasion). Elles mènent, chacune de leur côté, leur petite révolution avant d'être réunies et de se découvrir plus de points communs qu'il n'y paraissait au premier abord.
Je suis un peu déçue des personnages masculins, trop peu exploités, évoluant trop vite. Les vraies héroïnes sont Violette et Roxane, c'est un fait, mais je regrette que leurs compagnons d'arme aient si peu été développés. C'est sans doute de leur côté que se situent les éléments les moins surprenants, les convenus… et c'est bien dommage parce qu'un personnage comme le Capitaine Angus Khaltourine avait un sacré potentiel !
J'ai aimé le style de l'auteure et si je regrette un peu le manque de descriptions/informations générales sur le pays de Bordemarge, j'ai grandement apprécié les différentes scènes et n'ai eu aucun mal à m'imaginer les actions et dialogues (qui sont en accord avec la personnalité de ceux qui les déclament) des personnages. L'ensemble est très visuel, très théâtral et spectaculaire et colle bien avec le but d'Emmanuelle Nuncq : offrir une sorte de scénario de film.
Vous trouverez même en annexe, à la fin de l'ouvrage, le générique de fin (avec les crédits), des bonus et le célèbre bêtisier (qui m'a fait largement sourire !).
Je n'oublie pas les nombreuses références aux oeuvre classiques (Gautier, Tolstoï, Proust, Dumas…) que l'auteure glisse ça et là, clins d'oeil agréable (et qui donneront peut-être envie aux plus jeunes lecteurs d'y jeter un oeil !).
J'ai apprécié évoluer entre costumes de mousquetaires, combats de pirates et inventions à la limite du steampunk et n'ai pas été étonnée de retrouver les morceaux de Cyrano de Bergerac (Jean-Claude Petit), Pirates des Caraïbes (Klaus Badelt), L'Homme au masque de fer (Nick Glennie-Smith), Doctor Who (Murray Gold) ou encore Hook (John Williams) dans les bandes originales du générique de fin.

Bordemarge c'est ça : la réunion fantaisiste de romans de capes et d'épées, de films d'aventures et de contes de notre enfance. C'est bon pour l'imagination et la détente mais possède les travers des oeuvres du genre, à savoir un côté un peu superficiel, un petit manque de surprises et le choix, régulier, de la facilité…
J'ai donc apprécié mais il m'a tout de même manqué une ou deux petites choses.
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Mladoria
  24 octobre 2014
Je tiens tout d'abord à remercier Noëlline, Booktubeuse de "Lapauselibrairie" pour m'avoir fait découvrir ce livre dans une de ses vidéos.
Si je devais résumer ce livre en un mot ce serait : JOUISSIF !!!! Un pur régal de fantastique jeunesse, mi-conte mi roman d'aventures, où tous les ingrédients sont réunis pour une lecture trépidante.
Allez un minuscule bémol, au départ, j'avais envie de jeter Violette par la fenêtre et Roxane était le stéréotype de l'héroïne sans peurs et sans reproches, bref aussi antipathiques l'une que l'autre.
Des personnages masculins que j'ai adoré de suite par contre alors qu'il a fallu plus de temps aux filles pour se révéler.
Palpitant, exaltant, le rythme est effréné, le style est fluide et très agréable à lire. Ca grouille d'action, d'humour. L'univers est foisonnant, les personnages attachants. On voit les "grosses" ficelles (l'auteur prend d'ailleurs un malin plaisir à nous les détailler par la bouche de Violette le plus souvent) mais cela donne un charme scénaristique à l'intrigue.
Mon prix spécial revient d'ailleurs aux "bonus" du roman et notamment au bêtisier qui m'a bien rire.
Alors n'hésitez plus, c'est "De l'autre côté du portrait" que se trouve l'aventure !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
IreneAdler
  23 mai 2012
Violette est bibliothécaire. Et sans son collègue Christian, sa vie en vaudrait encore moins la peine. Elle vit dans un nuage dépressif depuis que son petit ami l'a quittée voilà un an. Jusqu'au jour où une jeune femme tombe d'un tableau et la projette dans son monde, Bordemarge.
Bordemarge. Comme les dessins ou les histoires dans les cahiers d'écolier. Un monde de fiction où l'évolution des personnages dépend de leur importance dans l'intrigue : ils apparaissent, disparaissent selon les besoin de l'auteur. L'irruption de Violette dans ce monde va en bouleverser l'équilibre. Et Violette se révéler à elle-même.
Mais chut, l'histoire commence...
Commenter  J’apprécie          90
Virgule-Magazine
  01 avril 2016
Violette, jeune bibliothécaire, s'ennuie. À la bibliothèque, elle ne fait qu'indiquer les toilettes aux rares lecteurs qui passent dans la salle de littérature. Abandonnée par son fiancée et frustrée au travail, Violette déprime. Un après-midi pourtant sa vie bascule. La princesse Roxane fait irruption dans la bibliothèque ! Poursuivie par l'armée du duc Silas qui lui a pris son trône, elle est entrée par un tableau magique. Les soldats qui sont aux trousses de Roxane arrivent eux aussi à la bibliothèque et ramènent Violette avec eux à Bordemarge. La bibliothécaire ne va pas tarder à comprendre qu'elle vient d'être entraînée dans la fiction…
L'avis de Sabine, 11 ans : C'est un livre très difficile à lire. J'ai eu beaucoup de mal à ne pas laisser “tomber” : d'un chapitre à l'autre, on passe d'un monde à l'autre, et il y a un mélange entre un monde réel et actuel et un monde qui fait penser à un Moyen Âge complètement irréel ; il y a un passage d'un monde à l'autre, d'Allancourt à Bordemarge, avec plein de renvois à des histoires ou à des écrivains. C'est, à mon avis, un livre pour les plus grands, mais il y a de jolis passages ! 
L'avis de la rédaction : Un roman de cape et d'épée fantastique où réalité et fiction communiquent pour créer le double d'aventures !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Stellabloggeuse
  27 mai 2014
Violette, jeune bibliothécaire d'une petite ville, s'ennuie dans sa vie trop tranquille et elle s'enfonce dans la déprime. Mais sa vie se trouve bouleversée lorsqu'une jeune femme, Roxane, surgit d'un tableau et l'envoie à sa place dans le monde de Bordemarge, qui semble tout droit sorti d'un roman de cape et d'épée. On la prend pour Roxane qui est une princesse en fuite, et qui doit être livrée au cruel Silas… L'histoire semble mal engagée, mais à Bordemarge, tout est possible.

Avec ce roman, Emmanuelle Nuncq s'amuse avec les codes du roman, notamment ceux de cape et d'épée, mais aussi avec des codes cinématographiques. L'idée de base m'a bien plu et il y a des initiatives intéressantes, comme ce générique de fin, les bonus et le bêtiser du tournage. Il y a également une réflexion autour de l'écriture, de ce qu'est un personnage. On y distingue au final une invitation à prendre son destin en main, même s'il semble tout tracé. Cela donne un roman décalé et assez dépaysant.
Malheureusement, si le principe du roman était bon, certains défauts m'ont gâché ma lecture, et notamment l'abondance de clichés. Notamment celui de la bibliothèque déserte peuplée de bibliothécaires revêches et dépressifs. Si j'ai bien compris, c'est également le métier de l'auteure, et je trouve d'autant plus dommage d'entretenir ainsi les clichés qu'a le commun des mortels sur les bibliothèques, alors que beaucoup sont aujourd'hui des lieux dynamiques et modernes. J'avoue que je ne suis peut-être pas objective, puisque cela touche à mon métier que j'aime, mais cela m'a vraiment dérangée. Ajoutons à cela une intrigue assez brouillonne, et nous obtenons une petite déception.

Les personnages dans leur ensemble correspondent à certains clichés et je les ai diversement appréciés. En ce qui concerne Violette, je ne l'ai pas appréciée au départ, je n'étais pas touchée par sa personnalité indolente. Son évolution me l'a rendue un peu plus sympathique. Ensuite, Roxane est au début assez centrée sur elle-même, mais finit par développer une solidarité avec l'ensemble des personnages. D'autres m'ont davantage plu : le jeune Peter qui veut changer son destin, l'Orfèvre qui a perdu ce qui lui était le plus cher, et Christian dont l'humour apporte une bouffée d'oxygène.

En ce qui concerne le style, il est assez simple et plutôt vif, mais il est tout de même assez maladroit dans l'ensemble. J'ai grincé des dents devant certaines tournures de phrases. L'ensemble se lit bien et on ne bute pas à la lecture, mais c'est tout de même assez médiocre.

Ainsi, si l'idée de base et le principe du roman me plaisaient beaucoup, un style assez maladroit et une abondance de clichés m'ont un peu gâché le plaisir de cette lecture. Cela reste néanmoins un moment d'évasion sympathique, si on le prend vraiment au second degré et que l'on n'accorde pas trop d'importance à la forme.
Lien : http://romans-entre-deux-mon..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
mellemarsmellemars   19 mars 2013
Christian retrouva sa bonne humeur:
— Et toi les amours, comment ça va ?
Violette leva les yeux au ciel. Christian aimait l’embêter, il savait pertinemment qu’elle détestait cette question, digne de l’interrogatoire d’une mamie gâteuse.
— Oh moi tu sais, j’en suis toujours au même point avec Marius, dit-elle en montrant derrière elle le portrait du premier conservateur des lieux, un vieil homme à l’air peu amène, portant fines moustaches blanches, gilet, lorgnons et montre à gousset. Il n’est pas très causant.
— Si tu enlevais de ta tête ce panneau « Attention Violette méchante, ne pas toucher » peut-être que…
Violette l’interrompit :
— Hé ! Traite-moi de coincée aussi !
— Coincée, non ! Mais par contre… Cynique, désagréable, fausse rebelle, dépressive, fêlée, asociale, sociopathe, anarchiste et provocatrice, ça oui !
Violette lui donna un coup de poing à chaque insulte :
— Mais tu as fini ? (Elle se rembrunit.) Et je ne suis pas dépressive.
Christian leva un sourcil sceptique.
— Autant que moi je suis diplômé en physique nucléaire.
C’était une blague entre eux : Christian était effectivement diplômé en physique nucléaire, et il n’avait jamais voulu dire comment il en était arrivé ici, en secteur jeunesse, à faire des animations déguisé en pirate pour les gamins de trois ans.
— Au fait, qu’est-ce qu’il devient, reprit-il, le pauvre type qui t’a laissé le cœur en miettes ?
— Ben, hésita Violette, il empoisonne les limbes de ce qui reste de mon pauvre cerveau fêlé ? Il souffre atrocement dans la prison de souvenirs et de remords que j’ai construite pour lui ?
Christian éclata de rire, et chuchota en voyant les deux usagers se tourner vers eux, visiblement revenus à la vie grâce à son rire communicatif :
— Toujours le sens de la formule, toi. Tu n’aurais pas été poète maudit par hasard dans une autre vie? Que de points communs avec ce cher vieux Marius, décidément…
— Quand tu auras fini de dire des idioties, tu pourrais peut-être me laisser bosser ?
— Bosser, merde, quel grand mot !
Et dans une révérence, il quitta les lieux avec son sac plastique, ses « merde » intempestifs, sa bonne humeur et sa chemise rose jetée sur l’épaule comme une cape de César.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MelisendeMelisende   07 juillet 2012
L'écran de son ordinateur était devenu noir, et il n'y avait toujours aucun usager. Elle s'étira et fit craquer son dos et ses doigts. Le bruit résonna étrangement fort entre les murs. Elle n'eut pas le temps de s'interroger qu'un corps chuta sur elle et envoya sa figure s'écraser contre les touches de son clavier. Sonnée, la main sur son nez en sang, elle se redressa, des étoiles plein les yeux, pour se retrouver en face d'une ado à l'air revêche, toute couverte de poussière bleue, habillée comme un mousquetaire d'Alexandre Dumas, fourreau au côté, épée à la main et feutre empanaché sur la tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
mellemarsmellemars   19 mars 2013
Seulement, un des espagnols aperçut Violette, et avança vers elle avec un sourire mauvais. Elle ne savait pas se battre, et elle n'avait rien sous la main : il allait l'embrocher sans qu'elle puisse se défendre ! Au moment où il s'approcha d'elle, la garde baissée parce qu'il savait qu'elle ne pouvait rien contre lui, elle se rappela soudain une technique de défense que sa mère lui avait répétée cent fois: « coup de genou dans les roubignolles, il se plie en deux, et coup de poing en marteau sur la nuque! » Ce qu'elle fit. L'espagnol poussa un hurlement et s'effondra par terre. Khaltourine, voyant cette attaque peu orthodoxe qu'il n'avait jamais apprise, éclata de rire. Violette pensa un instant que s’il fallait lui trouver une place dans cette histoire, pour cette scène-là, elle était l'élément comique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SlaySlay   27 juillet 2012
- Alors? Comment me trouvez-vous? demanda-t-elle à Christian.
Il hésita.
- A côté de vous, avec mon gourdin, je ne vais pas paraître sophistiqué demain.
En réalité, il aurait bien voulu lui dire qu’habillée de la sorte, il la trouvait ravissante, et qu’il lui aurait bien appris ce qui se passait entre le “ils se marièrent” et le “et ils eurent beaucoup d’enfants”, là, tout de suite, près du feu de camp.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
SlaySlay   15 mai 2012
Désolé? A cause de vous je serai morte dans trois heures et tout ce que vous trouvez à me dire c’est: “je suis désolé”? Je t’en foutrai moi du “je suis désolé”! Vous n’avez même pas levé le petit doigt pour moi, vous vous êtes contenté de me livrer à Silas alors que vous savez que je ne ferais même pas de mal à une mouche, vous avez récupéré votre gros sac d’or en vous servant de moi comme d’un bout de viande, vous avez laissé les gardes me brutaliser et me jeter en prison. Et maintenant vous avez le culot monstre de venir jusqu’ici me narguer et me suis “je suis désolé”?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Emmanuelle Nuncq (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuelle Nuncq
autres livres classés : bibliothécaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1551 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre