AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Julia Schmidt (Traducteur)Valérie Lermite (Traducteur)
ISBN : 2264038322
Éditeur : 10-18 (01/02/2005)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 73 notes)
Résumé :
"J'étais l'Irlandaise type : une pas grand-chose, issue d'une longue lignée de pas grand-chose, de ceux qui ne laissent pas de traces.
Dans un pays catholique conservateur qui avait peur de la sexualité et qui m'interdisait même d'avoir des informations sur mon corps, je pouvais m'attendre - en tant que fille, en tant que femme - à rencontrer des difficultés dans l'existence. Mais au moins - c'est ce qu'on disait alors - je n'aurais pas la lourde tâche de gag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
carre
  05 septembre 2013
Dans ce récit, la journaliste Nuala O'Faolain la cinquantaine venue, livre à travers sa propre existence, plusieurs décennies d'Irlande embourbée dans sa haine entre catholiques et protestants, et la vil Angleterre bien décidée à dicter ces lois.
On pourra se dire, quel intérêt à suivre le parcours de cette femme ? Qu'a t'elle fait d'extraordinaire pour nous raconter sa vie ? Et bien le résultat est tout simplement passionnant.
Une enfance pas folichonne, des relations familiales tendues puis l'envol vers des contrées plus agréables. Nuala raconte sa vie, ces doutes, ces convictions, son envie d'être une femme libre et engagée. Tour à tour touchante, drôle, grave c'est un pan de l'histoire irlandaise qui nous est aussi raconté. Nuala ne triche pas, n'essaie pas d'enjoliver les choses, elle les couche sur le papier sans se cacher, avec lucidité. Et l'on s'aperçoit très vite que son récit nous parle, nous émeut, nous fais sourire. Un très beau regard sur Dublin, sur la place de la femme dans une société ou la religion est profondément ancré, sur la difficulté de s'émanciper, sur l'envie de vivre malgré tout. Un récit touchant d'autant plus que Nuala O'Faolain a été emporté par un cancer foudroyant en 2008. Putain de crabe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Malivriotheque
  23 décembre 2016
Nuala O'Faolain était une journaliste connue en Irlande. Elle publie en 1996 ses mémoires alors âgée d'un peu plus de cinquante ans, présentant sans tabous ce que c'était de grandir dans une Irlande post-partition avec le Royaume-Uni...
Nuala O'Faolain est quasi une inconnue pour le lecteur français. Alors pourquoi s'attarder sur son autobiographie ? Pour deux raisons simples qui découlent l'une de l'autre : ces mémoires l'ont rendue célèbre dans son pays d'origine et ont fait d'elle presque une institution, car ils constituent le témoignage vrai d'une génération née à l'époque de traditions et qui a vu le changement survenir petit à petit, non sans mal et de nombreuses humbles révolutions. Cet ouvrage dresse un portrait sans tabou de l'Irlande de 1940 à 1995 et fait le constat, à travers l'histoire d'une vie, de l'impact global de la religion sur la société (place des femmes, éducation des enfants, difficile légalisation de l'avortement, la partition d'avec le Royaume-Uni et les conflits réguliers avec l'Irlande du Nord, etc.).
Même si ce récit a déjà vingt ans, et même si la société s'est modernisée comme partout, beaucoup de choses n'ont finalement pas changé, et le témoignage d'O'Faolain n'en est que plus marquant et très instructif sur le pays, sa population et sa vision des choses. Oui, on se fiche pas mal de sa vie, ses amours et son travail, notamment à l'étranger, mais la lecture prend tout son sens dès lors qu'elle remet ses anecdotes personnelles et son expérience dans le contexte historique et social de l'époque en Irlande.
L'autobiographie/les mémoires (car c'est bien à un mélange des deux genres qu'on assiste) d'O'Faolain constitue la moitié de ce livre, la deuxième partie étant consacrée à la republication de certains de ses articles, pas tous de la même qualité, assez souvent trop romancés, mais intéressants dans le sens où ils soulèvent de manière plus directe et plus philosophique ce qui a pu être abordé brièvement dans la biographie.
Bien que ce récit soit daté, ceux qui vivent en Irlande aujourd'hui se retrouvent confrontés à de nombreux héritages idéologiques et religieux du passé, comme une éducation férocement encadrée par la religion, avec un nombre presque ridicule d'établissements athées, ou encore un profond malaise toujours vif dès qu'on parle de l'Irlande du Nord. Les nouvelles générations issues d'une Europe multiculturelle et sans frontières se heurtent toujours à des traditions vieillottes qui survivent, surtout loin des grandes villes telles que Dublin, clairement devenue cosmopolite mais qui a bien sûr toujours un coeur d'habitants plus âgés attachés aux valeurs d'antan.
Finalement, ce récit est aussi le reflet d'un pur conflit de générations assez généralisé partout, originaire d'une pensée à deux vitesses qui s'opposent, entre modernité et traditions passées. On a la même chose en France...
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
MlleJuin
  12 octobre 2015
Nuala O'Faolain a été une brillante journaliste et documentariste. Elle a notamment officié à l'Irish Times dés la fin des années 80 et y a rédigé de nombreuses chroniques. Quelques années plus tard, lorsqu'un éditeur lui propose de regrouper ses écrits au sein d'un livre, elle accepte et compose pour l'occasion une longue préface sous forme de mémoires. C'est de ce récit, paru en 2002, qu'il est ici question.
« On s'est déjà vu quelque part » est par définition un livre très personnel, intime, qui, au travers de l'évocation de l'enfance, de la jeunesse et des expériences affectives et professionnelles de l'auteure, nous offre une plongée dans l'Irlande, la vraie, sans complaisance aucune et avec une grande sincérité.
Nuala O'Faolain s'exprime simplement et se livre naturellement, sans fards, comme elle l'aurait fait après d'un ou d'une amie. Elle raconte son Irlande, dont les contours n'ont longtemps été que ceux des différentes villes où elle a vécu, n'ayant pour seuls points de repère que sa famille, si bancale malgré les apparences et n'ayant qu'une très vague idée de ce qui pouvait se passer dans le reste du pays. Elle dit la difficulté d'être l'enfant d'une mère dépassée par ses nombreuses et successives maternités, alcoolique et dépressive, et d'un père, figure publique puisque lui-même journaliste, qui ne se préoccupe que peu des siens. Elle explique à quel point les livres ont toujours compté pour elle et comment la chance a joué en sa faveur pour lui permettre, contrairement à ses autres frères et soeurs, de faire des études et d'échapper au destin de femme au foyer qui semblait tout tracé. Elle conte le lourd poids de la religion et le difficile rapport à la sexualité dans une Irlande figée dans le passé et les conventions, ses errances entre expériences sexuelles ratées, parfois violentes, toujours accompagnées de la peur de tomber enceinte, et périodes de quasi fanatisme religieux. Elle raconte la joie d'étudier à l'université, d'abord à Dublin puis en Angleterre, à Oxford, l'exaltation des rencontres qu'elle y fait, son penchant pour les hommes de savoir, ses histoires de coeurs foireuses. Elle témoigne de ce que voulait dire être une femme dans l'Irlande des années 60/70, les débuts du féminisme, la place prépondérante des hommes dans la société. Elle relate ses débuts dans le monde du travail, son exil professionnel en Angleterre puis son retour au pays, qu'elle apprivoise peu à peu au point de se sentir enfin vraiment Irlandaise, son amour des voyages, parfois presque improvisés et qu'elle vit en aventurière avec son amie Nell. Elle dit la solitude affective, l'absence d'enfant, la peur de ne plus jamais être aimée par un homme et la distance qui existe entre elle et ses frères et soeurs malgré l'amour. Tout ça et bien plus encore…
Il est difficile de résumer un tel livre, si riche et si personnel. On parcourant ses pages on a l'impression de lire un journal intime et on s'excuse presque tout en se sentant proche de celle que l'on apprend à connaître au fil des lignes.
C'est une lecture assez unique, émouvante, marquante. Ce livre a fait beaucoup de bruit en Irlande lors de sa sortie parce que Nuala O'Faolain y dit tout haut tout ce que beaucoup avaient toujours passé sous silence, il a aussi été un gros succès littéraire aux États-Unis et, maintenant que je l'ai lu, je n'ai aucun mal à comprendre pourquoi.
Je ne peux donc que vous le conseiller.
Lien : https://mllejuin.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sylire
  06 septembre 2013
blogoclubPour cette session du blogoclub, consacrée à l'Irlande, les participants ont choisi de lire "On s'est déjà vu quelque part" de Nuala O'Faolain. Cet ouvrage autobiographique, publié en 2002, est le point de départ de la brève carrière d'écrivaine de Nuala, morte en 2008 à Dublin d'un cancer foudroyant. Elle laisse derrière elle une oeuvre profondément personnelle qui fait d'elle une auteure irlandaise reconnue dans le monde.
La vie de Nuala O'Faolain n'est pas un long fleuve tranquille. Riche de rencontres et expériences multiples, c'est une existence semée d'embuches et souvent solitaire. La liberté a un prix...
Comme ses soeurs et les femmes de sa génération elle aurait dû se marier et avoir une flopée d'enfants. L'Irlande, pays profondément ancré dans le catholicisme conservateur ne connaissait pas la contraception. Mais elle n'est pas tombée enceinte et nous explique à quel point le fait de ne pas avoir eu d'enfants l'a sauvée et désespérée tout à la fois. Elle avoue qu'elle n'aurait pas su éduquer des enfants à l'âge d'en avoir parce qu'elle manquait de stabilité, qu'elle voulait gagner sa vie et aspirait à une indépendance financière à une époque où c'était inconciliable avec une vie familiale.
Une chance de ne pas avoir eu d'enfants mais aussi une grande souffrance, quand, à la cinquantaine, elle s'est retrouvée seule, sans mari, sans enfants. Les pages qui m'ont le plus touchée sont celles où elle évoque la période de sa vie où elle n'existait plus sous le regard des hommes, parce qu'elle n'était sans doute plus suffisamment désirable sexuellement. Sans la consolation du regard bienveillant d'un mari, sans enfants, elle s'est senti cruellement seule.
La première partie du livre est consacrée à son enfance et adolescence. Une famille qui avait tout pour être heureuse et qui ne n'a pas été. Un père journaliste, intelligent et fantaisiste mais volage et inapte à assumer une vie familiale. Une mère qui passait ses journées à lire pour oublier ses déboires conjugaux, qu'elle noyait dans l'alcool. Comme sa mère, Nuala a eu de gros soucis, toute sa vie, avec l'alcool, trouvant là un refuge dont elle connaissait pourtant le danger et l'inefficacité à régler les problèmes.
Je pourrais encore écrire des pages et des pages sur ce livre, si riche d'enseignements sur la condition féminine. Nuala a lutté pour faire avancer la cause des femmes en Irlande et nous laisse avec cet ouvrage un témoignage d'une grande sincérité. D'un point de vue littéraire, je n'ai pas trouvé le récit transcendant, la traduction m'a semblé parfois maladroite, mais je le classe tout de même dans mes coups de coeur, car c'est témoignage à lire absolument.
Une auteure dont il me tarde maintenant de découvrir les romans...


Lien : http://sylire.over-blog.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bellonzo
  07 janvier 2014
Le Domaine Etranger de 10/18 effectue un remarquable travail pour faire connaître les écrivains du monde entier. Nuala O'Faolain née au début des années quarante en Irlande a connu la situation de la gent féminine si peu enviable jusqu'à l'époque plus récente.On s'est déjà vu quelque part? est un livre difficile,pas romancé pour deux sous,et qui décrit avec beaucoup de pertinence la lutte des femmes pour une émancipation qui en Irlande,tarda à venir.
Nuala O'Faolain ne se donne pas le beau rôle systématiquement et n'occulte pas ses propres faiblesses, surtout son alcoolisme et ses errances.On se trouve devant de très belles pages sur la sexualité et la flétrissure des corps qui s'usent,et sur la maternité qu'elle ne connaîtra pas.Nantie de problèmes avec son père comme avec sa mère,et issue d'une famille de neuf enfants,l'énergie de cette femme va lui permettre de devenir une journaliste libre et de rencontrer les intellectuels irlandais dont Kavanagh à qui je viens de consacrer une note.Elle qui n'avait guère quitté son canton deviendra voyageuse et se penchera sur la cause des femmes,universelle.Mais rien n'est facile aux femmes et surtout pas en Irlande.Nuala O'Faolain reste une femme seule et ce livre ardu,qui n'en est pas moins bouleversant est un témoignage de ce que peut être la volonté d'exister à part entière.S'adressant aux trottoirs de Dublin elle a ces mots sublimes(nous sommes là en 97):
"Vous êtes faits de beaux et grands blocs de granit. Etes-vous les mêmes que ceux sur lesquels j'ai marché il y a trente ans?Si oui,pourquoi ne pleurez-vous pas?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (1)
Telerama   06 mai 2015
Nuala n'a rien d'une jeune fille rangée. Et c'est sans détour qu'elle parle des femmes et de leur désir d'affranchissement, dans ce texte rayonnant d'excès, de colère et de mélancolie.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Sand94Sand94   03 juin 2011
j’ai eu du plaisir avec chaque livre que j’ai pu lire, quelle que fût son importance. En tout cas, je préférerais lire quelque chose qui ne me plaît pas plutôt que de faire quoi que ce soit d’autre. J’aime la lecture en tant que telle. J’aime suivre une ligne – pas seulement l’histoire, mais aussi le rythme, le ton, la sensation de ce qui s’est accumulé avant et de ce qui commence à se dessiner à l’horizon -, parcourir d’un pied sûr la corde raide tendue par l’intention de l’auteur. J’aimais tout ce qui avait un rapport avec l’anglais en tant que matière scolaire. Les cahiers de texte. Le vocabulaire : les sélections au programme de chaque jour commençaient par des exemples de procédés métriques et de figures de rhétoriques – des mots propres à émerveiller, comme rodomontade, anapeste ou onomatopée. (pp;40-41)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
valou076valou076   09 juin 2012
"J'avais l'impression de na pas être dans la vie, mais de seulement la regarder. Je rentrais chez moi après une absence. Je poussais la porte contre une pile de courrier inutile, et la maison était plus que vide. L'air y était irrespirable. J'ouvrais la fenêtre et des feuilles mortes et brunies tombaient en cascade de mon géranium odorant. Je n'aimais pas penser au passé, et je n'avais aucun enthousiasme pour l'avenir." P. 177
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
valou076valou076   09 juin 2012
" Mais je n'étais liée à personne. A plus de cinquante ans. Je ne pouvais pas m'empêcher de revenir sans cesse à ce simple constat ni de l'affronter. Je n'étais pas malheureuse. Mais je continuais de penser - parfois avec surprise, parfois comme une simple observation, parfois prise de panique : Tu es toute seule. Tu es toute seule." P. 257
Commenter  J’apprécie          40
lireanimeslireanimes   10 octobre 2008
Je ne savais pas grand chose sur mes parents, même si, du fond de l'océan où je vivais dans mon monde enfantin, je pouvais sentir des remous là-haut, à la surface de l'eau.
Commenter  J’apprécie          70
valou076valou076   09 juin 2012
"Mais l'Irlande n'est pas faite uniquement de paysages, elle a son histoire et sa société actuelle.Il y a eu des famines et des brutalités et du néant dans ce pays. Et le milieu malade, que je fréquentais dans les pubs l'après-midi, faisait autant partie de l'Irlande que la beauté du paysage." P. 222
Commenter  J’apprécie          30
Video de Nuala O'Faolain (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nuala O'Faolain
Vidéo de Nuala O'Faolain
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : irlandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'Irlande

Le pays est divisé en deux : l'Irlande du Nord et...

La République d'Irlande
Le Royaume d'Irlande
La Principauté d'Irlande

11 questions
99 lecteurs ont répondu
Thèmes : irlande , paysCréer un quiz sur ce livre
.. ..