AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782811220792
416 pages
Éditeur : Milady (12/06/2019)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Alors qu'elle s'apprêtait à profiter d'un week-end romantique pour célébrer le troisième anniversaire de sa guérison, Daisy reçoit une terrible nouvelle : elle est atteinte d'un nouveau cancer en phase terminale. La mort est une perspective effrayante ; abandonner Jack, son mari brillant mais adorablement démuni face à la vie, l'est encore plus.
Daisy se lance donc avec acharnement dans la quête de la femme idéale pour qu'après son départ, Jack ne se retrouve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ally_des_livres
  24 novembre 2020
Je me suis laissée tentée par ce roman en ebook lors de l'opération AllStars2020 et je ne regrette pas mon choix!
Nous embarquons dans un tourbillon d'émotions aux côtés de Daisy et Jack, jeunes mariés qui s'aiment énormément. Daisy n'a pas été épargnée par la vie; malgré son jeune âge, elle a déjà été victime d'un cancer duquel elle a réchappé. Alors qu'ils devaient passer un week-end en amoureux, Daisy reçoit la pire nouvelle qui soit: son cancer est revenu et cette fois-ci, les chances de s'en sortir sont inexistantes... Une seule pensée anime Daisy désormais: que va devenir son mari sans elle, lui qui malgré son presque double doctorat ne sait toujours pas s'occuper de lui ni du foyer? Elle se met alors en tête de lui trouver la femme parfaite, au risque de s'oublier elle-même...
Ce roman est poignant de vérité: comment ne pas penser à ceux qui vont rester quand nous ne serons plus là? Comment chacun réagit-il face à l'annonce d'un tel drame? Il y a les optimistes, ceux qui se voilent la face, ceux qui pleurent sans arrêt et ceux qui doivent rester occuper pour ne pas y penser... Les étapes à parcourir sont les mêmes que celles du deuil et sont très bien représentées dans le récit, notamment par le personnage de Daisy.
Un roman qui, malgré l'annonce initiale de sa fin tragique, nous émeut aux larmes et nous donne envie de lire jusqu'au bout!
Hâte de découvrir d'autres ouvrages de cette auteure!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lectrice-Lambda
  21 février 2020
Dans « La première fois c'était quand même plus marrant », nous allons faire la rencontre de Daisy et de Jack, mariés, filant le parfait amour et dans la dernière ligne droite de leurs études.
Alors qu'ils allaient partir en week-end en amoureux, Daisy reçoit une terrible nouvelle : son cancer est revenu. Pire, il est en stade terminal. Son médecin ne lui donne que quelques mois à vivre.
Pour eux, c'est un vrai coup de massue qui s'abat. Daisy devient alors obsédée par une seule chose : que va devenir son mari lorsqu'elle ne sera plus là ? Il a beau être bientôt double doctorants, il ne sait même pas se faire à manger ni même faire des lessives.
Elle va alors rechercher la femme idéale pour lui, celle qui la remplacera lorsqu'elle ne sera plus là.
Préparez-vous à sortir des mouchoirs en vous plongeant dans cette lecture, car Colleen OAKLEY ne va pas vous ménager.
On entre dans le récit avec la terrible annonce, celle qui va changer le destin des personnages. Dès les premiers chapitres, nous sommes dans le vif du sujet et c'est assez surprenant comme immédiatement nous nous attachons aux personnages.
En ne les connaissant qu'à peine, nous arrivons déjà à ressentir de la compassion pour eux. Ceci est grandement accentué par le fait que l'auteur nous montre dès les premières pages toute la complicité que partage ce petit couple tout mignon et tout gentil. Opposer ce duo qui n'a que du positif pour eux, à la dureté de la vie et de la mort rend le récit encore plus tragique et touchant.
Car oui, on le sait depuis le début : Daisy est condamnée, rien ne pourra la sauver. Cette fatalité est dure à accepter et l'on se met à espérer, voir supplier, qu'il arrive un miracle avant la fin. Cependant, cette histoire est tout simplement un reflet de la vie réelle, pas de baguette magique pour pouvoir changer le court du destin.
La quête de la femme parfaite pour Jack arrive aussi assez rapidement.
Si j'ai tout d'abord trouvé l'idée autant mignonne que terriblement triste, j'avoue sans honte m'être lassée à la longue. J'ai trouvé que le récit était beaucoup trop centré sur ce sujet et qu'au final, l'intrigue tournait assez rapidement en rond.
Au fur et à mesure des chapitres, je me suis un peu détachée de cette quête, voyant même arriver chaque petit rebondissement. Cette histoire avait tellement de potentiel, tellement d'autres thématiques à aborder que simplement cela, et j'ai trouvé dommage que l'auteur se concentre autant là-dessus.
Les personnages m'ont beaucoup plu, notamment Jack qui est parfait dans son imperfection.
Daisy quant à elle m'a plus au début, lorsqu'elle était encore positive et ne voulait pas se laisser abattre. J'ai été très touchée par toutes ses réflexions sur la mort et la maladie, même si au final ce n'est pas le côté qui ressort le plus d'elle dans cette histoire. Par contre, j'ai été moins attendrie par son évolution, qui forcément suit une pente descendante que l'inverse. Sa relation avec Jack se dégrade, contre et avec sa volonté. J'ai eu du mal à m'attacher à sa nouvelle personnalité, même s'il m'est difficile de porter un réel avis dessus. Que ferais-je si demain j'étais condamnée à mourir dans les semaines à venir ? D'ailleurs, j'ai beaucoup aimé le développement de cette question dans l'histoire.
Alors que j'ai eu une impression de longueur à partir de la moitié du livre, la fin m'a donné une sensation de rapidité. Tout allait subitement trop vite.
Par contre, même si les dernières révélations ne sont pas surprenantes car on les voit arriver, j'avoue avoir été particulièrement émue par ces rebondissements et la manière dont ils sont écrits. Une mention spéciale pour les ultimes chapitres qui closent avec beaucoup d'émotions cette histoire.

En conclusion, « La première fois c'était quand même plus marrant » est une histoire toute en sensibilité et émotion. Colleen OAKLEY arrive avec une incroyable facilité à nous faire ressentir de la compassion pour ses personnages que la vie ne va pas épargner.
Même si le roman n'est pas parfait, notamment par ses longueurs et des sujets qui ne m'ont pas tellement tenus en haleine, j'avoue avoir eu plus d'une fois les larmes aux yeux tout au long de ma lecture.

Et que dire du final qui est explosif et terriblement beau.
Lien : https://lectrice-lambda.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
EdwigeDln
  02 mai 2020
Une histoire qui s'annonce triste mais qui nous fait également sourire ! On s'attache beaucoup à Daisy, quelle force. Une très belle histoire.
Commenter  J’apprécie          10
TheLovelyTeacherAddictions
  15 août 2019
J'avais lu le précédent roman de Colleen Oakley qui m'avait beaucoup touché et je ne suis pas étonné que La première fois qu'on m'a embrassé je suis morte ait remporté le prix des lectrices 2019 car la plume de l'auteur sait nous faire vivre de superbes émotions. Ce nouveau roman n'échappe pas à la règle .
si vous aviez aimé le premier roman de Colleen Oakley, vous apprécierez d'autant plus ce roman qui m'a ému aux larmes. On sait la finalité et pourtant l'émotion ne cesse de grandir au fil des pages. L'auteur nous fait passer des émotions intenses et vraies par le biais d'une histoire douloureuse mais merveilleuse.
Chronique complète :
Lien : https://thelovelyteacheraddi..
Commenter  J’apprécie          00
Pepparshoes
  25 août 2020
J'ai trouvé ce second roman de Colleen Oakley meilleur que son premier. On sent qu'elle aborde avec plus de justesse et de sensibilité ses thématiques, bien que les situations ne soient pas toujours tout à fait crédibles. Une belle découverte, et j'espère lire une troisième histoire de sa part.
Lien : https://sorbetkiwi.wordpress..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   13 octobre 2020
Si je devais décrire ma mère en quelques phrases, je dirais : elle ne sait pas se servir des points d’exclamation ; porte toujours des pantalons à plis ; passe beaucoup de temps dans son jardin, une paire de vieilles jumelles autour du cou, à observer les oiseaux avant d’enregistrer les espèces aperçues sur eBird, une communauté ornithologique en ligne fondée par des chercheurs de Cornell, donc Jack a commis l’erreur de lui parler pendant un repas de Thanksgiving. Elle se vante souvent auprès d’inconnus de son immense contribution à la science.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 octobre 2020
Je me demande si Kayleigh fait une projection : la théorie de Freud selon laquelle on rejetterait nos défauts pour les attribuer à d’autres. Mais les traits de personnalité de Pamela ne me semblent pas si mauvais. Elle me fait l’effet d’une fonceuse. Peut-être un peu l’effet d’une fonceuse. Peut-être un peu du genre à faire de la lèche, mais elle est passionnée et adore visiblement son travail. Bien sûr, je ne dis rien de tout ça à Kayleigh, puisque Kayleigh la déteste et que je suis censée la détester aussi, par solidarité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 octobre 2020
Je pense que le mot « impossible » est galvaudé. Les gens s’exclament : « C’est impossible ! » pour des choses parfaitement possibles. Comme Skype. Ma mère pense que c’est « impossible » de pouvoir voir en temps réel son correspondant qui vit à l’autre bout du monde. « C’est de la science-fiction ! » m’a-t-elle écrit dans un mail le jour où elle a découvert le chat vidéo, quatre ans après tout le monde. Alors que Skype n’était que la suite logique du téléphone. C’était loin d’être impossible, ou même inattendu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 octobre 2020
Si je veux trouver une femme à Jack, je vais devoir sortir davantage. Je vais devoir tisser ma toile. Je ne rencontrerai personne en dévisageant des inconnues sur le campus, en allant au cours de yoga que je suis depuis des années ou en me faisant examiner chez le médecin. Je ne sais pas pourquoi je n’y ai pas pensé plus tôt, mais je me rends compte que je n’ai jamais eu de rendez-vous amoureux. Pas vraiment. Quand j’ai rencontré Jack, j’avais à peine plus de vingt ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 octobre 2020
Ce n’était pas l’idée de mourir qui m’inspirait une telle terreur, c’était plutôt ce qui venait après – le non-être. Ne plus exister. Le grand néant de l’au-delà. Une peur panique s’instillait dans mon cœur jusqu’à ce que ses battements emplissent mes oreilles, et que je sois obligée de m’asseoir dans mon lit pour allumer la lumière et débarrasser ma chambre de cette obscurité épaisse qui m’empêchait de respirer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : cancerVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Chick lit vous a-t-elle séduit?

Que signifie le terme de "chick lit" ?

littérature de jeunettes
littérature de femmelettes
littérature de poulettes
littérature de belettes

12 questions
144 lecteurs ont répondu
Thèmes : chick litCréer un quiz sur ce livre