AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2846267960
Éditeur : Au Diable Vauvert (13/05/2015)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 56 notes)
Résumé :
En quittant le ranch de Broken Heart pour les terres de Cheyenne river, l'auteur réintroduit les bisons dans leur milieu naturel originel. L'éleveur écrivain raconte l'aventure de la création de la Wild Idea Buffalo Company, son entreprise d'exploitation écologique et raisonnée du bison, avec sa compagne et sa fille.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  06 juillet 2015
Dan O'Brien est un sacré gaillard, un cow-boy, qui pratique la chasse au faucon et l'élevage de bisons près de la Cheyenne River, quelque part dans le Sud Dakota, sur les terres de Crazy Horse et des indiens Lakota.Il enseigne également la littérature et l'écologie des Grandes Plaines dans des universités américaines. Spécialiste des espèces en voie de disparition, il est devenu un écrivain emblématique du Grand Ouest.
Quel souffle ! La vie de Dan O'Brien est un roman épique et intimiste, il nous raconte ici l'aventure de la création de la «Wild Idea Buffalo Compagny », une entreprise unique basée sur la réintroduction du bison dans le respect et l'éthique amérindienne.Un récit passionnant où l'on sent l'herbe grasse ondulée dans les grandes prairies.
Avec sa femme Jill et entouré d‘employés enthousiastes et motivés, ils vivront trente années de combats héroïques, de luttes politiques, économiques et écologiques.
Dan O'Brien nous fait partager cette expérience captivante et si il nous raconte avec grande simplicité que le bonheur c'est peut-être d'aller au bout de ses rêves, il sait aussi nous expliquer qu'il est parfois plus facile de gérer un troupeau de trois cents têtes de bisons que d'affronter un banquier récalcitrant ou une belle-fille en pleine crise d'adolescence.
Un grand écrivain, pour un formidable récit d'aventure.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
Corboland78
  08 juin 2015
Dan O'Brien est un écrivain américain né en 1947 dans l'Ohio. Fauconnier, éleveur, il est aussi professeur de littérature, d'écologie et spécialiste des espèces en voie de disparition. Il vit dans un ranch situé au pied des Black Hills dans le Dakota du Sud.
Son nouvel ouvrage, Wild Idea, vient de paraître et Dan O'Brien reprend le thème déjà exploité en 2007 dans Les Bisons de Broken Heart. Son dernier récit n'est pas vraiment la suite de l'autre, il s'agit plutôt d'une nouvelle approche, ce qui parfois peut donner l'impression d'un déjà lu – mais relire du Dan O'Brien n'est ni une corvée, ni une punition, loin de là.
Défenseur de la Nature, O'Brien l'est et le prouve en s'investissant complètement dans ses combats. Dans Rites d'automne (1991) c'est le faucon pèlerin qui mobilisait ses forces, depuis il s'est attelé à relancer le peuplement en bisons des Grandes Plaines en s'appuyant sur un raisonnement simple, les bisons sont une source de viande d'excellente qualité pour les hommes, moins riche en cholestérol que le boeuf par exemple, et les bisons régénèrent le sol et la flore des Grandes Plaines ; donc faire prospérer les bisons est bon pour l'homme et la Nature ! L'entreprise de Dan O'Brien, nommée Wild Idea, consistera à élever des bisons sans hormones ni antibiotiques se nourrissant d'herbe pour fournir de la viande vendue par correspondance. Les bêtes sont abattues sur place, dans la prairie, grâce à un abattoir mobile qui évite tout stress aux animaux – les bisons sont « moissonnés » selon le joli terme employé par l'écrivain.
Le récit va nous entraîner dans une aventure, écologique, économique et tellement humaine aussi. C'est l'un des points forts de l'auteur de savoir marier plusieurs thèmes sans jamais nous ennuyer ou s'éterniser trop sur certains aspects. L'aventure écologique on l'a comprise ; l'aventure économique s'est de se lancer dans un projet grandiose qui demande de l'ambition, du cran et un développement constant avec vision à long terme, ce qui nécessite fatalement la recherche de capitaux ; et l'aventure humaine, elle est multiple, outre qu'elle sera menée au fil des années par Dan, sa compagne Jill et sa fille Jilian avec son ami, mais il y a aussi son vieux pote Erney que nous connaissons déjà (Les Bisons de Broken Heart) ou bien des rencontres avec des clients de l'entreprise, des investisseurs, des indiens lakota avec leurs traditions…
Tout est magnifique dans ce récit. Les longs périples sur les routes américaines, les paysages majestueux, la beauté rude des bisons. Un vrai film. le lecteur a la sensation d'avoir ouvert en grand toutes ses fenêtres et de ressentir la caresse du vent dans ses cheveux. Mais il n'y a pas que cela, il y a de splendides pages regorgeant d'émotion, quand son ami Erney fait un AVC ou quand on voit Jilian passer d'enfant à femme, ou bien ces scènes avec ses chevaux, le vieux en fin de vie et le jeune qu'il faut débourrer et je ne vous parle pas du destin dramatique des chiens…
Le seul reproche qu'on puisse faire à ce bouquin, si tant est qu'on ose s'y risquer, c'est que par pudeur ou par nature, Dan O'Brien ait tendance à arrondir les angles et taire la dureté de sa vie, ou du moins à ne pas insister, ou de se laisser aller à un peu d'emphase de-ci, de-là. Enfin, c'était juste pour dire. Dan O'Brien est un grand écrivain et ce bouquin un pur ravissement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Jenouch
  21 mai 2015
Dan O'Brien nous raconte l'histoire de sa vie et de son combat pour élever des bisons hors des parcs d'engraissement et loin des abattoirs. Suite du livre "Les bisons de Broken Heart", O'Brien et sa petite famille sont dorénavant installés au Cheyenne Ranch River, toujours dans le Dakota du Sud et tentent de développer leur Wild Idea Buffalo Company, une petite entreprise qui élève des bisons dans le respect de l'environnement.
Entre récit de vie et essai écologique, O'Brien navigue entre des tranches de vie personnelles, particulièrement fondatrices pour lui, et des explications sur ses valeurs, ses idées écologiques et son désir d'avoir un ranch au développement durable. Entre des paragraphes expliquant le fonctionnement économique de son entreprise, on tombe sur des légendes indiennes sur l'origine des bisons. Des enchaînements quelques fois un peu déroutants d'ailleurs.
L'auteur nous transmet avec passion et pragmatisme les dures réalités auxquelles il est confronté au quotidien : problème économique, soucis de ressources humaines, de gestion du site internet, de livraisons des commandes, d'absence de vie familiale. Et tout au long du récit O'Brien ne cesse de se questionner sur le bien-fondé de son entreprise et sa pérennité.
Un bon livre pour se rendre compte de la réalité de l'élevage de bisons aux USA et une excellente alternative au développement actuel. Attention au risque de vouloir tout quitter pour devenir éleveur de bisons en refermant le livre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
chriskorchi
  22 septembre 2015
Un roman qui est aussi un plaidoyer pour la sauvegarde et la défense des bisons dans les grandes plaines américaines. L'auteur raconte son parcours et son expérience pour que la Wild Idea Buffalo Company voit le jour. On découvre que les bisons sont en voie d'extinction et que cette disparition est un danger pour l'équilibre de la faune et la flore. L'humain et son désir de tout maîtriser et tout détruire fragilise l'écosystème en faisant disparaître certains animaux. Dan O Brian parle sans complaisance et sans détour de son combat, de ce qu'il a dû supporter et entreprendre pour mener à bien cet ambitieux projet. On se rend très vite compte qu'il n'est pas aisé de lutter contre le pouvoir politique, écologique et économique.
Quelle joie de me trouver propulser dans les plaines du Lakota et de rencontrer ce qui reste d'indiens. Lire Wild Idea c'est être ébloui par la beauté de la nature, par la détermination d'un homme passionné par ce qu'il fait et qui a compris que chaque geste, chaque contribution est importante. C'est une ode à la nature dans ce qu'elle a de plus sauvage et de plus fragile à la fois, un appel à la sauvegarde de cette dernière, c'est une prise de conscience.
Un voyage saisissant dans les grandes plaines, mais pas seulement, il est question d'amitié car bien que passionné l'auteur n'en oublie pas pour autant l'importance de la famille et des amis. Il est devenu un spécialiste reconnu et donne des cours dans les universités.
Des chevauchées magnifiques, des aventures humaines magiques, les paysages à couper le souffle, j'aimerai tellement que quelqu'un ai l'idée d'en faire une adaptation cinématographique. On referme le livre avec un sourire sur les lèvres et l'envie de voir un jour en vrai ces plaines majestueuses. Ca fait vraiment du bien de savoir que des personnes comme Dan O Brien existe.
Et ce qui ne gâche rien c'est que c'est vraiment très bien écrit. Un beau, très beau roman.
VERDICT
Amis de la nature, des grands espaces et de l'écologie ce livre est pour vous. Un roman magique et apaisant qu'il faut absolument découvrir.
Lien : https://revezlivres.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Folfaerie
  28 avril 2015
Dans « Wild Idea », suite des Bisons de Broken Heart, Dan O'Brien poursuit son récit autour de son élevage de bisons. Il s'est installé avec sa famille dans le Dakota du sud, (non loin des Black Hills et des Badlands, tout un symbole…), au Cheyenne ranch river, et tente tant bien que mal de faire prospérer sa petite entreprise, la Wild idea Buffalo, en commercialisant sa viande de bison authentique et bio.
C'est un récit qui hésite entre plusieurs genres, et c'est certainement sa seule faiblesse. C'est à la fois une chronique familiale, digne de l'école du Montana, mais aussi l'histoire passionnante d'un rancher écolo qui veut redonner vie à la grande prairie grâce, et pour, les bisons. Enfin, une bonne partie du livre est consacrée à la vie de l'entreprise, les échecs, les investissements, la marge de progression, etc.
Toutes ses anecdotes personnelles ne m'ont pas passionnée, mais sa vie de famille m'a touchée, et les détails sur la commercialisation de la viande de bison me sont un peu passées au-dessus de la tête !
Et pourtant, le récit de O'Brien est exemplaire et très attachant. Son amour et son respect pour la Prairie et les bisons transpirent à chaque ligne. Toute son son entreprise est bâtie autour du respect. Respect de cet écosystème fabuleux, car il faut préserver les herbes indigènes. Respect des bisons qui sont moissonnés, c'est à dire abattus au fusil par un tireur d'élite, sur place, et en présence d'un inspecteur de la Direction des Services Vétérinaires, enfin son équivalent aux USA. Respect enfin de la tradition et de l'histoire de ce pays. Associer les Sioux dans cette affaire, et faire bénir (par des chants et de la fumée de sauge) chaque abattage en dit long sur la personnalité de l'auteur. Il y a là une belle revanche si on songe, comme lui, aux événement tragiques de Wounded Knee, aux prédictions des participants aux ghost dances.
Alors malgré quelques faiblesses et lacunes (toujours pas de chapitre consacré à l'écologie pure de la Prairie, à mon grand regret), j'ai pris beaucoup de plaisir à lire le livre d'un homme qui fait ce qu'il peut pour changer les choses, réparer les erreurs, restaurer un milieu naturel menacé et surtout qui est capable de vivre en harmonie, non seulement avec ses semblables, mais avec toutes les créatures qui peuplent ses terres. Un bel exemple à suivre, et un projet enthousiasmant qui mériterait d'être soutenu, encouragé et copié partout aux Etats-Unis.
Lien : https://labibliothequedefolf..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (2)
Telerama   01 juillet 2015
Une formidable aventure écologique sur fond d'élevage de bisons dans les Grandes Plaines du Dakota du Sud.
Lire la critique sur le site : Telerama
Lexpress   05 juin 2015
Dans un pays sauvage, il faut être un peu fou pour survivre. Mais c'est au prix de cette folie que se font les belles choses. Telle est la sagesse des Grandes Plaines. Que Dan O'Brien, brillamment, nous invite à partager.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   30 juin 2015
« Alors j’ai pensé aux bisons. Ils sont depuis longtemps un emblème de toute vie sauvage en déclin. Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, lors d’une des entreprises humaines des plus honteuses de tous les temps, nous avons massacré les bisons, que ce soit par goût du sport, pour certaines parties de leur corps, ou dans le but de décimer les Indiens. A peine un millier d’entre eux ont survécu. Nous avons presque anéanti une espèce unique au monde, qui prospère seulement dans le centre du continent américain. J’ai longuement réfléchi à ça, assis sur la véranda, face au million d’étoiles qui traversaient le ciel. Cette injustice m’a dégouté et avant que l’épée d’Orion pointe Harney Peak, j’ai su qu’il y aurait dans mon avenir au moins une tentative de rétablir l’équilibre des Grandes Plaines. Et que les bisons en feraient partie. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
JenouchJenouch   19 mai 2015
"Nous vivons au fond d'un trou dans la TERRE. [...] Il faisait plus sombre que dans le ventre d'un gros chat, a-t-il dit. Si sombre qu'on se cognait au plafond de la grotte. Mais les gens et les bisons vivaient là comme des FRÈRES et des SŒURS parce qu'ils étaient en sécurité à l'intérieur de leur mère la Terre. |...] Maintenant les bisons [...] ils sont BRAVES, et un jour ils sont sortis dans la prairie et ont commencé à manger l'herbe. Mais les gens - c'est nous - ils ne sont pas aussi braves alors ils sont restés dans le trou. Dans l'obscurité. Avec rien d'autre à manger que de la POUSSIÈRE. Ensuite les bisons reviennent dans le trou et se mettent à raconter aux gens que c'est formidable dehors dans la prairie - qu'il y a le SOLEIL, le VENT, et beaucoup d'HERBE à MANGER. Mais les gens continuent à avoir peur et ils répondent aux bisons qu'ils ne peuvent pas manger d'herbe. Ils n'ont pas de vêtements chauds. Ils vont simplement rester dans le trou. [...] Mais les bisons voulaient que leurs frères et sœurs sortent et profitent de la prairie avec eux alors ils ont fait un MARCHE. Si les gens sortent du trou pour vivre avec les bisons, les bisons prendront SOIN d'eux. Ils donneront aux gens tout ce qu'il leur faut pour construire des tipis et rester au chaud. Leur donneront toutes sortes d'outils fabriqués avec leur os. Des vêtements. Des tambours. Et à MANGER en abondance. [...] Les bisons ont promis de nous donner tout ce qui nous était nécessaire pour SURVIVRE. [...] Tu sais ce que demandaient les bisons en échange du soin qu'ils offraient aux gens ? L'AMOUR, le RESPECT. C'est le MARCHE. Un marché simple."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JenouchJenouch   19 mai 2015
Vivre dans les Grandes Plaines, c'est comme rouler à vive allure sur une route accidentée, assis sur l'aile avant d'un pick-up. Si vous ne vous tenez pas et ne vous asseyez pas, vous allez être projeté, mais si vous vous asseyez, vous découvrez qu'il n'y a pas de siège rembourré - seulement votre cul osseux entre vos tripes et le métal froid et dur. Il y a beaucoup de choses qui peuvent mal tourner et très peu de droit à l'erreur. C'est ainsi depuis que les glaciers se sont retirés et il y a peu de chance que ça change. Par ici, les gens, les créatures et les cultures ont dû être tenaces à chaque tournant de l'évolution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Corboland78Corboland78   08 juin 2015
Puis Rocke s’est tourné pour faire face à la sombre ligne de bisons, à un kilomètre dans le sens du vent. Il a commencé à tambouriner et à chanter pour eux en lakota. Comme tant d’autres mœurs de cette tribu, le son lugubre et scandé de leur musique épousait parfaitement le paysage. Ca m’a donné des frissons dans la nuque mais ça m’a également rassuré. Connaissant Rocke comme je l’avais connu, j’entendais le chant d’une vie difficile, mêlée aux herbes dans le vent, aux oiseaux et aux saisons qui passaient. Je ne comprenais pas un mot mais les bisons avaient l’air de parfaitement savoir ce dont Rocke parlait. Au loin, les bosses noires se sont tournées et ont commencé, très lentement, à s’avancer vers nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JenouchJenouch   19 mai 2015
"Votre vision du commerce, c'est la ligne du parti habituelle : les marchés sont la solution à tout."
Mon commentaire avait touché un point sensible.
"Cette théorie ne fonctionne que si on compte TOUS les coûts." Il avait un rutabaga dans la main et le balançait de haut en bas comme un lanceur de base-ball se préparant pour une balle rapide. "En haut de la liste des crimes, délits, péchés et omissions commis par Monsanto se trouve l'erreur de comptabilité qui consiste à prendre les bénéfices en reportant les coûts.
- A la génération suivante, par exemple.
- A la génération suivante, en plein dans le mille. [...] Maintenant prenez cet humble légume. Il a été cultivé à dix kilomètres d'ici. Pas de pesticides ni d'herbicides à nettoyer. Pas d'eau volée à un poisson en danger. C'est un rutabaga qui arrive sans aucune dette. Il est seulement ce qu'il paraît : un simple rutabaga. Sans frais médicaux en prime. Aucun animal, plante ni microbe n'a été maltraité durant sa production. Le monde n'a pas changé parce qu'il a poussé."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Dan O'Brien (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan O'Brien
Wild Idea Buffalo
autres livres classés : BisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr


Lecteurs (122) Voir plus




Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
64 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre
.. ..