AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782723476232
56 pages
Éditeur : Glénat (04/05/2011)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Après Je suis légion, Fabien Nury vous emmène aux origines du mythe...

Quelque part sur l'Atlantique, mars 1531 : Doña Gabriella de la Fuente accoste en Amérique latine pour y épouser Hernan Cortés.

Moscou, janvier 1812. Armand Malachie recrute des mercenaires parmi l'armée napoléonienne en déroute pour l'aider à récupérer un trésor.

Whitechapel, octobre 1885. Victor Douglas Thorpe est convoqué par un avocat pour se voir ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Yvan_T
  10 novembre 2020
Transylvanie, décembre 1476. le tyran Vlad Dracula Tepes est vaincu par les troupes ottomanes et décapité. Son frère Radu termine dans les geôles du sultan, abandonné au milieu des rats en attendant une mort finalement pas si certaine que cela.
Quelque part sur l'Atlantique, mars 1531. La belle Doña Gabriella de la Fuente vogue sur l'océan en direction du Nouveau Monde, afin d'y épouser le conquistador Hernan Torres.
Moscou, janvier 1812. le capitaine Armand Malachie déserte les troupes napoléoniennes, mal embarqués aux alentours de la Bérézina.
Whitechapel, octobre 1885. Victor Douglas Thorpe est convoqué par un Lord immensément riche, à la recherche d'un digne héritier.
Après quelques perles unanimement saluées par la critique, Fabien Nury renoue avec ses débuts en proposant une préquelle à son triptyque "Je suis Légion", paru chez les Humanoïdes Associés entre 2004 et 2007. Ce cycle de quatre tomes entreprend de raconter la genèse des deux demi-frères Tepes, avant leurs réincarnations durant la Seconde Guerre Mondiale.
Si le récit s'inspire du mythe de Bram Stoker et débute par la décapitation du prince de Valachie en 1476, Fabien Nury s'éloigne très vite des sentiers battus en proposant un récit qui voyage à travers les siècles. En conférant d'étranges pouvoirs au sang vampirique, il permet aux héros de transiter d'une âme à l'autre sans perdre leurs souvenirs et en conservant cette haine éternelle qu'ils se vouent. Si le survol rapide des incarnations successives ne permet pas vraiment de s'attacher aux différents hôtes, ce fil rouge sang, ponctué d'une voix-off efficace, permet néanmoins de développer les psychologies de Vlad et de Radu au gré des existences empruntées.
En s'appuyant sur quatre dessinateurs issus de pays différents, qui se passent les crayons au fil des changements d'époque et de lieu, le graphisme accompagne brillamment les différents sauts de cette entité diabolique nommée « Légion ». Si la couverture et l'introduction sont l'oeuvre du Français Mathieu Lauffray, l'Italien Mario Alberti s'occupe de la traversée en bateau, le Chinois Zhang Xiaoyu signe la déconvenue de l'empereur Napoléon en Russie, tandis que l'Espagnol Tirso illustre le passage londonien qui conclut ce premier volet. S'ils empruntent des styles graphiques distincts, ils parviennent néanmoins tous à installer cette ambiance sombre et pesante, qui souligne la présence de ces immortels, engagés dans un duel fratricide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LydiaB
  16 juin 2011
Un grand merci, tout d'abord, à toute l'équipe de Babelio ainsi qu'à Masse Critique pour m'avoir fait découvrir cette bande dessinée.
Longtemps décriée, jugée (à tort) futile, la bande dessinée a réussi à se faire un nom et à prendre ses marques parmi la littérature. Art à part entière, elle délivre un message tout comme un roman. La difficulté réside dans la concision.
Lorsque j'ai vu cette BD proposée dans le cadre de l'opération Masse Critique, je me suis dit que c'était une bonne idée que d'avoir pris ce personnage qui nous est devenu presque familier maintenant, Vlad Tepes, alias Dracula, et de le mener dans une dimension fantastique. Bien entendu, il va de soi que le lecteur ne s'attendra pas à une reprise du héros de Bram Stoker. Toute la complexité était là. Mais l'amateur de BD ne s'y trompera pas et sera happé par l'histoire dès la première planche. Vient s'ajouter à cela le jeu sur les couleurs, très sombres pour les trois-quarts de l'album, allant du marron au rouge en passant par le noir. le symbole du mal, du sang, de l'enfer est présent à chaque page. Il est le fil conducteur du voyage dans L Histoire et dans le temps.
Pourtant, bien que tous ces facteurs soient réunis, je n'ai pas vraiment accroché. Tout d'abord, j'ai eu un problème avec la première partie: les dessins peu détaillés, légèrement évasifs, et la mise en forme - en vignettes larges - ne m'attirent pas. J'ai du mal avec cette conception panoramique qui, je le conçois, laisse le champ au décor de manière beaucoup moins restrictive que la case classique. J'ai préféré les dessins de la dernière partie de l'album, à partir de la page 44, plus lumineux et plus détaillés. Ensuite, il y a beaucoup de récitatifs, c'est-à-dire des petits encadrés qui racontent l'histoire et peu de bulles. Encore une fois, c'est un parti pris qui se défend et que je ne juge pas. J'explique seulement pourquoi je n'ai pas vraiment apprécié cet ouvrage.
Ceci dit, si vous aimez ce style, alors n'hésitez pas car le scénario est vraiment original.
Lien : http://livresetmanuscrits.e-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ay_guadalquivir
  14 juin 2011
L'opération Masse Critique me donne l'opportunité de porter un regard critique sur une bande dessinée. Exercice un peu délicat... Les chroniques de Légion reprend le sujet archi-classique des vampires depuis Vlad Tepes. Ce premier volume est une mise en condition, qui présente les principaux personnages (Vlad et son frère Radu) et le mécanisme de passage d'un corps à un autre pour traverser les époques. le traitement pictural met d'abord en avant la violence, puis suggère simplement. Les personnage sont pour l'instant de chair, et peu caractérisés me semble-t-il, sauf à déduire de l'hériatge de Dracula leur personnalité. A la fin de ce premier chapitre, le sujet est posé, l'ambiance créé, les couleurs et l'éclairage en tête pour suivre les aventures de ces personnages. Souhaitons qu'elles ne s'étirent pas en dizaines de volumes...
Commenter  J’apprécie          40
lilimarylene
  26 juin 2011
Cette bande dessinée pour adultes réunit un scénariste et quatre dessinateurs : ces derniers se sont en effet partagé la tâche de donner une ambiance particulière à chacune des époques "visitées" par l'incarnation de Vlad Dracula Tepes. Une bonne idée, qui permet de comprendre la chronologie pensée par l'auteur. Je reste un peu sur ma faim après la dernière page lue, car finalement, il ne s'est pas passé grand chose dans ce volume. Les personnages défilent trop vite, on n'a pas le temps de plonger dans leur personnalité... J'aurais aimé passé plus de temps avec chacun d'entre eux. Mais peut-être est-ce l'objet des prochains tomes ? Il faudra s'armer de patience pour le savoir ! Malgré la beauté des dessins, ce premier volume me laisse donc une impression de vide. Il ne va pas assez loin pour me donner réellement envie d'aller lire la suite. Heureusement, je suis une grande curieuse, donc si j'en ai l'occasion, je la lirai quand même, mais voilà, disons que je n'ai pas ressenti de petite flamme dévorante à la lecture de cette bande dessinée. Tant pis pour moi !
@ savoir : Les chroniques de légion sont en quelque sorte la suite de Je suis Légion, une autre BD de Fabien Nury.
Un grand merci à Babelio et aux éditions Glénat qui m'ont envoyé ce livre dans le cadre de l'opération Masse critique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chienvert
  21 juin 2011
" le tyran est mort !! " Vlad Dracula Tepes vient d'y perdre sa tête, mais est-ce déjà la fin de l'histoire ? Non, car ce démon à l'éternité pour lui. Doté d'un pouvoir de réincarnation, il va naviguer au cours des siècles, passant d'une victime à une autre au grès de multiples conquêtes. Vlad Tepes à les moyens de mettre la main sur le monde, mais il n' y à qu'une personne capable de lui barrer la route, son propre frère Radu, qui jouit lui aussi des mêmes pouvoirs.
Cet ouvrage qui regroupe quatre auteurs pouvait laisser craindre un choc de style entre chaque période que se sont distribués les dessinateurs. Hors, il n'en est rien; les césures où apparaissent son frère et les différentes époques perdent un peu le lecteur, mais on retombe vite sur ses pieds. le scénariste Fabien Nury nous recentre sur la chronologie par un fil d'ariane méticuleux. Quelques liens avec l'incarnation précédente de Vlad ou Radu nous font tourner les pages fievreusement dans l'attente de leur confrontation.
Malheureusement, il faudra attendre quelques albums supplémentaires pour découvrir " l'interdit ultime " qui leur permettra de se trouver face à face. On reste avec une faim énorme sur la dernière page, et cet album reste vide en découvertes. " les personnages sont posés, revenez l'année prochaine avecr le second tome, pour que nous vous racontions une histoire "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Erik_Erik_   23 novembre 2020
N'oubliez jamais : les forts sont légion mais les sages sont rares.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Fabien Nury (81) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabien Nury
Rencontre avec le scénariste de bande-dessinée et série Fabien Nury, à l'occasion de la série Canal "Paris Police 1900". Un polar historique qui plonge dans les noirceurs du Paris antisémite et décadent d'une année charnière.
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1814 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre