AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2723461831
Éditeur : Glénat (01/10/2008)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 203 notes)
Résumé :

En temps de guerre tous les clients sont bons à prendre. Y compris les nazis. Le second tome de la grande saga de Fabien Nury et Sylvain Vallée, unanimement saluée par la critique et les lecteurs.1940. La guerre secoue le monde. L'ascension sociale de Joseph Joanovici le ferrailleur pourrait en être contrariée. Si ce n'est que les armées, pour fabriquer leur matériel de mort, se révèlent grandes consommatrices ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  26 avril 2014
La Rochelle, 1940. Sur les quais, les Juifs tentent par tous les moyens de fuir la France vers les Etats-Unis. Joseph Joanovici est de ceux-là. Par dessus tout, il essaie de mettre sa femme et ses filles en sécurité. Pour cela, il a réservé un billet en première classe pour un départ dès le lendemain. Mais, sur un coup de tête, il change d'avis et décide de rester en France pour régler quelques affaires. En effet, ayant dégoté un faussaire réputé pour trafiquer les passeports, il espère pouvoir rester encore un peu pour traiter avec les Allemands sur le marché des métaux. C'est donc en compagnie de Lucie, son assistante et maîtresse, et de ce monsieur Bravo qu'il rejoint Paris. Une fois arrivés, il lui demande de refaire ses papiers puis ceux de ses employés. Dès lors, il reçoit la visite d'un capitaine de l'armée allemande qui lui demande de travailler pour lui à un prix confortable. Les affaires reprennent très vite pour l'entreprise mais les trahisons et les coups bas ne sont jamais bien loin...
Fabien Nury nous offre un second tome tout en continuité avec le premier. le scénario est tout aussi passionnant et la narration, plus linéaire ici, est rondement menée. Nous suivons toujours les tribulations de Joseph Joanovici, un ferrailleur émigré roumain d'origine juive qui a fait fortune pendant la guerre sur le marché des métaux. Ici, l'on montre un homme encore plus étrange dont les motivations restent ici sans réponses. de nombreuses personnes font leur apparition tandis que d'autres se dévoilent, montrant ainsi leurs bassesses ou leurs forces. le dessin est minutieux, les détails font mouche et les cadrages sont de toute beauté. Les couleurs siéent parfaitement à cette ambiance de guerre.
Il était une fois en France, le vol noir des corbeaux... de haut vol!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
MissG
  11 juillet 2013
S'il avait été possible d'éprouver un peu de compassion à l'égard de Joseph Joanovici, elle fond ici comme neige au soleil.
Il est peu courant en littérature qu'un personnage aussi peu sympathique fasse office de personnage principal, ici c'est pourtant le cas mais je n'irai pas jusqu'à dire qu'il provoque une réaction épidermique.
Son passé permet d'expliquer partiellement pourquoi il est ainsi, mais n'excuse pas sa conduite envers sa famille : il délaisse sa femme et ses filles et vit ouvertement avec sa secrétaire Lucie, la bien-nommée Lucie-Fer, il charge son frère de veiller sur sa famille pendant qu'il négocie des affaires avec les allemands et s'enrichit, énormément, toujours plus sûr de lui et plus revanchard sur la vie : "Je nous ai construit une vie dans ce pays. J'ai fait fortune dans ce pays. Et maintenant tu veux me voir fuir comme les autres ? Non, pas question ... pas moi.".
Il n'empêche que l'occupant sait bien lui rappeler son statut de juif : "Vois-tu, Joseph pour moi tu n'es qu'un sale youpin !", ce qui ne démonte pas pour autant l'assurance de Joseph Joanivici : "Combien ça coûte de ne plus l'être ?", et la scène finale où il obtient son certificat d'aryanisation est violente d'un point de vue psychologique.
C'est là que réside toute la complexité du personnage : il gère ses affaires mais il protège aussi sa famille en la mettant à l'abri du besoin et des rafles qui deviennent plus nombreuses tout en se montrant généreux avec d'autres personnes : "Je le connais comme honnête homme, serviable et grand travailleur. L'argent qu'il gagne, il le donne en partie à ceux qui sont plus malheureux que lui et je ne crois pas que ce soit dans les habitudes d'un juif.".
Difficile de cerner ce personnage, mais malgré le peu d'attrait qu'il exerce sur moi je prends plaisir à lire son histoire racontée par Fabien Nury et mise en image par Sylvain Vallée.
Encore une fois, je reconnais un gros travail de recherches pour bâtir le scénario, l'ambiance de l'époque est bien reconstituée et les dessins de Sylvain Vallée servent bien l'histoire.
Je trouve que les personnages sont expressifs et que cela reflète leurs caractères.
Ainsi, Eva, la femme de Joseph, a le visage taillé à coup de serpe, une bouche dure et des traits crispés, il faut dire qu'elle est agacée par l'attitude de son mari et que je ne peux que lui donner raison ; Lucie est d'une certaine beauté mais ses yeux reflètent qu'il vaut mieux se méfier d'elle ; Joseph sous son aspect rond n'en est pas pour autant jovial ; quant aux allemands ils sont peu sympathiques sans que cela tombe toutefois dans le cliché.
Nettement moins brouillon que le précédent opus, "Le Vol Noir des Corbeaux" dresse une France sombre dans l'époque tourmentée de la Seconde Guerre Mondiale à travers le personnage tout aussi sombre et complexe qu'était Joseph Joanovici.
Une belle saga littéraire a vu le jour.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BlackWolf
  24 juillet 2013
En Résumé : J'ai passé de nouveau un excellent moment de lecture avec ce second tome dont l'intrigue continue à se densifier et à monter doucement en tension et en violence au fils des pages. le personnage de Joseph se révèle toujours aussi ambigu et il est vraiment difficile de se faire un jugement face à ses choix et ses décisions. Les personnages qui gravitent autour de lui sont humains et tout aussi intéressants à découvrir. L'univers de la seconde guerre mondiale, avec sa souffrance et l'occupation, se révèle bien retranscrite. Concernant les graphismes ils sont toujours aussi réalistes et captivant, nous plongeant facilement dans cette histoire, jouant parfaitement sur les émotions et l'ambiance mise en place. Je lirai la suite de ce cycle avec grand plaisir.
Retrouvez ma chronique complète sur mon blog
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
Commenter  J’apprécie          110
umezzu
  15 février 2016
Avec ce tome d'Il était une foi en France, on entre dans le vif du sujet.
1940, c'est la déroute. le personnel politique fuit. le premier réflexe de Joseph Joanovici, juif, ferrailleur qui a fait fortune, est de mettre à l'abri sa famille. Puis il décide de profiter de la situation pour mieux s'enrichir avec l'occupant. le tout non sans quelques frayeurs. Il lui faut trouver de faux papiers, pour lui, comme pour tout son personnel, juif également. Il collecte les métaux de toute la France occupée pour les monnayer aux forces allemandes. Son business marche bien, l'or s'entasse. Il y ajoute un peu de vice en mêlant à ses métaux quelques impuretés, et tant mieux si cela provoque des incidents dans la production militaire allemande.
La France occupée subit la botte nazie. Et Joanovici doit changer de protecteurs. Il se retrouve désormais lié à la lie de l'occupation : la Gestapo française, la Carlingue, menée par Lafont et Bonny (déjà connu pour son implication dans le scandale Stavisky avant guerre). Lesquels lui arrangent ses démêlés, tant avec d'autres truands, qu'avec les autorités qui vérifient sa non judaïcité. Joseph fini d'ailleurs l'album avec un diplôme attestant de son origine aryenne, entre deux SS, avec une carte de la Gestapo.
Vallée sait remarquablement traduire les conflits intérieurs de Joanovici, coincé entre sa survie, celle de ses proches, son habilité aux trafics, son art de la flatterie et de la corruption.. Il y ajoute un joli minois, celui de Lucie, qui ressemble quand même beaucoup à Scarlett Johansson.
Ce tome est peut être le plus fort de la série, celui où les circonstances obligent Joanovici à des associations contre nature et où il continue malgré tout sa route. Il peut en plus parfaitement se lire indépendamment des autres tomes.
Un BD exceptionnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lunedor
  13 mai 2016
Après un premier tome d'introduction sur l'enfance, la venue en France et l'ascension sociale de M. Joseph Joanovici à l'origine petit ferrailleur. On entre ici dans le vif du sujet, le début de la seconde guerre mondiale, la prise de Paris, l'occupation par les nazis, et la dure répression envers le peuple juif qui se met en place.
Fuir ou rester ? le risque est grand mais M.Joseph n'hésite pas. Dans ce deuxième tome nous sommes les témoins de la mise en place de ses affaires durant cette année 1940 et de l'éloignement qu'il va créer vis-à-vis de sa famille. Désintéressement ou amour ? Je vous laisse le soin de vous en faire votre avis au fil des pages d'une très belle bande dessinée.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
sevm57sevm57   16 avril 2016
Je peux te payer chaque semaine. Y a un dicton chez moi, en Roumanie.....
......un dicton qui dit "mieux vaut une vache à traire....qu'une vache à tuer"
Commenter  J’apprécie          60
MissGMissG   11 juillet 2013
Je le connais comme honnête homme, serviable et grand travailleur. L'argent qu'il gagne, il le donne en partie à ceux qui sont plus malheureux que lui et je ne crois pas que ce soit dans les habitudes d'un juif.
Commenter  J’apprécie          30
MissGMissG   11 juillet 2013
- Vois-tu, Joseph pour moi tu n'es qu'un sale youpin !
- Et euh ... Combien ça coûte de ne plus l'être ?
Commenter  J’apprécie          40
MissGMissG   11 juillet 2013
Je nous ai construit une vie dans ce pays. J'ai fait fortune dans ce pays. Et maintenant tu veux me voir fuir comme les autres ? Non, pas question ... pas moi.
Commenter  J’apprécie          20
BibliotekanaBibliotekana   04 juillet 2013
La clé, c'est de faire le moins de changements possible. juste une ou deux retouches discrètes... Vous étiez enregistré comme "fils d'Isaac".. J'ai changé en "fils d'Ivan". Ça sonne mieux.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Fabien Nury (55) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabien Nury
Au cinéma le 17 janvier 2018 La Mort de Staline est une comédie satirique franco-britannique réalisée par Armando Iannucci dont la sortie est prévue pour janvier 2018. Il s'agit de l'adaptation cinématographique de la bande dessinée du même nom de Thierry Robin et Fabien Nury. En savoir plus sur la bande dessinée : http://www.dargaud.com/bd/Mort-de-Staline-La/Mort-de-Staline-La
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
2797 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
. .