AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756035122
Éditeur : Delcourt (24/10/2012)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 19 notes)
Résumé :
La veille de leur mariage, Eric Draven et Shelly Webster sont sauvagement assassinés par un gang de truands. Un an après leur mort, un mystérieux corbeau se pose sur la tombe d'Eric : il est venu le guider pour assouvir sa vengeance...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
jeranjou
  04 septembre 2014
De Baudelaire à la Fontaine...
The Crow (le corbeau en français) est une série de comics de l'américain James O'Barr, débutée en 1989 et éditée chez Delcourt dans cette version complète légèrement remaniée et commentée par l'auteur. Cette série avait été écrite par O'Barr dans le but de surmonter le décès de sa petite amie, morte dans un accident de voiture à cause d'un chauffard alcoolique.
Pour les amateurs de Jean de la fontaine, rien à voir avec la fable du corbeau et du renard. Dans cet album, le corbeau (ou Eric) ne perd pas un fromage mais sa petite amie Shelly. En revanche, il est vrai que le corbeau, honteux et confus, jura, mais un tard, qu'on ne l'y prendrait plus.
Un peu tard en effet. Eric, notre corbeau en est mort, tué sauvagement par la bande de renards, appelés dans l'album T-bird, Tin tin, Tom tom et autres Funboy.
Mais Eric ressuscite de ses cendres (je ne sais pas si il a été incinéré en fin de compte) et va se transformer en un être indestructible surnommé « The crow » qui va venger la perte de son amie, violée et assassinée par cette bande de loubards.
N'étant pas à la base un fan des corbeaux, je me suis tout de même laissé tenter par cette recommandation de la médiathèque pour « The crow » (qui est très souvent une réussite pour les bande-dessinées).
Autant je ne suis pas gêné par les romans noirs violents et noirs, autant cette déferlante de violence dans cet album ne m'a pas du tout emballé.
En outre, l'histoire m'a paru confuse et sans réel intérêt, à tel point que je suis passé complètement à côté de cette lecture. Restent le souvenir de superbes poèmes de Baudelaire ou même de ceux de O'Barr disséminés ici et là au cours du récit.
Pour conclure, je laisse volontiers « The crow » aux amateurs du genre et vais regagner de ce pas mes lectures plus habituelles. Une lecture de perdue, dix de retrouvées.
Ps : Pour ne faire faire de tort aux amateurs du genre, je préfère ne pas noter l'album tant j'était haut perché comme le corbeau sans n'y rien comprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Tatooa
  03 janvier 2017
Entre "The Crow" et moi, c'est une vieille histoire d'amour commencée par le film (avec Brandon Lee), vu revu et rerevu au moins une quinzaine de fois. Si ce n'est plus...
Et ce genre de virus, ça se refile, ma fille l'a attrapé. C'est elle qui s'est acheté ce comics, la toute dernière mouture de la BD. Justice et vengeance, mes thèmes de prédilection depuis toujours.
Et j'avoue que si je sentais bien la profondeur de l'histoire qu'il y a derrière, je ne la mesurais pas vraiment.
Il m'aura fallu lire ce magnifique ouvrage, complété et magnifié par des planches qui, semble-t-il, n'était pas dans les premières versions, ainsi que des préfaces très personnelles et très claires de et sur l'auteur, pour comprendre pourquoi je suis si fan de ce personnage romantique, désespéré et violent.
L'histoire est ce qu'elle est, la même que dans le film à quelques mini-variations près, je la connaissais déjà et je n'ai pas eu de surprises. Par contre, la surprise se situe dans les dessins, qui sont ravagés et ravageurs, beaux et moches à la fois, plus violents encore que dans le film, et fascinants. Parsemés de poèmes classiques, dont Baudelaire, une culture pourtant peu "américaine", si j'ose dire, et de poèmes de J. O'Barr lui-même, qui ajoutent à l'ambiance vraiment très noire. Une puissance d'évocation et de thème que j'ai rarement rencontré dans des BDs, on sent bien que l'auteur y a mis toutes ses tripes, c'est cathartique, magnifique et affreux à la fois. Il ne peut que parler aux gens qui ont souffert par la faute d'autres gens. Et bien que cela s'apaise chez moi en vieillissant, ça me parle toujours autant.
Un livre qui va me devenir aussi culte que le film, peut-être plus, qu'il me faut absolument, et que je relirai de nombreuses fois, ça ne fait aucun doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Elamia
  24 février 2015
Profondément marquée par le film à l'époque, j'étais très intéressée par le sujet. C'est ainsi que je suis tombée un peu par hasard sur une interview de James O'Barr où il expliquait les conditions d'écriture de ce comics.
Difficile de ne pas être touchée par le témoignage de cet homme meurtri qui dans la réalisation de cet ouvrage cherchait en quelque sorte à se délivrer de son mal-être suite à la perte d'un être cher. En résulte une histoire poignante, douloureuse, qui à mon sens va plus loin qu'une simple vengeance, c'est une tentative de pardonner le mal et l'injustice commis.
Je ne suis pas très BD, mais j'ai absolument tenu à lire celle-ci pour, dirons-nous, la "beauté" du geste.
C'est une histoire très bouleversante, mélancolique, de sa conception jusqu'à son scénario (et au final, jusqu'au tournage même du film...). Je rejoins donc l'avis général en mettant en garde les lecteurs les plus sensibles contre la baisse de moral immédiate que peut engendrer la lecture de ce comics. Mais c'est aussi l'une des plus belles histoires d'amour imaginées à ce jour qui mérite quand même d'être connue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
kouette_kouette
  10 janvier 2016
The crow est le film mystico-gothique qui a marqué quasiment tous les adolescents des années 90. En plus d'être fascinés par the crow qui revient d'entre les morts pour venger sa fiancée violée et tuée (summum de la preuve d'amour pour un ado), la mort de Brandon Lee durant le tournage l'a également rendu tristement célèbre.
Mais The Crow c'est avant tout le comics de James O'Barr. Son exutoire. James O'Barr a perdu sa moitié brutalement parce qu'elle s'est faite renversée par une voiture.
J'ai trouvé le comics encore plus sombre et plus violent que le film. Les métaphores sont également plus présentes. On y ressent toute la douleur et la colère de l'auteur au travers d'Éric, et la frustration d'être impuissant face à la tragédie de perdre son grand amour.
Les dessins sont magnifiques, en noir et blanc, illustrant parfaitement l'amour et la soif de vengeance dont est capable un homme.
En somme, je trouve le comics plus attrayant pour les adultes.
Commenter  J’apprécie          50
Lunalithe
  03 novembre 2015
C'est presque douloureux de lire cette histoire que l'on pense déjà connaitre, vu les films, série et autres clin d'oeil que l'on a pu voir jusqu'à présent ! Et pourtant... le comic est bien plus noir et torturé que ce que ce que je pensais savoir après avoir vu les films et la série.
Le terme "exorcisme d'une souffrance", utilisé en 4e de couverture, qui m'a semblé accrocheur par sa poésie, n'est en fait pas du tout excessif, au contraire : on sent que l'on pénètre dans une histoire très personnel, à la limite de l'incompréhensible parfois. Cette histoire, il faudrait l'analyser plus que la lire, si on veut espérer tout comprendre. Certains passages sont complètement hallucinés, on danse au bord de la folie, en regardant un personnage qui l'est totalement, brisé de souffrance et de haine.
Les dessins sont magnifiques. L'histoire laisse sans voix. La puissance émotionnelle est dévastatrice.
Lisez-le.
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (1)
Sceneario   02 octobre 2012
Lorsque j'ai lu pour la première fois The Crow, j'ai été scotché par la puissance qui ressortait de ces pages. Il y a une telle émotion, une telle beauté, malgré la violence du récit.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
jeranjoujeranjou   04 septembre 2014
"Si j'étais un ange,
Je briserais mes ailes à jamais pour être avec toi,
Toucher ta peau de lait,
Compter un à un tes grains de beauté,
Sentir tes cheveux sur mon visage,
Ton souffle chaud dans ma bouche...

Rien n'a plus de valeur à mes yeux que de te sentir respirer
Nulle éternité ne vaut ce moment
Où le cœur de l'être aimé bat tout simplement."

James O'Barr
Commenter  J’apprécie          260
TatooaTatooa   20 décembre 2016
James a fait ce livre parce qu'il était mort à l'intérieur. Mais il lui restait un infime souffle de vie. The Crow vient de loin. Très loin. Au-delà de la souffrance et des mots. Le livre que vous tenez entre les mains contient en lui toute la douleur et la rage que James a ressenties lorsque quelqu'un qui lui était très cher est parti... C'est aussi l'expression de son désir de justice face à l'innommable. Parfois, il est impossible de pardonner...
(Préface de John Bergin)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
thefrenchcrowthefrenchcrow   13 septembre 2013
Un monument de la bande-dessinée underground réedité dans une version très complète avec de l'inédit qui nous replonge dans l'atmosphère déchirante et douloureuse d'Eric Draven.
Prisonnier entre deux mondes pour venger l'amour si fort et intense qu'il porte à sa bien-aimée, son voyage meurtrier va le conduire à découvrir un monde qu'il ne connaissait pas et qu'il est obligé de découvrir par la force des choses.
Funboy, Tin-Tin, Top Dollar, autant de nom aussi folkloriques dans des scènes ultra violentes et désespérées.
James O'Barr aura mis plusieurs années pour réussir à boucler cette oeuvre qui pour lui est plus un exhutoire, un exorcisme, tant il a mis d'éléments personnels dans ce livre. On ressent sa souffrance, sa colère, on compatit, et on est triste.
On ne sort pas indemne de cette lecture qui nous affecte au plus profond de nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ArcaaleaArcaalea   22 juillet 2017
La nuit descend sur la ville. On dirait une prostituée qui se met à genoux.
Les immeubles ressemblent à des seringues usagées. Le mal emporte tout sur son passage et les seuls survivants sont des âmes perdues.
Commenter  J’apprécie          10
ArcaaleaArcaalea   22 juillet 2017
Je connais le mal jusqu'au seuil moléculaire. Le moindre de mes atomes peut réciter l'alphabet de la peur.
Commenter  J’apprécie          20
Video de James O'Barr (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James O'Barr
First part of the interview with the American artist James O 'Barr, cartoonist creator of "The Crow" (1989), history is based on the movie of the same name starring the late Bradon Lee (1994). This talk took place on July 22, 2012 at the 37th Festival of comics in the city of Mexico, "The Mole"
autres livres classés : justicierVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
184 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre