AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laura Derajinski (Traducteur)
EAN : 9782070360680
432 pages
Éditeur : Gallimard (07/05/2009)

Note moyenne : 4.23/5 (sur 106 notes)
Résumé :
Quand Dan O'Brien s'installe dans le ranch de Broken Heart, il réalise son rêve : vivre au pied des terres indiennes de Sitting Bull. Mais, en un siècle, les Grandes Plaines ont été stérilisées par l'agriculture et l'élevage bovin. Pour rétablir l'écosystème originel de ses terres, O'Brien imagine l'impossible : élever des bisons dans leur milieu naturel... Sur les pas de Jim Harrison, Dan O'Brien nous offre une ode au Grand Ouest américain.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  09 novembre 2018
Le Bison, tout le monde en connait au moins un emblématique sur Babelio.
Mais il se pourrait bien que les Grandes Plaines, sises dans le Grand Ouest Américain, en abritent bien plus.
Tout part d'une idée un peu folle, comme souvent.
L'esprit déraisonnable de Dan O'Brien qui se mit en tête de délaisser l'habituel élevage colonisateur de bovins au profit de l'exploitation de bisons, le tout dans le plus pur respect de ce noble animal désormais élevé dans l'esprit d'une certaine éthique écologique.
Quel souffle épique et libérateur que ce récit.
Un océan de liberté paradoxalement contraint par d'innombrables contingences terrestres.
Car le bestiau se mérite.
On ne se lance pas dans la production de bisons comme dans l'héliciculture.
Le tout se réfléchit mûrement, s'infléchit tout autant pour finalement voir le jour au profit d'un bien-être personnel que l'on pressent fondamental.
Au travers ces péripéties d'éleveur hors norme, c'est tout l'Ouest revisité, bâti à grands coups d'extermination massive pour contribuer à la marche forcée d'un progrès devenu inéluctable.
J'ai adoré douter avec O'Brien.
Puis l'accompagner dans un vieux pick-up brinquebalant et arpenter ces immensités cabossées pour finalement assister à la renaissance d'un mythe.
A projet exceptionnel roman exceptionnel.
Ode au grand ouest de légende, ces bisons procurent un bien-être que je n'imaginais honnêtement pas aussi profond et persistant.
De l'ébauche hésitante d'une telle entreprise à sa pleine et entière réalisation, Dan O'Brien nous y associe sans réserve, rythmant notre humeur au pas cadencé de ses peines passagères et de ses joies ineffables.
Je ne connais pas le bonhomme.
Ce que je sais, c'est son amour absolu pour les grands espaces sauvages, son respect et son admiration pour le renouveau d'une espèce en voie de réapparition, sa volonté forcenée de vouloir combiner les deux dans un esprit d'épanouissement mutuel ce qu'il réussit admirablement, faisant fi de ses doutes récurrents.
Ce que je sais, pour finir, c'est le manque ressenti la dernière ligne dévorée...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5110
BillDOE
  27 décembre 2019
Folio, collection « voyage » N°2
Dan O'brien est un enseignant, fauconnier et amoureux de la nature. Il achète un jour le ranch « Broken Heart », coeur brisé, le sigle dont on marque les vaches dont il fait l'élevage, un « V » et un « 3 » couché. Il se rend vite compte que ces bêtes, notamment importées du vieux continent, ne sont pas du tout adaptées à l'environnement et qu'au contraire, elles participent à la stérilisation des plaines immenses du Dakota Sud. Son affaire prend vite l'eau lorsqu'elle se retrouve largement impactée par le jeu perfide de l'offre et de la demande, auquel se livrent les ignorants courtiers avides d'argent, et la chute du court de la viande.
C'est le déclic lorsqu'il revient du ranch voisin, le 777, avec dans son camion treize jeunes bisons. Cette espèce endémique marque le début de la grande aventure dans laquelle l'auteur va se lancer.
L'histoire que nous raconte Dan O'Brien, son histoire, est un hymne à l'écologie et au respect de la nature. Elle pose la question :
Pourquoi les personnes dont le travail consiste à nourrir les populations, un travail qui est parmi les plus pénibles, sont-elles si mal rémunérées, si peu considérées, voir même vilipendées, conspuées ?
Elle fait aussi appel à la sagesse de l'homme et à sa faculté de raisonnement, afin qu'il change ses habitudes de comportement et de consommation, qu'il s'adapte à son environnement et non pas l'inverse.
« Les bisons de Broken Heart » est une lecture qui dépasse la simple aventure d'une vie et amène des éléments de réponse au chaos que nous nous préparons. C'est une lecture indispensable.
Traduits de l'américain par Laura Derajinski.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
patrick75
  17 mai 2014
Les " grandes plaines", paysage balayé par les vents, au rude climat. Terre de Sitting Bull et de Crazy Horse, mais surtout pays du "Tatanka" (bison). C'est là que vit Dan O'Brien. Ecologiste dans l'âme, Il essaie d'introduire un élevage autant respectueux de la faune que de la flore.
C'est mon premier ouvrage sur un tel sujet. le côté "mercantile" par moment est quelques peu dérangeant , mais si c'est là, le seul moyen de revoir paître en paix le mythique bison, alors...
En tous les cas, ce livre vous permettra de vivre jour après jour au contact des éleveurs de bétails du Dakota. le dépaysement est garanti. Pensez à vous munir de vêtements chauds avant la lecture !
Commenter  J’apprécie          340
musaraneus
  06 avril 2020
Il doit y avoir quelque chose de contagieux dans l'amour que Dan O'Brien porte à ses bisons pour transporter ainsi le lecteur, juste en lui parlant de naseaux fumants et d'échines bouclées. Et que dire de l'herbe des grandes plaines ? un sujet qui n'a rien, absolument rien de sexy au premier abord... et pourtant je me suis passionné pour la qualité des étendues herbeuses de ces terres du Dakota, tant l'intelligence, l'humour et l'enthousiasme de l'auteur sont communicatifs.
Parce qu'il est tombé amoureux des terres de Sitting Bull quand il était petit, Dan O'Brien achète, dans les années 90, le ranch de Broken Heart pour y élever des vaches. Mais la vie des fermiers sur les grandes plaines est loin d'être facile. de déceptions en faillites, le désespoir guette... Ne pouvant cependant se résoudre à vendre ces terres qu'il aime tant, l'écrivain agriculteur se lance dans l'élevage de bisons. Il raconte dans ce journal le long processus de conversion de sa ferme.
Un récit très vivant, écolo mais pas moralisateur, intelligent sans être ennuyeux. Vous y découvrirez un peu tout sur le bison, ce mythique herbivore des grandes plaines, de son intérêt écologique à la triste histoire de son extermination par l'homme, grâce à la belle plume de Dan O'Brien.
De quoi satisfaire la curiosité et les envies de grand air du lecteur de nature writing.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
blandine5674
  27 mars 2016
J'ai la sensation d'avoir fait un séjour dans le Dakota au milieu des bisons et des cow-boys. Dan O'Brien, professeur de littérature et d'écologie pour payer son élevage, est passionné des grandes plaines. D'une manière très réaliste, il nous décrit comment il est passé des vaches aux bisons qu'il a réintroduits après 180 ans de disparition. Quelques longueurs sur les clôtures, mais l'ensemble fait ressortir la passion et le courage d'aller au bout de ses aspirations. Un grand bonhomme, ami de Jim Harrison et met une citation d'Edward-Abbey : C'est le plus bel endroit sur terre.
Commenter  J’apprécie          300

Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
chocobogirlchocobogirl   08 avril 2011
Comme le fil qui dépasse et menace de détricoter un pull-over, la disparition du principal herbivore du continent, ajoutée à une population toujours plus nombreuse et matérialiste, fut rapidemment suivie par la disparition des prédateurs dont la survie dépendait du bison. Quand les vaches, remplaçantes simplettes, furent implantées dans le Northern Buffalo Range, les prédateurs s'intéressèrent évidemment à ces substituts plus lents et idiots. Les loups furent tués pour leur transgression. Les antilopes, les wapitis, les mouflons et les daims proliférèrent et concurrencèrent le bétail. Ils furent bannis des plaines luxuriantes et poussés sur des habitats étrangers, notamment vers les montagnes. Aujourd'hui, alors que les villes, leurs pelouses verdoyantes et irriguées et leurs jardins s'étalent sur les terrains montagneux des Grandes Plaines, un débat civique fait rage autour du contrôle des daims. Peut-être devrions-nous les traiter comme les bisons, les massacrer, les débiter et envoyer les différents morceaux à Saint-Louis. Evidemment, nous connaîtrions une expansion explosive des buissons dont les daims se nourrissent. Mais nous pourrions alors créer des emplois dans l'industrie chimique et asperger les buissons de désherbant. Et ainsi de suite, et ainsi de suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
patrick75patrick75   11 mai 2014
Alors que la femme est satisfaite et se laisse nourrir, elle et ses enfants, par la prairie, l'homme s'acharne à plier son environnement à son bon vouloir, pour façonner, "pardieu", un jardin correct. Un jardin semblable à celui qu'ils avaient en Ohio, ou en Virginie, ou en Norvège, ou dans l'un de ces milliers d'endroits où étaient recrutés en masse les pionniers improvisés et mal informés. J'aime à penser que l'éclair de douleur dans le regard de la femme résulte non pas de la rudesse des terres, mais de l'angoisse à la vue de son homme et de son combat contre une bête à la fois trop difficile à vaincre et trop fragile pour résister à ses mauvais traitements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
patrick75patrick75   12 mai 2014
Malheureusement, il n"existe aucune technologie pour réhabiliter une couche arable détruite par les mauvaises pratiques agricoles. Elles est constituée de plusieurs siècles de végétaux en décomposition et le processus ne se développe que dans des conditions idéales. Je ne vivrai jamais assez longtemps pour voir renouvelé un seul centimètre de cette couche érodée.
Commenter  J’apprécie          210
musaraneusmusaraneus   18 février 2020
Aucun moyen de faire respecter la propriété exclusive d’un troupeau, ou même d’une terre, jusqu’à ce que Joseph F. Glidden, natif de l’Illinois, n’invente en 1873 un système populaire de barbelés.
Cette nouvelle technologie consistait en deux fils de fer torsadé et ponctué tous les 15 cm de barbes. On cria sur tous les toits que c’était une véritable aubaine pour l’Ouest, et ce pour une raison : elle permettait la reproduction de vache racées. Elle annonçait la fin d’une ère, celle du pâturage libre, et donnait à l’homme la certitude que ses vaches seraient inséminées par le taureau de son choix. À mon avis, il n’y a jamais rien eu de pire sur les Grandes Plaines. Cela nous a menés à la déportation de la plupart des espèces sauvages, au développement de troupeaux totalement inadaptés au climat, à un déséquilibre flagrant – dans les exploitations agricoles – entre les dépenses et les recettes, au surpâturage, à la séquestration des animaux en enclos d’engraissement, aux thérapies hormonales et à l’utilisation massive d’antibiotiques.
C’est l’avènement du barbelé qui a détruit l’équilibre des Grandes Plaines et mis la région sous tutelle gouvernementale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AllantversAllantvers   31 octobre 2018
Je passais trop de temps à ressasser mon avenir et mon passé. Au cours de ces nuits froides d'octobre avant la première neige, je restais assis seule à me rappeler chaque erreur commise, à me demander si mes idées sur les bisons sauvages n'étaient pas une nouvelle méprise. Je ruminais les faux pas de mon existence et, à chaque fois que je les rejouais dans ma mémoire, les erreurs grossissaient, frappantes. J'ai fini par me retrouver dans un dangereux état d'esprit : j'avais perdu ma capacité d'oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Dan O'Brien (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan O'Brien
Dan O'brien - Bisons des grandes plaines
Dans la catégorie : Ruminants, bovinsVoir plus
>Agriculture et techniques connexes>Elevage>Ruminants, bovins (12)
autres livres classés : BisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
119 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre

.. ..