AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070514137
288 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (28/06/1997)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 154 notes)
Résumé :
Ken est revenu pour les vacances dans le ranch familial du Wyoming. Il rêve d'avoir un poulain tout à lui, un cheval qui serait aussi son ami.
Mais Flicka, la pouliche qu'il a choisie, est issue d'une lignée de chevaux sauvages et indomptables. Elle se rebelle contre les hommes qui veulent la capturer et se blesse gravement. Tous la croient condamnée. Tous sauf Ken. Réussira-t-il, grâce à sa ténacité et à son amour, à sauver Flicka et à l'apprivoiser ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Aryia
  29 janvier 2020
Quand je pense que j'ai lu ce livre pour la toute première fois à l'âge de huit ou neuf ans, l'ayant emprunté à la bibliothèque de l'école, sans la moindre difficulté, alors qu'il est désormais « destiné » aux collégiens de douze à quinze ans, je me demande bien ce que lirons nos jeunes dans quelques dizaines d'années …. Il n'y a pourtant rien de bien compliqué dans Mon amie Flicka : le vocabulaire employé est tout à fait abordable, et l'histoire elle-même est fort simple ! On s'étonne que les enfants ne lisent plus de romans : mais comment voulez-vous qu'ils « s'entrainent » si on ne leur propose plus que des petits récits illustrés de moins de cinquante pages jusqu'à leur entrée au collège ? Je me souviens de ma maitresse qui, lorsqu'elle nous emmenait à la bibliothèque municipale, nous obligeait à prendre « au moins un roman de plus de cent pages » pour nous faire oublier les albums « premières lectures », et ce dès le CE2 ! Mary O'Hara a écrit un roman pour enfants : donnons-le donc à lire aux enfants, nom d'un petit bonhomme en mousse !
Ken a dix ans, la tête dans la lune, et un rêve indestructible : avoir un poulain rien qu'à lui, qu'il dresserait comme un grand, et qui deviendrait son meilleur ami. Mais son père refuse catégoriquement de lui donner un poulain : il casse tout, il perd tout, et voilà qu'il va redoubler sa classe pour avoir rêvé en classe au lieu de rédiger sa rédaction ! Heureusement, sa mère parvient à convaincre le capitaine Mc Laughlin que leur fils cadet a besoin de prendre confiance en lui, de réussir quelque chose pour devenir un « grand garçon ». Ken a donc une semaine pour choisir son poulain parmi tous les yearlings du ranch. Mais voilà que Ken s'entiche de Flicka, une jeune pouliche sauvage et indomptable comme l'était sa folle-dingue de mère et son rebelle grand-père. le petit garçon parviendra-t-il à apprivoiser l'intrépide Flicka, là où tout le monde a échoué ?
Hier comme aujourd'hui, beaucoup d'enfants peuvent se retrouver dans le portrait de Ken : un petit garçon rêveur, que l'école n'intéresse guère, et qui préfère jouer dans la nature que faire ses devoirs ! Mais aussi un petit garçon qui, malgré sa maladresse et son insouciance, tente désespérément de rendre son père fier de lui, d'accomplir ce que ce dernier lui demande, mais qui échoue continuellement, sans jamais baisser les bras mais avec un découragement toujours plus grand. Difficile d'atteindre les idéaux que les parents font peser sur les enfants ! J'ai beaucoup d'affection pour le petit Ken, si plein de bonne volonté mais qui ne parvient pas à lutter contre sa propension à rêver tout éveillé, contre l'attrait irrésistible des nuages qui passent et des feuilles qui dansent en tombant de l'arbre. Son obstination est vraiment touchante : il n'imagine pas sa vie sans un poulain, un poulain qu'il aimerait plus que tout, et qui l'aimerait plus que tout. Pour Ken, comme pour beaucoup d'enfants – et quelques adultes ayant gardé leur âme d'enfant –, Amitié rime avec Inconditionnée : son poulain et lui seront les meilleurs amis du monde, sinon rien.
Et voilà que Flicka surgit dans sa vie, s'impose à lui, elle la pouliche indomptable, issue d'une lignée de vrais sauvages, « bons à rien », « dingos » … mais aussi la fille du meilleur étalon du ranch, le plus fier et intelligent. On lui prédit de grands malheurs, et surtout un échec profond : pour ces éleveurs du Wyoming, un cheval « dénoué de bon sens » est forcément un mauvais cheval, bon à abattre, pour ne pas qu'il « contamine » la lignée par son sale caractère. Quand on aime les chevaux aussi intensément que Ken aime son poulain – celui qu'il voit dans ses rêves –, c'est vraiment dur de lire ce genre de propos, de savoir qu'il n'y a pas si longtemps, on n'hésitait pas à mettre une balle dans la tête des chevaux trop « sauvages ». C'est une triste et terrible réalité que Mary O'Hara nous décrit ici, sans jamais chercher à cacher ou atténuer la dureté des événements : elle ne fait que relater ce qui constituait le quotidien des véritables ranchers du Wyoming. Les bons moments comme les moins bons, les moments de grâce – les fières galopades des poulinières accompagnées de leurs frêles et majestueux poulains – comme les jours sombres – la castration des jeunes mâles.
Mais surtout, elle nous raconte cette formidable histoire d'amitié entre un petit garçon insouciant et une jeune pouliche récalcitrante. Entre un petit garçon et une jeune pouliche qui ne rêvent que de liberté. Bien que cette rencontre tarde à arriver – le début pourrait être caractérisé de « longuet » … s'il n'était pas aussi intéressant ! –, elle constitue le coeur même de ce premier tome, où Ken et Flicka apprennent à se connaitre et à s'aimer. Car c'est bien connu : les plus terribles épreuves cimentent les amitiés les plus solides. Gravement blessée, incapable de se débrouiller seule, Flicka ne doit son salut qu'aux bons soins de Ken, qui refuse de voir la vérité en face et est le seul à croire qu'elle peut s'en remettre. C'est ainsi que la pouliche, élevée jusqu'alors par sa mère, une jument haïssant les êtres humains, apprendra à offrir sa confiance à ce petit homme si attentionné. Et c'est ainsi que Ken, garçonnet étourdi, rêveur et insouciant, grandit sans même s'en rendre compte, et prend conscience des conséquences de ses actes, même ceux qu'il croyait « anodins » …
En bref, vous l'aurez bien compris, je suis sous le charme de ce petit roman, à la fois tendre et dur, à la fois captivant et intéressant. L'espace de quelques centaines de pages, j'ai voyagé, voyagé dans un ranch où cohabitent des dizaines de chevaux et quelques humains, dans un ranch où les rêves d'un petit garçon se transforment enfin en réalité. J'ai été émue par cette belle histoire d'amitié et de loyauté entre un petit garçon et une jeune pouliche, j'ai été attendrie par l'amour que Nell donne à ses deux garçons, j'ai été touchée par Rob, ce père sévère mais bienveillant qui ne sait plus que faire avec son cadet. J'aime beaucoup la plume de Mary O'Hara, qui ne se contente pas de raconter une histoire : elle nous invite à la vivre, à marcher aux côtés de Ken et de Flicka, à partager le quotidien de cette famille de ranchers, à admirer les vertes prairies du Wyoming comme si on y était … Et le plus incroyable, c'est qu'on y est, finalement : il suffit de se laisser porter par cette belle histoire joliment narrée qui n'attend plus qu'à faire rêver les enfants … et aussi les plus grands !
Lien : http://lesmotsetaientlivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Alyxiel
  01 novembre 2013
Résumé:"Ken est revenu pour les vacances dans le ranch familial du Wyoming. Il rêve d'avoir un poulain tout à lui, un cheval qui serait aussi son ami.
Mais Flicka, la pouliche qu'il a choisie, est issue d'une lignée de chevaux sauvages et indomptables. Elle se rebelle contre les hommes qui veulent la capturer et se blesse gravement. Tous la croient condamnée. Tous sauf Ken. Réussira-t-il, grâce à sa ténacité et à son amour, à sauver Flicka et à l'apprivoiser ? Ken, Howard et leur père, le capitaine Rob Mc Laughlin Ross, le dresseur de chevaux ?"
J'adore les chevaux. je suis moi même auteure d'un livre pour la jeunesse sur les chevaux et je dois reconnaître que Flicka fait partie des livres qui m'ont inspiré.
Les personnages principaux, ken et Flicka sont hyper attachants. L'écriture est abordable par tous et le sujet traité est beau. L'amitié fusionnelle entre l'homme et l'animal existe et ces derniers nous le rendent bien!
Une très belle leçon d'amour et un grand bol d'air dans les plaines du Wyoming.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Elana
  17 décembre 2014
Cavalière depuis l'âge de 13 ans, je suis, comme beaucoup, passé par la littérature "équine". Mon amie Flicka est le seul qui survive dans ma bibliothèque puisque c'est le seul qui m'a marqué. L'histoire n'est pas extraordinaire mais très bien écrite et les personnages sont attachants. C'est un très bon livre jeunesse, très abordable.
Commenter  J’apprécie          110
tiph12
  07 octobre 2013
Et pourtant je n'aime pas les chevaux...Mais quand je pense à ce roman, et à ses suites, c'est toute mon enfance qui revient. je me souviens d'avoir passé des heures à m'imaginer vivre dans un ranch, au beau milieu de l'Amérique. J'ai tremblé devant les colères du père de Ken, j'ai eu peur pour sa santé et pour celle de Flika, et je pense bien avoir passé des nuits blanches pour lire plus et plus vite !
Un seul regret, malgré toutes louanges, je n'ai jamais réussi à convaincre mes soeurs de se plonger dans ce livre !
Commenter  J’apprécie          80
MissSherlock
  08 septembre 2016
Une histoire très tendre et émouvante que j'avais dévoré lors de mon année de cinquième. J'avais tellement aimé que j'avais gardé le livre tout l'été et ne l'avais rendu au CDI que le jour de la rentrée.
Les jeunes lecteurs qui aiment les animaux devraient se régaler.
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   26 février 2013
En se projetant sur la clôture, elle en arracha vingt mètres; prise dans les fils supérieurs, elle fit une culbute complète, tomba sur le dos, ses quatre pieds entraînant les fils de fer et l'y entortillant tout entière.
-Le diable emporte ces barbelés, dit McLaughlin... si seulement j'avais les moyens de les remplacer par des palissades convenables!
Ken, la mort dans l'âme, suivit les hommes qui s'étaient rapprochés de la pouliche et la regardaient se livrer à des efforts héroïques et vains pour se libérer: elle ne fit que se ligoter davantage dans le réseau acéré qui lui déchirait la peau et la chair. [...]
Gus, avec ses cisailles, se mit à couper le fil de fer; les hommes réparèrent la clôture, traînèrent Flicka au milieu du pré et placèrent à sa portée une caisse d'avoine et un seau d'eau.
-Je serai étonné si elle s'en tire, dit McLaughlin. Ce sera tant mieux. Si ce n'avait été ainsi, c'eût été d'une autre manière. Un cheval fou ne vaut pas un fifrelin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
CielvariableCielvariable   30 mars 2018
Lady, tout comme Ken, assistait à ce spectacle, tendue et tremblante d’émotion. Les poulinières aussi, sans bouger, suivaient la course des yeux.

Comme elle courait, cette petite pouliche ! Rocket trottait avec nervosité, allant et venant, près des poulinières; Banner fit demi-tour et se précipita sur Rocket. La pouliche passa devant Ken, comme un éclair; il vit des yeux effrayés au milieu d’une crinière flottante, des jambes minces, et pendant une fraction de seconde, ces yeux apeurés lui adressèrent comme un appel. Il fit faire volte-face à sa monture et suivit la petite alezane. Un coup d’œil jeté en arrière lui montra Rocket repartant au galop, Banner à ses trousses; puis elle s’arrêta; le grand corps de l’étalon s’éleva au-dessus du sien et la masse unique des deux chevaux se sculpta sur le ciel orageux.

[…]

Le poulain de Rocket — un yearling, une pouliche — la sienne à lui. Il n’avait pas eu à la choisir, elle s’était donnée. Elle lui appartenait parce que d’un regard elle lui avait demandé secours. Elle lui appartenait à cause de sa beauté sauvage, de sa vitesse, et parce qu’à sa vue, à sa seule pensée, il sentait faillir son cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
WredeDylanWredeDylan   19 février 2020
- Kennie, dit-elle ; tu es libre de monter n’importe quel cheval du ranch ; pourquoi tiens-tu tellement à avoir un poulain ?
- Oh ! Mère ! ce n’est pas seulement pour le monter. Je veux un poulain pour que nous soyons amis. Je veux qu’il soit à moi, tout à moi, Mère...
Commenter  J’apprécie          20
Video de Mary O'Hara (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mary O'Hara
Richard Morgiève vous dit pourquoi il aime Mon amie Flicka de Mary O'Hara
autres livres classés : chevauxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1125 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre
.. ..