AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791090724679
304 pages
Éditeur : Monsieur Toussaint Louverture (20/06/2019)
4.04/5   60 notes
Résumé :
Barnaby Gaunt, orphelin turbulent et héritier d'une immense fortune, est envoyé pour les vacances d'été sur une île à la nature luxuriante et aux habitants vieillissants au large de la Colombie Britannique.
Vitres cassées, animaux effrayés, très vite, il bouleverse la routine des insulaires, avant de découvrir la véritable raison de sa venue : son oncle diabolique et doté de mystérieuses aptitudes veut l'assassiner.
Décidé à ne pas se laisser faire, B... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 60 notes
5
6 avis
4
13 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis

Ileauxtresors
  12 septembre 2020
La petite île semble charmante, avec ses plages, ses cottages, ses chèvres, ses vieilles dames distinguées et ses pêcheurs de saumons. Et pourtant, elle est maudite : des 33 hommes qui l'ont quittée pour combattre lors des deux guerres mondiales, seul un est revenu – avec sur ses épaules tout le poids de la culpabilité d'être l'unique survivant d'une génération sacrifiée.
De même, ce roman est un peu trompeur : le titre plein d'ironie, la naïveté ravissante de la couverture et le premier tiers du texte donnent l'impression d'avoir à faire à un récit aventure plein de malice. Tels des tornades, deux mouflets débarquent sur une île qui n'en a plus vu depuis un bon moment et sèment la panique un peu partout, au grand dam du Sergent Coulter. Mais voilà qu'au bout d'une centaine de pages, l'horizon s'obscurcit brusquement avec l'arrivée de l'oncle Sylvester. Trêve de plaisanteries ! On comprend que Rohan O'Grady ne blague pas et que nous sommes bel et bien dans un terrifiant thriller, sur lequel plane la menace d'un psychopathe digne des pires contes de notre enfance – ou de l'imagination de Stephen King ? L'oncle en veut à la colossale fortune de son neveu, et semble prêt à TOUT pour parvenir à ses fins. Les enfants pourraient bien ne pas avoir d'autre choix que de le prendre à son propre jeu…
La plume de Rohan O'Grady a un charme un peu suranné, mais incontestable, qui m'a un peu rappelé celle d'Agatha Christie que j'aime beaucoup. Et une fois démarrée, l'intrigue est vraiment captivante : mon aîné a lu les 300 pages de ce roman d'une traite. À voix haute, son petit frère et moi avons été moins rapides, mais tout aussi mordus. Verdict ? Cela fait VRAIMENT peur. Mes garçons sont souvent déçus par des histoires annoncées comme effrayantes mais qui ne les impressionnent pas plus que cela. Ils ont adoré frissonner de la tête aux pieds à la lecture de certaines pages de ce roman !
Les deux jeunes protagonistes insufflent énergie et optimisme à l'histoire. Ils incarnent avec force la vie qui continue après les horreurs de la guerre, dont j'ai trouvé que les dégâts étaient représentés avec subtilité. Plusieurs passages nous interrogent de façon déstabilisante, mais très intéressante, sur les fondements de la morale et les tensions qu'elle peut avoir avec la justice et la loi.
Un roman clair-obscur qui navigue de façon fascinante entre réalisme implacable et magie, humour et macabre, nostalgie et modernité.
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
JIEMDE
  17 juillet 2020
Et c'est comme ça que j'ai lu Et c'est comme ça qu'on a décidé de tuer mon oncle… Une envie de minorer mes frais de port quand en fin de commande de deux livres sur le site de l'excellent Monsieur Toussaint Louverture, je constate qu'un achat supplémentaire me ferait faire une économie conséquente et, pas de bla-bla du résultat, me voilà avec ce livre de Rohan O'Grady traduit par Morgane Saysana. Sans m'être rendu compte que c'était un titre jeunesse ou young adult (au choix, et tu peux faire appel à un ami…). À quoi tient parfois la rencontre avec un livre…
Donc quitte à l'avoir, autant le lire. Eh bien cette histoire d'aventure sur une île (j'adore les îles) où deux jeunes enfants un brin déconneurs et plutôt futés tentent d'échapper à un oncle inquiétant qui hériterait de leur immense -mais putative- fortune si l'un venait à décéder est plutôt réussie. Car le meilleur moyen de lui échapper reste évidemment de le supprimer en premier. Futés je vous ai dit !
Mêlez-y des habitants tous plus pittoresques les uns que les autres, un gros félin au passé féroce en quête de rédemption et des paysages naturels et sauvages où l'on rêverait de se poser, sans oublier un style simple mais hyper rythmé et on tient là les ingrédients d'une lecture apaisante et de saison, que je ne regrette aucunement ! Bien au contraire. D'autant plus que le mélange de naïveté et bons sentiments enfantins avec des passages parfois plus sombres sur fond de guerre, remords et cruauté, donne une profondeur inattendue au roman.
J'aurais ainsi découvert par hasard cette collection Toussaint Laventure de MTL, en espérant que mes prochaines recherches d'économies seront aussi doublement bénéfiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
Bazart
  25 juin 2019
🕷️LE ROMAN D'AVENTURES QUI N'EST PAS QUE POUR LES ENFANTS 🕷️
Et c'est comme ça que j'ai décidé de tuer mon oncle était un roman d'une romancière canadienne Rohan O'Grady ( un nom d'emprunt), tombé dans l'oubli jusquà ce que Donna Tartt en parle avec enthousiasme.

Et puis la maison d'édition Monsieur ToussaintL'ouverture a décidé de le publier, dans la collection Monsieur Toussait L'aventure, avec cette magnifique couverture illustrée par Edward Gorey.
La scène d'ouverture plante tout de suite le décor : le navire Haida Price accoste sur une île dite maudite où il n'y a ni électricité ni médecin, une île "aussi silencieuse qu'une tombe." Deux enfants turbulents et souffrant de solitude, Christie et Barnaby, débarquent sur cette île pendant les vacances d'été

Et c'est comme ça que j'ai décidé de tuer mon oncle - qui a sans doute inspiré la célèbre série des Orphelins Baudelaireréunit tous les ingrédients d'un roman d'aventures qu'on n'a plus envie de lâcher une fois commencé : une nature sauvage et hostile, des habitants avec chacun leur histoire (dont une excellente cuisinière qui nous met l'eau à la bouche), des enfants pas gnangnan, des rebondissements et du suspense.

Inattendu (le monstre n'est pas celui qui parait le plus féroce), drôle (façon Tim Burton), grinçant voire dérangeant, ce roman d'aventure est une pépite avec 0% de mièvrerie et 100% de singularité !
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
victoryhelene
  04 mars 2020
Voici un roman d'aventures bien original qui emporte le lecteur en vacances sur une île canadienne, une île isolée, sans électricité, au charme pourtant certain.
Une nature verdoyante, un soleil éclatant, des habitants sympathiques et atypiques, une nourriture qui fait saliver... Un parfum de paradis...
Mais deux enfants à la fois terribles et attachants débarquent, rompant le calme monotone de cette jolie villégiature. Barnaby et Christie admirent la droiture et l'esprit de justice du sergent Coulter, dégustent les plats de la Dame aux chèvres, apprécient la chaleur des époux Brooks... Ils partagent aussi l'envie de braver les interdits, accumulant les bêtises. Ils apprivoisent même un cougar et vont jusqu'à comploter pour tuer l'oncle du garçon.
Si l'action peine à démarrer, on finit par apprécier le style désuet mais travaillé et authentique de cette histoire. Malgré des événements souvent prévisibles, la tension parvient à croître au fil des pages. Et les personnages qui, au départ étaient particulièrement horripilants, deviennent progressivement moins caricaturaux et plus touchants.
Le plus intéressant, ce sont les réflexions profondes sur la part de monstruosité chez l'homme. Ce livre des années 60 ancrent les événements après la seconde guerre mondiale. Il s'agit de traiter indirectement des atrocités de la guerre, de l'absence des morts, de la culpabilité des survivants. L'oncle incarne l'ambivalence de la nature humaine. On ne sait si c'est un homme ou un animal. Et l'animal est parfois plus bienveillant que l'homme dans cette fiction.
Cette aventure risque malheureusement de ne pas plaire au public jeunesse auquel elle est destinée à cause de son style vieillot. Pourtant, elle a le mérite de distraire intelligemment et ainsi d'interroger la complexité de l'être humain. Pour lire ce roman, il faut être persévérant. Vous devez dépasser au moins les 80 premières pages, pour en savourer toutes les qualités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Elliepamp
  12 juin 2019
Lorsque l'on m'a proposé de lire en avant première la future parution des éditions Monsieur Toussaint Louverture, j'ai bondi de joie ! C'est un éditeur que j'adore (notamment parce qu'ils ont réedité le roman culte Watership Down) et leurs ouvrages sont toujours magnifiques. Ce dernier ne déroge pas à la règle. La couverture au style désuet et les tranches vert pomme rendent l'ouvrage très beau dans la bibliothèque.
Concernant l'histoire, on suit Barnaby un petit garçon orphelin qui va en vacances sur une île canadienne où son oncle vit. Il fait la rencontre de Christie une autre petite fille et va se lier d'amitié avec elle. Mais Barnaby ne semble pas heureux de revoir son oncle. Et c'est normal : ce dernier compte le tuer pour récupérer son héritage. Barnaby et Christie vont donc décider de tuer l'oncle avant que ce dernier ne le tue.
J'ai bien apprécié ma lecture en partie grâce à l'écriture de l'autrice que j'ai trouvé très belle. Les descriptions sont superbes en particulier celle sur la nourriture! Qu'est-ce que ce roman m'a donné faim ! L'autrice s'attarde à décrire les tartines de confitures ou le lait frais et ça donne l'eau à la bouche. de même la chaleur et la végétation luxuriante de l'île est très bien retranscrit, on s'y croirait presque.
La plume est assez ironiques et nous décris les deux enfants comme de véritables petits monstres ! Je les ai trouvé vraiment insupportables et méchants. Ce sont loin d'être des petits anges. J'ai eu beaucoup de mal à m'attacher à eux pendant une bonne partie du roman, j'avais surtout envie de leur mettre quelques claques comme certains adultes dans ce roman.
Le roman n'est d'ailleurs pas axé uniquement sur les enfants mais aussi sur le personnage du sergent Albert Coulter qui se révèle très important dans la suite de l'histoire. C'est un personnage que j'ai beaucoup apprécié, honnête, sévère mais au coeur tendre.
Le personnage de l'oncle est effrayant. Cet homme est un véritable psychopathe et s'il n'apparait pas énormément dans le roman (il n'arrive qu'à la moitié), chacune de ses apparitions étaient géniales ! Il fait vraiment froid dans le dos et sa méchanceté est redoutable. Il m'a rappelé un peu le tuteur des orphelins Baudelaire.
Si ce livre est classé jeunesse, je l'ai trouvé tout de même très mature par moment ! L'autrice aborde très légèrement (sans jamais le dire clairement) la question de la maltraitance mais aussi du viol. Un enfant aurait du mal à comprendre ces allusions mais en tant qu'adulte ça nous semble très clair !
J'ai beaucoup aimé la scène finale de combat entre l'oncle et les enfants qui est très sombre et semble sortit tout droit d'un film d'épouvante ! Et en parlant du final, j'ai adoré la toute dernière phrase du roman qui concerne le personnage de Christie. Si c'est un personnage qui m'a beaucoup énervé tout le long du roman, je l'ai trouvé à la fin du roman hyper classe et humble. Pour moi c'est le meilleur personnage du roman.
En bref : J'ai passé un bon moment avec cette lecture atypique racontant comment deux enfants complotent pour commettre un meurtre. L'ambiance est très particulière, ce roman a clairement sa propre identité. C'est un classique que je ne connaissais pas du tout et que je suis contente d'avoir découvert ! Je le conseille à ceux qui aiment les histoires un peu macabres mais humoristiques en même temps !
Lien : https://repairedeslivres.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
Actualitte   19 juin 2019
Quelque part entre le conte de fées façon Frères Grimm, mêlé à la douce noirceur d’Edgar Poe — plutôt en version comédie noire bien macabre —, le roman de Rohan est assez inclassable.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
IleauxtresorsIleauxtresors   12 septembre 2020
Écoutez, dit Albert. Il ne faudrait pas non plus oublier que les lois sont votées par tout un tas de personnes intelligentes. On a notre mot à dire au moment des élections, mais après ça, les lois, on les applique, un point c’est tout.
- Alors, vous trouvez ça juste, vous de pendre Gitskass ?
- Si c’est la loi.
Mais l’agent Browning n’était pas homme à s’avouer vaincu aussi vite.
- Mais imaginez que les mauvaises personnes aient accédé au pouvoir en rejoignant le gouvernement. Ça pourrait très bien arriver, vous savez. Prenez Hitler, par exemple. Les gens l’ont mis à la tête de l’État. Et si jamais ça se produisait au Canada ? Si jamais on en venait à faire passer des lois disant que tout sujet atteint de troubles mentaux devait être abattu ? Vous continueriez à obéir à la loi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
NadaelNadael   27 août 2019
« Ils aimaient Une-Oreille et étaient persuadés que tout ce dont le félin avait besoin pour être tout à fait comblé c’était d’accepter leur amour et le leur rendre. (…) Une-Oreille renoncerait à ses mauvaises manières et à ses habitudes alimentaires bizarres. En un mot, il rentrerait dans le droit chemin et se mettrait à les adorer autant qu’eux l’adoraient ; il engraisserait grâce à un régime à base de roulés à la cannelle, de confiseries, il boirait du vin de framboise et non plus du sang, et tous les trois vivraient heureux pour l’éternité dans le meilleur des mondes. (…) De son côté, Une-oreille les détestait un peu plus profondément chaque jour, et la seule pensée de leurs menottes collantes et leurs haleines chargées de réglisse le faisait grimacer. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JIEMDEJIEMDE   14 juillet 2020
Toutefois, ils étaient six millions à avoir fini sous forme de coussins, d'abat-jour ou au crématoire, preuve que les démons pouvaient rôder sur cette Terre et Albert n'avait pas l'intention de les oublier.
Commenter  J’apprécie          90
JIEMDEJIEMDE   14 juillet 2020
Il ne faudrait pas non plus oublier que les lois sont votées par tout un tas de personnes intelligentes. On a notre mot à dire au moment des élections, mais après ça, les lois, on les applique, un point c’est tout.
Commenter  J’apprécie          70
IleauxtresorsIleauxtresors   12 septembre 2020
- Ton oncle. Il espionnait par la porte-fenêtre, juste derrière le piano. Lady Syddyns et toi, vous lui tourniez le dos. Il a enlevé ses lunettes et il a souri. Oh, ses yeux ! Je n’en ai jamais vu de pareil ! Et après, il les a levées au ciel et on n’en voyait plus que le blanc. »
Barnaby s’assit subitement sur le sol, les roses lui échappant des bras. Il demeura muet un moment, avant de répondre :
- Oui, il s’amuse à me faire peur comme ça. Alors, maintenant tu me crois quand je te dis qu’il est horrible ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : îlesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

et c'est comme ça qu'on a décidé de tuer mon oncle

Comment s'appelle la petite fille?

Christie
Christiane
Carole
Caroline

4 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Et c'est comme ça qu'on a décidé de tuer mon oncle de Rohan O'GradyCréer un quiz sur ce livre

.. ..