AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 272461710X
Éditeur : Les Presses de Sciences Po (17/04/2015)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Boycott du thé anglais à l'époque de la Révolution américaine, boycott qui a donné son nom à ce mode d'action (celui du capitaine Boycott dans l'Irlande du XIXe siècle), boycott des bus d'Alabama contre la ségrégation raciale dans les années 1960, boycott mondial de l'Afrique du Sud de l'Apartheid ou des produits israéliens aujourd'hui : qu'il soit un moyen de pression idéologique, une arme des pauvres et des exclus ou parfois même un levier utilisé par les puissant... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
YvesParis
  24 juillet 2015
Refus d'entretenir une relation avec un tiers dans le but d'exercer sur lui une pression, le boycott est une pratique ancienne. Il tire son nom de la décision de Charles C. Boycott d'augmenter en 1880 le loyer de ses terres et de la réaction des membres de la Ligue agraire nationale irlandaise de rompre toute relation avec lui afin de le faire revenir sur sa décision. Il a connu, au cours de l'histoire de nombreuses applications : le boycott du thé anglais par les révolutionnaires américains en 1773, le boycott des commerces juifs par les nazis allemands en 1933, le boycott de l'Afrique du sud de l'apartheid, le boycott des Jeux olympiques de Moscou par les États-Unis en 1980 – et le boycott subséquent des JO de Los Angeles en 1994 par les pays du bloc soviétique – la campagne « Boycott, désinvestissement, sanctions » lancée contre Israël en 2005 en réaction contre sa politique de colonisation des territoires occupés …
A l'instar du bannissement, de la mise à l'index, de l'embargo ou du blocus, le boycott vise à affaiblir un adversaire en rompant les liens avec lui. C'est une pratique spécifiquement anglo-saxonne « as American as apple pie » comme l'écrit joliment Richard Hadkins (p. 29). On y recourt beaucoup plus fréquemment dans l'Europe du Nord protestante que dans l'Europe du sud catholique – et notamment en France où la pratique ne s'y est pas encore généralisée – où, selon une grille de lecture typiquement wéberienne, la culture de la responsabilité individuelle serait moins développée. Les boycotteurs ont un profil sociologique marqué : jeunes, éduqué(e)s, aisé(e)s et plutôt de gauche.
Il s'agit d'une action de contestation particulière, en phase avec les valeurs individualistes et postmatérialistes de notre temps. le boycott résulte d'une décision individuelle mais s'inscrit dans un cadre collectif, une « action collective individualisée » selon les termes de Michele Micheletti (p. 51). Dans la célèbre typologie d'Albert Hirschman, il se situe à la frontière de la défection (Exit) et de la prise de parole (Voice). Il s'inscrit aux limites de la sphère privée et de la sphère publique, de l'engagement civique (comme faire un don pour une cause humanitaire ou signer une pétition) et de la participation politique (voter, militer dans un parti).
Pour autant, il ne faudrait pas iréniser le boycott et y voir une panacée. Les conditions de son succès sont nombreuses. Un boycott réussi suppose une cible clairement identifié, l'existence de produits de substitution, une communauté soudée de consommateurs limitant le nombre de « free riders », le soutien des médias ... le boycott de Shell orchestré par Greenpeace en 1995 a fonctionné, celui de Danone en 2001 a en revanche échoué. Son efficacité suppose son association avec des modes d'action plus conventionnels : le boycott des produits israéliens ne suffira pas, à lui seul, à mettre un terme à la politique de colonisation des territoires occupés pas plus que le boycott des JO de Moscou n'avait à lui seul ébranlé le bloc soviétique.
Dans sa variante consumériste aujourd'hui comme dans sa variante diplomatique hier, Ingrid Nyström et Patricia Vendramin montrent que le boycott et le buycott, son double actif, ont toute leur place dans les formes contemporaines d'engagement militant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

critiques presse (2)
LaViedesIdees   30 octobre 2015
Existe-t-il un véritable contre-pouvoir des consommateurs à l’ère de la mondialisation néolibérale ? Un ouvrage analyse les significations politiques du boycott et l’exercice d’un pouvoir économique « par le bas ».
Lire la critique sur le site : LaViedesIdees
NonFiction   29 septembre 2015
Le boycott est à la mode et à portée de tablette.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Lire un extrait
autres livres classés : recherche scientifiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1571 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre