AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Pierre-Emmanuel Dauzat (Traducteur)
EAN : 9782848050874
445 pages
Sabine Wespieser (02/09/2010)
3.08/5   86 notes
Résumé :

Edna O’Brien écrit ici le roman tumultueux et enfiévré de l’amour maternel. Il faudra un long chemin à Eleanora pour comprendre la vraie nature de sa mère, Dilly, qui pour elle avait toujours représenté le poids de la morale et de la tradition.

Dilly avait eu beau vouloir dans sa jeunesse échapper à son destin de fille d’Irlande, elle était revenue au pays, résignée, et s’était mariée, après sa tentative avortée de fuite aux États-Unis.
... >Voir plus
Que lire après Crépuscule irlandaisVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,08

sur 86 notes
5
0 avis
4
10 avis
3
7 avis
2
6 avis
1
4 avis
L'auteur a obtenu le Prix Fémina Special pour l'ensemble de son oeuvre en 2020.
Le roman débute alors que Dilly range sa maison avant de partir pour Dublin, car elle doit y être hospitalisée. Elle est inquiète, et sur son lit d'hôpital, elle attend la venue de sa fille Eleanora, partie vivre à Londres où elle est devenue un écrivain célèbre, grâce à ses écrits sulfureux, dans lesquels elle parle des personnes qui l'entourent et qui ne manquent pas de se reconnaître, ce qui lui crée de nombreux problèmes.
Tandis qu'elle l'attend et que les jours s'étirent, elle revient sur sa jeunesse en Irlande, son départ aux USA où elle a voulu conquérir sa liberté en travaillant d'abord comme domestique, puis comme couturière.
Hélas après une terrible déception amoureuse, elle reviendra en Irlande. Là-bas, de l'autre côté de l'Atlantique elle n'a connu que le racisme et la pauvreté.
A son retour, elle se marie avec Cornélius, un éleveur de chevaux, qu'elle n'aime pas, uniquement pour faire plaisir à sa famille qui veut la voir se caser. Ils auront deux enfants. La vie est rude dans les campagnes irlandaises, l'alcool omniprésent détruit tout, la violence est bien trop le lot quotidien des femmes, et les regrets empoisonnent l'existence de ceux qui se posent trop de questions et espéraient mieux pour leur vie et celle de leurs enfants.
Lorsque Eleanora vient enfin la voir à l'hôpital, elle est très pressée comme d'habitude, car elle ne doit pas rater son avion qui la ramènera chez elle... elle va malencontreusement oublier son journal intime dans un sac à mains.
Bien entendu Dilly va le lire et découvrir beaucoup de choses qu'elle ne savait pas sur sa fille. Elle voudrait tant avoir le temps de lui dire à quel point elle lui ressemble, et à quel point elle comprend qu'elle ait voulu tout quitter pour réaliser ses rêves. Elle voudrait lui dire aussi tout l'amour qu'elle continue à lui porter, malgré la distance qui les sépare aujourd'hui et son comportement distant.
Bien plus tard, quand sa fille Eleanora découvrira toutes les lettres que sa mère lui a écrites sans jamais les poster, et qu'elle prendra connaissance de sa vie de jeune fille, dont elle ignorait tout, il sera trop tard pour qu'elles se disent à quel point, elles s'aimaient...

C'est un très beau livre sur l'amour maternel, la relation mère-fille parfois difficile, mais c'est un livre que j'ai trouvé triste.
J'ai eu d'ailleurs beaucoup de mal à entrer dans l'histoire, les souvenirs revenant à la mémoire de Dilly d'une manière chaotique. J'ai eu un peu plus de plaisir à la suivre lors de son périple aux USA. Mais ensuite cette impression de désordre revient avec les chapitres consacrés à Eleanora et à sa vie.
J'ai trouvé dommage de me perdre, de ne pas toujours arriver à suivre le cours de l'histoire, de penser plusieurs fois à arrêter ma lecture, revenir en arrière, pour finir par finalement la poursuivre parce que les personnages m'en donnaient envie. Heureusement, les chapitres sont courts et bien rythmés. On se repère cependant facilement entre ceux où Dilly parle et s'exprime plutôt en langage parlé, et les paroles d'Eleanora, plus élaborées, étayées de références littéraires.
Le lecteur ne comprend pas toujours tout de suite, qui est ce personnage qui apparait dans l'histoire, quel est son lien avec Dilly ou Eleanora, ou bien où l'on se trouve. Il faut poursuivre la lecture pour le découvrir...
L'auteur a beaucoup de points communs avec Dilly et Eleanora, mais il ne s'agit pas à proprement parler d'une autobiographie, un auteur s'appuyant forcément et fréquemment sur du vécu où ce qu'il observe autour de lui.
J'ai aimé les passages où l'auteur s'attache à décrire la vie des irlandais dans les campagnes et la nature environnante. Une grande poésie se dégage de ces descriptions. le lecteur imagine sans peine la lande inondée de pluie, la tourbe qui va être utilisée pour se chauffer ou cuisiner, le soleil qui apporte un peu de chaleur et réveille les oiseaux.
Mais la condition des femmes y est terrible, la religion enferme les gens dans un véritable carcan, empli de frustration, d'incompréhension et de silence. Les familles sont criblées de dettes, leur vie est terriblement difficile et ils sont obligés de vendre leurs biens, parfois acquis par les générations passées ce qui est un véritable crève-coeur.
Vous l'aurez compris ce roman a été une lecture plus difficile pour moi que le précédent roman de l'auteur que j'avais présenté sur mon blog. Il me laisse du coup une impression mitigée. Dommage car le sujet me plaisait beaucoup et les échanges emplis de pudeur entre ces deux femmes, sont tout simplement magnifiques. J'ai particulièrement aimé les lettres qui sonnent tellement justes, sont emplies de tendresse, de nostalgie mais aussi d'humour, et en tous les cas, je les ai préféré au récit des événements de leur vie.
C'est donc un livre difficile mais qui traite d'un beau sujet...il faut donc s'accrocher pour le découvrir. Quoi qu'il en soit, je poursuivrais la découverte de l'oeuvre de cet auteur irlandais, en choisissant un moment plus favorable à mes lectures.
Lien : https://www.bulledemanou.com..
Commenter  J’apprécie          210
L'amour d'une mère pour sa fille est souvent trop encombrant. Les paroles souvent mal comprises, les regards mal interprétés. C'est un gros paquet, un énorme paquet dont on ne sait quoi faire. Dilly va mourir, elle attend sa fille. Elle se souvient de toutes les lettres qu'elle a écrites et envoyées à sa fille, des lettres souvent sans réponse. Eleanora ne s'est jamais doutée que sous le poids des traditions de la société, sa mère était une rebelle avant l'heure. Une dernière rencontre ratée, elles se seront connues et comprises avec des lettres et un journal intime oublié. Nul n'est parfait sur terre, l'important ? C'est l'amour !
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
Commenter  J’apprécie          190
Parmi les reliques de ma PAL, c'est à dire les livres notés sur un bout de papier qui attendent qu'un jour je daigne les emprunter à la bibliothèque, il y a avait Crepuscule irlandais. Un roman d'Edna O'Brien, autrice irlandaise de renom, que je découvre dans le cadre du challenge @autricesdumonde

Ce roman, c'est avant tout une histoire de femmes. Dilly, la mère et Eleanora, la fille. Une histoire d'amour maternel, trop grand, trop encombrant, pour une fille qui ne trouve pas sa place.
Une histoire de rêves, d'une fuite au loin, d'amours romanesques, romantiques, d'une vie moins terne, plus exubérante.

L'immigration irlandaise aux États-unis fait partie de l'histoire de ce roman. Ce rêve américain, cette soif d'horizons nouveaux et le désenchantement, qui arrive dès le premier pas sur Ellis Island. En écho, le départ pour Londres, la possibilité qu'offre une grande ville, et l'enfermement d'une banlieue grise.

Ce roman est d'une grande mélancolie, il dit tout ce qui ne s'est pas dit entre ces deux femmes. Une histoire semblable qui restera cachée dans des lettres envoyées, à peine écrites.
C'est un roman qui m'a rendu triste, un peu, devant cette impossibilité à se retrouver, à se prendre dans les bras.
J'ai lu avec intérêt toutes les pages sur le parcours de Dilly, j'ai trouvé toutes celles consacrées à Eleonora moins fortes, en comparaison.

Si les relations filiales vous intéressent, ce roman est à lire, sans aucun doute. Mais je le trouve malgré tout assez froid. Comme si l'autrice ne nous autorisait pas tout à fait à côtoyer ses personnages, à entrer en empathie avec eux.

Et si je devais vous faire une seule recommandation : ne lisez pas la quatrième de couverture qui en dit déjà trop. Essayez seulement de pousser la porte de la maison de Dilly.
Commenter  J’apprécie          60
Je suis assez mitigée en refermant ce roman. A bien des égards, c'est un très beau roman sur l'amour et le lien mère-fille. Relation houleuse et pourtant teintée d'un amour sincère et profond. Deux vies qui se ressemblent malgré tout.

Mais j'ai eu beaucoup de mal avec le style et la narration du récit. le début a été très confus pour moi, je n'étais pas sûre de bien comprendre... Et puis au fil des pages, ça allait mieux. J'avais mis cette incompréhension sur une lecture peut-être un peu "distraite" de ma part. Sauf qu'arrivé au dernier tiers du roman, rebelote ! de nouveau, le récit devient chaotique, j'ai eu du mal à suivre parfois de quoi il était question ou de qui il était question. le style oral n'était par moment pas évident et cela a ralenti ma lecture.

La structure même du roman et son découpage en parties n'a aucune logique. J'ai fini par me dire que c'était peut-être là l'effet désiré. Un récit un peu secoué par le chaos des deux vies que le lecteur suit. Une bonne idée - si c'est intentionnel - mais encore faudrait-il que le lecteur comprenne de quoi il retourne.

Dommage, car Edna O'Brien livre une très belle histoire. Même s'il y a beaucoup de digressions tout au long du livre, que l'histoire semble totalement décousue, qu'on ne voit pas toujours l'intérêt d'évoquer autant de détails... bref, ce roman met en scène les relations mère-fille dans toute son ambiguïté, de l'amour profond à la déchirure.
Commenter  J’apprécie          70
Je ne vais pas y aller par quatre chemins : je me suis royalement fait suer avec ce roman. Je n'avais jamais encore lu la sulfureuse Edna O'Brien, qui fit scandale dans les années 60 en Irlande et je dois dire que là, j'ai dû vraiment m'accrocher pour terminer le livre. Une écriture qui imite parfois le langage oral, dans des phrases à rallonge qui rappelle Proust (mais sans réussir à faire le même effet parce que son écriture est "raide"), des temps narratifs qui s'embrouillent finissent par donner une impression de fouillis : on ne sait plus trop où l'on en est, on en perd le sujet et on se demande où est-ce qu'elle veut en venir...

Vraiment dommage, parce que l'histoire annoncée par la quatrième de couverture était bien alléchant et cela faisait un moment qu'Edna O'Brien m'intriguait, que je voulais découvrir son univers littéraire si décrié dans son pays il y a quarante ans et par certains aujourd'hui encore. On l'a dit féministe etc. Bref, elle avait tout pour me plaire. Peut-être faut-il lire ses premières oeuvres...

En plus je n'aime pas dire du mal de la littérature irlandaise, alors je suis doublement frustrée !
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
Telerama
20 février 2012
Un magnifique roman sur l'amour maternel, le poids du silence et de la morale.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
La paix qu'elle et son mari avaient faite était fragile... Il; travaillait la nuit. Une lumière à sa fenêtre, et une lumière à la sienne, voilà ce que trouverait par hasard un voyageur, deux lumières qui signifiaient une maison divisée... Ombre et pénombre, ils déambulaient entre les rangées d'arbres au clair de lune, avec la lumière qui zébraient le chemin où ils marchaient et s'arrêtèrent, chacun surpris de trouver l'autre dehors à une heure aussi tardive. Elle était sortie par la porte de l'arrière-cuisine et lui, se dit-elle, il avait dû sortir par la porte qui donnait sur la serre de bouturages. Puis passèrent leur chemin, comme le ferait des inconnus.
Commenter  J’apprécie          110
Plus tard, au lit, elle a dit que les gens au pays, les siens, croyaient que l'Amérique était un pays de riches, mais que rien ne pouvait être plus éloigné de la vérité. L'Amérique était un pays de bluff et de rêves brisés, et j'aurais de la veine si je trouvais une place de bonne dans une grande maison. Je serais une femme de chambre, un canari de cuisine
Commenter  J’apprécie          80
Il paraît que t'aurais dit que tous les écrivains sont toqués, et qu'ils sont dispensés des moeurs ordinaires. Ils ne le sont pas et ils doivent pas l'être. A toi de dominer l'écriture plutôt que de te laisser dominer par elle. Il ne fait pas bon fuir la réalité dans la vie, comme t'en as l'habitude.
Commenter  J’apprécie          90
Le crépuscule fond sur elle dans cette cuisine, dans cette obscurité partielle, la douce et belle lumière d’un instant de proximité ; la franchise d’âme, la magnanimité d’âme, qui traverse craintivement l’univers et craintivement fond sur nous.
Commenter  J’apprécie          100
Comme si, juste sous la surface, quelque chose était tapi, dangereux et inquiétant. Elle et Hermann, ça ne collait pas. Ce qu'il fallait, c'était qu'ils fussent plus égaux, non pas maître et esclave, parce que déjà elle cessait d'être esclave, trouvant dans les bouquins qu'elle lisait non seulement des richesses, mais la rébellion et dans certains, quoique de manière entortillée, elle savait qu'elle lui était infidèle et il le voyait bien, il le sentait. Elle s'était enfuie dans une transe, précipitamment, avec une docilité qui 'était qu'un masque, mille fois révoltée au fond d'elle-même et envers lui. Tout en se débattant elle espérait qu'un soir il l'appellerait dans son bureau et qu'ils parleraient franchement, qu'ils parleraient des choses qui les avaient séparés, et que de leur franchise naîtrait un amour véritable, un amour durable qu'ils avaient tous les deux envisagé.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Edna O’Brien (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edna O’Brien
Edna O'Brien, guerrière de l’écriture
autres livres classés : littérature irlandaiseVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (220) Voir plus



Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1429 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..