AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Chabert (Traducteur)
ISBN : 208067286X
Éditeur : Flammarion (01/11/1998)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Redmond O'Hanlon fait partie de ses écrivains à la langue magique, voyageur sans frontières, que l'on imagine tisser ses récits au coin d'un feu, la barbe brillant de reflets fauves, captivant une ribambelle de petits enfants ébahis. Est-ce à dire qu'en lisant ce livre, vous rêverez de voyages ? Assurément. Mais alors, oubliez les croisières qui s'amusent avec le capitaine Merrill Stubing. Ici, c'est du tourisme sauv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
urbanbike
  19 mars 2008
Excellent bouquin même si c'est l'un des plus tendus de Redmond O'Hanlon… Il faut dire que la décomposition du pays n'arrange rien à son expédition…
Dimanche matin, j'écoutais une émission sur mon poste de radio (interception sur France Inter, émission à écouter dans la semaine en poscast) sur le sort des enfants considérés comme sorciers au Congo et rejetés par leurs parents… En gros, un malheur s'abat dans la famille et c'est la faute est généralement imputée à l'un des niards.
Le voilà baptisé sorcier avec la complicité de certaines églises locales qui se fient au fait qu'il ait (ou pas…) tremblé à un moment clé de la séance de désenvoûtement qui suit…
Et hop, à la rue. Comme Esther…
Suite sur urbanbike
http://www.urbanbike.com/index.php/site/ohanlon-au-congo/
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
urbanbikeurbanbike   19 mars 2008
Nous partîmes, comme je le croyais, pour nous baigner. Je me déshabillai, sautai à l'extrémité d'un arbre mort dans l'eau noire et profonde et me suis mis à nager dans l'eau fraîche… « Reviens ! » entendis-je à travers le gargouillis de l'eau dans mes oreilles. « Reviens ! »
C'était le cri le plus aigu que Marcellin pût produire, un appel angoissé. « Redmond ! Des crocodiles ! » De bout sur son arbre, il agitait les deux bras. « C'est le plus gros crocodile que j'aie jamais vu ! Il vit dans l'angle ! Crocodile ! Crocodile ! »
Je pris conscience de mes génitoires blanches, sans protection, qui pendait comme un appât à poissons. L'écorce de l'arbre était distante de vingt longs mètres, noirs et opaques.
« Tu n'appendras jamais rien ? dit Marcellin, trop en colère pour jurer, alors que je me hissais sur la berge, sain et sauf mais agité de tremblements. Tu n'apprendras donc jamais rien ? On ne sa baigne pas. On se lave. Quand on dit se baigner, ça veut simplement dire se laver. Et quand l'eau est noire et profonde, on se lave à un pas de la rive. Pas plus »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   21 octobre 2012
Quiconque se retrouvait seul était en danger ; la solitude conduisait à la folie ; un homme isolé était une proie facile pour les esprits errants ; les amis devaient toujours rester groupés, et parler. [...]
Les fétiches possédaient un avantage théologique certain. [...] Le christianisme n'avait pas de réponse à la plus simple des questions : pourquoi un Dieu qui aime tout le monde laissait-il nos enfants mourir ? Et, de plus, était-ce vraiment nécessaire qu'il y ait deux mille maladies de la peau différentes ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : congoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox